Province de Deir ez-Zor

  • Syrie : 4 militants pro-iraniens tués dans une frappe de drone à la frontière syro-irakienne

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte qu'au moins quatre miliciens pro-iraniens ont été tués lors d'une frappe aérienne dans la région de Boukamal, dans la province de Deir ezZor, à la frontière syro-irakienne.

    Vers minuit, des informations sont parvenues de sources iraniennes et syriennes selon lesquelles des drones américains ont tiré au moins sept missiles sur trois cibles dans la région de Boukamal.

    Apparemment, les frappes ont été menées contre une base ou un convoi de miliciens pro-iraniens.

    Selon les sources,  les drones ont continué à survoler les zones ciblées après le bombardement pendant plus d'une heure.

    Les attaques de drones ciblant les milices iraniennes et affiliées se sont intensifiées près et à la frontière syro-irakienne dans la région occidentale de l'Euphrate, qui s'apparente pratiquement à un « protectorat ou colonie iranienne » sur le territoire syrien.

    Depuis le début du mois de septembre 2021, la région a connu quatre frappes par des drones d'origine inconnue, selon l'OSDH. Ces frappes ont causé la mort de trois miliciens pro-iraniens de nationalité irakienne, et fait 15 blessés de différentes nationalités, dont certains sont dans un état critique. 

     

     

     

  • Syrie : L'armée de l'air russe a tué au moins 55 membres de Daech en une semaine

    Imprimer

    Les avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué plus de 200 frappes aériennes contre des positions de l'Etat islamique dans la région centrale de la Syrie au cours de la première semaine d'octobre, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le 8 octobre.

    Selon l'OSDH, les frappes aériennes russes ont visé des positions de Daech à la périphérie d'Ithriyah, Resafa et d'autres zones du triangle Hama-Alep-Raqqa, la périphérie de Soukhnah et Palmyre dans la partie orientale de la province de Homs. et plusieurs zones à l'ouest de Deir Ezzor.

    « En l'espace d'une semaine, ces frappes aériennes ont coûté la vie à 17 combattants de l'organisation [EI] et en ont blessé pas moins de 27 autres », a déclaré le groupe dans son rapport.

    Les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ont récemment intensifié leurs attaques. Les terroristes ont tué un officier de l'armée syrienne et plusieurs combattants pro-gouvernementaux au cours de la semaine dernière.

    Les avions de combat russes opèrent 24 heures sur 24 au-dessus du centre de la Syrie afin de soutenir les opérations de ratissage menées par les forces gouvernementales dans la région.

    Malgré de lourdes pertes au cours de la dernière année à la suite de frappes aériennes et d'opérations au sol, les cellules de l'Etat islamique continuent d'être actives dans la région centrale. 

  • Syrie : Trois morts dans des frappes de drone à la frontière Irak-Syrie

    Imprimer

    Au moins trois combattants de milices soutenues par l'Iran ont été tués dans des raids menés dans la nuit par des drones non identifiés dans l'est de la Syrie, près de la frontière irakienne, a rapporté mercredi 15 septembre 2021 l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Selon l'OSDH, des drones non identifiés ont visé, mardi soir, des véhicules et des camions des forces paramilitaires du Hachd al-Chaabi, coalition de groupes armés pro-iraniens intégrés à l'armée irakienne, dans la zone frontalière de Boukamal en Syrie, après avoir franchi la frontière irakienne. Au moins trois combattants de la coalition paramilitaire ont péri dans les raids, selon l'OSDH, qui a fait état de blessés dans un état grave.

    Une source au sein des factions du Hachd al-Chaabi en Irak a nié à l'AFP l'existence de victimes, affirmant que les frappes avaient uniquement entraîné la destruction de quatre véhicules. "Le site ciblé est proche d'un poste-frontière des factions à la frontière commune entre l'Irak et la Syrie", a-t-elle ajouté.

    Dans un communiqué publié mercredi, l'alliance Fatah, aile politique de cette coalition paramilitaire, a condamné une "agression abjecte", appelant le gouvernement et le Parlement irakiens à prendre "une position explicite (...) en identifiant les pays responsables de ces attaques et en les affrontant".

    Les groupes armés pro-iraniens, Hachd al-Chaabi en tête, jouissent d'une importante influence militaire dans la zone frontalière entre la Syrie et l'Irak, et sont déployés sur la rive ouest de l'Euphrate dans la province syrienne de Deir ez-Zor, proche de l'Irak.

    Les raids menés mardi soir interviennent quelques jours après une attaque au drone contre l'aéroport international d'Erbil, où se trouve une base aérienne abritant les forces de la coalition internationale, n'ayant toutefois pas fait de victimes.
    E_RS9hsWYAgjNeY.png

  • Syrie : L'Etat islamique tuent et blessent 14 militaires syriens lors d'une attaque à grande échelle dans le centre syrien

    Imprimer

    Mardi 7 septembre, des combattants de l'Etat islamique ont mené une attaque à grande échelle contre l'armée arabe syrienne et ses alliés dans la région désertique de l'est de la province de Homs.

    L'attaque visait un réseau de positions situées à l'est de la ville de Sukhnah, juste à la frontière administrative avec la province de Deir Ezzor. Les jihadistes de l'Etat islamique se sont affrontés avec des combattants pro-gouvernementaux pendant quelques heures, puis se sont retirés.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, six combattants pro-gouvernementaux ont été tués et huit autres ont été blessés au cours de l'attaque.

    "Certaines des personnes [blessées lors de l'attaque] sont dans un état critique, ce qui suggère que le nombre de morts va augmenter", a déclaré l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH).

    Trois jours plus tôt, une attaque similaire par des combattants de l'Etat islamique avait visé un certain nombre de positions près de la ville d'Ithriyah, dans l'est de la province de Hama. L'attaque avait coûté la vie à huit combattants soutenus par l'Iran qui soutenaient les forces pro-gouvernementales.

    Les récentes attaques de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ne sont pas restées impunies. Au cours des derniers jours, les avions de combat russes ont effectué des dizaines de frappes aériennes sur les positions supposées de l'Etat islamique dans la région. Au moins neuf terroristes auraient été tués.

    Les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés opèrent contre les cellules de l'Etat islamique dans la région centrale depuis plus de deux ans maintenant.

  • Syrie : Un officier syrien et des combattants irakiens tués par l'Etat islamique dans la région centrale

    Imprimer

    Les jihadistes de l'Etat islamique continuent de lancer des attaques contre les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés dans la vaste région centrale de la Syrie.

    Tôt mercredi 18 août, des cellules de l'Etat islamique ont attaqué plusieurs postes de l'armée arabe syrienne (AAS) près de la ville de Shoulah, située sur l'autoroute Deir Ezzor-Homs. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), basé à Londres, un officier a été tué et cinq soldats ont été blessés à la suite de l'attaque.

    À peu près au même moment, les jihadistes ont bombardé les forces soutenues par l'Iran situées sur le mont al-Bishri, juste à la frontière administrative entre les provinces de Deir Ezzor et Raqqa. L'OSDH a déclaré qu'un combattant irakien du Kataeb Hezbollah a été tué dans l'attaque.

    Des cellules de l'Etat islamique ont également attaqué les troupes de l'AAS près de la ville de Soukhnah dans la partie orientale de la province de Homs. De violents affrontements ont eu lieu dans la région. Cependant, aucune perte n'a été rapportée.

    Pendant ce temps, les Syriens et les Russes continuent de cibler les repaires de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie. Le 17 août, au moins 30 frappes aériennes ont visé la périphérie de Shoulah ainsi que les environs de la ville de Resafa dans le sud de la province de Raqqa. Le 18 août, plus de 20 frappes aériennes ont visé la partie occidentale de la province de Deir Ezzor et la partie orientale de la province de Hama.

    Selon l'OSDH, les opérations de l'AAS et les frappes aériennes russes ont coûté la vie à 973 terroristes de l'Etat islamique depuis le 24 mars 2019.

    Malgré ses lourdes pertes, l'Etat islamique n'a pas cessé ses opérations dans le centre de la Syrie. Le groupe jihadiste sait que perdre cette région signifierait sa fin en Syrie.

  • Syrie : Les forces iraniennes ont déployé un radar à Deir ez-Zor

    Imprimer

    Le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) a déployé un système radar dans le sud de la province de Deir Ezzor , a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 1er août.

    Le radar aurait été déployé dans la région d'al-Mazar'a, à la périphérie de la ville d'al-Mayadin, où les forces soutenues par l'Iran maintiennent une forte présence. L'OSDH n'a fourni aucune information sur le type de radar.

    Al-Mazar'a surplombe une grande partie du sud de la province de Deir Ezzor, ainsi que la rive est de l'Euphrate qui est contrôlée par les Forces Démocratiques Syriennes, une coalition majoritairement kurde soutenue par la coalition internationale. Les États-Unis maintiennent plusieurs bases sur la rive orientale.

    « Des experts militaires iraniens ont supervisé l'installation et le fonctionnement du radar dans la zone », a déclaré l'OSDH citant l'une de ses sources à Deir Ezzor.

    Les États-Unis et Israël ont mené des frappes aériennes contre les forces soutenues par l'Iran dans le sud de Deir Ezzor à plusieurs reprises au cours des dernières années.

    Le nouveau radar a probablement été déployé par le CGRI pour fournir une alerte précoce, ou dans le cadre de préparatifs secrets pour déployer des systèmes de défense aérienne dans le sud de Deir Ezzor. Les Forces de défense aérienne arabes syriennes ne sont pas actives dans la région en raison de leurs ressources limitées.

  • Syrie : Sept combattants pro-régime tués dans une attaque de l'Etat islamique

    Imprimer

    Au moins sept combattants du régime syrien et de milices alliées à Damas ont été tués mercredi 28 juillet 2021 dans une attaque des jihadistes de l'Etat islamique dans l'est de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). 

    Au moins deux soldats syriens et cinq combattants de groupes alliés à Damas ont péri dans les attaques de l'Etat islamique menées dans plusieurs lieux de la zone désertique de la province de Deir ez-Zor (est), a indiqué l'OSDH. Plusieurs autres combattants pro-régime ont été blessés, dont certains sont dans un état critique, selon l'OSDH qui a également rapporté la mort de cinq jihadistes dans ces affrontements.

    Les attaques ont visé des postes situés près de la station pétrolière d'al-Kuratah, à Jabal al Bishri et le long de la frontière administrative de la province de Deir Ezzor avec celle de Raqqa. Les avions de guerre des forces aérospatiales russes sont entré en action en soutien des forces gouvernementales. Cinq jihadistes de l'Etat islamique ont été tués au cours des bombardements aériens et des affrontements..

    Depuis la chute en mars 2019 de son "califat" autoproclamé, l'Etat islamique a renoué avec la clandestinité et continue de mener des attaques meurtrières en Syrie contre l'armée du régime mais aussi les forces kurdes. Des cellules dormantes ont intensifié leurs attaques contre les forces pro-régime ces derniers mois dans la Badiya, le vaste désert syrien qui s'étend du centre du pays jusqu'à la frontière irakienne. En février, 26 combattants pro-régime avaient ainsi péri dans une embuscade à Deir ez-Zor.