Province de Deir ez-Zor

  • Syrie : des drones non identifiés ont attaqué des casernes de milices pro-iraniennes dans l'est de la Syrie

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a signalé que le soir du 7 décembre, des drones non identifiés ont attaqué aux missiles des casernes de milices pro-iraniennes près de puits de pétrole à environ 8 km à l'ouest de Boukamal, près des frontières syro-irakiennes.

    Le 28 novembre, des drones non identifiés avaient déjà attaqué des cibles dans la région d'Athar al-Shabli (à l'est de la province syrienne de Deir ezZor) peu après l'arrivée de camions chargés d'armes et de munitions, accompagnés de miliciens de formations armées pro-iraniennes. Le 15 novembre, des drones non identifiés avaient également attaqué des cibles dans l'est de la Syrie. Enfin, dans la nuit du 10 novembre, un drone non identifié avait attaqué des dépôts d'armes et de munitions dans la région de Boukamal. Israël et la  coalition internationale dirigée par les États-Unis pourraient être à l'origine de ces attaques.

  • Syrie : L'Armée Arabe Syrienne lance une opération dans la province de Deir ezZor en réponse au récent massacre de Daech

    Imprimer

    Vendredi 3 décembre 2021, les forces pro-gouvernementales syriennes ont lancé une opération de ratissage à grande échelle dans l'ouest et le nord de la province de Deir Ezzor.

    L'opération, qui est dirigée par l'armée arabe syrienne (AAS) et les Forces de défense nationale (FDN), vise à chasser les membres de l'Etat islamique de la région.

    La veille, l' Etat islamique avait massacré sept travailleurs du pétrole, deux bergers et un membre du service de l'AAS à un faux poste de contrôle installé sur la route al-Madhul – al-Bu Juma'a dans la campagne occidentale de Deir Ezzor.

    Les terroristes ont également tué deux combattants pro-gouvernementaux lors d'une attaque éclair qui visait une position des FDN à la périphérie de la ville d'al-Masrab, dans le nord du gouvernorat.

    On ne sait pas encore si les forces aérospatiales russes soutiendront la nouvelle opération par des cachettes ciblées de l'EI dans la campagne ouest et nord de Deir Ezzor.

    Les terroristes de l'Etat islamique s'efforcent d'étendre leur influence dans le centre de la Syrie depuis quelques années. Les terroristes sont principalement basés dans le désert de Homs qui s'étend entre la campagne occidentale de Deir Ezzor et la campagne orientale de Homs.

  • Syrie : Dix personnes exécutées à un faux check-point installé par Daech

    Imprimer

    Jeudi 2 décembre, des jihadistes de l'Etat islamique ont massacré dix personnes après avoir installé un faux poste de contrôle sur une route clé dans l'ouest de la province de Deir Ezzor, qui est contrôlée par les forces gouvernementales syriennes.
    261816012_442105884185325_12580567380570914_n.jpeg

    Les jihadistes ont réussi à atteindre la route qui relie les villes d'al-Madhul et d'al-Bu Juma'a, après une infiltration réussie. Là, ils ont installé leur poste de contrôle pendant un bon moment.
    261778357_442106447518602_3394679873159249991_n.jpeg

    Au poste de contrôle, les jihadistes ont arrêté un mini-camion qui transportait deux bergers locaux, une mini-fourgonnette transportant sept travailleurs de la compagnie pétrolière syrienne qui revenaient du champ pétrolifère d'al-Kharata et une moto avec un militaire appartenant à la 17e Division de l'armée arabe syrienne. .

    Les dix personnes ont été exécutées par les jihadistes qui ont incendié les cadavres et les véhicules avant de se retirer dans le désert.

    Après l'attaque meurtrière, les Forces de défense nationale (FDN) ont déployé une importante force le long de la route al-Madhul-al-Bu Jama'a. Les combattants des FDN ont secouru un homme qui avait été blessé par les jihadistes et ils procèdent actuellement à la sécurisation de la zone.

    Le champ pétrolier d'al-Kharata se situe à 20 kilomètres au sud-est de la ville de Deir ez-Zor, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Cette attaque n'a pas immédiatement été revendiquée. Toutefois, le groupe Etat islamique a revendiqué plusieurs opérations similaires dans cette région riche en pétrole qui faisait jadis partie de son proto-Etat, qui s'étendait sur des larges pans des territoires syrien et irakien. L'OSDH a affirmé qu'un engin explosif avait été utilisé dans l'attaque de jeudi dans un secteur de Deir ez-Zor où des cellules de l'Etat islamique sont toujours actives. Le 13 novembre, au moins sept combattants d'une formation tribale pro-gouvernementale connue sous le nom d'« Usud al-Sharqiyah » avaient été tués dans une  embuscade  tendue par les jihadistes près de la ville d'al-Masrab, dans le nord de la province.. Cinq soldats syriens ont par ailleurs été tués par une explosion à Deir ez-Zor cette semaine, selon les médias d'Etat.

    Al-Kharata a été repris par le régime en 2017 après que les jihadistes de l'Etat islamique aient été expulsés de la région. Le califat autoproclamé de l'Etat islamique a été déclaré définitivement vaincu dans le petit village syrien de Baghouz en mars 2019 au terme d'une longue offensive soutenue par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Mais le groupe continue de harceler les forces gouvernementales dans le vaste désert syrien qui s'étend tout le long des faubourgs de Damas jusqu'à la frontière irakienne.

    La Russie, alliée du régime syrien, a mené d'intenses raids aériens ciblant des positions de l'Etat islamique dans le désert syrien au cours des deux derniers jours, rapporte l'OSDH. 

  • Syrie : 23 membres de Daech tués ou blessés lors d'une nouvelle vague de frappes aériennes russes 

    Imprimer

    Huit membres de l'Etat islamique ont été tués lors de récentes frappes aériennes russes sur la région centrale de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 26 novembre.

    L'OSDH a déclaré que les frappes avaient eu lieu dans le désert à l'ouest de Deir Ezzor et au sud de Raqqa, où les groupes de l'Etat islamique sont très actives depuis quelque temps.

    « Le nombre de morts augmentera probablement car il y a plus de 15 blessés [jihadistes], dont certains sont dans un état critique », lit-on dans le rapport de l'OSDH.

    Selon l'OSDH, les avions de combat des Forces aérospatiales russes (VKS) ont effectué plus de 560 frappes aériennes contre des membres de l'Etat islamique et leurs positions dans le centre de la Syrie depuis début novembre.

    L'Etat islamique continue d'être très actif dans la région centrale malgré de fortes pressions et de lourdes pertes. Une embuscade récente des djihadistes dans la partie occidentale du déset de Deir Ezzor a coûté la vie à sept combattants d'une formation tribale pro-gouvernementale connue sous le nom d'« Usud al-Sharqiyah ».

     

  • Syrie : Des iraniens et pro-iraniens tués et blessés dans une attaque de Daech

    Imprimer

    Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) ont subi des pertes dans la région désertique de Boukamal lors d'une attaque menée par des membres de Daech (Etat islamique) contre leurs positions. Il y a des morts et des blessés. 

    Information en cours d'évaluation.

  • Syrie : Des habitants de la région contrôlée par les Forces Démocratiques Syriennes (soutenues par les Etats-Unis), tentent d'empêcher un convoi militaire russe de traverser leurs zones près du rond-point d'Al-Maamel dans la ville de Deir ezZor (Vidéo)

    Imprimer

    Vendredi 19 novembre, une patrouille de la police militaire russe a été prise à partie après être entrée dans l'est de la province de Deir Ezzor, contrôlée par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis.

    Des hommes armés locaux, dont la plupart sont membres du Conseil militaire de Deir Ezzor (DMC) des FDS, ont ouvert le feu avec leurs fusils d'assaut sur la patrouille juste après avoir dépassé le passage d'al-Salhiyyah qui sépare les zones contrôlées par le gouvernement des zones sous contrôle des FDS. 

    La patrouille russe, composée de quatre véhicules blindés, était escortée par deux hélicoptères. La partie russe n'a pas riposté aux manifestants, probablement parce que des civils non armés étaient présents sur les lieux.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et d'autres sources de l'opposition syrienne, aucun militaire russe n'a été blessé. Le ministère de la Défense de Russie n'a pas encore commenté l'incident.

    À la suite de l'attaque, la coalition dirigée par les États-Unis a déployé une unité près du point de passage d'al-Salhiyyah. Des soldats américains ont été vus côte à côte avec les hommes armés qui s'étaient opposés au passage de la patrouille russe.

    En octobre déjà, un groupe de combattants du Conseil militaire de Deir Ezzor (DMC) avait empêché une patrouille de la police militaire russe d'entrer dans la ville d'al-Jininah, dans l'ouest de la province de Deir Ezzor. Lors de cet incident, les miliciens n'ont pas tiré sur la patrouille ni tenté d'attaquer les troupes russes.

    Il est hautement improbable que les combattants du DMC aient agi seuls. L'attaque contre la patrouille russe était peut-être une provocation planifiée destinée à éloigner les troupes russes de la partie de Deir Ezzor contrôlée par les FDS. Rappelons que les FDS étaient censées escorter et protéger la patrouille russe.

    L'attaque ne restera probablement pas impunie. Il est probable que les forces russes ripostent et frappent les postes du DMC.

     

  • Syrie : Cinq militaires tués dans un attentat dans l'est

    Imprimer

    Un général et quatre soldats de l'armée syrienne ont été tués, dimanche 14 novembre 2021, dans l'explosion d'une bombe dans l'est de la Syrie où sont actifs les jihadistes, au lendemain de la mort de 13 combattants pro-régime dans une attaque, a indiqué une ONG.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une bombe a explosé lors du passage d'un véhicule dans lequel se trouvaient les cinq militaires dans la province de Deir Ezzor. Les soldats syriens procédaient à un ratissage de la zone, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

    Malgré sa déroute en Syrie en mars 2019 avec la chute de son "califat", le groupe Etat islamique (EI) continue de lancer des attaques meurtrières dans le pays, notamment dans le vaste désert de la Badiya qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor. Samedi, au moins 13 combattants pro-régime avaient été tués dans une embuscade tendue par l'EI dans la zone désertique de Masrib, dans l'ouest de la province de Deir Ezzor, selon l'OSDH.

    Depuis mars 2019, près de 1.600 membres des forces du régime ou des groupes qui lui sont fidèles ont été tués, ainsi que 153 combattants pro-iraniens non syriens, lors de diverses attaques, bombardements ou embuscades menés par l'EI, selon un décompte de l'OSDH. 

    Le conflit en Syrie, déclenché en 2011, a causé la mort d'environ un demi-million de personnes et le déplacement de plus de la moitié de la population.