Province d'Edleb

  • Syrie : Des rebelles syriens pro-turcs neutralisent une cellule  de militants kurdes dans une zone occupée par la Turquie

    Imprimer

    Vendredi 24 septembre, les rebelles syriens pro-turcs ont annoncé  ont annoncé avoir neutralisé une « cellule terroriste » du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) lors d'une opération menée dans la ville syrienne occupée d'al-Bab.

    La cellule faisait de la contrebande d'armes vers des zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes (SDF) dans le nord-est de la Syrie.

    Des tonnes d'armes et de munitions ont été découvertes dans la cachette principale de la cellule. Les armes comprenaient au moins six grenades propulsées par fusée antichar HAR-66 de fabrication turque.

    La Turquie a fourni des grenades propulsées HAR-66 à ses alliés en Syrie. L'arme a également été repérée dans la région syrienne du nord-ouest du Grand Edleb aux mains de groupes islamique, dont Hayat Tahrir al-Sham, anciennement affilié à al-Qaïda.

    Le HAR-66 est une copie de la M72 américaine fabriquée sous licence par la société turque de l'industrie mécanique et chimique, MKEK≈.

    Des militants de l'opposition affirment que les militants kurdes achètent les armes dans la région du Grand Edleb et dans les zones occupées par la Turquie dans le nord d'Alep pour les expédier aux FDS qui les utilisent  contre les rebelles syriens soutenus par la Turquie.

    Les armes fournies par la Turquie aux rebelles en Syrie sont maintenant utilisées contre l'armée turque et ses alliés syriens, qui à leur tour utilisent des armes fournies par les États-Unis, comme les missiles guidés antichars TOW, contre les militants Kurdes, alliés des Etats-Unis.

  • Syrie : Des munitions errantes ont frappé un véhicule des jihadistes dans le grand Edleb - Nouvelles frappes aériennes russes

    Imprimer

    Vendredi 24 septembre, une munition errante non identifiée a visé un véhicule militaire de Hayat Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda, ou de ses alliés près de la ville de Bénin dans la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb.

    Des militants de l'opposition syrienne ont partagé une vidéo montrant la munition errante survolant le sud d'Edleb quelques secondes avant la frappe contre sa cible. La munition, qui avait une conception d'aile en forme de X, est identique à un type qui a été utilisé contre HTS plusieurs fois dans le passé.

    Certains militants ont affirmé que la munition errante appartenait aux forces russes, tandis que d'autres pensent qu'elle était syrienne ou iranienne.

    Quelques heures avant la frappe, des avions de guerre des forces aérospatiales russes ont effectué au moins quatre frappes aériennes à la périphérie des villes de Ghassaniyeh et Alyeh dans l'ouest d'Edleb.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les avions de combat russes ont effectué au moins 185 frappes aériennes sur le Grand Edleb depuis début septembre.

    La situation dans le Grand Edleb reste instable. L'accord de cessez-le-feu est violé quotidiennement par HTS et ses alliés. Une confrontation militaire pourrait bientôt éclater dans la région. Des rapports récents indiquent que l'armée arabe syrienne et ses alliés envisagent de lancer une opération terrestre dans la région.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan devrait discuter de la situation instable dans le Grand Edleb avec le président russe Vladimir Poutine à Moscou le 29 septembre.

  • Syrie : Nouvelles vagues de frappes russes sur la région du grand Edleb contre des positions de Hayat Tahrir ash-Sham

    Imprimer

    Mercredi 22 septembre, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué au moins neuf frappes aériennes sur la région du Grand Edleb dans le nord-ouest de la Syrie.

    Les frappes aériennes russes ont visé les positions de Hayat Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié à al-Qaïda, à la périphérie de la ville de Kansafra, dans le sud de la province d'Edleb. Le groupe islamique radical contrôle de facto toute  la région.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme b(OSDH, un militant de HTS a été tué et plusieurs autres ont été blessés par les frappes aériennes russes.

    Les avions de guerre russes bombardent le Grand Edleb depuis plus d'un mois maintenant en réponse aux violations répétées du cessez-le-feu par HTS et ses alliés.

    Le cessez-le-feu dans le Grand Edleb, négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars 2020, tient à peine. Moscou accuse Ankara de ne pas encore avoir rempli son engagement dans le cadre de l'accord de cessez-le-feu.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan se rendra en Russie et rencontrera le président Vladimir Poutine le 29 septembre. La situation dans le Grand Edleb serait le sujet principal de la visite d'une journée.

    Récemment, un certain nombre de rapports ont fait état d'une opération au sol dans le Grand Edleb engagée par l'armée arabe syrienne et soutenue par la Russie. Une telle opération pourrait provoquer la Turquie qui maintient une force importante dans la région. Cette question pourrait être à l'origine de la prochaine rencontre entre Poutine et Erdogan.

  • Syrie : Frappe américaine dans la province d'Edleb

    Imprimer

    Un drone américain a visé une voiture Kia Rio sur la route entre Binnish et la ville d'Edleb. .  Le véhicule a été complètement incendié (photo ci-dessous) et les victimes carbonisées. Il semble que la personne visée ait été le commandant du groupe jihadiste Horas ad-Din, affilié à al-Qaïda. Les deux victimes ont été identifiées comme étant Abu Bara al-Tunisi et Abu Hamza al-Yemeni. Un autre membre de Horas ad-Din a été tué par la frappe. (Vidéo)
    E_u4lQDXMAMSMVY.jpeg

    C'est la première frappe aérienne américaine dans la région d'Edleb en 2021. Un drone MQ-9 Reaper avait été repéré dans la région depuis plusieurs jours.
    E_uxh18WUAMVymt.jpeg

    Le Pentagone confirme qu'un responsable d'al-Qaida a été tué par une frappe américaine le 1er octobre 2021
    Un "haut dirigeant d'al-Qaida" en Syrie, Salim Abou-Ahmad, a été tué le 20 septembre lors d'une frappe aérienne près d'Edleb, dans le nord-ouest du pays, a indiqué vendredi 1er octobre 2021 l'armée américaine.

    Il était "responsable de la planification, du financement et de l'approbation d'attentats trans-régionaux" perpétrés par l'organisation jihadiste, a précisé un porte-parole du commandement central américain (Centcom), le commandant John Rigsbee, sans donner d'autres détails. Il n'y a pas d'indications sur de potentielles victimes civiles consécutives à l'opération, a-t-il ajouté dans un communiqué.

    "Cette frappe fait partie des opérations américaines pour affaiblir les réseaux terroristes internationaux et viser les responsables terroristes qui cherchent à attaquer le territoire américain ainsi que ses intérêts et ses alliés à l'étranger", a indiqué le porte-parole.

    L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait annoncé le 20 septembre que deux commandants proches d'al-Qaida avaient été tués dans une frappe de drone de l'armée américaine. Le Centcom avait alors confirmé la mort d'un haut responsable du réseau jihadiste, sans donner son identité.

    Selon l'OSDH, les raids ont visé un véhicule sur la route reliant Edleb à la ville de Bennich, au nord-est, dans la même province dont une partie est dominée par les jihadistes et qui échappe toujours au contrôle du régime syrien.

    Une partie de la province d'Edleb et des segments des provinces voisines de Hama, Alep et Lattaquié sont dominées par Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne d'al-Qaida. La région abrite également des groupes rebelles et d'autres formations jihadistes alliées de HTS. Toutes ces factions ont déjà été la cible de raids aériens du régime syrien, de son allié russe, mais aussi de la coalition internationale antijihadiste menée par les Etats-Unis et de l'armée américaine elle-même.

  • Syrie : 3 soldats turcs tués et 2 autres blessés lors d'une attaque dans le nord de la Syrie

    Imprimer

    Aujourd'hui, samedi, trois soldats turcs ont été tués et 2 autres blessés, lors d'une attaque contre les forces turques lors d'opérations de ratissage dans la zone de désescalade d'Idlib, au nord-ouest de la Syrie.

    Auparavant, une source sur le terrain s'attendait à ce que des batailles éclatent entre l'armée syrienne et des groupes armés retranchés dans la campagne sud d'Idlib "à tout moment" dans les prochains jours.

    La source, qui connaît de près la situation militaire sur les fronts du nord-ouest de la Syrie, a déclaré : « Les fronts de la campagne sud d'Idlib et du nord de Hama ont connu une escalade exceptionnelle au cours des deux dernières semaines, qui s'est manifestée par le bombardement continu par des groupes armés sur les villages et villes adjacents aux lignes de contact, en conjonction avec la surveillance de foules humaines, matérielles et logistiques exceptionnelles. Plaine du Ghab dans la campagne nord-ouest de Hama.

    Concernant les raids aériens ciblés de l'armée de l'air russe au cours des derniers jours, la source a expliqué que les avions de reconnaissance russes ont identifié une banque de cibles appartenant aux groupes armés sur plusieurs axes dans la campagne sud et nord d'Idlib et la campagne ouest de Hama. , et ils ont été traités par une série de raids aériens qui ont entraîné la destruction de plus de 60 A site militaire utilisé par des groupes armés, en plus de tuer et de blesser plus de 150 militants

  • Syrie : L'armée de l'air russe frappe la région du grand Edleb pour le quatrième jour consécutif

    Imprimer

    Pour le quatrième jour consécutif, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué une série de frappes aériennes sur la région nord-ouest du Grand Edleb. Vidéo.

    Les frappes aériennes, qui ont eu lieu le 22 août au matin, visaient des positions à la périphérie des villes de Kansafra, Mareian et Almaouzrah dans le Jabal al-Zawiya dans le sud de la province d'Edleb.

    Hayat Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à Al-Qaïda, qui contrôle de facto du Grand Edleb, et le Front national de libération soutenu par la Turquie maintiennent tous deux une forte présence sur le Jabal al-Zawiya.

    Le  19 août , des avions de combat russes avaient bombardé un quartier général de HTS dans la ville d'Ein Shib, dans l'ouest de la province d'Edleb. Le  20 août , une série de frappes aériennes a encore touché Ein Shib ainsi que la ville de Qurqnia dans le nord de la province d'Edleb. Le 21 août , des frappes aériennes russes ont détruit un complexe situé près de la ville de Hmeimat dans les plaines d'al-Ghab dans le nord-ouest de la province de Hama.

    Les frappes aériennes russes ont coïncidé avec les bombardements intenses de l'armée arabe syrienne (AAS) sur les villes de Kherbet al-Naqous, al-Sarmaniya, Qulaydeen, al-Qaherah, al-Ankawi, al-Daqmaq et al-Zaqoum en Sahl al-Ghab dans le nord-ouest de la province de Hama.

    La situation du Grand Edleb devient lentement incontrôlable à la suite des incidents répétés. Mais l'armée syrienne et ses alliés ne semblent toujours pas disposés à reprendre leurs opérations terrestres dans la région.

  • Syrie : Un Marocain, leader d'un groupe affilié à al-Qaïda, assassiné dans la région du Grand Edleb

    Imprimer

    1-e1629289430372-768x437.pngMardi 17 août, Le 17 août, Abu al-Farouq al-Maghribi, un chef terroriste marocain, a été assassiné dans la région du Grand Edleb, au nord-ouest de la Syrie.

    Al-Maghribi a été attaqué par des assaillants non identifiés alors qu'il revenait de son poste militaire dans le nord de la province de Lattaquié. Les assaillants ont tendu une embuscade au jihadiste sur une route près de la ville de Jisr al-Shoughour dans la province d'Edleb et ont mitraillé son véhicule de dizaines de balles.

    Le jihadiste a été mortellement blessé lors de l'attaque. Il a été déclaré mort quelques heures après avoir été transporté dans un hôpital voisin.

    Al-Maghribi était un dirigeant de « Harakat Sham al-Islam », un groupe affilié à al-Qaïda composé principalement de Marocains qui a été actif pendant la majeure partie de la guerre en Syrie. Le groupe a été fondé en août 2013 par trois détenus marocains qui avaient été libérés du camp de détention de Guantanamo Bay, Ibrahim bin Shakran, Ahmed Mizouz et Mohammed Alami.

    Le 25 juillet 2014, le groupe a annoncé qu'il faisait partie de Jabhat Ansar al-Din, affilié à al-Qaïda. Le Département d'État américain a inscrit l'organisation sur la liste des groupes terroristes le 24 septembre 2014 et par les Nations Unies le 29 février 2016.

    Le chef du groupe, Shakran, a été tué dans une bataille avec les forces gouvernementales syriennes en avril 2014, ainsi que le commandant militaire du groupe, Abu Safiya Al-Masri. Le 12 décembre 2016, le groupe s'est complètement dissous dans Jabhat Ansar al-Din.

    Aucune partie n'a revendiqué l'assassinat d'al-Maghribi, pour l'instant. Les services de renseignement syriens ou étrangers, y compris les agences russes et américaines, sont peut-être à l'origine de l'assassinat. Il en va de même pour l'Etat islamique dont les cellules du Grand Edleb ont l'habitude d'abattre les jihadistes rivaux.

    Certains militants radicaux du Grand Edleb ont également émis l'hypothèse que l'assassinat avait été orchestré par Hayat Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié d'al-Qaïda, qui contrôle de facto la région. Selon certaines sources, l'assassinat a eu lieu à quelques mètres seulement d'un poste de contrôle des forces de sécurité du HTS.

    Le Grand Edleb continue d'offrir un refuge à des milliers de jihadistes dangereux du monde entier. La Turquie, qui maintient une grande force dans la région, ne fait rien pour changer cette situation.