Programme nucléaire iranien

  • l'Iran répond au meurtre du responsable du programme nucléaire iranien par une accélération du programme

    Imprimer

    Les députés iraniens ont décidé d'accélérer l'examen du projet de loi sur la revitalisation des activités nucléaires du pays, a rapporté ICANA.

    Une réunion pour examiner cette question s'est tenue le 27 novembre dans le contexte de l'assassinat du scientifique nucléaire Mohsen Fakhrizadeh.

    Le projet de loi "nucléaire» prévoit une augmentation du niveau d'enrichissement d'uranium jusqu'à 20% et plus (Il est actuellement de 4% au lieu des 3,67%, prévus par l'accord nucléaire).

    Téhéran pourrait utiliser des centrifugeuses pour l'enrichissement de l'uranium IR-2M à Natanz et installer des centrifugeuses IR-6 à l'usine de Fordo, alors que l'accord nucléaire autorise seulement l'utilisation de centrifugeuses IR-1 de première génération.

    Si le document est adopté, le réacteur d'Arak sera restauré dans la forme dans laquelle il était avant l'accord. En outre, la construction d'une autre installation similaire sera lancée.

    L'accord sur le programme nucléaire iranien implique sa transformation pour la production de radio-isotopes, de sorte qu'il serait impossible d'y produire du plutonium de qualité militaire.

    Rappelons que Fakhrizadeh a été éliminé au cours d'une attaque menée contre sa voiture avec un véhicule chargé d'explosifs et une fusillade. Téhéran soupçonne Israël et les Etats-Unis d'être derrière son assassinat.

  • Iran : Un scientifique du nucléaire assassiné, Israël pointé du doigt

    Imprimer

    Vendredi 27 novembre, l'IRNA a annoncé la mort de Mohsen Fakhrizadeh, physicien nucléaire et chef de l'organisation de recherche et d'innovation du ministère iranien de la Défense.

    Selon le ministère iranien de la Défense, le scientifique a été victime d'un attentat terroriste à Absard, une banlieue de Téhéran.

    Détails de l'attaque
    Le chef de l'organisation pour la recherche et l'innovation du ministère iranien de la Défense , le physicien nucléaire Mohsen Fakhrizadeh, voyageait dans une voiture blindée de la ville de Rostamkol dans la province de Mazandaran vers Absard, accompagné de trois véhicules de son service de sécurité.

    Il y a eu une explosions, provoquée par un véhicule piégé. Selon la télévision d'État iranienne, il s'agissait de l'explosion d'un pick-up de marque Nissan transportant une énorme quantité d'explosifs cachés sous une cargaison de bois. La voiture du cortège qui précédait la voiture de Fakhrizadeh s'est éloignée pour vérifier la situation. C'est alors qu'un 4x4 avec des personnes armées à bord a commencé à tirer sur la voiture de Fakhrizadeh depuis l'autre côté de la rue. L'attention de Fakhrizadeh a été attirée par les bruits de balles frappant la voiture. Il semble avoir pris ces détonations pour une collision avec un obstacle routier ou un problème de moteur. Il est sorti de sa Nissan blindée. C'est alors qu'il a été touché par les tirs d'un fusil automatique. Deux balles ont touché le côté et le dos, et également le cerveau. Le garde du corps a lui-même été blessé par quatre balles alors qu'il couvrait le scientifique. Fakhrizadeh lui-même a été transporté à l'hôpital par hélicoptère, mais il n'a pas été possible de le sauver.

    En1dRerXcAcHYff.jpeg

    L.e chef de la diplomatie iranienne a accusé Israël d'avoir joué un "rôle" dans cet "acte terroriste". "Des terroristes ont assassiné aujourd'hui un éminent scientifique iranien. Cette lâcheté --avec des indications sérieuses du rôle d'Israël-- montre le bellicisme désespéré de ses auteurs", a tweeté Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères. Le chef de la diplomatie a également appelé la communauté internationale à "mettre un terme à ses honteuses positions ambivalentes et à condamner cet acte terroriste".

    La chaîne d'information arabe Al-Alam , diffusant depuis l'Iran et appartenant à la société de presse publique Islamic Republic of Iran Broadcasting (IRIB), affirme que le meurtre de Mohsen Fakhrizadeh, décrit par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu comme le "père de la bombe iranienne", "est le Mossad, les services secrets israéliens. Le Mossad avait déjà tenté de tuer Fakhrizadeh."

    z8pfZrjG.jpeg

    Rappelons que Mohsen Fakhrizadeh occupait un poste élevé au sein du Corps des gardiens de la révolution islamique et dirigeait les travaux de création d'ogives nucléaires. En 2006, il a accusé les autorités d'arrêter le financement de ses laboratoires et a quitté le projet, mais est retourné au travail en 2012.

    Son assassinat intervient deux jours avant le 10e anniversaire de l'assassinat d'un autre scientifique iranien, Majid Shahriari, le 29 novembre 2010.

    Le Corps des gardiens de la révolution islamique a tweeté un message indiquant que le CGRI était prêt à se venger d'Israël pour le meurtre de Fahrizadeh.

    Le chef de l'état-major iranien, le général Mohammad Bakri, a déclaré que la réaction à l'assassinat de Fakhrizadeh "sera dure".

    Nouveau message circulant sur Telegram après l'assassinat de Mohsen Fakhrizadeh :

    En2gTVAXIAEvaye (1).jpeg

    L'ancien ministre de la Défense de la République islamique d'Iran Hossein Dehkan, qui occupe le poste de conseiller militaire du guide suprême Ali Khamenei, a tweeté que "les sionistes utilisent les derniers jours de la vie politique de leur partenaire, le président américain Donald Trump, pour accroître la pression sur l'Iran et provoquer guerre à grande échelle. "

    Programme nucléaire
    Cet assassinat intervient moins de deux mois avant l'arrivée à la Maison Blanche du démocrate Joe Biden, président élu à l'élection du 3 novembre aux Etats-Unis. M. Biden entend changer de posture vis-à-vis de l'Iran après les quatre années de présidence du républicain Donald Trump, qui s'est retiré en 2018 de l'accord avec les grandes puissances signé à Vienne trois ans plus tôt portant sur le programme nucléaire de Téhéran. Les Etats-Unis ont ensuite rétabli puis renforcé les sanctions à l'encontre de l'Iran.

    M. Trump estime que cet accord n'offre pas de garanties suffisantes pour empêcher Téhéran de se doter de l'arme nucléaire. L'Iran a toujours nié vouloir un tel armement. Le président américain a re-tweeté vendredi des informations sur l'assassinat du scientifique iranien, mais sans y adjoindre de commentaire personnel.

    Plusieurs autres scientifiques spécialisés dans le domaine nucléaire en Iran ont été assassinés ces dernières années, la République islamique en attribuant systématiquement la responsabilité à Israël. Et le quotidien américain New York Times a rapporté mi-novembre qu'Abdullah Ahmed Abdullah, alias Abou Mohammed al-Masri et numéro deux d'Al-Qaïda, avait été abattu à Téhéran par des agents israéliens, lors d'une mission secrète commanditée par Washington. L'Iran a démenti.

  • Iran : Les "E3" déplorent les nouvelles violations de Téhéran

    Imprimer

    L'Allemagne, la France et le Royaume-Uni ont appelé lundi l'Iran à cesser de violer l'accord limitant ses activités nucléaires, avant une réunion des chefs de la diplomatie des trois pays européens signataires ("E3") du pacte de Vienne.

    Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a reçu à Berlin ses homologues français Jean-Yves Le Drian et britannique Dominic Raab, a déclaré une porte-parole du ministère. "Ensemble avec nos partenaires, nous appelons fermement l'Iran à cesser de violer l'accord et à remplir de nouveau totalement toutes ses obligations", a ajouté la porte-parole.

    L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a signalé mercredi dernier que des centrifugeuses d'un modèle interdit par l'accord de Vienne de 2015 avaient été mises en service par l'Iran sur le site d'enrichissement de Natanz. L'Allemagne, la France et le Royaume-Uni sont les trois pays européens signataires du Plan d'action global commun (JCPOA) dont les Etats-Unis se sont retirés en 2018 à l'initiative de Donald Trump.

  • Iran : L'AIEA signale une nouvelle violation iranienne de l'accord de 2015

    Imprimer

    Des centrifugeuses du site d'enrichissement d'uranium iranien de Natanz ont été mises en service en violation de l'accord international sur le programme nucléaire de la République islamique, selon un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dont Reuters a pris connaissance mercredi.

    Les installations souterraines de Natanz, qui ont apparemment été conçues pour résister aux raids aériens, sont le principal site d'enrichissement iranien. Donald Trump a récemment demandé à son administration d'envisager de le bombarder, tout comme d'autres sites sensibles, selon une source américaine qui a confirmé une information du New York Times. L'accord sur le programme nucléaire iranien conclu en 2015 n'autorise Téhéran qu'à utiliser des centrifugeuses IR-1 de première génération pour enrichir l'uranium.

    Selon un précédent rapport publié mercredi dernier, l'AIEA indiquait que des centrifugeuses de type IR-2m, qui étaient déjà utilisées en violation de l'accord sur un site non souterrain, avaient été déplacées à Natanz et installées en cascade, ce qui permet l'enrichissement progressif. L'agence précisait toutefois qu'elles n'avaient pas été alimentées en hexafluorure d'uranium (UF6), la matière première à enrichir. "Le 14 novembre 2020, l'Agence a vérifié que l'Iran avait commencé à injecter de l'UF6 dans la cascade de 174 centrifugeuses IR-2m récemment installée à l'usine d'enrichissement du combustible (FEP) de Natanz", peut-on lire dans le document remis mardi aux Etats membres de l'AIEA.

    L'Iran avait déjà enfreint plusieurs dispositions de l'accord de 2015, qu'il juge caduc depuis que Donald Trump l'a dénoncé en 2018 et ordonné le rétablissement puis l'alourdissement des sanctions américaines. Dans son rapport de la semaine dernière, l'AIEA indique par ailleurs que le déploiement de centrifugeuses IR-4 a commencé à Natanz, mais pas celui de modèles IR-6, qui était pourtant prévu.

  • Iran : Les explications de Téhéran sur un site nucléaire suspect "pas crédibles", selon l'AIEA

    Imprimer

    L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a demandé des éclaircissements à l'Iran, jugeant "non crédibles techniquement" les informations fournies sur un site suspect, selon un rapport consulté mercredi par l'AFP à Vienne. Téhéran continue par ailleurs d'accumuler de l'uranium suite au retrait américain de l'accord signé en 2015 dans la capitale autrichienne: la quantité d'uranium faiblement enrichi dépasse désormais de 12 fois la limite autorisée.

  • Iran : Levée de l'embargo sur les armes - une "défaite historique" de Washington

    Imprimer

    Les Etats-Unis subiront à la fin de la semaine une "défaite historique" avec la levée attendue d'un embargo onusien sur les armes visant l'Iran, a affirmé lundi Téhéran. Institué par la résolution 2231 du Conseil de sécurité ayant validé en juillet 2015 l'accord international sur le nucléaire iranien. Cet embargo interdisant notamment la vente d'armes et d'équipements militaires lourds à l'Iran est censé expirer le 18 octobre. En août, les Etats-Unis ont échoué dans une tentative visant à pousser le Conseil de sécurité à prolonger cet embargo et à rétablir les sanctions internationales contre l'Iran levées par la résolution 2231.

    Moscou a confirmé en septembre sa volonté de développer sa coopération en matière militaire avec l'Iran une fois l'embargo levé et la Chine ne cache pas non plus son intention de vendre des armes à l'Iran après le 18 octobre.

    Cette date verra "la concrétisation d'une défaite historique des Etats-Unis en dépit de leurs (...) ruses", a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Saïd Khatibzadeh, lors d'une conférence de presse à Téhéran.

    "L'Iran a montré une fois de plus que les Etats-Unis ne sont pas aussi puissants qu'ils le disent", a-t-il ajouté.

    En mai 2018, le président américain Donald Trump avait sorti unilatéralement les Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne.

    M. Trump argue - contre les autres Etats parties à cet accord avec l'Iran (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) - que ce texte n'offre pas des garanties suffisantes pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique.

    L'Iran a toujours démenti vouloir une telle arme. L'accord de Vienne lui offre une levée des sanctions internationales qui asphyxiaient son économie en échange de garanties vérifiées par l'ONU destinées à attester la nature exclusivement civile de ses activités nucléaires.

    Depuis que M. Trump a dénoncé ce pacte, Washington a rétabli toutes les sanctions contre l'Iran que les Etats-Unis avaient accepté de lever à Vienne et les a même amplifiées au nom d'une politique de "pression maximale" privant la République islamique des bénéfices qu'elle escomptait de l'accord.

    En riposte, l'Iran s'est affranchi depuis 2019 de la plupart des engagements-clés qu'il avait pris à Vienne, notamment concernant la limitation de ses activités d'enrichissement de l'uranium.

  • Iran/USA : Washington annonce l'entrée en vigueur des sanctions des Nations Unies contre l'Iran

    Imprimer

    Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annoncé samedi que les sanctions des Nations unies contre l'Iran sont à nouveau entrées en vigueur, mettant en garde contre les «conséquences» si les États membres de l'instance internationale ne s'engagent pas à les mettre en œuvre.

    "Aujourd'hui, les États-Unis se félicitent du retour de presque toutes les sanctions des Nations Unies qui avaient été précédemment supprimées à l'encontre de la République islamique d'Iran", a déclaré Pompeo dans un communiqué.

    Il a expliqué que les sanctions 1696, 1737, 1747, 1803, 1835, et 1929 sont entrées en vigueur à partir de 20h00 samedi, heure de Washington (dimanche 00 GMT).

    Pompeo a ajouté: "Si les États membres des Nations Unies ne s'acquittent pas de leurs devoirs de mise en œuvre de ces sanctions, les États-Unis sont prêts à utiliser ses pouvoirs internes pour imposer des conséquences à ceux qui sont à l'origine de ces échecs et faire en sorte que l'Iran ne profite pas de cette activité interdite par les Nations Unies."

    Il a promis que les mesures à prendre contre les "contrevenants" seraient annoncées dans quelques jours.

    Réaction de l'Iran
    L'Iran ne cédera pas aux intimidations américaines, déclare Rohani
    Le président iranien Hassan Rohani a assuré dimanche que son pays ne céderait pas aux "intimidations" des Etats-Unis et que la communauté internationale s'opposerait aux rétablissement des sanctions multilatérales décrété samedi par Washington.

    Hassan Rohani a félicité dimanche les membres du Conseil de sécurité de l'Onu pour leur "fermeté" face aux pressions exercées par les Etats-Unis.

    "L'Amérique est condamnée à la défaite avec son initiative sur les sanctions. Elle fait face à la réaction négative de la communauté internationale", a déclaré le président iranien.

    "Nous ne céderons jamais à la pression des Etats-Unis et nous apporterons une réponse cinglante aux intimidations de l'Amérique", a-t-il affirmé dans un discours télévisé.

    Réactions de l'Allemagne, la France et la Grande Bretagne
    La France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, les trois pays européens signataires de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, ont estimé dimanche dans un communiqué conjoint que les Etats-Unis agissaient "en dehors du droit" en voulant imposer le rétablissement des sanctions levées en 2015.

    "Les États-Unis d'Amérique ont cessé d'être un participant au JCPoA (Plan d'action global commun, NDLR) à la suite de leur retrait de l'accord le 8 mai 2018", notent les trois pays.

    "En conséquence, la notification prétendument fondée sur le paragraphe 11 de la résolution du Conseil de sécurité 2231, reçue de la part des Etats-Unis et transmise aux Etats membres du Conseil de sécurité, est sans effet en droit."

    Russie et Chine
    La Russie et la Chine, autres signataires de l'accord de 2015, avaient déjà exprimé leur opposition au rétablissement des sanctions cette semaine aux Nations unies, poussant Washington à agir unilatéralement.