Province de Deir ez-Zor

  • Syrie : Poursuite des violents affrontements entre le régime et l'Etat islamique - 28 combattants tués

    Imprimer

    Au moins 28 combattants du régime syrien et du groupe jihadiste Etat islamique (Daech) ont péri ces dernières 24 heures dans la province de Raqqa, dans le nord de la Syrie, dans des affrontements entre les deux camps et des raids anti-Etat islamique, selon une ONG.

    "L'Etat islamique a mené depuis lundi plusieurs attaques successives contre des positions et des barrages de l'armée syrienne et de ses alliés dans la Badia (désert) de Raqqa tuant 13 membres des forces du régime", a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. En représailles, l'aviation syrienne, soutenue par les avions russes, "bombarde sans répit des positions de l'Etat islamique" dans le secteur, a ajouté M. Abdel Rahmane. "Les raids aériens se poursuivent" à l'heure actuelle, a-t-il indiqué. Au total, 15 jihadistes ont péri dans ces bombardements et les affrontements au sol entre les deux camps.

    Depuis sa défaite en Syrie en mars 2019, l'Etat islamique mène régulièrement des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert qui s'étend de la province centrale de Homs à celle de Deir ez-Zor (est). Les attaques des jihadistes en Syrie ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliés que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte anti-Etat islamique. Début juillet, des affrontements opposant les forces du régime aux combattants de l'Etat islamique ont fait une cinquantaine de morts en 48 heures dans le centre désertique, dont 20 combattants pro-régime et 31 jihadistes. En août, l'Etat islamique a revendiqué l'attentat ayant couté la vie à un général russe et blessé deux militaires près de la ville de Deir ez-Zor.

  • Syrie : 36 soldats syriens et jihadistes de Daech tués dans de violents affrontements au centre de la Syrie

    Imprimer

    Des affrontements très violents entre l'armée arabe syrienne (AAS) et les jihadistes de Daech se déroulent dans la région centrale, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 19 septembre.

    Selon l'OSDH, les violents affrontements ont lieu dans le triangle Alep-Hama-Raqqa, au nord du désert de Homs. Des centaines de jihadistes et de chefs du groupe terroriste y ont trouvé refuge.

    Les avions de guerre des forces aérospatiales russes appuieraient les troupes syriennes dans la région centrale avec un soutien aérien rapproché.

    "Seize membres des forces du régime ont été tués au cours des derniers jours, tandis que 20 jihadistes ont été éliminés par les frappes aériennes russes et les affrontements", indique l'OSDH dans son rapport.

    L'AAS a récemment déployé d'importants renforts dans la région centrale. Certaines des unités d'élite sur les lignes de front du Grand Edleb ont été déplacées dans la région pour affronter les cellules de l'Etat islamique..

    Les terroristes de Daech ont lancé des dizaines d'assauts contre les forces gouvernementales dans l'est de Homs, l'est de Hama, le sud de Raqqa et l'ouest de Deir Ezzor au cours des derniers mois. La veille, on a retrouvé à Deir ez-Zor les corps de six membres des services qui ont été massacrés par les jihadistes.

    L'AAS et ses alliés semblent déterminés à contenir la présence croissante de l'Etat islamique dans la région centrale.

  • Syrie : Cinq combattants de la brigade palestinienne al-Quds, pro-Assad, tués par l'Etat islamique dans la province de Deir ez-Zor

    Imprimer

    Samedi 19 septembre, cinq combattants de la brigade al-Quds, un groupe pro-gouvernemental palestino-syrien, ont été tués par l'explosion d'une mine terrestre (IED) à Deir Ezzor.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'attaque a eu lieu dans la ville d'al-Shumaitiyah, dans le nord-ouest de la province de Deir Ezzor. L'Etat islamique est très actif dans la région, et est probablement à l'origine de l'attentat.

    La Brigade palestinienne Al-Quds est alliée du régime de Bachar al-Assad. Cette brigade a été créée en 2013. Elle est formée des descendants de palestiniens vivant dans le camp de réfugiés de Khandarat dans la banlieue d'Alep. Le personnel du groupe est connu pour son haut niveau d'entraînement au combat. La brigade est l'une des unités les plus efficaces du côté d'Assad.

    L'agence de presse de Daech, Amaq, a annoncé le 20 septembre un second attentat à Deir Ezzor. Les jihadistes ont pris pour cible un camion de l'armée arabe syrienne (AAS) dans la banlieue de la ville de Mayadin, dans le sud de la province de Deir ez-Zor. L'attentat a fait des victimes.

    Par ailleurs, les forces de défense nationale (FDN) ont déclaré qu'un de leurs commandants de terrain, "Fayez Ghadban al-Qisum" (photo ci-dessous), a été tué alors qu'il participait à une opération de ratissage dans l'ouest de la province de Deir Ezzor.

    EiV81VTWsAAYebo.jpeg

     

  • Syrie : Les jihadistes de l'Etat islamique massacrent six soldats syriens dans le sud de la province de Deir ez-Zor

    Imprimer

    Les jihadistes de Daech ont massacré six soldats de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) dans le sud de la province de Deir Ezzor, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 18 septembre.

    Selon l'OSDH, les corps des soldats ont été retrouvés à Bir Abu al-Hayaya, dans la périphérie de la ville de Mayadin.

    "Les six soldats ont été massacrés au couteau", a déclaré à l'OSDH se basant sur une source locale ayant eu connaissance de l'incident.

    L'identité des victimes et les circonstances entourant leur capture par le groupe islamiste n'ont pas été révélées par l'OSDH.

    Les jihadistes de Daech ont intensifié leurs attaques au sud et à l'ouest de la province de Deir Ezzor au cours des dernières semaines. Les jihadistes mènent leurs attaques depuis leurs caches dans le désert de Homs tout proche.

    Au début de ce mois, les forces syriennes et iraniennes ont démantelé une cellule de Daech dans la ville de Boukamal, au sud de Deir Ezzor. Les terroristes, qui étaient déguisés en personnel iranien, achetaient des provisions pour leurs camarades restés dans le désert de Homs.

    L'Etat islamique tente clairement d'étendre son influence aux zones contrôlées par le gouvernement dans la région de Deir ez-Zor et dans d'autres régions du centre de la Syrie.

  • Syrie : l'armée de l'air israélienne attaque à nouveau des cibles dans l'est de la Syrie, au moins 10 tués

    Imprimer

    L''Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte que le 14 septembre, des avions de combat, probablement de l'armée de l'air israélienne, ont de nouveau attaqué les positions d'une milice pro-iranienne dans la région de Boukamal (province de Dir al-Zor, dans l'est de la Syrie, près de la frontière avec l'Irak.

    Selon des témoins oculaires, six violentes explosions ont été entendues dans la zone d'al-thulat, à la périphérie sud de la ville de Boukamal.

    L'OSDH indique qu'au moins une dizaine de personnes tuées (huit Irakiens et deux Syriens), et qu'un dépôts de munitions et de véhicules a été détruit.

    Conséquences des incessants raids aériens de l'armée israélienne, la brigade afghane pro-iranienne Fatimiyouun a évacué un certain nombre de ses positions dans la ville de Boukamal, près de l'aéroport de Hamdan, et les a remises à la milice libanaise du Hezbollah.

    Les autorités israéliennes ne commentent pas ces informations.

  • Syrie : L'armée russe arrive dans la province de Deir ez-Zor en vue d'une possible action militaire à grande échelle

    Imprimer

    Des colonnes militaires russes sont entrées dans a ville de Deir ez-Zor (est syrien) au cours des dernières 48 heures, en provenance de la province de Raqqa.

    Les militaires russes sont équipés d'armes lourdes telles que de l'artillerie lourde, des canons anti-aériens et des véhicules de transport de troupes blindés.

    L'armée russe se préparerait à mener une opération militaire à grande échelle dans la région désertique de la province de Deir ez-Zor où sont retranchés les jihadistes de l'Etat islamique. Elles remplacerait les unités de l'Armée Syrienne Libre et les milices iraniennes qui n'ont pas réussi à nettoyer la région des combattants de l'Etat islamique.

    Rappelons que les forces russes ont perdu plusieurs de leurs membres, officiers et soldats, alors qu'ils accompagnaient les unités de l'Armée Arabe Syrienne dans le désert de Deir ez-Zor.

  • Syrie : Les forces syriennes et iraniennes arrêtent une cellule de Daech

    Imprimer

    Samedi 5 septembre, les forces syriennes et iraniennes ont arrêté une cellule de l'Etat islamique au sud de la province de Deir Ezzor, révèle l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Les membres de la cellule portaient des uniformes militaires iraniens et conduisaient un véhicule avec des slogans pro-iraniens dans la ville d'al-Mayadin lorsqu'ils ont été arrêtés par une force conjointe de la Direction des renseignements militaires syriens, des forces de défense nationale et du Corps des Gardiens de la Révolution Eslamique iranien (CGRI).

    La force conjointe a arrêté les cinq membres de la cellule après les avoir coincés sur le marché de Mayadin. Les jihadistes n'ont montré aucune résistance.

    "Il y avait une cellule de l'Etat islamique qui venait d'al-Badiya [le désert de la province de Homs] déguisée avec les uniformes du CGRI iranien pour acheter de la nourriture et quelques fournitures sur le marché", peut-on lire dans le rapport de l'OSDH.

    Selon l'OSDH, les terroristes étaient entrés dans Mayadin auparavant pour acheter des fournitures pour leurs camarades dans le désert de Homs.

    Le désert de Homs, qui se trouve entre Deir Ezzor et Homs, est devenu un bastion pour les cellules de Daech en Syrie centrale ces dernières années. Des centaines de terroristes y auraient trouvé refuge.

    Au cours des derniers mois, les terroristes de Daech ont lancé des dizaines d'attaques contre les forces gouvernementales dans les provinces de Homs, Deir Ezzor, Hama et Raqqa depuis leurs caches dans le désert de Homs. L'armée arabe syrienne et les forces aérospatiales russes ont unis leurs efforts pour tenter de contenir la menace du groupe islamiste.