Province de Badakhshan

  • Afghanistan : Les talibans déploient des centaines de kamikazes à la frontière avec le Tadjikistan

    Imprimer

    Les talibans ont déployé des centaines de kamikazes à la frontière afghane, a annoncé un responsable du mouvement.

    Nassar Ahmad Ahmadi , le vice-gouverneur de la province du Badakhshan, voisine de la Chine et du Tadjikistan, a déclaré aux médias locaux, samedi 2 octobre 2021 : « Les talibans ont préparé un bataillon exclusif de kamikazes qui seront déployés aux frontières de l'Afghanistan, en particulier dans la province du Badakhshan.

    Il a expliqué que le bataillon portait le nom de « Armée de Mansour » (Mansour Poukh). C'est le même groupe qui a mené des attentats-suicides dans le passé dans des zones contrôlées par les forces de sécurité de l'ancien gouvernement afghan sous la présence américaine.

    "S'il n'y avait pas un tel bataillon, vaincre l'Amérique aurait été impossible", a ajouté Ahmadi. "Ces hommes courageux portaient des gilets explosifs et ont bombardé les bases américaines en Afghanistan. Ce sont des gens littéralement intrépides."

    Le vice-gouverneur de la province a confirmé que les « talibans » avaient affecté, une semaine avant la prise de contrôle de Kaboul en août dernier, 500 kamikazes à des opérations spéciales, expliquant que le même bataillon suicide avait participé à la prise de contrôle de la province du Panjshir.

    Ahmadi a souligné que le bataillon dispose de tous les équipements et véhicules nécessaires et bénéficie de plus de privilèges que les autres combattants talibans.

     

  • Afghanistan : Cessez-le-feu entre responsables locaux et talibans dans une province de l'ouest

    Imprimer

    Province de Badghis
    Les dirigeants de la province de Badghis, dans l'Ouest de l'Afghanistan, ont conclu un cessez-le-feu avec les talibans, sous l'égide de chefs traditionnels.

    Attaquée à plusieurs reprises depuis le 7 juillet, Qala-i-Naw est la première capitale provinciale ciblée par les talibans depuis le lancement début mai de leur offensive contre les forces afghanes, profitant du retrait définitif des forces étrangères du pays, censé être terminé d'ici fin août.

    Les talibans ont à chaque fois été repoussés, après d'intenses combats, mais sont parvenus le 7 juillet à s'emparer de plusieurs bâtiments officiels. "Le cessez-le-feu entre forces afghanes et talibans est entré en vigueur vers 10H00 aujourd'hui", jeudi (05H30 GMT), il a "été négocié par un certain nombre de chefs traditionnels et de personnes influentes de Qala-i-Naw", a expliqué le gouverneur de Badghis, Hessamuddin Shams.

    Le cessez-le-feu n'a pas de durée définie. "Nous nous sommes engagés à l'observer, nous espérons que les talibans feront de même", a ajouté le gouverneur.

    Les talibans se sont emparés ces deux derniers mois de vastes portions rurales de l'Afghanistan face à des forces afghanes qui ne contrôlent plus essentiellement que les capitales provinciales et les principaux axes routiers.

    Privées du crucial soutien américain, elles n'ont offert qu'une faible résistance et parfois été mises en déroute ou ont capitulé, sans même combattre.

    Province de Badakhshan
    Cheikh Hamid al-Din Mufkar, gouverneur du district de Shohada a révélé qu'un rassemblement taliban avait été bombardé par l'armée de l'air afghane. Deux combattants talibans et un civil ont été tués et dix autres blessés.. 
    Shohada.jpeg

    Province de Jawzjan
    Les talibans ont pénétré dans la ville de Sheberghan, capitale de la province septentrionale de Jawzjan et résidence du chef de guerre Abdul Rashid Dostum.

    Les talibans avanceraient dans la ville, profitant du fait que les forces de sécurité semblent avoir évacué leurs bases et leurs postes de sécurité.
    E6ZuSluWEAIiyC3.jpegLes talibans seraient également entrés dans la maison d'hôtes et le jardin d'Abdul Rashid Dostum à Sheberghan.
    E6ZyrB1XMAEJ8zV.jpeg

    Province de Kandahar
    On rapporte de violents combats entre soldats afghans et les talibans dans les secteurs de PD6 et PD9 dans la ville de Kandahar. Des armes lourdes et légères sont utilisées par les deux camps. 

    Saifullah.jpegProvince de Kunar
    Un membre clé du réseau islamiste radical Lashkar-e-Taiban, un ressortissant pakistanais qui a joué un rôle clé dans la planification et l'organisation d'attentats dans la province de Kunar, a été tué. Il s'appelait Saifullah (photo)et a été tué mercredi 14 juillet lors d'un affrontement avec les forces de sécurité et de défense dans le district d'Asmar de la province de Kunar.

  • Afghanistan : victoire des talibans dans le nord - le Tadjikistan renforce militairement sa frontière

    Imprimer

    La progression des talibans dans le nord de l'Afghanistan se poursuit, lundi 5 juillet, obligeant certains pays à fermer leur consulat dans la province septentrionale de Balkh. 

    Parallèlement, le Tadjikistan a annoncé la mobilisation de l'armée pour renforcer la frontière sud, selon des informations publiées par les autorités du pays mardi 6 juillet.

    Lundi 5 juillet 2021,  l'agence de presse russe TASS , citant l'agence de presse Khovar du Tadjikistan a annoncé qu'environ 1 037 soldats afghans s'étaient repliés en territoire tadjik pour échapper aux talibans. Ces derniers ont pris le contrôle de la plupart des avant-postes afghans, notamment ceux situés dans la province nord-est du Badakhshan. 

    Pour cette raison, le président du Tadjikistan, Emomali Rakhmon, a ordonné la mobilisation de 20 000 soldats pour renforcer la frontière avec l'Afghanistan. Les autorités de Biskek ont ​​confirmé qu'elles contrôlaient les postes frontières tadjiks, précisant qu'il n'y avait pas de combats tadjiks-talibans le long de la frontière.

    Les tensions dans ce pays d'Asie centrale ont également conduit la Russie et la Turquie à fermer temporairement leurs consulats à Mazar-e-Sharif, la capitale de la province septentrionale de Balkh. Malgré cela, un responsable du consulat général de Turquie en Afghanistan a déclaré le 5 juillet que le bureau diplomatique "continuait d'accepter les demandes de visa et autres demandes consulaires". Ankara suit de près la situation pour assurer la sécurité de son personnel.

    L'Iran, pour sa part, a également pris des mesures préventives, annonçant qu'il a limité l'activité diplomatique au consulat iranien dans la même ville de Mazar-e-Sharif. Des mesures similaires ont été prises par l'Ouzbékistan, le Tadjikistan, l'Inde et le Pakistan, comme l'a annoncé mardi 6 juillet le porte-parole de la province de Balkh, Munir Farhad, qui a ajouté que le personnel diplomatique des pays susmentionnés avait quitté l'Afghanistan. Selon les rapports de l'agence de presse américaine Associated Press, malgré de nombreux affrontements inter-afghans dans la province de Balkh, la situation dans la capitale reste relativement calme. 

    Le porte - parole du Kremlin , Dmitri Peskov, a annoncé que la Russie "surveille de près la situation" et qu'à l'heure actuelle aucune négociation n'a commencé avec les autorités afghanes concernant un éventuel déploiement de troupes moscovites dans la zone d'escalade. Peskov a toutefois souligné que la mobilisation des forces armées russes dépendra de l'évolution de la situation. Plus tard, dans l'après-midi du 5 juillet, le président russe Vladimir Poutine, a eu des conversations téléphoniques avec son homologue tadjik pour discuter de l'aggravation de la situation le long de la frontière. Moscou s'est dit prêt à "apporter au Tadjikistan le soutien militaire nécessaire, tant au niveau bilatéral qu'au sein de l'Organisation du Traité de sécurité collective". Cette dernière est une alliance militaire défensive créée en 1992 pour sauvegarder les territoires de l'ex-Union soviétique. Le lendemain, 6 juillet, le vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération, Andrei Rudenko, a déclaré que la base militaire de Moscou au Tadjikistan , la base numéro 201, est "équipée de tout le nécessaire pour soutenir Biskek pour faire face à l'avancée des talibans". Cependant, a expliqué le député russe, si des efforts supplémentaires sont nécessaires, la Russie se rendra disponible.

    Les derniers développements surviennent quelques jours seulement après le départ des États-Unis de la base aérienne de Bagram, dans le centre de l'Afghanistan, la restituant aux forces de sécurité de Kaboul, après près de deux décennies. 

    La violence en Afghanistan s'est intensifiée depuis le 14 avril, lorsque le chef de la Maison Blanche, Joe Biden, a annoncé le retrait progressif de toutes les troupes américaines d'ici le 11 septembre. Selon les estimations des Nations Unies, au cours des trois premiers mois de 2021, environ 1 800 civils ont été tués ou blessés en Afghanistan au cours des combats entre les forces pro-gouvernementales et les talibans. Le but de ces derniers, selon certains, est d'intensifier leur campagne pour contrôler le plus de territoire possible, à un moment où le dialogue pour la paix intra-afghane traverse une impasse.

    Pendant des décennies, l'Afghanistan a été caractérisé par une profonde instabilité politique. Le groupe taliban, d'obédience islamique fondamentaliste, s'est d'abord engagé dans la lutte anti-soviétique en Afghanistan. L'intervention des États-Unis en 2001 et le soutien ultérieur offert par l'OTAN avec la mission de la Force internationale de sécurité et d'assistance (FIAS), en août 2003, ont renversé le régime théocratique qui avait été imposé au pays entre 1995 et 1996. Cependant, le groupe a poursuivi ses activités militaires contre les troupes de la coalition internationale de l'Alliance atlantique déployées en Afghanistan, ainsi que contre les forces gouvernementales à Kaboul. Au fil des ans, les talibans ont cycliquement perdu et regagné du terrain. Les pourparlers de paix entre le gouvernement afghan et les talibans ont débuté le 12 septembre 2020 dans la capitale du Qatar.

    Le Traité de sécurité collective (OTSC), qui regroupe l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie et le Tadjikistan, est une alliance défensive créée le 15 mai 1992 pour sauvegarder le territoire de l'ex-Union soviétique. Depuis le 2 décembre 2004, l'Organisation a reçu le statut d'observateur de l'Assemblée générale des Nations Unies, avec laquelle elle a également conclu un accord de coopération pour maintenir la paix et la stabilité dans les domaines de compétence.

  • Afghanistan : 1000 soldats en fuite - l'armée afghane prépare une contre-offensive contre les talibans

    Imprimer

    Au cours des dernières 24 heures, onze districts sont tombés aux mains des talibans. Les renseignements afghans accusent des éléments, notamment étrangers, de la brigade Jaish ul-Nasr d'al-Qaïda et du groupe ETIM, sous les ordres de Hajj Furqan,  d'avoir participé aux combats dans la province du Badakhshan aux côtés des talibans. 
    E5hfa3_XoAA44pP.jpeg

    Hamdullah Mohib, conseiller du président afghan pour la sécurité nationale, a annoncé que les forces gouvernementales afghanes prévoyaient de lancer une contre-offensive dans les zones du nord contrôlées par le mouvement "taliban", tandis que des sources ont indiqué que 1 000 soldats avaient fui après des combats avec le mouvement islamiste. 

    Mohib a déclaré en réponse à une question à l'agence russe "Novosti"  : "Les talibans ont décidé d'exploiter le vide créé par le retrait des forces américaines et étrangères et ont commencé leurs attaques sans avertissement. Les forces de sécurité afghanes ont été surprises parce que, comme je l'ai dit, nous attendions la paix. Pas la guerre."

    Nous sommes prêts à faire entrer les talibans au gouvernement
    Mohib a souligné que "le peuple afghan voulait être libre", et accepteraient de voir les « talibans » entrer au gouvernement, "mais les Afghans ne veulent pas que les talibans gouvernent tout l'Afghanistan et dictent comment le Le peuple afghan doit vivre."

    L'Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et chef de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan, Deborah Lyons, avait déclaré plus tôt que le mouvement « Taliban » s'était emparé de 50 des 370 districts afghans depuis début mai. L'offensive des talibans coïncide avec le départ des forces américaines et de l'OTAN du pays.

    L'état d'instabilité en Afghanistan s'aggrave dans le contexte des promesses de l'administration américaine d'achever le retrait de ses forces du territoire afghan en pleine coordination avec les alliés d'ici le 11 septembre.

    Un millier de soldats ont fui vers le Tadjikistan dans la nuit de dimanche à lundi
    Plus d'un millier de soldats afghans ont fui au Tadjikistan, dans la nuit du dimanche 4 au lundi 5 juillet 2021, après des combats avec les talibans, selon le Comité de sécurité nationale tadjik.

    Les services de sécurité au Tadjikistan ont confirmé dans un communiqué diffusé par l'agence de presse officielle "Khovar" que "1037 soldats des forces gouvernementales afghanes avaient fui vers le territoire du Tadjikistan pour sauver leur vie après des affrontements armés avec les talibans".

    "Les combattants talibans ont complètement pris le contrôle" de six provinces de la province nord-est du Badakhshan, qui représente 910 kilomètres de la frontière commune avec le Tadjikistan, selon le communiqué, cité par l'Agence France-Presse.

    Des centaines de soldats afghans avaient déjà franchi la frontière pour échapper à l'attaque des talibans ces dernières semaines, et le Tadjikistan leur a toujours permis de passer sous le « principe de bon voisinage et de respect de la position de non-ingérence dans les affaires intérieures de l'Afghanistan ».

    Depuis fin juin, les talibans contrôlent le plus grand poste frontière avec le Tadjikistan et les autres points de passage menant à ce pays, ainsi que des zones autour de la ville de Kunduz, distante d'une cinquantaine de kilomètres.

    Vers un ralentissement du retrait américain.
    Les forces américaines restantes devraient terminer leur retrait avant la date limite du 11 septembre annoncée par le président Joe Biden pour mettre fin à la plus longue guerre des États-Unis.

    Mais au vu des déboires successifs de l'armée afghane, notamment dans les Etats du nord, le Pentagone a annoncé la possibilité de "ralentir" les opérations, et le commandant suprême des forces américaines en Afghanistan, le général Scott Miller, n'a pas écarté, mardi, de lancer des frappes aériennes contre les talibans.
    E5iL7omX0AYKAZ7.jpeg

  • Afghanistan : les talibans progressent dans de nombreuses provinces

    Imprimer

    Province de Badakhshan
    14 districts de la province de Badakhshan sont tombés aux mains des Talibans en moins de 48 heures, des centaines de soldats se sont rendus sans aucune résistance. Vidéo.

    Des sources pro-talibans affirmant que les talibans ont capturé les centres d'Argo et de du district Raghistan dans la province de Badakhshan.

    Près de Faizabad, la capitale de la province du Badakhshan; les talibans ont capturé un avant-poste au sommet d'une colline. Vidéo.

    Province de Faryab
    En raison du rapprochement des combats qui ont lieu actuellement à une dizaine de kilomètres du port de commerce d'Aqina, l'activité du port est à l'arrêt depuis plus d'une semaine. Le manque d'importations de marchandises à Aqina, les pénuries alimentaires se font déjà sentir.
    WxvQW_qG.jpeg

    Province de Kandahar
    Les talibans ont capturé le district clé de Myanshine dans leur ancien bastion de Kandahar après de violents combats nocturnes avec les forces gouvernementales afghanes, selon des responsables. C'est la dernière zone à avoir été saisie depuis que les troupes américaines ont commencé leur retrait définitif. Aucune revendication officielle des talibans pour le moment.

    Les talibans ont également capturé le district de Panjwai dans la province de Kandahar.
    Situé à une quinzaine de km de la ville de Kandahar, Panjwai fut longtemps un foyer taliban et le théâtre au cours des années d'importants combats entre rebelles et troupes de l'OTAN.
    Le président du conseil provincial de Kandahar, Jan Khakriwal, a confirmé la chute de Panjwai, tout en accusant les forces afghanes "en nombre suffisant" de "s'être retirées intentionnellement".  
    Sadiq Isa, porte-parole adjoint de l'armée nationale afghane, a déclaré : « Les forces de sécurité ont fait preuve de tactique en évacuant les civils du district de Panjwai à Kandahar afin d'éviter des pertes. Isa affirme que deux talibans ont été tués et un a été blessé lors des affrontements. Selon Radio Free Afghanistan de RFE/RL, il s'agit du sixième district de Kandahar à tomber aux mains des talibans ce mois-ci. Les districts de Shah Wali Kot, Khakriz, Maiwand, Maruf et Arghistan ont déjà été rapportés.
    Kandahar est la province de naissance du mouvement des talibans, qui s'empara du pouvoir en Afghanistan en 1996, mettant en place un régime islamique ultra-rigoriste avant d'être renversé par une coalition menée par les Etats-Unis en 2001, après les attentats du 11-Septembre.
    5o1f37qk.jpeg

    Province de Kunduz
    Au moins deux insurgés talibans ont été tués et deux autres capturés lors d'une embuscade tendue par la police nationale afghane dans le district d'Aliabad, dans le nord de la province de Kunduz. Une moto, des armes et du matériel ont également été récupérés sur les islamistes.

    E5c-10JWQAIPqtp.jpeg

    E5c-3hVWEAgZtnl.jpeg

    Province de Takhar
    Les talibans contrôlent désormais 16 districts de la province, il ne reste désormais que Taloqan, la capitale provinciale qui est encerclée.

    Après la chute d'une grande partie de la province de Takhar, le gouverneur  des talibans pour la province de Takhar, Mawlawi Noor Uddin, a fait une apparition dans la ville de Chaman à Takhar
    E5YVy24WEAEn0DG.jpeg

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer

    Province de Badakshan : Les talibans abattent trois soldats, deux civils et un commissaire
    Les talibans ont tué trois soldats qui avaient été sortis d'un véhicule sur la route Baharak-Ishkashim, dans le district de Warduj, le premier jour du ramadan.

    L'incident a eu lieu vers 3 heures du matin mardi 13 avril, dans le village de Tizab, district de Zibak.

    Ces soldats étaient en service dans les provinces de Khost et Farah et voulaient rentrer chez eux à Ishkashim et Zibak pour des vacances.

    Des sources locales ont révélé que les parents des soldats s'étaient rendus chez les talibans et avaient demandé leur libération. Les talibans leur avaient alors promis qu'il n'y aurait pas de problème et que les prisonniers seraient libérés le premier jour du ramadan.

    Par ailleurs, les talibans ont tué, dans la nuit de lundi à mardi,  le commissaire Darwaz dans le district de Warduj.

    Enfin, les talibans ont fait descendre trois autres personnes de leur véhicule dans le village de Ghani. Les talibans font fréquemment descendre des passagers d'une voiture pour les exécuter. Deux des passagers étaient originaires d'Ishkashimi.

    L'un d'eux était retourné à la vie civile après son service militaire pour travailler comme agriculteur dans son village de Wasasat. Il était allé à Baharak chercher des engrais chimiques. Il a été abattu sur le chemin du retour à Warduj après que les talibans aient découvert sur lui une carte bancaire d'une banque de Kaboul.

    De temps en temps, les talibans sortent des gens de leurs véhicules  et les exécutent après une rapide enquête s'ils découvrent que la personne était liée d'une façon ou d'une autre aux forces de sécurité. Les habitants des districts frontaliers du Badakhshan, de Zibak et Ishkashim à Sheghnan et Darwaza, qui n'ont aucun moyen de transport alternatif, sont contraints de traverser la route, malgré les risques.
    Ey2fhoLXAAAF4d3.png

    Province de Baghlan
    Les responsables de la sécurité à Baghlan affirment que 12 talibans ont été tués et neuf autres blessés lors d'une opération sur l'autoroute Pul-e-Khumri-Samangan.
    PmCyvLQC.jpeg

  • Afghanistan : 37 talibans  tués et 28 blessés lors d'opérations sécuritaires dans la province de Kandahar

    Imprimer

    Le ministère afghan de la Défense a annoncé dans un communiqué, lundi 5 avril 2021, qu'au moins 37 talibans avaient été tués et 28 autres blessés, au cours d'opérations menées par les forces afghanes soutenues par les forces aériennes dans les régions d'Arjindab et Zirai de la province de Kandahar, au sud du pays.

    Le ministère de la Défense a ajouté que les forces afghanes avaient confisqué 90 motos lors des opérations qui ont eu lieu dimanche, détruit "une grande quantité d'armes" des talibans et déminé le village de Tabin à Arjindab.

    Les talibans n'ont fait aucun commentaire sur ces opérations.

    Selon des responsables locaux de la région de Kandahar, le district d'Arjindab a été repris aux talibans après l'opération des forces de sécurité.

    Certaines parties de la région étaient sous l'influence des talibans depuis les derniers mois. 

    Kaboul
    Ferdows Faramarz, un porte-parole du commandement de la police de Kaboul, a déclaré qu'au moins trois membres du personnel de sécurité avaient été tués et 12 autres blessés par l'explosion d'une voiture piégée dans le quartier de Paghman à Kaboul..
    2021:04:05.jpeg

    Province de Badakhshan : Les forces de sécurité ont repris plusieurs districts aux Talibans
    Selon des sources de sécurité afghanes, environ 70 Taliban auraient été tués et blessés à la suite d'opérations aériennes et terrestres menées par les forces de sécurité dans le district de Nasi Darwaz, dans la province de Badakhshan.

    Le ministère de la Défense a annoncé dimanche 15 juin qu'il avait repris le contrôle de certaines positions taliban à Nasi après trois ans avec de lourdes pertes.

    Selon le ministère, l'armée, les commandos, la police et les unités de soulèvement populaire ont pris part à l'opération.

    Ainsi, le ministère de la Défense nationale a annoncé que toutes les hauteurs de Ghoghz, Diolakh Mountain, Sar Soghachaha, Lalam Kodin Mountain, Kajkaha Mountain et la zone verte jusqu'au pont Doab ont été reprises par les forces de sécurité.

    Ces zones étaient sous le contrôle des talibans depuis plus de trois ans.

    Le porte-parole de la police du Badakhshan, Sanaullah Rohani, qui se trouve à Nusay, a déclaré que quatre autres positions des talibans avaient été capturées et que les corps des taliban tués étaient toujours sur place. 

    Selon Rohani, l'opération a infligé de «lourdes» pertes aux talibans. Il a ajouté que le chef militaire général des talibans de la région faisait partie des personnes tuées.

    Un porte-parole de la police du Badakhshan a déclaré que l'opération avait été menée sous le commandement de Mohammad Sadegh Moradi, chef de la police du Badakhshan.

    Il a ajouté que les opérations aériennes avaient été suspendues en raison de fortes pluies, mais que le nettoyage se poursuivrait.

    Par ailleurs, des sources locales ont déclaré que les talibans avaient posé des mines à Dwabagi et détruit une partie de la route.

    Il est à noter que ces montagnes sont situées au milieu d'un point stratégique et au carrefour entre les districts de Nasi, Sheki, Maimi, Kufab et Raghistan.
    EyIbWcnXIAEmWTt.jpeg
    Province de Helmand
    Les talibans ont tué une vingtaine de soldats afghans et ont capturé vivants 11 autres lors d'un raid nocturne sur un avant-poste de l'ANDSF à Nahri Saraj, dans le Helmand. Vidéo.

    Toujours dans la même province de Helmand, les talibans ont revendiqué avoir mené une embuscade visant un convoi de l'ANDSF près de Gereshk.
    EyMoO4dXIAUXTWc.jpeg

    Province de Logar : L'armée découvre une cache de mines magnétiques
    Une cache de bombes magnétiques a été découverte et saisie lors d'une opération conjointe menée par le GCPSU et la CTU dans la ville de Pul-e-Alam de la province de Logar. La découverte des explosifs permet de déjouer des attaques terroristes et d'éviter à la ville de nouvelles tragédies.
    2021:04:05.jpeg