Province de Deraa

  • Syrie : Un officier du renseignement de l'armée de l'air assassiné en Syrie

    Imprimer

    FV9I786XwAAE_nC.jpegDans la nuit du jeudi 23 juin, les médias syriens ont fait état d'une explosion près de la place Ad-Dala à Daraa (dans le sud de la Syrie). Les autorités locales disent que deux personnes ont été blessées.

    Des sources de l'opposition syrienne rapportent qu'une voiture a explosé dans laquelle Muhammad Khalua (photo), un officier du renseignement de l'armée de l'air,  se trouvait à l'intérieur.

    Muhammad Khalua est accusé d'assassinats de personnes opposées à Assad dans la province.

    Nombreux assassinats dans la région de Daraa
    Il y a quelques jours, deux membres des forces sécurités ont été tués dans la province de Daraa. Un agent à été abattu près de Tasil. Et le 17 juin, on a retrouvé  à Jasim le corps décapité d'un général de brigade des forces gouvernementales, qui avait été enlevé à son domicile le 16 juin. Personne n’a revendiqué l’attaque, mais l'Etat islamique (Daech) est soupçonné d’être derrière ces assassinats.

  • La Russie intensifie ses patrouilles à la frontière syro-jordanienne

    Imprimer

    Suite aux déclarations du roi Abdallah II de Jordanie concernant le danger de la présence iranienne dans la région syrienne de Daraa, frontalière du royaume, et les menaces potentielles pour la sécurité sans oublier la progression du trafic de drogue, les forces russes ont intensifié leur surveillance et exécutent des patrouilles de sécurité le long des frontières syro-jordaniennes 

    La police russe s'est également rendue en plusieurs points du gouvernorat de Daraa, notamment la ville de Busra al-Sham, le bastion de ses forces alliées, et est passée par des villages dans l'est de la province de Daraa, sur lesquels sont répartis les avant-postes frontaliers syriens et à proximité immédiate des gardes-frontières jordaniens.

    La démonstration de force de la police russe pourrait avoir un double objectif : Tout d'abord, envoyer un message d'avertissement à Israël, dont la frontière est toute proche, pour lui signifier que Moscou garde toujours un potentiel de nuisance dans la région et qu'Israël ferait bien de "calmer" sa position anti-russe concernant l'Ukraine 

    Le second message est probablement à destination des monarchies arabes qui seraient bien avisées de garder de bonnes relations avec Moscou, au risque de voir l'Iran prendre la place des forces russes en Syrie. Le roi Abdallah II de Jordanie a d'ailleurs averti que le transfert des forces russes de Syrie en Ukraine pourrait ouvrir la voie à l'Iran et à ses alliés, ce qui intensifierait  leurs menaces sécuritaires  et le développement du trafic de drogue à travers la frontière commune syro-jordanienne.

  • Syrie : Une explosion a visé un véhicule militaire russe - L'Etat islamique soupçonné

    Imprimer

    Un engin explosif improvisé (IED), placé sur une moto, a explosé, samedi après-midi 4 décembre 2021,  alors qu'un véhicule de la police militaire russe patrouillait dans la ville d'Izraa. La ville est située ans la partie orientale de la province de Deraa (Sud). On ignore à ce moment s'il y a eu des victimes ou des dégâts matériels.

    Le véhicule militaire russe visé circulait en patrouille sur la ligne de démarcation entre les zones contrôlées par les forces de la coalition internationale dirigée par les États-Unis et les forces russes dans l'est de la Syrie.

    La Russie a commencé ces patrouilles sur la ligne de démarcation en novembre 2021, a rapporté l'agence de presse TASS.

    Un porte-parole de l'armée russe a déclaré qu'il y avait des cellules dormantes de l'État islamique dans la région et que l'armée russe tentait de mettre un terme à leur présence.

    Par ailleurs, un membre des services de sécurité syriens aurait été abattu samedi 4 décembre par des inconnus armés à Deraa.

  • Syrie : La Russie arrête l'offensive des forces d'Assad et des milices iraniennes sur Deraa

    Imprimer

    Des sources médiatiques russes ont annoncé la décision du commandement militaire syrien de la ville de Deraa d'arrêter son attaque contre la ville de Deraa et la partie occidentale de la province, dans ce qu'il a décrit comme "en réponse à une initiative présentée par l'allié russe".

    Assad et des mercenaires iraniens cessent leur attaque contre Deraa
    Selon ce qui a été rapporté par l'agence de presse russe « Spoutnik », « le commandement des opérations de l'armée arabe syrienne à Deraa a approuvé un cessez-le-feu complet et immédiat, après que la proposition russe ait été reçue hier après-midi, mercredi 11 août, comme une dernière tentative d'une solution pacifique pour empêcher le lancement d'une opération militaire potentiellement coûteuse.

    Détails de la proposition russe
    Selon les détails fournis par la source russe, Moscou a suggéré que ce qu'elle a décrit comme des "groupes armés" dans (quartier de Daraa Al-Balad) s'engagent à remettre leurs armes à l'État syrien conformément aux termes de l'accord de réconciliation qui a été conclu sous les auspices russes en 2018, et l'extraction des rebelles qui rejettent l'accord vers la région du Grand Edleb contrôlée par les jihadistes de Hayat Tahrir ash-Sham.

    Ceci est la dernière solution pacifique 
    Les sources ont confirmé que la proposition de l'allié russe est la dernière solution pacifique pouvant être mise en œuvre afin d'éviter une action militaire qui pourrait s'imposer au cas où des "groupes armés" ne respecteraient pas ses termes.

    Les forces du régime, en particulier la quatrième division, dirigée par le général de division Maher, frère du chef du régime syrien, appuyées par des milliers de milices iraniennes, ont lancé une attaque contre Daraa al-Balad, faisant des dizaines de morts et de prisonniers avant de reculer face à la résistance des défenseurs de la ville assiégée et affamée depuis près de deux mois.

    Cette  médiation n'est pas la première de la Russie pour arrêter les combats mais les milices iraniennes ont souvent violé les accords appuyant les tentatives de la quatrième division de s'emparer de la région rebelle.

  • Syrie : Vers un apaisement dans la province de Deraa

    Imprimer

    Syrie : Vers un apaisement dans la province de Deraa
    Une source bien informée dans la province de Deraa affirme que les groupes rebelles ont remis tous leurs prisonniers de guerre et officiers à une unité pro-russe en échange de promesses de retrait des renforts militaires des environs des villes et villages de Deraa.

    Les prisonniers ont été remis à la 8e Brigade, une unité du 5e Corps qui a été fondé par l'armée russe en 2018 avec des ex - rebelles de la province de Deraa.

    Plus de 40 militaires de l'armée arabe syrienne (AAS) avaient été capturés le 29 juillet en réponse à une opération de l'armée du régime visant d'anciens rebelles dans la partie sud de la ville de Deraa, connue sous le nom de Deraa al-Balad. Certains des captifs sont toujours aux mains d'hommes armés dans la partie occidentale de la province.

    Les prisonniers ont été libérés au milieu d'informations faisant état d'un quasi-accord entre les autorités syriennes et des anciens rebelles pour résoudre le conflit de Deraa al-Balad.

    Le général de division Marwan Charbek, gouverneur de Deraa, a confirmé qu'un accord serait conclu prochainement, sans fournir plus de détails.

    "Des mesures positives ont été prises pour parvenir à un accord sur Deraa al-Balad, il est prévu que l'accord soit conclu dans les prochaines heures", a déclaré le gouverneur.

    Malgré ces récents développements positifs, l'AAS a déployé davantage de renforts à Deraa le 30 juillet. Les renforts comprennent des chars de combat, de l'artillerie et des lancements de roquettes.

    Il semble que l'AAS se prépare au pire des cas. Si le nouvel accord échoue, à l'instar de ce qui s'est passé avec le précédent , une confrontation militaire pourrait commencer sur plusieurs fronts à Deraa.

    Dernières nouvelles 
    Le service de renseignement de l'armée de l'air a évacué dans la matinée du 1er août 2021 le bâtiment qu'il occupait dans la ville de Dael dans la province de Deraa, et a également évacué son poste de contrôle sur la route "Al-Sahwa - Busra al-Sham". Ces évacuations ont eu lieu dans le cadre d'une série de retraits et de re-positionnements des forces d'Assad dans différentes zones de la province de Deraa.

  • Syrie : Les forces d'Assad déployées à Deraa après un siège de deux mois

    Imprimer

    Des sources médiatiques syriennes ont déclaré que les forces du régime ratissaient des zones à Deraa et ses environs, en application de l'accord "Daraa al-Balad", et ont annoncé qu'elles recevraient des armes légères et qu'un règlement serait conclu pour les opposants.

    Le commandant de la police du gouvernorat de Deraa, le général de brigade Dirar al-Dandal, a confirmé la mise en place de plusieurs points de sécurité et militaires dans les quartiers de la ville tandis que des unités de l'armée ratissent les plantations de palmiers à la recherche de restes d'engins explosifs pour sécuriser l'arrivée des éléments qui seront stationnés dans la région et pour renforcer la sécurité de la population de Deraa al-Balad et de ses environs.

    Accord de Deraa 
    Une source au sein des comités centraux a révélé qu'un accord avait été conclu entre les comités locaux et les officiers de l'armée syrienne pour arrêter la campagne militaire, mettre fin au siège et ouvrir les routes entre Deraa al-Balad et le centre de la province dans les 3 prochains jours, à compter de dimanche dernier, en échange de la remise des armes individuelles, et de l'établissement de 3 points militaires à l'intérieur des quartiers de Deraa Al-Balad.

    L'accord comprend également « un nouveau campement pour environ 100 jeunes à Deraa al-Balad, et un campement pour les personnes qui n'avaient pas effectué le processus de réconciliation en juillet 2018. 

    Le régime impose un siège à Deraa
    Le régime syrien a imposé un siège au quartier de Daraa al-Balad, au sud-est de la ville de Deraa, qui est sous le contrôle des factions de l'opposition depuis plus de deux mois, pour faire pression sur eux et remettre le quartier ou partir vers le nord de la Syrie .

    Des factions de l'opposition syrienne contrôlent toujours des zones dans le gouvernorat de Deraa, malgré l'entrée des forces du régime dans la plupart des zones du gouvernorat depuis la mi-juillet 2018. L'accord de règlement entre l'opposition et le régime, qui a été négocié par la Russie en 2018, stipule que les forces du régime n'entreront pas dans les villes et les villages qui étaient contrôlés par l'opposition syrienne.

    Le gouvernorat de Deraa représente le berceau de la révolution syrienne qui a éclaté à la mi-mars 2011, avant de se transformer en affrontements armés, suite à la répression sanglante des forces du régime contre les manifestants.

    Renforts pour les forces d'Assad à Deraa
    Les quartiers de la ville de Deraa sont divisés en deux parties, la première s'appelle "Daraa al-Mahatta" et la seconde "Daraa al-Balad". Alors que la première est resté sous le contrôle du régime syrien depuis le début des événements de la révolution syrienne en 2011, les autres quartiers ont échappé à son contrôle, et l'étaient restés jusqu'à présent.

    Au cours des deux derniers jours, les forces d'Assad ont fait venir des milliers d'éléments de la quatrième division, ainsi que des dizaines de chars et de véhicules blindés, selon  le chef de la police de la province de Deraa, le général de brigade Dirar. Dandel.

    Dandel a indiqué, lundi, que les renforts militaires venaient en prélude au "lancement d'une opération limitée et au contrôle du chaos sécuritaire et des assassinats en cours dans ce gouvernorat du sud".

    Des sources ont estimé que « les convois de la quatrième division sont les plus importants et les premiers du genre à atteindre le sud de la Syrie, depuis la signature de l'accord de règlement fin 2018 ».

     

  • Syrie : 4 tués, dont un officier des forces du régime syrien, dans la province de Deraa

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a déclaré, mercredi 7 juillet 2021, que quatre membres des forces du régime, dont un officier ayant le grade de lieutenant, ont été tués et deux autres ont été blessés lorsqu'un véhicule militaire a été visé par un engin explosif improvisé placé en bord de route entre les villages de Nafaa et Ain Zakir dans l'ouest de la province de Deraa.

    L'OSDH a cité des sources confirmant que, "des membres des forces du régime sont arrivés sur le site de l'explosion et ont transporté les blessés, et ont fermé la route et se sont propagés à proximité du village d'Ain Zik.

    Selon les statistiques de l'OSDH, le nombre d'attentats et de tentatives d'assassinat à Deraa et dans le sud de la Syrie, sous diverses formes et méthodes, par l'explosion d'explosifs, de mines, de dispositifs piégés et de tirs effectués par des cellules armées au cours de la période de juin 2019 à nos jours, s'élèvent à 1 137 attentats et assassinats.

    Le nombre des personnes tuées par ces attaques au cours de la même période a atteint 778 : 222 civils, dont 13 femmes et 22 enfants, en plus de 359 membres des forces du régime et miliciens qui collaborent avec le les forces de sécurité et 138 combattants de factions qui avaient accepté un "accord de réconciliation" avec le régime, dont 32 du 5ème Corps d'assaut, un groupe créé par la Russie et intégré dans l'armée arabe syrienne.