Province de Diyala

  • Irak : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Au moins 16 personnes ont été tuées, et neuf autres blessées lors des violences du mercredi 3 mars 2021:
    Un entrepreneur américain est mort d'une crise cardiaque après que 10 roquettes soient tombées sur la base d'Ain al-Asad.

    Une attaque à Metabijh a fait deux morts et quatre blessés parmi les policiers.

    Un soldat a été tué et trois autres ont été blessés lors d'une explosion à Tuz Khormatu.

    Près de Jalawla, un sniper a blessé deux soldats tandis que des frappes aériennes mettaient hors de combat quatre jihadistes de Daech.

    Les opérations dans les provinces de Salah ad Din et Kirkuk ont fait huit morts parmi les membres de Daech. Des F-16 de l'armée de l'air irakienne ont éliminé 7 jihadistes et détruit plusieurs abris de Daech dans la zone entre le nord de la province de Salahuddine et le sud-ouest de celle de Kirkouk. Vidéo

    Par ailleurs, selon la Coalitions internationale, le colonel Wayne Marotto de l'OIR, l'armée irakienne a mené une série d'opérations sécuritaires dans les provinces de Kirkouk, Niinive et Diyala, capturant 63 jihadistes et mettant à jour 2 caches de munitions.

     

  • Irak: L'armée irakienne lance une opération contre Daech dans la province de Diyala

    Imprimer

    L'armée irakienne a lancé une opération militaire contre l'organisation islamiste Daech dans la province de Diyala (est), selon une source sécuritaire.

    L'opération se déroule avec la participation de l'armée, de la police et du Hashd al-Chaabi, une coalition de milices chiites pro-iraniennes intégrée aux forces de sécurité irakiennes. 

    L'opération se déroule avec la participation de l'armée de l'air à la périphérie du district de Jalawla, au nord-est de Diyala, après que des mouvements des éléments de l'Etat islamique aient été repérés dans la région.

  • Irak : Le wali du sud de l'Irak de l'Etat islamique tué dans une frappe aérienne près de Bagdad

    Imprimer

    Wali du sud .jpegUne source militaire irakienne a déclaré mardi 2 février qu'un important dirigeant de l'Etat islamique avait été tué lors d'une frappe aérienne près de la capitale, Bagdad.

    La source, qui est un lieutenant du Commandement des opérations de Bagdad (armée), a déclaré : "Le wali du sud de l'Irak de l'Etat islamique appelé Jabbar ali Fayyar, alias Abou Hassan al-Gharabawi a été tué par une frappe aérienne à al-Zaidan (à l'ouest de la Capitale)." Six autres jihadistes ont également été tués, parmi lesquels Amer Abtan, alias Abu Rabei, responsable du transfert.

    La source a ajouté qu'un avion de combat irakien avait lancé l'attaque contre la cache "Al-Gharabawi", sur la base de renseignements précis.

    Par ailleurs, les renseignements irakiens ont déclaré dans un communiqué que ses forces avaient arrêté 7 membres de l'Etat islamique dans les provinces de Ninive (nord) et d'Anbar (ouest).

    Et récemment, les forces irakiennes ont intensifié leurs campagnes d'élimination des restes de l'Etat islamique, dans un contexte d'attaques terroristes qui ont tué des dizaines de personnes à Bagdad et dans le gouvernorat de Salahuddin (nord) le mois dernier.

    Ces derniers mois, les attaques de membres de l'Etat islamique se sont multipliées, en particulier dans la zone située entre Kirkouk et Salahuddin (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort".

     

  • Irak : 5 membres de la coalition de paramilitaires chiites Hashd al-Chaabi  tués dans une attaque armée

    Imprimer

    Au moins cinq membres du Hashd al-Chaabi, une coalition de groupes paramilitaires irakiens pro-iraniens  ont été tués, mardi 2 février, dans une attaque armée dans la province de Diyala, à l'est du pays, selon une source sécuritaire locale.

    La source a déclaré que "des hommes armés soupçonnés d'être membres de Daech ont tendu une embuscade à la patrouille du Hashd al-Chaabi dans le nord-est de Diyala".

    L'attaque a fait cinq morts dans les rangs du groupe paramilitaire chiite.

    Le Hashd al-Chaabi, et en particulier les factions proches de l'Iran, font face à des accusations d'exactions et de violations des droits de l'Homme contre les Sunnites. La "Mobilisation" est également pointée du doigt pour "la répression des protestations populaires'' qui avaient débuté en 2019, contre la classe politique irakienne, accusée de corruption et de servitude à l'étranger.

    L'Irak a intensifié ses campagnes de traque des forces restantes de l'Etat islamique (Daech en arabe) au cours des derniers jours, à la suite d'un double attentat-suicide, survenu jeudi dernier, et qui avait visé des civils sur un marché populaire bondé du centre de Bagdad. L'attentat revendiqué par l'Etat islamique avait fait 32 morts et 110 blessés.

    Ces derniers mois, les attaques, d'éléments présumés de Daech, se sont multipliées, en particulier dans la zone située entre Kirkouk et Salahuddin (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort".

  • Irak : Affrontements entre la coalition de milices chiites (Hashd al-Chaabi)  et Daech dans le désert d'Anbar

    Imprimer

    Mercredi 27 janvier 2021, le commandement de la coalition de milices chiites Hashd al-Chaabi a annoncé que ses forces (photo) s'étaient affrontées avec des éléments de l'Etat islamique lors d'une opération sécuritaire dans le désert de la province sunnite d'Anbar, à l'ouest du pays.

    "Les forces de mobilisation populaire (Hashd al-Chaabi) ont mené une opération dans le désert occidental d'Anbar et se sont affrontées avec des gangs terroristes de l'Etat islamique pendant l'opération", a déclaré le commandant des opérations d'Anbar du Hashd al-Chaabi Qassem Musleh.

    Il a ajouté: "La force a découvert lors de l'opération de ratissage des repaires de l'Etat islamique. Les affrontements se poursuivent toujours, et l'opération sécuritaire se poursuit afin d'éliminer les poches terroristes dans le désert".

    Al-Hashd al-Shaabi fait officiellement partie des forces armées irakiennes, mais est en fait subordonné au Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI).

    Par ailleurs, le commandement de l'armée a rapporté qu'une unité de renseignement militaire de la 14e division d'infanterie, avec la participation de combattants de la 51e brigade d'infanterie, avait arrêté l'instructeur en chef des groupes al-Kahuasir, al-Qaad et al-Jammah collaborant avec l'Etat islamique. L'opération a été montée sur la base d'informations.

    4 combattants de Daech tués par une frappe aérienne de la Coalition dans le nord
    Le ministère irakien de la Défense a annoncé, mercredi, la mort de 4 membres de l'Etat islamique, lors d'une frappe aérienne menée par la Coalition internationale, au nord du pays.

    Selon la déclaration de la cellule des médias de sécurité affiliée du ministère de la Défense, "la Coalition internationale (dirigée par les États-Unis) a bombardé des fiefs de l'organisation à l'aide d'armes avancées dans la province de Kirkouk (nord)".

    Le communiqué a déclaré que "les forces de l'armée irakienne ont ratissé la zone ciblée et trouvé les corps déchiquetés des 4 éléments terroristes.

    "L'opération intervient dans le cadre des opérations préventives supervisées par le Commandement des opérations conjointes (de l'armée irakienne) pour éliminer ces groupes terroristes dans les régions montagneuses et reculées du pays", explique le communiqué.

    Les Etats-Unis dirigent une coalition internationale composée de plus de 60 pays, pour lutter contre l’organisation terroriste Daech en Irak. Elles fournissent une formation et des conseils tactiques aux forces armées locales.

    L'Irak a intensifié ses campagnes de traque des forces restantes de l'Etat islamique au cours des derniers jours, à la suite d'un double attentat-suicide, survenu jeudi 21 janvier, et qui a visé des civils sur un marché populaire bondé du centre de Bagdad. L'attentat, revendiqué par l'Etat islamique avait fait 32 morts et 110 blessés.

    Ces derniers mois, les attaques, d'éléments présumés de Daech, se sont multipliées, en particulier dans la zone située entre Kirkouk et Salah al-Din (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort".

     

     

  • Irak : Les attaques de l'Etat islamique en 2020

    Imprimer

    L'Etat islamique revendique avoir mené en 2020 1 422 opérations, qui auraient fait 2 748 morts et blessés. Les provinces les plus touchées ont été Diyala, Salahuddine, al-Anbar et Kirkuk. Au cours des 15 derniers mois, l'Irak a été le principal théâtre des actions terroristes menées par l'Etat islamique par rapport à l'ensemble des territoires où le groupe jihadiste est présent.

    ErYtRsPWMAEzhM0.jpeg

     

  • Irak : 42 membres de l'Etat islamique tués lors d'une opération de l'armée dans la province de Ninive

    Imprimer

    L'armée irakienne a annoncé, dimanche 13 décembre, avoir éliminé 42 membres de l'Etat islamique lors d'un raid de deux jours soutenu par des avions de la coalition internationale dans le gouvernorat de Ninive, au nord du pays.

    L'information a été donnée par le porte-parole du commandant en chef des forces armées irakiennes, le général de division Yahya Rasul.

    Rasoul a déclaré que les forces du service antiterroriste avaient lancé une campagne de ratissage baptisée "torrent de ratissage '' à la poursuite des restes de l'Etat islamique dans la région d'Ain Juhaish, au sud de Ninive, sur ordre du Premier ministre Mustafa Al-Kazemi.

    Les affrontements avec les jihadistes de Daech ont duré deux jours et se sont soldés par la mort de 42 membres de l'Etat islamique, parmi lesquels plusieurs dirigeants de l'organisation en charge de la province de  Ninive, dont l'un était surnommé "Baraa".

    Il a expliqué que "l'opération a été lancée avec le soutien aérien de l'aviation de l'armée irakienne et de l'aviation de la coalition internationale", sans détails sur l'identité et le nombre des forces participantes.

    Depuis le début de cette année, les forces iraquiennes ont intensifié leurs opérations de ratissage et de raids à la poursuite des restes de l '«État islamique» pour faire face à l'augmentation des attaques des jihadistes, en particulier dans le «Triangle de la mort» entre les gouvernorats de Kirkouk, Salah al-Din (nord) et Diyala (est).

    En 2017, l'Irak avait déclaré la victoire totale sur l'Etat islamique après avoir récupéré toutes ses terres occupées à l'été 2014 par l'Etat islamique et qui étaient estimées à environ un tiers de la superficie du pays.

    Cependant, l'organisation terroriste maintient toujours des cellules dormantes dans de vastes zones en Irak et lance des attaques de plus en plus fréquentes.