Province de Dhi Qar

  • Irak : Trois attentats visant les forces de la coalition internationale 

    Imprimer

    Trois attaques à l'engin explosif improvisé (IED), dont l'une a été déjouée, ont visé mardi 22 février 2022 des camions transportant du matériel logistique pour les forces de la coalition internationale en Irak.

    Un officier du ministère de l'Intérieur a déclaré qu'"un engin explosif posé par des inconnus avait explosé au passage d'une colonne de camions transportant du matériel de la coalition internationale sur l'autoroute dans la province d'al-Anbar".

    La source  a ajouté que "l'attaque n'avait fait ni victimes ni dégâts", notant que les services de sécurité "se sont déployés sur le site de l'explosion et ont déclenché une campagne de ratissage dans les environs à la recherche des auteurs."

    Il s'agit de la deuxième attaque du genre ce mardi. Une attaque similaire était survenue quelques heures plus tôt dans le gouvernorat de Dhi Qar (sud), qui a endommagé l'un des camions du convoi, selon une source sécuritaire.

    De son côté, la Cellule des médias de sécurité du ministère de la Défense a annoncé, mardi, "le déjouement d'une tentative visant à cibler des colonnes de soutien logistique avec deux engins explosifs dans le gouvernorat de Muthanna, dans le sud de l'Irak".

    La cellule a déclaré dans un communiqué que "Grâce au suivi sur le terrain et à l'intensification des efforts de renseignement, l'Agence fédérale de renseignement et d'enquêtes du ministère de l'Intérieur dans le gouvernorat d'Al-Muthanna a pu contrecarrer une tentative contre des colonnes de soutien logistique avec deux engins explosifs posés sur l'autoroute."

    Elle a ajouté: "L'un d'eux a été démantelé et l'autre a explosé sous le contrôle d'experts anti-explosifs."

    La fréquence de ces attaques et d'autres visant les forces de la coalition internationale dirigée par les États-Unis a augmenté depuis le début de 2022.

    Ces attentats s'accompagnent de la menace des factions armées irakiennes proches de l'Iran, de cibler les forces étrangères présentes dans le pays, après qu'elles aient remis en cause l'annonce de leur retrait.

    Le 9 décembre 2021, l'Irak et la coalition internationale ont annoncé la fin officielle des missions de combat des forces de la coalition dans le pays, à la suite d'un accord entre Bagdad et Washington le 26 juillet 2021, prévoyant le retrait de toutes les forces de combat américaines d'Irak pour la fin 2021, tout en maintenant des conseillers et formateurs américains pour assister les forces de sécurité irakiennes.

    Depuis 2014, Washington dirige une coalition internationale contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie, qui a pris en charge la tâche de fournir un soutien logistique, de renseignement et aérien aux forces irakiennes dans leurs opérations militaires contre l'organisation jihadiste.

     

  • Irak : Tirs contre une compagnie pétrolière chinoise dans le sud

    Imprimer

    Un tir de roquette et des coups de feu ont visé, mardi 28 décembre 2021 à l'aube, les locaux d'une compagnie de services pétroliers chinoise dans le sud de l'Irak, sans faire de victimes ni de dégâts, ont indiqué des responsables.

    Six personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête, selon une source de sécurité dans la province pauvre de Dhi Qar, où la prolifération des armes fait des ravages, comme dans le reste de l'Irak.

    "Le siège de la compagnie chinoise ZPEC, active sur le champ Al-Gharraf au nord de Nasariya, a été visé par une attaque à la roquette (RPG-7) et des tirs à balles réelles", a annoncé dans un communiqué le responsable média de la compagnie étatique pétrolière de la province de Dhi Qar, Karim al-Jandil. "Il n'y a pas de dégâts, à part des impacts de balles sur une caravane à l'extérieur. Une roquette qui n'a pas explosé a été retrouvée", a indiqué à l'AFP une deuxième source de sécurité.

    La compagnie chinoise est en charge de creuser des puits sur le champ pétrolier Al-Gharraf. L'attaque serait motivée par "un chantage" pour faire pression sur l'entreprise et garantir des emplois aux habitants du secteur, a estimé un responsable de la compagnie étatique pétrolière.

    Nasariya et sa province ont été un bastion de la contestation anti-pouvoir déclenchée à l'automne 2019 et réprimée dans le sang. Les manifestants fustigeaient pêle-mêle des infrastructures en déliquescence, le chômage des jeunes et la corruption endémique. 

    L'Irak dispose d'immenses réserves d'hydrocarbures. C'est le deuxième pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et l'or noir représente plus de 90% de ses revenus. En novembre, le pays a exporté plus de 98 millions de barils --soit plus de 7,6 milliards de dollars de revenus, selon le ministère du Pétrole.

  • Irak : Le gouverneur de la province de Dhi Qar démissionne après que des manifestants aient été blessés lors d'affrontements avec les forces de sécurité

    Imprimer

    L'agence de presse officielle irakienne a indiqué que le gouverneur de Dhi Qar, Ahmed Al-Khafaji, avait démissionné, jeudi 22 décembre 2021, au profit du Premier ministre Mustafa Al-Kazimi, après que trois manifestants aient été blessés lors de manifestations dans la ville de Nasiriyah, dans la province de Dhi Qar.

    L'agence a cité le porte-parole officiel du gouverneur de Dhi Qar, déclarant dans un communiqué que le gouverneur Al-Khafaji avait présenté sa démission "par souci de l'intérêt public, et afin d'assurer la sécurité et la stabilité et de préserver les intérêts des citoyens de cette chère province.

    Le porte-parole a ajouté qu'Al-Khafaji présente ses excuses "à tous les fils de Dhi Qar pour tout manquement", espérant "pour eux et pour tout notre honorable peuple irakien une vie toujours heureuse et stable".
     
    Des dizaines d'habitants de Nasiriyah avaient manifesté mercredi dans le centre-ville pour exiger l'abandon des poursuites contre eux.
     
    Trois manifestants avaient été blessés lors d'affrontements avec les forces de sécurité. Le premier ministre irakien, Al-Kazimi, a demandé l'ouverture d'une enquête sur l'incident.

    Depuis l'automne 2019, les manifestations en Irak se sont intensifiées. Les manifestants dénoncent les quotas politiques, l'expansion de la corruption et l'effondrement du système étatique.

     

  • Irak : 8 convois de ravitaillement américains attaqués dans différentes parties de l'Irak

    Imprimer

    Mardi 24 août, le groupe pro-iranien Saraya Qasim al-Jabbarin [The Breaker of Titans] a attaqué huit convois transportant des fournitures logistiques, des équipements et des véhicules pour la coalition dirigée par les États-Unis dans différentes parties de l'Irak.

    Deux convois de ravitaillement ont été attaqués dans la province centrale de Babylone, deux dans la province méridionale d'al-Diwaniyah, deux près de la capitale Bagdad, un dans la province méridionale d'al-Muthanna et un autre convoi dans la province méridionale de Dhi Qar.

    Les huit convois ont été ciblés par des engins explosifs, dont certains étaient équipés de charges de pénétration.

    Une vidéo montrant seulement quatre des huit attaques qui ont eu lieu le 24 août a été diffusée par Saryat Qasim al-Jabbarin.

    Selon Sabereen News, certains des convois ciblés transportaient des Humvees et un type non identifié de véhicules MRAP [Mine-Resistant Ambush Protected] vers des bases américaines dans le nord de l'Irak. La coalition dirigée par les États-Unis prévoyait probablement de déplacer les véhicules, en particulier les Humvees, vers le nord-est de la Syrie ultérieurement.

    Saraya Qasim al-Jabbarin est l'un des nombreux groupes irakiens pro-iraniens qui ont émergé à la suite de l'assassinat d'Abu Mahdi al-Muhandis, commandant adjoint des unités de mobilisation populaire, et du commandant de la force iranienne al-Qods, le général de division Qassim Soleimani.

    Mercredi 25 août, une autre attaque a visé un convoi de ravitaillement à al-Diwaniyah.

     

  • Irak : Deux explosions visent deux convois de la coalition internationale dans le centre et le sud du pays

    Imprimer

    Deux sources sécuritaires ont indiqué que deux engins explosifs, à quelques heures d'intervalle, ont visé deux convois de la coalition internationale dans les provinces de Babel et Diwaniyah, dans le centre et le sud de l'Irak, causant des dégâts matériels mais aucun blessé.

    Un engin explosif planté au bord de la route a explosé sur un convoi de camions transportant du matériel logistique de la Coalition internationale sur l'autoroute dans la province de Babil.

    L'attaque a endommagé un certain nombre de roues de l'un des camions, sans faire de victime, notant que les autorités ont ouvert une enquête sur l'accident.

    Quelques heures plus tôt, l'agence citait un officier de police de Diwaniyah a déclaré qu'"un engin explosif, posé par des inconnus, avait explosé dans un convoi de camions de la Coalition internationale sur l'autoroute dans le gouvernorat de Diwaniyah" dans le sud de l'Irak.

    L'explosion a causé des dommages à l'un des camions du convoi, mais aucune victime", selon la source, qui a indiqué que "les autorités compétentes ont ouvert une enquête sur l'accident pour poursuivre les responsables de l'attentat".

    Aucune partie n'a revendiqué l'attaque, et il n'y a eu aucun commentaire des autorités irakiennes et de la coalition internationale à ce sujet, jusqu'à 16h30 (GMT).

    L'attaque est la sixième du genre en six jours, après des attaques similaires qui ont eu lieu dans les gouvernorats de Diwaniyah, Dhi Qar (sud) et Babil (centre).

    Ces dernières semaines, les attaques de missiles, de drones et d'engins explosifs improvisés visant l'ambassade américaine et les forces de la coalition, dirigées par Washington, se sont intensifiées à travers l'Irak.

    Washington accuse des factions armées irakiennes liées à l'Iran d'être à l'origine des attaques visant son ambassade et ses bases où sont déployés des soldats américains dans le pays.

    Les nouvelles attaques surviennent malgré que Bagdad et Washington soient parvenus lundi à un accord pour retirer les forces américaines d'Irak d'ici la fin de cette année.

     

  • Irak : Série d'attentats à la bombe contre les forces de la coalition

    Imprimer

    Mardi 27 avril 2021, un convoi de camions appartenant à la coalition internationale a été attaqué avec un engin explosif dans la province d'Anbar, dans l'ouest de l'Irak, quelques heures après deux attaques similaires visant deux autres convois dans le sud du pays.

    Un officier irakien a déclaré qu'"un engin explosif posé par des personnes non identifiées près de l'autoroute dans la province d'al-Anbar, a explosé au passage d'une colonne de camions transportant du matériel logistique pourr la coalition internationale (dirigée par les États-Unis)".

    L'explosion a causé des dommages à l'un des camions, mais aucune victime, tandis que les autorités ont ouvert une enquête sur l'accident".

    Cet incident est le troisième du genre mardi, car un engin explosif a explosé plus tôt dans la journée au passage d'un convoi de ravitaillement de la coalition à Diwaniyah (sud), et deux bombes ont explosé au passage d'un autre convoi à Dhi Qar (sud).

    Personne n'a revendiqué la responsabilité des attentats à la bombe, et la coalition ou le gouvernement irakien n'ont fait aucun commentaire à leur sujet avant 16h30 GMT.

    Au cours des dernières semaines, la fréquence des attaques visant les forces américaines et les forces et intérêts d'autres pays de la coalition anti-Daech a augmenté. Les attaques se produisent presque tous les jours.

    Washington accuse les factions armées chiites proches de l'Iran d'être à l'origine des attaques qui visent leurs intérêts dans les villes irakiennes.

     

  • Irak : Trois convois de ravitaillement de la Coalition anti-Daech frappés par des IED

    Imprimer

    Lundi 29 mars, des engins explosifs improvisés (IED) ont ciblé trois convois logistiques de la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

    La première attaque a eu lieu dans la province irakienne de Diwaniyah, dans le centre de l'Irak. Selon des sources pro-iraniennes, des attaques similaires ont été signalées dans les provinces de Dhi-Qar et Babel.

    Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité de l'attaque. Aucune victime n'a été signalée.

    Les convois de la coalition dirigée par les États-Unis sont régulièrement visés par des attaques d'IED. Récemment, le nombre de ces attaques a considérablement augmenté.

    Le 25 mars, cinq convois transportant des fournitures et du matériel pour la coalition dirigée par les États-Unis ont été attaqués dans différentes parties de l'Irak. Le 18 mars, une attaque à l'IED a détruit un véhicule du convoi de ravitaillement de la coalition dans la région de Diwaniyah, dans le gouvernorat de Qadisiyyah.

    Les attaques en cours sont menées par des groupes pro-iraniens qui visent à forcer les forces américaines à quitter l'Irak. Ils ont considérablement accru leurs activités en réponse à l'assassinat d'Abou Mahdi al-Muhandis, commandant adjoint des unités de mobilisation populaire irakiennes (Hashd al-Chaabi), et de Qassim Soleimani, commandant de la force iranienne al-Qods .

    Compte tenu des risques croissants, les forces de la coalition dirigée par les États-Unis ne participent pas à la logistique en Irak, le transport des fournitures est assuré par des entrepreneurs locaux.