Province d'Edleb

  • Syrie : Les avions de guerre russes pilonnent en continu les positions des rebelles dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Jeudi 30 décembre 2021 dans l'après-midi, une nouvelle vague de frappes aériennes russes a frappé la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb où plusieurs groupes rebelles d'obédience islamique sont actifs.

    Au moins quatre frappes aériennes ont touché la périphérie de la ville de Sheikh Bahir, dans la campagne nord d'Edleb. Les cibles étaient probablement les positions du groupe Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié d'al-Qaïda en Syrie, qui contrôle de facto le Grand Edleb.

    Au cours des frappes aériennes, des militants de HTS et des militants alliés ont tenté en vain d'abattre des avions de guerre russes à l'aide de mitrailleuses lourdes. 

    Dans la matinée du jeudi, cinq frappes aériennes russes avaient visé la périphérie des villes de Barisha, Kafr Aruq et Maaret Mesrin au nord et est de la province d'Edleb. Trois autres frappes aériennes ont touché le mont Cheikh Baraka près de la ville de Darat Azza, à l'ouest de la province d'Alep.

    Les forces aérospatiales russes ont intensifié leurs opérations contre HTS et ses alliés cette semaine en réponse aux violations répétées du cessez-le-feu dans le Grand Edleb.

    Le cessez-le-feu, négocié par la Russie et la Turquie il y a plus d'un an, tient à peine. La situation dans le Grand Edleb devrait continuer de se dégrader l'année prochaine.

  • Syrie : L'armée syrienne élimine 5 militants d'élite du groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-Sham dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Mardi 14 décembre 2021, au moins cinq militants de Hayat Tahrir ash-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda, ont été tués lors d'une frappe d'artillerie ponctuelle qui a été menée par l'armée arabe syrienne (AAS).

    L'armée a ciblé les militants, qui étaient rassemblés près de la ville de Maarbalit dans le sud de la province d'Edleb, avec un tir d'artillerie guidé 2K25 Krasnopol de fabrication russe.

    Le 2K25 Krasnopol, qui est guidé par un laser semi-actif, peut être tiré par la plupart des canons d'artillerie de 152 mm. L'obus a une portée de 20 à 30 kilomètres et peut toucher ses cibles, qui peuvent être illuminées depuis le sol ou les airs, avec une précision maximale.

    Les militants tués ont été identifiés comme étant Abu Malik Hariji, Abu Hamza al-Shuhail, Abu al-Harith al-Shuhail, Abu Zubair Hasakah et Abu Huzaifa Kharitah. Selon des sources de l'opposition syrienne, les cinq militants étaient tous membres d'une unité d'élite des forces spéciales de la brigade Zubayr ibn al-Awwam de HTS.

    La frappe d'artillerie précise était très probablement une réponse aux récentes violations du cessez-le-feu dans le Grand Edleb par HTS et ses alliés.

    Selon le Centre de réconciliation russe en Syrie, qui est chargé de surveiller le cessez-le-feu dans le Grand Edleb, un soldat syrien a été tué lors d'une récente attaque de HTS contre des zones contrôlées par le gouvernement dans l'ouest de la province d'Alep.

    Le cessez-le-feu dans le Grand Edleb, négocié par la Russie et la Turquie il y a plus d'un an, tient avec difficulté. Malgré toutes les violations récentes, le cessez-le-feu ne s'effondrera probablement pas de sitôt, car toutes les parties tentent d'éviter une confrontation générale dans la région densément peuplée.

  • Syrie : Frappe d'un drone américain contre le membre d'un groupe affilié à Al-Qaida dans la région du Grand Edleb

    Imprimer

    Vendredi 3 décembre 2021, un homme a été tué et cinq personnes blessées lors d'une attaque présumée d'un drone américain sur la région du Grand Edleb, dans le nord-ouest de la Syrie, où plusieurs groupes rebelles et islamiques sont présents et actifs.

    La frappe a visé une moto qui circulait sur la route Almastumah-Arihah dans le sud de la province d'Edleb, tuant instantanément le motard.

    Un SUV qui se trouvait à proximité de la moto a été endommagé par l'explosion. Cinq civils, trois femmes et un enfant d'une même famille, ont été légèrement blessés. 

    Musab Khalid Kin'an.jpegL'homme abattu par le tir de drone a été identifié sous le nom de Musab Khalid Kin'an (photo). Musab, un Syrien originaire de la ville d'Ehsim dans le sud de la province d'Edleb, était un étudiant. Il étudiait la langue turque dans un institut local. Selon des sources pro-gouvernementales, il aurait été secrètement membre du groupe jihadiste Horas al-Din, affilié à al-Qaïda.

    Il y a une dizaine de jours, un drone de combat américain MQ-9 Reaper lourdement armé a été repéré survolant le Grand Edleb.

    En septembre, un drone américain a  visé le haut dirigeant d'Horas al-Din, Salim Abu-Ahmad, dans l'est de la province d'Edleb. Quelques jours avant la frappe, des drones de combat américains avaient été  aperçus  survolant le Grand Edleb.

    Les États-Unis utilisent des drones de combat pour traquer les jihadistes recherchés dans la région du Grand Edleb depuis deux ans. Cette campagne d'assassinats à distance n'a encore visé aucun commandant de Hay'at Tahrir al-Sham, anciennement affilié à al-Qaïda, qui contrôle de facto la région.

  • Syrie : Les avions russes pilonnent des positions du Parti Islamique du Turkestan dans la région d'Edleb

    Imprimer

    Samedi 6 novembre, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué huit frappes aériennes sur la région du Grand Idlib (nord-ouest syrien) où plusieurs groupes rebelles islamiques sont présents et actifs.

    Les frappes aériennes russes ont touché les environs de la ville de Jisr al-Shughur, située dans l'ouest de la province d'Edleb. Vidéo.

    Selon des sources syriennes pro-gouvernementales, les frappes aériennes ont visé un siège et un certain nombre de positions du Parti islamique du Turkestan (TIP).

    Jisr al-Shughur a été capturé par une coalition de groupes affiliés à al-Qaïda et de factions soutenues par la Turquie en juin 2015. À l'époque, le Front al-Nosra [maintenant connu sous le nom de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS)] a tué ou expulsé la plupart des habitants en guise de punition pour leur soutien au gouvernement.

    En quelques mois, les terroristes du TIP et leurs familles se sont installés dans la ville et ses environs, faisant de la zone une plaque tournante pour les jihadistes étrangers.

    Les frappes aériennes russes étaient probablement une réponse aux récentes violations du cessez-le-feu dans le Grand Idlib par HTS et ses alliés, y compris le TIP.

    Le cessez-le-feu, négocié par la Russie et la Turquie l'année dernière, tient avec difficulté. Selon des informations récentes, l'armée arabe syrienne et ses alliés pourraient bientôt lancer une opération terrestre dans le Grand Edleb. La Turquie, dont les forces sont déployées dans la région, s'opposera probablement à une telle opération.

  • Syrie : Des nouveaux véhicules russes équipent la Force-Tiger, une unité d'élite du régime

    Imprimer

    La 25e Division spéciale de l'armée arabe syrienne (AAS), connue sous le nom de « Force Tigr » a été repérée avec de nouveaux véhicules blindés de fabrication russe.

    Les véhicules repérés son, trois véhicules de transport de troupes blindés à roues BTR-82A 8 × 8 et trois véhicules de mobilité d'infanterie GAZ Tigre 4 × 4. Ils ont été repérés dans une vidéo partagée par des militants syriens le 2 novembre. La vidéo montre un défilé qui a récemment eu lieu sur le principal terrain d'entraînement de la division.

    BTR-82A
    Le BTR-82A est la dernière version de production du BTR-82 avec un blindage amélioré, des revêtements anti-éclats, un dispositif de vision nocturne plus moderne TKN-4GA-02, un canon 2A72 de 30 mm, un système de navigation GLONASS et un moteur plus puissant de 300 ch.
    BTR-82-768x1517.jpeg

    Véhicule de mobilité d'infanterie tout-terrain polyvalent GAZ Tigr
    Le GAZ Tigr est un véhicule de mobilité d'infanterie tout-terrain polyvalent qui peut être armé d'une mitrailleuse PKP de 7,62 mm, d'une mitrailleuse lourde Kord-12,7 mm ou d'un lance-grenades AGS-17 de 30 mm.
    Gaz Tigr.jpeg

    Les véhicules ont probablement été fournis directement par l'armée russe, le principal allié de l'AAS. La coopération militaire entre les deux parties s'est considérablement développée ces dernières années.

    La 25 e division des forces de mission spéciale est déployée sur toutes les principales lignes de front autour de la région nord-ouest du Grand Edleb, qui abrite des groupes affiliés à al-Qaïda et des factions soutenues par la Turquie. Des troupes turques sont également déployées dans la région.

    L'unité d'élite a participé avec succès à toutes les opérations précédentes de l'AAS dans le Grand Edleb. Le chef de l'unité, le général de division Suheil al-Hassan, est craint par les rebelles et les islamistes de la région.

    Selon plusieurs rapports récents, la 25e division des forces de mission spéciale et plusieurs autres formations de l'AAS se préparent à lancer une nouvelle offensive dans le Grand Edleb. L'armée veut rouvrir l'autoroute Lattaquié-Alep, connue sous le nom de M4.

  • Syrie : Le chef de la police et un interrogateur de Hayat Tahrir ash-Sham tué par une frappe de précision de l'artillerie syrienne.

    Imprimer

    Samedi 16 octobre dans l'après-midi, l'armée arabe syrienne (AAS) a mené une série de frappes d'artillerie de précision sur la ville frontalière de Saramada, dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Les frappes ont visé le poste de police principal de Hayat Tahrir ash-Sham et plusieurs autres positions du groupe djihadiste à Saramada, située dans le nord de la province d'Edlebe. La ville est connue pour être un bastion du groupe djihadiste et un centre économique de son front politique, appelé "gouvernement du salut".

    Selon des sources syriennes dans le Grand Edleb, quatre personnes ont été tuées et au moins 13 autres blessées par les frappes de l'AAS.

    Le chef de la police de HTS à Saramada, Mu'tazullah Suleiman, et Saad Eddine Berry, un "interrogateur" du groupe djihadiste, figurent parmi les personnes tuées dans les frappes. De plus, des sources syriennes pro-gouvernementales ont affirmé que la plupart des blessés étaient des combattants ou des policiers de HTS.

    Les frappes d'artillerie de précision auraient été menées avec des obus d'artillerie de 152 mm guidés par laser 2K25 Krasnopol de fabrication russe.

    La véritable cible des frappes pourrait être le chef du HTS, Abu Mohamad al-Joulani, qui aurait été aperçu dans la ville voisine d'Armanaz quelques heures plus tôt.

    L'AAS et ses alliés, principalement les forces aérospatiales russes, ont mené plusieurs frappes contre des cibles militaires, sécuritaires et économiques de HTS à Saramada au cours des deux dernières années.

    Les nouvelles frappes étaient probablement une réponse aux violations répétées du cessez-le-feu par HTS et ses alliés. 

    L'AAS et ses alliés se prépareraient à lancer une opération terrestre dans le Grand Edleb contre le groupe djihadiste.




     

     

  • Syrie : La Turquie se prépare à lancer une nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie

    Imprimer

    Des sources bien informées sur le terrain ont confirmé que les forces turques se préparaient à une nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie, après une série d'opérations des combattants kurdes dans le gouvernorat d'Edleb, qui ont entraîné la mort de soldats turcs.

    Les sources ont indiqué que les forces turques attendaient de recevoir le feu vert de la Russie et des États-Unis pour commencer leurs opérations militaires.

    Vendredi soir 14 octobre 2021, deux soldats turcs ont été tués et 5 autres blessés par une explosion visant un convoi militaire turc sur l'autoroute Maaret Mesrin dans le gouvernorat d'Edleb, dans le nord-est de la Syrie.

    Plusieurs unités turques ont été ciblées par des éléments kurdes. L'organisation "Brigades Baqer" est particulièrement active dans le gouvernorat d'Edleb. Elles ont tué et blessé en octobre un certain nombre de soldats turcs, dont deux membres de la police turque, dans la zone du "Bouclier de l'Euphrate" dans le nord syrien. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé à cette occasion que c'était la « dernière goutte », promettant une réponse appropriée.

    Rappelons que les forces turques ont mené trois offensives majeures au cours des cinq dernières années, capturant une bande du territoire syrien, tout le long de la frontière turque, sur des centaines de kilomètres de long et 30 kilomètres de profondeur.