Province de Ghazni

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    38 talibans tués au cours des dernières 24 heures, selon le ministère afghan de la Défense
    Le ministère de la Défense afghan revendique l'élimination d'au moins 38 talibans ont lors des derniers raids menés par les forces de sécurité afghanes à travers le pays au cours des dernières 24 heures.

    Le ministère a indiqué mardi 23 février dans un communiqué que les opérations avaient été menées dans les provinces de Kandahar, Ghazni, Ghor, Faryab et Kapisa.

    Les forces de sécurité afghanes ont lancé des opérations de nettoyage dans les districts de Panjwai, Arghandab et Mianshine dans la province de Kandahar, indique le communiqué, ajoutant que 12 talibans ont été tués et deux autres blessés. Les opérations ont été soutenues par des frappes aériennes.

    Le ministère a déclaré dans un communiqué séparé que les commandos de l'armée afghane avaient mené des raids dans le district d'Arghastan dans la province de Kandahar, au cours desquels 10 talibans avaient été tués et quatre autres blessés.

    Selon le ministère, trois talibans ont été tués par les forces de sécurité dans le district de Moqur dans la province de Ghazni. 

    «Deux talibans, dont un chef de groupe, ont été tués par les forces de sécurité dans la région de Yarfolad (de Firozkoh, la capitale) de la province de Ghor», ajoute le communiqué. 

    Les talibans ont lancé des attaques contre des points de contrôle de sécurité dans le district de Qaisar, dans le nord de la province de Faryab, a déclaré le ministère, ajoutant que les attaques se heurtaient à une forte résistance des forces de sécurité afghanes, tuant cinq militants et en blessant cinq autres.

    Province de Herat
    Deux membres des services de renseignement afghans (NDS) ont été assassinés lors d'une attaque armée.
    2021:02:23.jpeg

    Province de Logar : 9 membres des forces de sécurité tués dans une attaque des talibans
    Neuf membres des forces de sécurité ont été tués et un autre  blessé au cours d'une attaque menée mardi 23 février par les Talibans dans la province de Logar, dans l'est de l'Afghanistan. Les Talibans ont lancé leur attaque contre un avant-poste de sécurité dans la région de Hasarak dans la province de Logar.

    Le Mouvement des Talibans n'a pas fait de commentaires sur l'attaque pour l'instant.

    Province de Nangarhar
    Les services de renseignement afghans (NDS) ont arrêté un membre de l'État islamique - Khorasan (ISKP) à Behsud.
    2021:02:23.jpeg

     



  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Kaboul : 
    Au moins quatre personnes, dont un chef local de la police, ont été tuées mercredi matin 10 février
    à Kaboul dans l'explosion de plusieurs bombes, a-t-on appris de source policière.

    Et2Fo8mWYAANob6.jpeg

    Conformément à un modus operandi désormais bien établi, deux bombes ciblant des véhicules ont explosé en début de matinée, à une heure de grande affluence sur les routes. Quatre personnes ont été blessées dans la première explosion et "quatre ont été tuées" dans l'autre, a indiqué Ferdaws Faramarz, le porte-parole de la police de Kaboul.

    Kochi Mohamed.jpegMohammad Zai Kochi (à droite sur la photo), le chef de la sécurité du 5ème district de la capitale et trois de ses gardes du corps ont été tués par l'explosion. Une troisième bombe visant une voiture de police a également explosé dans le district de Paghman, en périphérie de Kaboul. Ces trois attaques n'ont pour l'instant pas été revendiquées.

    Une quatrième explosion a eu lieu près de l'hôtel Serena. Au moins 1 personne a été blessée

    Les autorités n'ont pas précisé si ces bombes avaient été fixées aux véhicules ou s'il s'agissait d'engins explosifs improvisés (IED) posés en bord de route. Depuis des mois, Kaboul est frappée par des attaques quasi-quotidiennes à l'encontre de journalistes, personnalités politiques et religieuses, défenseurs des droits humains ou juges, qui ont incité des membres de la société civile à se cacher ou s'exiler.

    Même si l'organisation État islamique a revendiqué certaines de ces attaques qui ont semé la peur et le chaos dans le pays, Kaboul et Washington les imputent aux talibans. Cette tactique nouvelle semble avoir coïncidé avec l'ouverture en septembre à Doha de négociations de paix entre les talibans et le gouvernement afghan, destinées à mettre fin à deux décennies de guerre.

    Kaboul tente d'obtenir un cessez-le-feu permanent, mais les talibans ont rejeté pour l'instant toute concession. La recrudescence des violences à Kaboul et dans plusieurs provinces afghanes a conduit l'administration du président américain Joe Biden à annoncer un réexamen de l'accord signé en février 2020 à Doha avec les insurgés, qui prévoit le retrait total des troupes américaines d'ici mai. Washington a accusé les insurgés de n'avoir ni réduit les violences ni coupé les liens avec Al-Qaïda, contrairement à ce que prévoyait l'accord.

    Par ailleurs, Des forces de la police spéciale ont mené une opération dans le district de Paghman, au cours de laquelle un taliban a été tué et un autre membre du groupe arrêté. Les deux talibans étaient impliqués dans l'organisation d'attentats terroristes, en particulier la pose de mines magnétiques à Kaboul.

    Province de Ghazni
    L'armée détruit un centre de manufacture de gilets suicides : 12 talibans tués dont 10 combattants étrangers
    Les forces spéciales de sécurité de Ghazni ont détruit, mardi soir, une manufacture de vestes suicide dans le district de Dehik. Wahidullah Jumazadeh, porte-parole du gouverneur de Ghazni, a déclaré ce mercredi que 12 talibans, dont six Arabes, deux Pakistanais et deux Tadjiks, ont été tués dans l'opération.

    Jumazadeh a ajouté que l'opération avait été menée par les forces terrestres et aériennes et avait abouti à l'arrestation de trois personnes, dont l'un des kamikazes, Shahbaz Khan.

    Le groupe taliban Taknoon n'a pas commenté les propos du gouverneur de Ghazni.

    Par le passé, les responsables locaux de Ghazni étaient au courant de jihadistes étrangers  combattant dans les rangs des talibans dans la province. Un haut responsable d'Al-Qaïda avait également été tué par les forces de sécurité dans la province de Ghazni cette année.

    Et2THV3XEAEjjsG.jpeg

    Provinc d'Uruzgan
    Cinq membres "clés" des talibans ont été arrêtés à Daikund.

    Et2vvjoWYAEJno1.png

     Prvince de Nimruz
    Les talibans affirment avoir capturé un soldat de l'armée afghane et des armes lors d'un raid à Khash Rod.

    Et2gl-YXUAImyJ1.jpeg

     

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer
    Province de Faryab : Cinq talibans tués et 11 autres blessés, selon l'armée afghane
    Des responsables militaires afghans en poste dans la province de  Faryab affirment que cinq insurgés talibans ont été tués dans deux districts de la province. Onze autres talibans ont été blessés.

    2021:01:19.jpg

    Province de Ghazni : 
    Abdul Wali Arman, le chef de l'Agence de protection de l'environnement de Ghazni, et son garde du corps ont été grièvement blessés lors d'une attaque armée lundi 18 janvier.

    Province de Helmand : un responsable local tué dans un attentat
    Le Caïmacan (gouverneur) du district de Washir, Mohamed Zahir Hakyar, a été tué mardi lors d'un attentat dans la province d'Helmand, dans le sud de l'Afghanistan.
     
    Le gouverneur d'Helmand Abdel Nabi Ilham a déclaré, dans un communiqué de presse, qu'Hakyar avait été tué dans une attaque armée menée par des inconnus.
     
    Et d'ajouter que les autorités compétentes sont à pied d'œuvre pour arrêter les auteurs de l'attentat.
     
    Quant au bilan de l'attaque, des témoins oculaires ont déclaré que l'attentat a causé la mort du Caïmacan et de deux autres personnes qui l'accompagnaient.
     
    Jusqu'à l'heure, aucune revendication n'a été formulée concernant la responsabilité de l'attentat.

    Province de Kunduz : Lourdes pertes de l'armée afghane à Kunduz au cours d'attaques des talibans
    Des rapports en provenance de la province de Kunduz indiquent que plusieurs attaques des talibans menées lundi soir contre des postes de sécurité dans la province ont fait de lourdes pertes parmi les forces gouvernementales.
     
    Mohammad Yusuf Ayoubi, chef du Conseil provincial de Kunduz, a déclaré mardi matin à Jeddah-e-Sabah que huit insurgés talibans avaient été tués et quatre autres blessés lors d'une attaque contre une base des forces de sécurité dans le district de Dasht-e-Charchi de la province de Kunduz.
     
    Par ailleurs, "six membres des forces de sécurité ont été tués et trois autres ont été blessés lors d'une attaque contre un bastion des talibans dans la région de Bagh-e-Shirkat du troisième district de Kunduz", a déclaré Ayoubi.  Deux civils auraient également été tués au cours de l'attaque.
     
    Le chef du conseil provincial de Kunduz a déclaré que les talibans avaient également subi des pertes lors les affrontements.
     
    Zabihullah Mujahid, un porte-parole des talibans, a confirmé qu'un groupe de combattants talibans avait été tué lors d'une attaque contre les forces gouvernementales dans le district de Dasht-e-Archi de la province de Kunduz.
     
    Dans un autre incident, le 3e corps d'armée du Pamir à Kunduz a annoncé que deux membres des talibans avaient été tués lors d'un raid sur un poste de contrôle de sécurité dans le district de Dasht-e-Archi et la région de Bagh Shirkat de la province de Kunduz. Le corps n'a subi aucune victime des forces gouvernementales mais le ministère de la Défense a déclaré que  quatre soldats avaient été tués lors de l'attaque.
     
    Les attaques des talibans contre les forces gouvernementales dans la province de Kunduz se sont multipliées ces derniers jours, infligeant de lourdes pertes aux forces gouvernementales.

    kunduz.jpg

     

  • Afghanistan : Le ministère de la Défense revendique avoir tué 118 talibans la nuit dernière

    Imprimer
    Le ministère afghan de la Défense a annoncé vendredi que 118 membres des talibans avaient été tués pendant la nuit. Selon le ministère, 36 autres talibans ont été blessés et 10 autres capturés au cours des dernières 24 heures.
     
    Fouad Aman, porte-parole adjoint du ministère de la Défense nationale, a déclaré que les hommes avaient été tués dans au cours d'affrontements et de contre-attaques des forces de sécurité».
     
    Les affrontements ont eu lieu dans les provinces de Kunar, Ghazni, Uruzgan, Kunduz, Kandahar et Helmand.
     
    Aman, pour sa part, a déclaré que 17 mines terrestres placées par les talibans dans différentes zones avaient également été découvertes et désamorcées par les forces de sécurité.
     
    Le porte-parole adjoint du ministère de la Défense n'a pas précisé les pertes des forces de sécurité dans la lutte contre les talibans.
     
    Mais les responsables locaux à Kunduz affirment qu'au moins sept membres du personnel de sécurité ont été tués dans une attaque meurtrière des talibans dans le district de l'Imam Sahib à Kunduz. À Ghazni, sept insurgés talibans ont été blessés dans un attentat à la voiture piégée par les talibans.
     
    Des affrontements ont éclaté dans au moins six provinces au cours des dernières 24 heures alors que les pourparlers de paix entre le gouvernement et les talibans se poursuivent. Le gouvernement a fait du cessez-le-feu l'une de ses priorités dans les pourparler

     

  • Afghanistan : Au moins 15 morts, tous des enfants, dans une explosion à Ghazni

    Imprimer

    Au moins 15 enfants ont été tués et 20 autres personnes blessées, vendredi 18 décembre vers 14 heures (heure locale), dans une explosion à proximité du lieu où se tenait une cérémonie religieuse dans la province de Ghazni, dans l'est de l'Afghanistan, a-t-on appris de sources administrative locale et gouvernementale. 

    Une moto Zaranj chargée d'explosifs a explosé lors d'un rassemblement dans une maison où s'étaient réunies des personnes venues assister à une lecture du Coran, dans le secteur d'Aghujan, dans le district de Gilan, dans la province de Ghazni. "Quinze enfants ont été tués" dans cette explosion, a déclaré Waheedullah Jumazada, porte-parole du gouverneur de la province. 

    Ce bilan a été confirmé par Ahmad Khan Seerat, porte-parole de la police de la province. Vingt autres personnes, dont des enfants, ont été blessées, selon ces deux sources. Selon M. Jumazada, la zone où a eu lieu l'explosion est sous le contrôle des talibans.

    Les talibans et l'armée afghane s'affrontent régulièrement dans la province de Ghazni. Fin novembre, au moins 30 soldats y avaient été tués dans un attentat-suicide à la voiture piégée contre une de leurs bases.

    L'Afghanistan est en proie à une recrudescence des violences, les talibans ayant mené ces dernières semaines des attaques quasi-quotidiennes contre les forces gouvernementales, malgré les pourparlers de paix en cours depuis septembre à Doha entre les deux camps. Ces négociations ont été suspendues jusqu'au 5 janvier. Les deux parties doivent encore s'accorder sur l'agenda des discussions.

    Lien permanent Catégories : AFGHANISTAN, Province de Ghazni 0 commentaire
  • L'Afghanistan annonce la liquidation du N°2 d'Al-Qaïda

    Imprimer

    La Direction de la sécurité nationale afghane a annoncé samedi 24 octobre sur Twitter que les forces de sécurité afghanes avaient tué Abu Mohsen al-Masri (photo), un chef de file de l'organisation jihadiste al-Qaïda.

    La Direction de la sécurité nationale a ajouté qu'Al-Masri, considéré comme le N°2 d'Al-Qaïda, avait été tué lors d'une opération spéciale dans la province de Ghazni.

    Abu Mohsen al-Masri figurait sur la liste des terroristes les plus recherchés du FBI américain.

    Al-Masri est accusé aux États-Unis de fournir un soutien matériel et des ressources à une organisation terroriste étrangère et d'avoir comploté pour tuer des Américain.

    Mohsen al-Masri
    Abu Hossam Abdel Raouf, aussi connu sous le nom de Mohsen Al-Masri, est né en 1958 et est considéré comme le N°2 de l'organisation jihadiste Al-Qaïda en Afghanistan. Les États-Unis l'accusent de fournir un soutien matériel et des ressources à une organisation terroriste étrangère et de comploter pour tuer des Américains, selon un communiqué du FBI.

    En septembre 2018, les États-Unis d'Amérique ont émis un mandat d'arrêt fédéral contre Al-Masri après l'avoir inculpé par le tribunal local du district sud de New York pour complot en vue de fournir un soutien matériel et des ressources à une organisation terroriste étrangère et de complot en vue de tuer des citoyens américains.

    Le journaliste afghan Bilal Sarfari a rapporté sur son compte Twitter qu'un responsable de la Direction de la sécurité nationale l'avait informé que Hussam Abdul Raouf, connu sous le nom d'Abu Mohsen Al-Masri, avait été éliminé lors d'une opération à Ander, près de Ghazni, dans le sud-est de l'Afghanistan.

    Le journaliste afghan Abdul Sayed a déclaré que la mort de Najm Abdul Raouf était un coup dur pour l'organisation. On pense qu'al-Masri était impliqué dans la gestion des opérations quotidiennes de l'organisation et qu'il était peut-être le prochain aux commandes, succédant à al-Zawahiri. Le Jamestown rapporte qu'en 2019,
    une lettre de la branche d'al-Qaïda au Kurdistan irakien était adressée simultanément à al-Zawahiri et à Abdul-Rauf.

  • Afghanistan : Neuf civils tués dans l'explosion d'une bombe au passage d'un car

    Imprimer

    Neuf personnes ont été tuées samedi par l'explosion d'une bombe au passage d'un car dans l'est de l'Afghanistan, ont annoncé des responsables locaux, qui accusent les talibans de ces attaques régulières.

    La bombe a explosé en matinée alors que le car se dirigeait de Kaboul vers Ghazni (est), a indiqué à l'AFP Waheedullah Jumazada, porte-parole du gouverneur de Ghazni. "Neuf civils, dont trois femmes, ont été tués dans l'explosion", a-t-il précisé. Quatre policiers ont également été blessés, selon le porte-parole de la police de Ghazni, Adam Khan Seerat, qui a accusé les talibans d'être responsables de l'attaque.

    La violence est montée d'un cran au cours des dernières semaines malgré des négociations de paix entre les talibans et le gouvernement afghan qui se déroulent au Qatar pour mettre fin à la violence dans le pays. L'émissaire américain pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, avait estimé cette semaine que les violences menaçaient le processus de paix.

    Vendredi, Amnesty International a indiqué qu'au moins 50 personnes avaient été tuées dans des attaques durant la semaine précédente, accusant les parties en conflit de ne pas protéger les civils. "Le monde doit réagir (..) Les civils afghans sont massacrés quotidiennement", a affirmé Omar Waraich, responsable d'Amnesty international en Asie du Sud. "La communauté internationale doit faire de la protection des civils une demande essentielle pour son soutien au processus de paix".

    Les autorités afghanes ont déjà été critiquées cette semaine après la mort de onze mineurs dans une frappe aérienne des forces gouvernementales contre une mosquée dans le nord-est du pays. Les autorités affirment que les tués étaient des combattants talibans.

    AFG_2019_Ghazni-880x551.png