Province de Bam.

  • Burkina Faso : 15 soldats tués dans une double explosion dans le Centre-Nord

    Imprimer

    Quinze soldats burkinabè ont été tués, mardi 9 août 2022, dans une double explosion sur l’axe Bourzanga-Djibo (Centre-Nord) lors d’une mission d’escorte conduite par une unité militaire du 14e Régiment Interarmées (RIA), a annoncé l'armée burkinabè dans un communiqué.

    Le communiqué indique qu'un des véhicules du convoi, transportant des combattants a sauté sur un engin explosif à hauteur de la localité de Namsiguia (Province du Bam, région du centre-nord).

    "Alors que s’organisaient les opérations de secours et de sécurisation, un deuxième engin a manifestement été activé à distance, causant de nombreuses victimes", selon la même source qui précise que le bilan des deux incidents fait état de 15 militaires tués et d’un blessé.

    Des dégâts matériels ont également été enregistrés a ajouté l'armée assurant que des renforts ont immédiatement été dépêchés sur les lieux de l’incident pour assurer l’évacuation des victimes.

    "Des opérations de sécurisation sont actuellement en cours dans la zone", précise la même source.

    Aucune partie n'a revendiqué cette attaque.
    FZurnzbXkAAe3-A.jpeg

  • Burkina Faso: quatre militaires et neuf combattants volontaires tués dans le Centre-Nord

    Imprimer

    Quatre soldats burkinabè et neuf combattants volontaires pour la défense de la patrie (VDP, supplétifs de l'armée) ont été tués, jeudi, dans une attaque contre un détachement militaire de l'armée burkinabè dans la localité de Bourzanga, dans la province du Bam située dans le Centre-Nord du Burkina Faso, a annoncé l'armée burkinabè dans un communiqué rendu public vendredi.

    Selon le communiqué, une unité du détachement militaire de Bourzanga qui coordonnait une action offensive avec un groupe de volontaires pour la défense de la patrie (VDP), a « vaillamment » riposté jeudi à une embuscade tendue par un groupe armé terroriste à hauteur de la localité de Boulounga dans la province du Bam, située dans la région du Centre-Nord.

    « Surpris par la puissance de feu des éléments, les terroristes ont battu en retraite après qu’au moins trente-quatre d’entre eux ont été neutralisés », a indiqué la même source.

    L'armée précise que des armes, des moyens roulants et du matériel servant à la fabrication d’engins explosifs improvisés, ont été récupérés au cours des opérations de ratissage.

    L'armée burkinabè a déploré la mort de quatre militaires et neuf volontaires pour la défense de la partie et fait état de dix blessés évacués et pris en charge.

  • Burkina Faso : deux supplétifs de l'armée et 4 civils tués dans deux attaques

    Imprimer

    (photo ci-dessus : photo d'archive)

    Deux Volontaires pour la défense de la partie (VDP, supplétifs de l'armée burkinabè) et quatre civils ont été tués vendredi 16 juillet 2022, dans deux attaques perpétrées par des hommes armés non identifiés, respectivement à Silmague (Centre-Nord) et Markoye (Sahel : carte ci-dessous)).
    FXvZtXGVEAETTx-.png

    " Le poste de volontaires pour la défense de la patrie (VDP) de Silmagué situé dans la commune de Bouroum) a été attaqué vendredi, tuant deux d'entre eux", a rapporté la plateforme de suivi des attaques terroristes "Sahel Security"

    Le même jour, selon "Sahel Security", un convoi logistique de l'armée burkinabè a sauté sur une mine sur l'axe Kongoussi-Bourzanga dans la province du Bam.

    Le bilan provisoire est de quatre militaires burkinabè blessés, a indiqué la même source.

    Pour sa part, le média en ligne "minute.bf", a rapporté qu'au moins 4 civils ont été tués, vendredi, à Markoye dans le Sahel alors qu'ils travaillaient dans les champs.

    Du bétail a également été emporté lors de cette attaque perpétrée par les individus armés non identifiés.

    Aucune de ces attaques n'a été revendiquée.

  • Burkina Faso: cinq militaires tués dans une attaque, au moins 30 "terroristes" neutralisés

    Imprimer

    Cinq soldats burkinabè ont été tués et au moins 30 "terroristes" neutralisés, samedi 21 mai, dans une attaque perpétrée par "plusieurs assaillants" contre le détachement militaire de Bourzanga dans le Centre-Nord du Burkina Faso, a annoncé l'armée dans un communiqué.

    Des individus armés non identifiés "venus en très grand nombre" ont attaqué samedi, le détachement militaire de Bourzanga dans la province du Bam, région du centre-Nord du Burkina Faso, a indiqué l'armée qui affirme que ses forces "ont vigoureusement riposté" à cette attaque.

    "Les terroristes lourdement équipés ont dû battre en retraite face à la puissance de feu des soldats du détachement et à l'intervention de l'aviation", selon l'armée qui précise que le bilan provisoire établi fait état d'"au moins 30 terroristes abattus".

    En plus de l'armement - individuel et collectif - des munitions, des motos (une trentaine) et des moyens de communication ont été récupérés, un véhicule blindé et des pickup armés, utilisés par les terroristes pour attaquer la base ont été également saisis, selon le communiqué.

    Dans les rangs de l'armée burkinabè, "cinq militaires ont été mortellement atteints et dix autres ont été blessés au cours des combats", révèle l'armée.

    "Dans leur débandade, plusieurs terroristes, dont certains blessés, se sont fondus à la population civile pour tenter d'échapper à la poursuite des militaires", toujours selon le communiqué qui précise que les opérations de ratissage et de sécurisation se poursuivent dans la zone.
    FTSEPGZWIAMCqy1.jpeg

    Jeudi, 11 soldats avaient été tués et au moins 15 "terroristes" neutralisés dans une attaque contre un détachement militaire dans la province de la Kompienga, dans l'est du Burkina Faso.

    Depuis 2015, plusieurs localités du Burkina Faso sont en proie à des attaques terroristes ayant fait plus de 2000 morts civils et militaires et plus de 1,8 million de déplacés internes, selon les autorités.
    kompienga.jpeg

  • Burkina Faso : Deux paramilitaires tués par l'explosion d'une mine

    Imprimer

    Deux combattants volontaires (VDP) ont été tués et deux autres blessés, mardi 22 février 2022, par l'explosion d'un engin piégé probablement posé par des militants du Groupe de Soutien à l'Islam et aux Musulmans, affilié à al-Qaïda, dans la région de Kourao (Bourzanga), Province de Bam.

    L'axe Bourzanga-Djibo est particulièrement dangereux. 
    FMSMlBtXwAgstob.jpeg