Province de Farah

  • Afghanistan : Vers la fin de toute résistance à l'avancée des talibans - Pire que la chute de Saïgon en 1975 (mise à jour au fur et à mesure des évènements)

    Imprimer

    Les talibans aux portes de Kaboul
    Les talibans sont presque arrivés aux portes de Kaboul vendredi 13 août 2021, continuant leur implacable progression en Afghanistan, d'où les États-Unis et le Royaume-Uni vont évacuer en catastrophe leurs ressortissants et diplomates. Ce vendredi 13 août, seules trois grandes villes sont encore sous l'autorité du gouvernement : la capitale, Kaboul, Mazar-i-Sharif, la plus grande ville du nord, et Jalalabad (est).
    Aout 2021.jpeg

    Province de l'Uruzgan
    Mohammad Omar Shirzad.jpegMohammad Omar Shirzad (photo), le gouverneur de la province d'Uruzgan, affirme que la crise actuelle dans la province est en train d'être résolue grâce à la médiation des sages tribaux.
    "Nous négocions toujours activement avec les talibans", a déclaré Sherzad. Nous parlons et nous verrons ce qui se passe. "
    A Tirinkot, la capitale de la province, les tallibans sont en train de récupérer les armes des soldats.
    Cela faisait des mois que des combats avaient lieu entre les forces de sécurité et de défense afghanes et les talibans autour de la ville de Tirinkot.

    Province de Farah
    Cinq hauts responsables de Farah se sont réfugiés en Iran avec des centaines de membres des forces de sécurité.
    E8rHCIXUYAUcdbv.png

    Province de Faryab
    Les talibans ont lancé l'assaut sur la ville de Maymana, capitale de la province de Faryab, ce vendredi soir 13 août. Les talibans ont offert un accord de reddition aux responsables de Faryab, qui l'ont refusé et déclaré qu'ils allaient se battre jusqu'au bout. Les combats font actuellement rage dans la ville.
    E8r744AXMAIYdSp.jpeg

    E8r74fIX0AI2UZu.jpeg

    Province de Ghor
    Les talibans ont capturé Firozkoh, la capitale provinciale. Les autorités locales afghanes ont confirmé que la ville, qui compte environ 130 000 habitants, est tombée sans aucune résistance, les forces de sécurité et les représentants du gouvernement s'étant retirés de la ville. La députée Fatima Kohistani a accusé le gouverneur de la province de Ghor d'avoir cédé la ville aux talibans.

    Province de Helmand
    La ville de Leshkar Gah dans la province du Helmand, qui compte une population de 200 000 habitants, est passée sous le contrôle des talibans islamistes radicaux.
    Les affrontements ont duré des semaines autour de la ville, que les talibans tentaient de prendre depuis longtemps. Mais la ville a finalement été prise par les talibans malgré l'envoi d'une unité militaire spéciale et un appui aérien des armées de l'air afghanes et américaines. La situation a tourné à l'avantage des talibans vendredi matin 13 août après de violents combats. Abdulmacid Akhundsada, membre du Conseil provincial, a déclaré que Sami Sadate, l'un des commandants de l'armée afghane dans la région, et le gouverneur avaient quitté la ville ce vendredi matin. Les forces de sécurité de la ville se sont également retirées. 
    La grande base militaire de Lashkargah est également tombée aux mains des talibans.

    Lashkargah.jpeg

    Province de Herat : le chef de guerre Ismaïl Khan s'est rendu aux talibans
    Les talibans ont capturé le guerre afghan Ismaïl Khan après la chute d'Herat. L'ancien chef moudjahidin et membre dirigeant du parti Jamaat-e-Islami s'est rendu. Vidéo.

    Ismaïl Khan.jpeg

    Ismaïl Khan (2).jpeg

    Une source bien informée de la province d'Herat a déclaré qu'environ 800 membres des forces afghanes ont évacué l'aéroport de Shindand avant l'arrivée des talibans.
    EKvdquww.jpeg

    Province de Kandahar
    Informations encore confuses à Kandahar. Les talibans ont capturé les districts de Takhta Pul et Daman à Kandahar. Ils auraient été aperçus dans le centre ville de Kandahar, mais le ministère de la défense affirme que la ville n'est pas tombée et que l'armée résiste toujours.
    E8pt2UYXIAMX0vd.jpegUne source locale semble avoir confirmé cette revendication, affirmant que les forces gouvernementales se seraient retirées en masse vers une installation militaire à l'extérieur de la ville.

    Province de Logar
    Abdul Qayoum Rahimi, gouverneur de la province de Logar s'est rendu aux Talibans avec plus de 100 combattants. Rappelons que la province de Logar est la province d'origine du président afghan Ashraf Ghani.
    Le bureau du gouverneur, le siège de la police et d'autres installations sont tombés aux mains des talibans tandis que les combats autour du siège de services de sécurité (NDS) et de  la base de Khider se poursuivent.
    E8qZ_lpWUAEhnxH.jpeg

    Au moment de la prise de Pul-e-alam par les talibans, certains soldats afghans ont refusé de se rendre et ont tenté de s'échapper. Leur convoi a été pris en embuscade et décimé par les talibans. Certains ont été tués et blessés tandis que les autres ont été capturés vivants. Vidéo.

    Province de Takhar
    Les talibans ont lancé un assaut sur le district de Warsaj dans la province de Takhar. Le district était un refuge pour les troupes de l'ANDSF en retraite. Il y a des rapports de violents combats et des victimes. Certaines sources pro-talibans affirmant que l'ANDSF a commencé à battre en retraite. Cette dernière 'information n'est pas encore confirmée. Ci-dessous photo de talibans à Warsaj :
    E8rtDZJXsAIlsB1.jpeg

    Atmosphère de panique à l'ambassade américaine de Kaboul
    Une atmosphère de panique règne à l'ambassade des États-Unis à Kaboul. Il n'y a plus de courier. Presque tous les employés font leurs valises et un très petit nombre acceptera de se rendre à un autre endroit. Le personnel se prépare à détruire les papiers sensibles, les ordinateurs, les téléphones.

    Les États-Unis et la Grande-Bretagne envoient des troupes en Afghanistan pour évacuer le personnel de leurs ambassades
    Des responsables américains ont confirmé l'envoi de 8 000 soldats en Afghanistan pour sécuriser l'ambassade américaine à Kaboul et pour faciliter le retrait du personnel militaire américain encore présent dans le pays. La Grande-Bretagne a également annoncé qu'elle enverrait environ 600 soldats en Afghanistan.

    Le porte-parole du Pentagone, John F. Kirby, a déclaré jeudi que les talibans progressaient à travers l'Afghanistan et que les troupes américaines auront pour mission d'assurer la sécurité du personnel de l'ambassade américaine et faciliter le départ des traducteurs afghans vers Kaboul et d'autres bases militaires américaines.

    Kirby a noté que le premier vol aurait lieu dans trois jours et transporterait la première partie des 8 000 soldats, dont trois forces terrestres, deux unités navales et une unité militaire, à l'aéroport de Kaboul.

    Selon Kirby, un total de 8.000 soldats américains seront envoyés en Afghanistan et seront commandés par Pete Wazley, le commandant de la marine américaine.

    Le Pentagone a ajouté que ces forces seront autorisées à se défendre en cas d'attaque.

    Selon le département américain de la Défense, la prochaine phase du programme de transfert de troupes américaines en Afghanistan comprendra environ 1 000 fonctionnaires pour faciliter le processus des demandeurs de visa américains. Selon un porte-parole du Pentagone, le personnel sera stationné en Afghanistan ou dans d'autres régions, dont le Qatar, dans quelques jours.

    La troisième phase du programme prévoit l'envoi d'une équipe d'infanterie de l'armée américaine de Caroline du Nord au Koweït et, si nécessaire, constituera une force de réaction rapide pour la sécurité de Kaboul.

    Kirby a déclaré que les troupes seraient stationnées au Koweït la semaine prochaine.

    Pendant ce temps, le secrétaire britannique à la Défense, Ben Wallace, a déclaré que la Grande-Bretagne envoyait des centaines de soldats en Afghanistan pour aider les citoyens britanniques et les traducteurs locaux.

    Selon Wallace, le nombre de ces soldats, y compris les équipes médicales, atteindront 600 personnels.

    Par ailleurs, le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, a averti vendredi que son pays pourrait retourner en Afghanistan s'il commençait à abriter al-Qaïda d'une manière qui menace l'Occident.

  • Afghanistan : Les talibans resserrent l'étau sur Mazar-i-Sharif, les civils fuient

    Imprimer

    E8ZqSZwXEAIoWOu.jpegLes talibans commençaient mardi à resserrer l'étau sur Mazar-i-Sharif, la plus grande ville du nord de l'Afghanistan, provoquant une fuite massive des civils. Le célèbre commandant de brigade de l'Armée afghane, Muneeb Amiri (photo ci-contre), a été grièvement blessé lors d'affrontements avec les talibans lundi 9 août.

    Si Mazar-i-Sharif, cité historique et carrefour commercial, venait à tomber à son tour, le gouvernement n'aurait plus aucun contrôle sur le nord du pays, une région pourtant traditionnellement férocement opposée aux talibans. C'est là qu'ils avaient rencontré l'opposition la plus acharnée lors de leur accession au pouvoir dans les années 1990. L'Alliance du Nord avait trouvé refuge dans le Nord-est pour mener la résistance lorsqu'ils dirigeaient le pays, entre 1996 et 2001.

    Les talibans, qui avancent à un rythme effréné, contrôlent désormais cinq des neuf capitales provinciales du Nord - six sur 34 au total dans tout le pays - et des combats sont en cours dans les quatre autres. Après avoir conquis dimanche en quelques heures Kunduz, la grande ville du Nord-est, ainsi que Taloqan et Sar-i-Pul, les talibans ont ajouté lundi Aibak, capitale de la province de Samangan, à cette liste.

    Ils s'étaient emparés samedi de Sheberghan, fief du célèbre chef de guerre Abdul Rashid Dostom, et vendredi de Zaranj, capitale de la lointaine province de Nimroz (sud-ouest), à la frontière avec l'Iran. Dans la nuit du lundi 9 au mardi 10 août 2021, ils ont attaqué la périphérie de Mazar-i-Sharif, Pul-e-khomri et Faizabad, trois capitales provinciales du Nord, mais ont été repoussés, a indiqué le ministère de la Défense. Ils ont aussi été refoulés à Farah (ouest), selon la police locale.

    Renforts des forces gouvernementales à Mazar-i-Sharif
    Le Ministère de la Défense afghan a publié une vidéo montrant des renforts se dirigeant vers Mazar-i-Sharif, Balkh avec les combattants fidèles au chef de guerre ouzbèk Abdurrashid Dostum.
    E8clGjfWUAYXBuD.jpeg

    Pour l'administration Biden, c'est aux Afghans de se défendre
    Alors que les combats font rage dans le Nord, mais aussi dans le Sud autour de Kandahar et dans Lashkar Gah, une nouvelle réunion de négociations entre les talibans et le gouvernement devait avoir lieu mardi et mercredi à Doha. Le processus de paix s'est ouvert en septembre 2020 au Qatar, dans le cadre de l'accord de paix conclu en février 2020 entre les talibans et Washington prévoyant le départ total des troupes étrangères d'Afghanistan. Ce retrait doit être achevé d'ici le 31 août.

    Mais les discussions sont au point mort et les talibans ont lancé une offensive en mai 2021, quand a débuté le retrait américain. Après s'être emparés de vastes territoires ruraux sans rencontrer beaucoup de résistance, ils se sont tournés depuis début août vers les centres urbains.

    Même si les espoirs sont minces de voir les pourparlers déboucher sur un résultat concret, les États-Unis ont décidé d'envoyer à Doha leur émissaire, Zalmay Khalilzad, pour "exhorter les talibans à cesser leur offensive militaire et à négocier un accord politique, seule voie menant à la stabilité et au développement en Afghanistan". Mais l'administration du président Joe Biden n'a aucunement l'intention de changer de ligne. Elle maintiendra son soutien à Kaboul, mais c'est aux Afghans de prendre leur destin en mains. "C'est leur pays qu'il s'agit de défendre. C'est leur combat", a dit lundi le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

    Les violences ont poussé des dizaines de milliers de civils à fuir leur foyer dans tout le pays ces dernières semaines, les talibans étant accusés de nombreuses atrocités dans les endroits tout juste passés sous leur coupe. "Ils frappent et pillent", a déclaré Rahima, une femme qui campe maintenant avec des centaines de personnes dans un parc de Kaboul après avoir fui la province de Sheberghan.
    E8almG0WYA0wxVL.jpeg

    "S'il y a une jeune fille ou une veuve dans une famille, ils les prennent de force. Nous avons fui pour protéger notre honneur", a-t-elle ajouté. 

    Lorsqu'ils étaient au pouvoir, les talibans avaient imposé leur version très stricte de la loi islamique. Les femmes avaient interdiction de sortir sans un chaperon masculin et de travailler, et les filles d'aller à l'école. Les femmes accusées de crimes comme l'adultère étaient fouettées et lapidées à mort.

    Mardi, le calme était revenu dans le centre de Kunduz, selon des habitants interrogés par l'AFP. Les talibans ne patrouillaient plus les rues, où les commerces et restaurants avaient rouvert. Les affrontements se poursuivaient toutefois aux abords de l'aéroport resté aux mains des forces gouvernementales. "Les gens ouvrent leur magasin et leur commerce. Mais vous pouvez encore voir la peur dans leurs yeux. La situation est très incertaine, les combats peuvent réapparaître en ville à tout moment", a déclaré Habibullah, un commerçant.

    A Kandahar et Lashkar Gah, deux fiefs historiques des insurgés qu'ils tentent de reprendre, les civils restaient pris au piège des combats. Trois ont été tués et 20 blessés, dont des femmes et des enfants, ces dernières 24 heures, a indiqué l'hôpital Mirwais de Kandahar. A Lashkar Gah, les hôpitaux des ONG Médecins sans frontières (MSF) et Emergency ont été touchés par un bombardement, sans qu'il y ait de victimes, a indiqué MSF lundi soir sur Twitter.

    Province de Baghlan
    Une vidéo  circulant sur Telegram montre d'intenses combats dans et autour de PD-2 à Pul-e-Khumri, capitale de la province de Baghlan. Aux dernières nouvelles, la majeure partie de la ville de Pul-e-Khumri est tombée, cet après-midi (mardi), aux mains des talibans. Les responsables de l'administration locale et les forces pro-gouvernementales (restantes) se sont retirées. Des sources locales disent qu'un accord a été conclu entre les talibans et les autorités locales/forces pro-gouvernementales grâce à la médiation des anciens locaux. Vidéo des talibans à l'intérieur de Pul-e-Khumri.

    Province de Ghazni : Les talibans exécutent deux policières enlevées à Ghazni
    Les talibans ont exécuté deux policières qui avaient été enlevées dimanche 8 août 2021 dans la ville de Ghazni, a confirmé une source sécuritaire.  Les talibans ont ensuite jeté leurs cadavres dans le quartier Kashk de la ville. Les talibans avaient enlevé les deux policières dans la zone de Sai Ganj du PD1 à Ghazni. Les policières, qui s'appelaient Uzra et Maryam, servaient au PD3 de la ville de Ghazni.

    Située dans le sud du pays, Ghazni est une province volatile où les talibans contrôlent des pans de territoires, y compris des parties de la capitale provinciale.

    Le poste frontière de Spin-Boldak, aux mains des talibans, rouvert au trafic vers le Pakistan
    Des sources pro-talibans semblent confirmer que le passage frontalier Chaman-Spin Boldak sera rouvert. Apparemment, un accord a été conclu entre les talibans et les responsables pakistanais sur la question de la gestion des frontières.
    E8bYIIcXICMKT88.jpeg

    Aux dernières nouvelles, les talibans ont commencé à débloquer la frontière Chaman-Spin Boldak ce mardi soir 10 août 2021. Des sources pro-talibans et semi-officielles ont affirmé que les autorités pakistanaises avaient accepté les demandes des talibans.
    E8cjK8kXEAIp_KE.jpeg

    7hLQVitS.jpegProvince de Farah : La ville de Farah aux mains des talibans (Breaking news)
    La ville de Farah (carte ci-contre et photo ci-dessous) serait tombée aux mains des talibans, devenant la 7ème capitale provinciale à être capturée par les talibans en une semaine. Le chaos total règne dans la ville en ce moment, selon un témoin. Vidéo des talibans dans la ville de Farah.

    "Cet après-midi (mardi), les talibans sont entrés dans la ville de Farah après avoir brièvement combattu les forces de sécurité. Ils ont pris le bureau du gouverneur et le quartier général de la police. Les forces de sécurité se sont retirées vers une base de l'armée", a annoncé à l'AFP Shahla Abubar, une conseillère provinciale.

    Outre le QG du gouverneur, la prison de la ville de Farah a également été occupée par les talibans qui se sont empressés de libérer les prisonniers, selon leur habitude. Actuellement, seul le QG du service de renseignement afghan NDS continue de résister. 
    E8bojFlWEAc_KOh.jpeg

    L'Etat islamique-Khorasan critique les relations entre talibans et la Chine
    https___bucketeer-e05bbc84-baa3-437e-9518-adb32be77984.s3.amazonaws.com_public_images_24b25c1f-1b22-4f86-9fed-8ed42f90cd61_1280x720.jpeg

    L'État islamique-Khorasan a critiqué les relations des talibans avec la Chine, les États-Unis et la Russie, présentant le mouvement taliban comme un allié et un mandataire des ennemis de la "grande puissance de l'Islam".

    L'État islamique en Irak et en Syrie développer leurs messages sur la question dès 2014 ( numéro 6 du magazine Dabiq par exemple), et l'EI a depuis perpétué cette tendance. Cependant, ces récits se sont progressivement propagés à l'Est – du noyau traditionnel du pouvoir de commandement et de contrôle de l'EI à ses branches régionales en Asie – au fur et à mesure qu'il construisait son réseau mondial de groupes militants.

    L'État-islamique-Khorasan a été fondée en 2015 et opère principalement en Afghanistan, mais pas exclusivement. 

    L'Etat-Islamique-Khorasan accuse les talibans d'obéir aux ordres de Pékin en acceptant d'empêcher les jihadistes de mener des opérations contre la Chine depuis le sol afghan. Il présente également les talibans comme une force par procuration pour la Chine qui cible les combattants de l'État islamique à l'intérieur de l'Afghanistan à la demande de Pékin.

    Une vidéo récente publiée par Khalid Media, un média local de l'Etat_islamique-Khorasan, comprenait plusieurs clips de responsables talibans socialisant et serrant la main de diplomates chinois tout en montrant des images de Ouïghours détenus et maltraités par les forces de sécurité au Xinjiang. Leur intention est de mettre en évidence l'hypocrisie de l'émirat islamique autoproclamé d'Afghanistan. De même, une déclaration publiée par Khurasan Wilayah News a critiqué les représentants des talibans pour leurs visites luxueuses à Pékin, Moscou et Doha en plus d'autres fautes à leurs yeux.

    La stratégie de l'Etat_Islamique_Khorasan est de "délégitimer" les talibans en tant que mouvement islamiste » et de présenter le groupe comme redevable aux puissances étrangères, notant également que l'État islamique a lancé une campagne de hashtag sur les réseaux sociaux accusant les talibans d'être un « Blackwater en blanc. "

  • Afghanistan : Derniers développements

    Imprimer

    De violents affrontements ont éclaté à travers le pays au cours des deux derniers mois alors que les talibans lancent des attaques majeures et prennent le contrôle des zones rurales, des postes frontaliers et des capitales régionales, incitant les forces afghanes et américaines à lancer des frappes aériennes dans le but de repousser les militants.

    Province de Balkh 
    Le ministère afghan de la Défense a déclaré que le district de Kaldar de la province de Balkh avait été repris aux talibans. Près de 20 talibans auraient été tués au cours de l'opération, annonce le ministère.
    E7NSc6SWQAIqoR6.jpegE7NScaSXMAoIsSp.jpeg

    E7NScrkXoAAsrCm.jpeg

    Province de Farah
    Cinq talibans ont été tués et huit autres blessés par une frappe de l'armée de l'air afghane.
    Un communiqué du siège de la police de Farah a indiqué que les frappes aériennes avaient été menées conte un groupe de talibans dans le village de Shaghi du district de Bakwa.
    Fida Mohammad, un haut commandant taliban, ferait partie des talibans mis hors de combat.
    Le raid a été mené par des avions (Type 3) et (PC4). Un Humvee et une quantité d'armes et de munitions des talibans ont été détruits au cours du raid.

    Province de Herat
    Les talibans voulaient lancer une attaque sur deux fronts contre le barrage de Salma dans le district de Chisht.
    Cependant, les autorités locales ont déclaré dans un communiqué que les forces afghanes avaient repoussé les attaques et tué cinq talibans et blessé sept autres.
    Il n'y a eu aucune victime parmi les forces afghanes.

    Province de Paktika : 40 talibans tués
    Le ministère afghan de l'Intérieur a revendiqué avoir mis hors de combat 40 talibans dans la province orientale de Paktia.

    Province de Samangan : Un pilote de l'armée de l'air enlevé
    Les talibans ont enlevé Esmatullah Karimi, pilote de l'armée de l'air afghane, à Robatak, province de Samangan. L'enlèvement a eu lieu à un poste de contrôle illégal sur l'autoroute Kaboul-Mazar, lundi 26 juillet.
    Karimi est originaire du district de Doshi de la province de Baghlan.
    Karimi pilote.jpeg

    Province de Zabul : Un commandant taliban hors de combat
    Une commandant Taliban nommé Qari Qased a été tué avec 6 autres insurgés dans une contre-attaque de l'armée afghane dans la province de Zabul.
    E7OGVA2XsAUJp6S.jpeg

    Toujours des pourparlers entre gouvernement et talibans à Doha (Qatar)
    Les négociateurs se sont réunis dans la capitale qatarie, Doha, ces dernières semaines, mais les diplomates ont averti que les pourparlers de paix avaient peu progressé depuis leur début en septembre dernie

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    900 attaques des talibans en une semaine
    Les talibans ont mené chaque jour entre 150 et 200 attaques, la semaine dernière. Ils ont exécuté plus de 900 attaques dans la même période.

    Kaboul plongé dans le noir après la destruction de pylônes électriques
    L'incident s'est produit dans le village de Mirzakhil, dans le district de Kalakan à Kaboul, vers 4 h 45. Deux pylônes électriques qui transportent 220 kilovolts d'électricité importés d'Ouzbékistan à Kaboul ont été détruits et un troisième pylône partiellement endommagé.

    DABS a déclaré que la bombe a été placée près d'un autre pylône électrique dans la région, mais une équipe de l'armée afghane est dans la région pour désamorcer la bombe.

    La principale compagnie d'électricité, Da Afghanistan Breshna Sherkat (DABS).a déclaré que ses techniciens seront envoyés dans la zone une fois que la zone sera sécurisée.
    E0xo8_XXoAMeAe_.jpeg


    Province de Baghlan
    La vieille ville du district de Baghlan-e-Markazi est tombée aux mains des talibans, jeudi matin 6 mai 2021
    , sans aucune résistance des forces de sécurité stationnées dans le secteur. Il semble qu'environ 50 soldats aient abandonné deux bases dans le district de Baghlan-e-Markazi et se seraient «rendus» aux talibans mercredi soir. Du côté des talibans, on parle d'une reddition de 200 soldats. Le ministère de la défense a démenti ces informations et déclare qu'aucun soldat des forces afghanes ne s'est rendu à l'ennemi.

    Baghlan-e-Markazi est située au nord de la province de Baghlan. Rappelons que la localité de Baraka était déjà tombée, le 5 mai, aux mains des talibans. 

    Pour contrer l'offensive des talibans, le ministère de la Défense a dépêché des unités de commandos à Baghlan. Celles-ci ont aussitôt été engagées sur le terrain dans les districts de Baghlan-e-Markazi et Dahana-e-Ghori à la périphérie de la ville de Pul-e-Khumri.

    Province de Farah : Les militaires abandonnent 3 bases à Bala Buluk
    Jeudi soir, les militaires afghans ont évacué deux bases à Shawn et une autre à Pastoo Khan à Bala Buluk. Les talibans, ainsi que des habitants,  sont venus piller ce qui restait dans les bases. Des frappes aériennes ont été menées contre les bases abandonnées provoquant la mort de talibans et de civils.  

    Province de Ghazni
    Les talibans ont investi un avant-poste militaire dans la région d'Arezu, dans le sud de la province de Ghazni. 

    Nemat Rawan (journaliste assassiné).jpegProvince de Kandahar - Assassinat d'un journaliste
    Nemat Rawan (photo), ancien présentateur de TOLO News et responsable des médias au ministère afghan des Finances, a été assassiné, jeudi 6 mai, lors d'une attaque armée par des inconnus dans le PD-14 de la ville de Kandahar, juste un jour après que les talibans aient menacé les journalistes dans une déclaration.

    Les talibans ont réfuté dans une déclaration toute responsabilité dans l'assassinat de Nemat Rawan et accusé le gouvernement.

    L'unité 29155 russe coopérait avec les talibans pour tuer des Américains
    Des informations récemment déclassifiées prouveraient que les talibans ont travaillé en étroite collaboration avec l'unité 29155, la célèbre unité d'assassinats de la Russie, une conclusion qui a renforcé les affirmations que la Russie offrait des primes pour les attaques contre les troupes américaines.

     

     

  • Afghanistan : Des dizaines de talibans tués dans des batailles avec les forces afghanes

    Imprimer

    Le ministère afghan de la Défense a annoncé dimanche 2 mai que les affrontements entre les forces gouvernementales afghanes et les insurgés talibans avaient tué plus de 100 combattants du mouvement islamiste afghan au cours des dernières 24 heures, tandis que l'armée américaine a remis une base militaire dans le sud du pays. à l'armée afghane.

    Le lendemain de son départ officiel d'Afghanistan, l'armée américaine a remis dimanche à l'armée afghane la base du Camp Antonik à Helmand, la province méridionale qui est un bastion du mouvement taliban.

    Des affrontements ont eu lieu entre les talibans et les forces gouvernementales dans plusieurs États, dont l'ancien bastion taliban de Kandahar, où l'armée américaine a mené une "frappe précise" samedi alors que le retrait officiel de ses soldats commençait.

    Le ministère a déclaré dans un communiqué que 52 combattants talibans avaient été blessés dans les affrontements, sans donner de détails sur les victimes parmi les forces gouvernementales.

    Les talibans n'ont pas commenté cette nouvelle, notant que tant l'armée afghane que les talibans surestiment généralement les pertes de l'autre camp.

    Les derniers mois ont vu la poursuite des combats en Afghanistan alors que les efforts de paix pour mettre fin au conflit vieux de 20 ans ont échoué.

    L'armée américaine a officiellement commencé samedi à retirer ses 2500 soldats restants du sol afghan, conformément aux ordres du président Joe Biden le mois dernier.

    Des responsables américains sur le terrain ont déclaré que le retrait avait commencé quelques jours avant le début du mois de mai, date limite convenue entre Washington et les talibans l'année dernière pour achever le retrait.

    Et le retrait de toutes les forces américaines prendra fin au 20e anniversaire des attentats du 11 septembre, a annoncé Biden.

    Samedi, l'armée américaine a déclaré qu'elle avait mené une "frappe précise" après qu'un aéroport de Kandahar, où se trouvait une base américaine, ait subi des tirs indirects qui n'ont pas causé de dégâts.

    L’attaque contre la base, dont aucun groupe n’a revendiqué la responsabilité, s’est accompagnée de l’avertissement des talibans selon lequel l’incapacité de l’armée américaine à achever le retrait de ses forces le 1er mai signifie qu’elle a violé l’accord signé entre eux l’année dernière.

    "Cela ouvre en principe la voie à nos moudjahidines pour prendre les mesures appropriées contre les forces d'invasion", a déclaré à l'AFP le porte-parole des talibans Muhammad Naim, ajoutant que le mouvement attendait les ordres de ses dirigeants sur le cours de ses travaux futurs.

    Depuis la conclusion de l'accord de retrait américain, les talibans ne se sont pas affrontés directement avec les forces étrangères, mais ils ont violemment attaqué les forces gouvernementales dans les campagnes et les villes.

    Les responsables afghans ont déclaré que toutes les forces étrangères seraient transférées vers la plus grande base américaine de Bagram en Afghanistan, avant de partir pour leurs pays.

    Province de Farah : 22 soldats tués au cours de l'attaque de leur camp par les talibans
    Les talibans ont capturé une base militaire à Bala Buluk, dans la province de Farah, dimanche soir 2 mai 2021.

    Les militants auraient pénétré à l'intérieur de la base après avoir creusé un tunnel.

    Selon les responsables provinciaux, 22 membres des forces de défense et de sécurité nationales afghanes, y compris des commandos, ont été tués au cours de l'attaque.  4 membres de l'ANDSF sont également portés disparus.

    L'incident s'est produit dans la région de Shewan, dans le district de Bala Buluk. Après avoir pris le contrôle de la base,  les talibans ont occupé tout le district, ont rapporté les médias.

    Les talibans ont revendiqué la responsabilité de l'attaque.
    2021:05:03.jpeg

    Province de Farah : 13 civils blessés par l'explosion d'une mine
    Au moins 13 civils ont été blessés par l'explosion d'une mine dans la province de Farah , dans l'ouest de l' Afghanistan , a rapporté la chaîne de télévision locale Ariana News, citant des responsables anonymes.

    L'incident aurait eu lieu dans la ville de Farah. Des militants ont fait exploser une mine au bord de la route, leur cible était un convoi du chef adjoint du service de sécurité provincial. Cependant, l'explosion a blessé 13 civils, dont des enfants.
    2021:05:03 - 2.jpeg

     

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Suspension des pourparlers inter-afghans en attendant des éclaircissements sur la politique que mènera Joe Biden
    Le Conseil suprême de réconciliation nationale a déclaré que les talibans avaient suspendu les pourparlers de paix en attendant le résultat d'un examen de l'accord de paix par la nouvelle administration américaine.

    Azizullah Din Mohammad, le chef adjoint du conseil, a déclaré que les talibans ne voulaient pas que le gouvernement américain révise l'accord exécutif avec eux, que le gouvernement américain ait changé ou non. "Les talibans attendent les résultats", a-t-il dit. . C’est pourquoi les pourparlers ont été interrompus par les talibans. "

    D'un autre côté, un membre de l'équipe de négociation du gouvernement afghan a déclaré que la délégation des talibans ne s'était pas présentée à la table des négociations depuis un mois.

    Un autre membre de la délégation gouvernementale afghane a  accusé les talibans de ne pas avoir mené de véritables pourparlers de paix.hD0qw7Si.jpegKaboul 
    Le ministère de la Défense revendique l'élimination de 18 talibans avaient dans le district de Surobi
    Le ministère de la Défense (MoD) a annoncé que 18 Taliban avaient été tués et six autres blessés lors d'une opération menée par l'armée dans le district de Surobi, dans la province de Kaboul.

    Fawad Aman, porte-parole adjoint du ministère de la Défense, a déclaré dimanche 14 février que l'opération avait été menée par les forces de sécurité dans le quartier "Dagri Jagoldak" du district de Surobi. Il a ajouté que de vastes zones du district de Surobi étaient désormais débarrassées des talibans.

    L'armée de l'air a également participé à l'opération.

    Surobi
    Surobi est l'un des districts les plus importants de l'est de Kaboul. Il y a trois centrales électriques dans le quartier.

    Jeudi, cinq agents de sécurité publique chargés de sécuriser le personnel de la Mission d’assistance des Nations Unies à Kaboul avaient été tués au cours d'une embuscade dans le même  district.

    sorobi.jpg

    Province de Badghis : Le ministère de la Défense revendique avoir tué avoir 30 insurgé dans le district abkamari
    Le ministère afghan de la Défense a revendiqué avoir mis hors de combat  deux groupes armés. 30 Talibans, dont deux chefs, ont été tués et 11 autres blessés, selon le MoD.

    Le ministère de l'Intérieur (MoI) a déclaré dans un communiqué la semaine dernière que l'opération était menée par les forces terrestres et aériennes afghanes dans quatre villages du district d'Abkamari dans la province de Badghis.

    Najibullah et Gul Ahmad, deux dirigeants talibans, font partie des combattants abattus lors de l'opération, selon le communiqué.

    Abkamari est l'un des districts est régulièrement le théâtre d'affrontements entre les forces afghanes et les talibans..2021:02:14.jpeg

    Province de Farah : Les responsables de la sécurité de Farah affirment que cinq talibans ont été tués et trois autres blessés.
    Mohibullah Mohib, porte-parole de la police de Farah, a déclaré :  "Les forces de sécurité ont tué le groupe terroriste alors qu'il avait l'intention de mener une offensive contre l'un des postes de contrôle de sécurité du village de Barang Tut, la capitale de la province de Farah. Heureusement, les forces de sécurité et les forces de défense afghanes sont entrées en action et ont éliminé le groupe terroriste."
    2021:02:14.jpeg
    Province de Helmand
    Les talibans ont revendiqué l'assassinat d'un officier supérieur de l'armée afghane, lHekmatullah, la saisie de ses documents, de son arme et de son véhicule à Gereshk, dans le Helmand. 

    2021:02:14.jpeg

    Province de Laghman
    Les services de renseignement afghans (NDS) affirment que leurs forces spéciales ont arrêté 7 talibans à Laghman. Ils sont soupçonnés d'avoir cherché à perpétrer des assassinats ciblés en utilisant des MIED.
    2021:02:14.jpeg

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    209ème corps Shaheen.jpegProvince de Faryab
    Le commandant du 209e corps Shaheen de l'armée afghane, Agha Afzali, a été tué au cours de combats avec les talibans dans la province de Faryab.

    EtY00rvWQAItqjM.jpegProvince de Herat
    Noorullah Nazari, chef des services de renseignement afghans (NDS) pour le district de Ghoriyan à Herat, a été tué dans une embuscade tendue par les talibans sur la route Ghoryan-Zindajan.
    Le gouverneur du district de Ghoriyan, Farhad Khadimi, qui faisait partie du même convoi, s'en est sorti indemne.

    Province de Kunduz
    16 membres des forces gouvernementales ont été tués dans l'attaque des talibans  contre une base des forces de sécurité du district de Khanabad. Quatre civils ont également été tués et deux autres blessés. L'attaque a eu lieu jeudi soir au col d'Eid-ul-Fitr, l'un des endroits les plus stratégiques du district de Khanabad. La plupart des victimes sont originaires de la province de Kunduz.

    Les talibans ont également subi des pertes dans l'attaque, mais on ignore le nombre des pertes chez les insurgés.

    Le chef du conseil provincial de Kunduz affirme que l'insécurité et le nombre de victimes a récemment augmenté dans la province de  Kunduz. Il regrette qu'aucune mesure ou programme de sécurité sérieux n'a été pris par les responsables du centre et de l'administration locale de Kunduz pour repousser les talibans.

    Kunduz est une des provinces du nord-est où la guerre fait rage. L'activité des talibans dans cette province est devenue un problème majeur.