Programme nucléaire iranien

  • Iran/USA : Washington annonce l'entrée en vigueur des sanctions des Nations Unies contre l'Iran

    Imprimer

    Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annoncé samedi que les sanctions des Nations unies contre l'Iran sont à nouveau entrées en vigueur, mettant en garde contre les «conséquences» si les États membres de l'instance internationale ne s'engagent pas à les mettre en œuvre.

    "Aujourd'hui, les États-Unis se félicitent du retour de presque toutes les sanctions des Nations Unies qui avaient été précédemment supprimées à l'encontre de la République islamique d'Iran", a déclaré Pompeo dans un communiqué.

    Il a expliqué que les sanctions 1696, 1737, 1747, 1803, 1835, et 1929 sont entrées en vigueur à partir de 20h00 samedi, heure de Washington (dimanche 00 GMT).

    Pompeo a ajouté: "Si les États membres des Nations Unies ne s'acquittent pas de leurs devoirs de mise en œuvre de ces sanctions, les États-Unis sont prêts à utiliser ses pouvoirs internes pour imposer des conséquences à ceux qui sont à l'origine de ces échecs et faire en sorte que l'Iran ne profite pas de cette activité interdite par les Nations Unies."

    Il a promis que les mesures à prendre contre les "contrevenants" seraient annoncées dans quelques jours.

    Réaction de l'Iran
    L'Iran ne cédera pas aux intimidations américaines, déclare Rohani
    Le président iranien Hassan Rohani a assuré dimanche que son pays ne céderait pas aux "intimidations" des Etats-Unis et que la communauté internationale s'opposerait aux rétablissement des sanctions multilatérales décrété samedi par Washington.

    Hassan Rohani a félicité dimanche les membres du Conseil de sécurité de l'Onu pour leur "fermeté" face aux pressions exercées par les Etats-Unis.

    "L'Amérique est condamnée à la défaite avec son initiative sur les sanctions. Elle fait face à la réaction négative de la communauté internationale", a déclaré le président iranien.

    "Nous ne céderons jamais à la pression des Etats-Unis et nous apporterons une réponse cinglante aux intimidations de l'Amérique", a-t-il affirmé dans un discours télévisé.

    Réactions de l'Allemagne, la France et la Grande Bretagne
    La France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, les trois pays européens signataires de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, ont estimé dimanche dans un communiqué conjoint que les Etats-Unis agissaient "en dehors du droit" en voulant imposer le rétablissement des sanctions levées en 2015.

    "Les États-Unis d'Amérique ont cessé d'être un participant au JCPoA (Plan d'action global commun, NDLR) à la suite de leur retrait de l'accord le 8 mai 2018", notent les trois pays.

    "En conséquence, la notification prétendument fondée sur le paragraphe 11 de la résolution du Conseil de sécurité 2231, reçue de la part des Etats-Unis et transmise aux Etats membres du Conseil de sécurité, est sans effet en droit."

    Russie et Chine
    La Russie et la Chine, autres signataires de l'accord de 2015, avaient déjà exprimé leur opposition au rétablissement des sanctions cette semaine aux Nations unies, poussant Washington à agir unilatéralement.

  • Iran: Début de la construction d'un nouvel atelier souterrain de centrifugeuses à Natanz

    Imprimer

    Les autorités iraniennes ont l'intention de rétablir l'exploitation de l'installation nucléaire de Natanz, qui a été détruite le 2 juillet.

    Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, a déclaré qu'un nouvel atelier souterrain pour la production de centrifugeuses nécessaires à l'enrichissement de l'uranium sera construit "au cœur même des montagnes de Natanz", a déclaré l'agence iranienne Fars News citant le responsable .

    Il ressort de la déclaration de Salehi que la construction de l'installation a déjà commencé. Il est prévu que l'atelier produise des centrifugeuses plus modernes.

  • Iran : Menaces de l'AIEA à Téhéran: le sauvetage des accords nucléaires n'est pas une priorité

    Imprimer

    Rafael Grossi.jpegRafael Grossi (photo), directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a déclaré dans une interview au Wall Street Journal que si les autorités iraniennes ne permettaient pas aux inspecteurs de l'AIEA d'avoir accès aux installations nucléaires fermées aux inspections, "les choses allaient mal tourner pour l'Iran".
    "J'insiste pour que ce problème soit résolu le plus rapidement possible. Vous devez laisser entrer nos inspecteurs", a-t-il exigé, ajoutant que la lutte contre la non-prolifération nucléaire est une priorité plus élevée pour l'AIEA que le sauvetage des accords de Vienne sur le sort du programme nucléaire iranien. .
    L’un des leviers d’influence possibles sur l’Iran pourrait être le soutien de l’agence aux efforts américains pour prolonger l’embargo sur les armes imposé en 2015 à l'Iran. L'embargo expire en octobre 2020, mais l'administration de Donald Trump tente de le faire reconduire par le Conseil de sécurité de l'ONU.
    Rappelons qu'en mars 2020, Grossi a appelé la République islamique d'Iran à fournir un accès complet à toutes ses installations nucléaires, comme l'exige l'accord de 2015 sur le sort du programme nucléaire iranien.
    "Nous avons identifié trois sites dont l'existence était cachée par l'Iran. Nous cherchons à accéder à deux de ces sites. L'Iran refuse d'autoriser leur accès et évite de discuter de ces questions", a-t-il déclaré.
    En juin, le Conseil des gouverneurs de l'AIEA a adopté à la majorité des voix un projet de résolution de l'Eurotroïka (France, Allemagne, Grande-Bretagne) sur l'accès des inspecteurs à ces installations.
    Avant son adoption, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif s'était dit convaincu qu'une solution acceptable serait trouvée, ajoutant que Téhéran n'avait rien à cacher. Cependant, depuis cinq mois maintenant, les inspecteurs des agences n'ont pas pu accéder aux installations secrètes.

  • Israël utilise une "fenêtre optimale" pour attaquer le programme nucléaire iranien

    Imprimer

    La société américaine de renseignement et d'analyse Stratfor a publié un article affirmant qu'Israël est probablement derrière l'explosion et l'incendie de l'installation nucléaire iranienne de Natanz le 2 juillet. Selon l'évaluation des experts de Stratfor, Israël pourrait être à l'origine d'autres incidents similaires en Iran ces dernières semaines, notamment l'explosion sur le territoire du complexe de missiles Hodjir le 26 juin.
    Selon les auteurs de cette publication, la raison de l'activation d'un plan d'attaque d'Israël en direction de l'Iran est que Jérusalem est déçue de l'incapacité des pays occidentaux et arabes à freiner les capacités militaires et nucléaires de l'Iran. Stratfor écrit que les dirigeants israéliens craignent l'arrivée prochaine d'une administration "moins amicale" à la Maison Blanche, et utilisent donc une "fenêtre optimale mais limitée" pour endommager le programme nucléaire iranien.
    Le 5 juillet, l'édition américaine du New York Times a publié un article intitulé "L'Iran a reconnu les graves dommages causés à l'installation nucléaire de Natanz". Le sous-titre de l'article affirmait : "Un membre des services de renseignement au Moyen-Orient a déclaré qu'Israël aurait posé une bombe dans un bâtiment où des centrifugeuses perfectionnées étaient en cours de développement". Les auteurs de l'article sont Farnaz Fassihi, un journaliste américain d'origine iranienne considéré comme l'un des principaux experts sur le Moyen-Orient, Richard Peres Pena, un journaliste américain d'origine cubaine, et Ronen Bergman, un expert israélien de premier plan sur le renseignement israélien et auteur de plusieurs livres et de nombreux articles sur le sujet. L'article indique que l'explosion et l'incendie de la principale installation d'enrichissement du combustible nucléaire iranien ont non seulement causé des dommages importants, mais devraient également ralentir le programme nucléaire iranien pendant plusieurs mois. Une source informée, membre d'une des agences de renseignement d'un pays du Moyen-Orient a déclaré au New York Times qu'Israël était responsable de ce sabotage. Il a également affirmé qu'une bombe puissante avait été placée dans l'enceinte de Natanz. Selon NYT, la version de la bombe a été confirmée par un représentant du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI), qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat.
    Auparavant, l'édition koweïtienne d'Al-Jarida avait affirmé que l'explosion à Natanz était le fait de pirates informatiques israéliens, tandis que le service persan de la chaîne de télévision de la BBC avait évoqué la responsabilité d'un groupe clandestin, les "guépards de la mère patrie".
    Le représentant du CGRI a exclu la version d'une cyber attaque. Il a également déclaré que les versions concernant un tir de missile de croisière ou l'attaque d'un drone avaient été vérifiées, mais la version la plus probable est que quelqu'un a transporté une bombe puissante dans le bâtiment. La nature des dommages en est la preuve.
    Il convient de noter que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le ministre de la défense israélien Beni Ganz et le ministre des affaires étrangères israélien Gabi Ashkenazi ont tous deux répondu de manière vague aux questions sur l'éventuelle implication des Israéliens dans l'attaque de Natanz sans confirmer ou rejeter cette version.
    L'expert du renseignement d'un pays du Moyen-Orient, répondant aux questions du New York Times, a insisté sur l'implication d'Israël dans l'attaque de Natanz, tout en niant l'implication des Israéliens dans l'explosion de Parchin et celle au nord de Téhéran.
    Les autorités de Téhéran ont classé secrète l'enquête sur l'attaque de Natanz.
    Behruz Kamalvandi, de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, a déclaré le 5 juillet à propos de l'explosion de Natanz : "Cet incident peut ralentir le développement et l'expansion des travaux de création de centrifugeuses améliorées. Des équipements modernes et des instruments de mesure précis étaient présents dans cette installation et ont été détruits ou endommagés". Selon l'évaluation du fonctionnaire, des dommages matériels importants ont été causés, ce qui retardera de plusieurs mois le développement du programme. Il a confirmé que le bâtiment où la dernière étape de l'assemblage des centrifugeuses améliorées avait été achevée avait été endommagée.
    Le 5 juillet, l'ancien Premier ministre israélien, Ehud Barak, a déclaré sur Radio 103FM qu'une "sorte de grange" avait explosé à Natanz. Selon lui, aucune production de centrifugeuses ne pourrait avoir lieu dans un tel bâtiment.

  • Iran : L'explosion à l'usine nucléaire de Natanz - Virus Stuxnet ou bombe placée par un agent ? Israël soupçonné

    Imprimer

    Le journal koweïtien al-Jarida affirme que les récents incidents survenus dans les installations nucléaires de la République islamique d'Iran sont le résultat d'une version améliorée du virus Stuxnet, qui aurait été introduit dans le système informatique de ces installations.
    Le journal cite un représentant du Conseil suprême de sécurité nationale qui a déclaré que le virus avait été découvert lors d'une enquête sur l'explosion de l'usine de Natanz, la principale installation d'enrichissement de l'uranium en Iran.
    "Al-Jarida rappelle que le virus peut accélérer le fonctionnement des centrifugeuses afin de les désactiver ou de les ralentir tandis que, les systèmes de contrôle reçoivent de fausses informations. Selon la publication, la nouvelle version du virus permet également de pointer les missiles de croisière sur un objectif. Selon la publication, la nouvelle version du virus permet également de pointer les missiles de croisière sur un objet.
    Après la détection du virus, toutes les installations militaires et nucléaires iraniennes ont reçu l'ordre de déconnecter les systèmes informatiques des réseaux extérieurs et de procéder à leur vérification complète. La principale préoccupation de Téhéran est la possibilité que le virus ait pu transmettre des informations complètes sur ce qui se passait sur ces sites.
    Autre version : une bombe puissante a été placée dans l'enceinte de Natanz.
    Un représentant des services de renseignements du Moyen-Orient a déclaré qu'Israël avait posé une bombe dans un bâtiment où des centrifugeuses perfectionnées étaient en cours de développement.
    L'explosion et l'incendie de la principale installation d'enrichissement du combustible nucléaire iranien ont non seulement causé des dommages importants, mais vont également ralentir le programme nucléaire iranien pendant plusieurs mois.
    Le représentant des services de renseignement a confirmé au New York Times qu'Israël était responsable de ce sabotage.
    Selon NYT, la version de l'attentat a été confirmée par un représentant du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI), qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat.
    Selon le représentant du CGRI, la version d'une cyber-attaque est exclue. Il a également déclaré que la possibilité que l'attaque ait été exécutée par un missile de croisière ou un drone de longue portée, a également été vérifiée, mais la version la plus probable est que quelqu'un a transporté une bombe puissante dans un bâtiment. C'est ce que semble prouver la nature des dommages.
    Behruz Kamalvandi, de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, a déclaré le 5 juillet à propos de l'explosion de Natanz : "L'incident pourrait ralentir le développement et l'expansion des centrifugeuses avancées. Des équipements modernes et des instruments de mesure précis installés dans cette installation ont été détruits ou endommagés". Selon l'évaluation du fonctionnaire, des dommages matériels importants ont été causés, ce qui retardera de plusieurs mois le développement du programme. Il a confirmé que la pièce où la dernière étape de l'assemblage des centrifugeuses améliorées avait été achevée avait été endommagée.
    Il convient de noter que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le ministre israélien de la défense Beni Ganz et le ministre israélien des affaires étrangères Gabi Ashkenazi ont tous deux répondu de manière vague aux questions concernant l'éventuelle implication des Israéliens dans l'attentat de Natanz, sans confirmer ni rejeter cette version.
    L'expert du renseignement qui a informé le New York Times, insiste sur l'implication d'Israël dans l'attentat de Natanz, tout en niant l'implication des Israéliens dans l'explosion de Parchin et celle qui a eu lieu au nord de Téhéran.
    Une série d'explosions mystérieuses
    Il est à noter que l'une des 19 victimes de l'explosion du 30 juin au centre médical Sina Athar au nord de Téhéran était un grand spécialiste iranien de la guerre électronique. L'Iran a envoyé des messages aux États-Unis et à Israël menaçant de répondre à ces actions hostiles.
    Il convient également de noter que le 3 juillet, le journal Al-Jarida a rapporté que l'explosion du centre de défense de Parchin, qui s'est produite dans la nuit du 26 juin, était le résultat d'une attaque menée par un avion F-35 de l'armée de l'air israélienne, capable de voler vers l'Iran sans avoir besoin de se ravitailler en vol.
    Virus ou bombe, l'attaque a provoqué l'explosion d'un réservoir contenant du fluorure d'uranium, le gaz nécessaire à l'enrichissement de l'uranium. L'explosion a détruit 80% des réserves de gaz de l'Iran.
    En outre, selon des sources citées par Al-Jarida, l'explosion aurait provoqué des fissures dans le dôme du réacteur.


    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  • Frontlive-Chrono du mardi 30 juin 2020

    Imprimer

    Iran : L’explosion sur une base militaire en Iran pourrait avoir été provoquée par une cyber-attaque israélienne

    Cet article a été aussi publié en : English (Anglais) Русский (Russe)

    Theodor Karasik, un spécialiste américain de la sécurité à l’Institut d’analyse militaire de Dubaï pour le Moyen-Orient et le Golfe, a déclaré que la puissante explosion dans la zone iranienne de Parchin pourrait avoir été provoquée par une cyber-attaque israélienne. L’information a été rapportée par Algemeiner.
    Selon les images satellites publiées après l’incident, l’explosion s’est produite sur la base militaire de Hojir, au sud-est de Téhéran, qui était auparavant utilisée pour la production et les essais d’armes.
    Selon Karasik, l' »incident de Hojir » est « une continuation de l’histoire du virus Stuxnet qui a été utilisé il y a 10 ans pour détruire l’industrie militaire de Téhéran ».
    Dans la nuit du 26 juin, vers 0h30 heure locale, deux puissantes explosions ont frappé la base militaire de Hojir près de Parchin, au sud-est de Téhéran, suivies d’une lueur rouge visible de la capitale iranienne. Cette base a été incluse dans la liste des installations nucléaires de l’Iran, qui a été inspectée sans succès par des experts de l’AIEA pendant de nombreuses années.
    La version officielle des autorités iraniennes reste inchangée : un réservoir de gaz technique a explosé près d’une des installations du ministère de la défense iranien, mais cet incident n’est pas lié aux installations militaires. Le ministère iranien de la Défense affirme que personne n’est mort à la suite de cette explosion. Le service de presse du « Corps des gardiens de la révolution islamique » iranien a fait la déclaration suivante aux médias : « Les circonstances de l’incident font l’objet d’une enquête. Nous devrions attendre les rapports officiels, en ignorant les rumeurs propagées par les médias étrangers et contre-révolutionnaires ».
    Le matin du 26 juin, un représentant du ministère iranien de la défense, Daoud Abdi, a confirmé dans un discours télévisé qu’une explosion de gaz s’était produite dans la zone protégée de l’installation militaire de Parchin. Il a également déclaré que le feu avait été maîtrisé. Abdi a déclaré qu’une enquête approfondie sur l’incident serait menée. Pour sa part, le chef du service de sécurité de Téhéran a déclaré qu’il n’y avait eu aucun appel aux services d’urgence en rapport avec l’incident, ce qui signifie qu’il n’y a pas eu de morts mais ou de blessés.
    Trois jours après l’incident, Téhéran n’a donné aucune nouvelle information sur l’avancement de l’enquête.
    Parchin
    La construction de la zone industrielle militaire à Parchin (30 km au sud-est de Téhéran) a commencé dans les années 70. Au début des années 2000, la plus grande usine d’Iran produisant des explosifs était située à cet endroit. Il existe également des entreprises où des missiles et des obus sont développés et fabriqués. Selon l’AIEA, il y a eu des expériences à Parchin liées aux préparatifs pour la production d’armes nucléaires. Depuis de nombreuses années, l’Iran refuse que des observateurs de l’AIEA visitent Parchin. En 2012, les autorités iraniennes ont procédé à un « nettoyage » de la base militaire de Parchin, comme le confirment les photos satellites. Le 6 octobre 2014, une puissante explosion avait déjà eu lieu sur la base militaire de Parchin ou à proximité, et certains médias avaient fait état d’un possible sabotage israélien. En 2015, Téhéran a autorisé les inspecteurs de l’AIEA à visiter l’installation militaire de Parchin, et les experts n’ont rien trouvé de suspect, si ce n’est des traces évidentes du récent « nettoyage ».
    En 2017, le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), qui est une organisation d’opposition à Téhéran, a publié un rapport contenant de nombreuses informations. A l’époque, le directeur adjoint du bureau de Washington du NCRI, Alireza Jafarzadeh, avait fait remarquer que l’Iran avait, depuis de nombreuses années, deux programmes nucléaires – un programme civil et un programme militaire et que le programme civil fournissait une base logistique pour l’armée. Le NCRI expliquait que le programme nucléaire militaire de l’Iran était contrôlé par l' »Organisation pour l’innovation et la recherche en matière de défense » (SPND), qui relève du Corps des gardiens de la révolution islamique et se compose de sept unités, chacune étant responsable d’un domaine spécifique du développement d’armes nucléaires. L’unité, appelée Centre de recherche et de développement en technologie des explosifs (METFAZ), est notamment responsable du développement des détonateurs de bombes nucléaires.
    Le NCRI estime que le programme nucléaire militaire iranien n’a pas été gelé en 2015, et que les travaux sur les armes nucléaires se sont poursuivis dans des installations militaires fermées qui ne sont pas soumises aux inspections internationales. De nombreuses installations sont souterraines et reliées entre elles par un système de tunnels. Le NCRI a identifié quatre sites principaux dans cette catégorie : Pazhukheskad sur le complexe militaire de Parchin (30 km au sud-est de Téhéran), la zone industrielle de Nuri sur le complexe militaire de Hojir (au nord de Parchin), Hafte-Tir près d’Ispahan (400 km au sud de Téhéran) et Sanjari (environ 30 km à l’est de Téhéran), sur la rive de la rivière Jajrud). Le rapport du NCRI fournit des données sur ce que fait chacun de ces centres, ainsi que des photos satellites montrant des installations nucléaires militaires. Il est difficile de dire dans quelle mesure ces informations sont exactes. Mais l’opposition iranienne insiste sur le fait que la communauté internationale devrait chercher à vérifier minutieusement ces installations.

  • L’Iran compte redémarrer le réacteur à eau lourde d’Arak

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Salehi Ali Akbar.jpgL’Iran a l’intention de relancer les activités du réacteur nucléaire à eau lourde d’Arak, poursuivant son désengagement de l’accord sur le nucléaire de 2015, a déclaré dimanche le chef de l’Organisation de l’énergie atomique iranienne, selon l’agence de presse Isna.
    Isna cite un parlementaire qui a participé à la réunion pendant laquelle Ali Akbar Salehi (photo ci-contre) a fait cette annonce.
    Un réacteur à eau lourde peut servir à produire du plutonium de qualité militaire utilisé dans la confection d’une bombe atomique.
    Rappelons que la mise hors service de l’usine d’Arak était l’une des conditions de la levée des sanctions économiques contre l’Iran après la signature de l’accord sur le sort du programme nucléaire iranien en 2015.
    Dans un rapport publié début 2016, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) avait indiqué que Téhéran s’était conformée à ses engagements pris à Vienne en 2015 en retirant le coeur du réacteur de la centrale d’Arak et en y coulant du béton pour qu’elle ne soit plus opérationnelle.
    Cependant, les documents des services de renseignements allemands montrent que cela n’a pas été fait, contrairement à la déclaration de l’AIEA.
    Une affirmation également contredite par Salehi lui-même qui avait reconnu que Téhéran n’avait pas arrêté ses activités nucléaires dans le réacteur Arak, même après l’accord conclu en 2015 avec les puissances mondiales.
    Salehi a justifié la poursuite de ces activités en violation de la lettre et de l’esprit de l’accord affirmant qu’elles étaient conformes aux instructions de Khamenei, qui a toujours affirmé qu’il était impossible de faire confiance aux Américains et aux Européens et que « nous devons être préparés à toutes les possibilités ».
    Mais depuis la décision prise l’an dernier par Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l’Accord de Vienne et de rétablir les sanctions contre l’Iran, la République islamique a officiellement commencé à revenir sur ses propres engagements, notamment en dépassant le seuil maximal d’enrichissement de l’uranium qui lui avait été imposé.
    Le guide suprême de la Révolution, l’ayatollah Ali Khamenei, a répété mardi que Téhéran continuerait à s’affranchir de ses engagements en reprochant aux pays européens signataires de ne pas respecter les leurs.

    iran5-1024x717.jpg

    Articles publiés sur Frontlive-Chrono le dimanche 28 juillet 2019

    • Afghanistan: Les talibans réitèrent leur refus de négocier directement avec Kaboul – Log in
    • Afghanistan: attaque contre les bureaux d’un colistier du président afghan – au moins un mort et 13 blessés – Log in
    • Iran: Nouvelle réunion sur l’accord de 2015 à Vienne sur le nucléaire iranien – Log in
    • Iran: Pour Rohani, les forces étrangères responsables des tensions dans le Golfe – Log in
    • L’Iran compte redémarrer le réacteur à eau lourde d’Arak – Accès libre
    • Libye : cinq médecins tués dans un raid aérien contre un hôpital de campagne – Log in
    • Nigéria : Boko Haram tue 65 personnes en deuil après des funérailles – Log in
    • Pakistan : Dix soldats abattus lors de deux incidents distincts – Log in
    • Pays-Bas: L’interdiction de la burka déjà controversée avant son entrée en vigueur – Log in
    • Syrie : l’Etat islamique (Daech) revendique une attaque kamikaze contre l’armée dans la province de Deraa – Log in 

    Contact:
    Mail: ptolemee@belliard74.com
    https://twitter.com/ptolemee74