Pourparlers taliban-USA à Doha

  • Afghanistan: 3 attaques en 24 heures à Kaboul, le 11 novembre

    Imprimer

    Au moins 7 personnes, dont certains membres des forces de sécurité, ont été tuées lors de 3 attaques distinctes dans la ville de Kaboul en 24 heures.

    La première s'est produite dans la région de Lab-e-Jar, dans le nord de Kaboul, le matin du 10 novembre, lorsqu'une série de bombes a fait exploser un véhicule de police, tuant 3 policiers et un civil. La voiture en question était celle d'Abdul Nasir Danish, commandant de l'unité de police PD11 de la capitale. Le deuxième incident s'est produit dans l'est de Kaboul, lorsqu'un groupe d'hommes armés a attaqué et tué un officier du 203 Thunder Army Corps et son compagnon. L'attaque a eu lieu dans une zone orientale de Kaboul, près du quartier de Bagrami. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Tariq Aryan, a déclaré que le chef de la police de Bagrami avait été limogé pour négligence et que plusieurs autres hauts responsables de la police avaient été invités à comparaître pour enquête.

    Les dernières violences ont entraîné la mort d'une jeune fille, qui a été tuée après qu'un groupe d'hommes armés a ouvert le feu après une confrontation verbale. Le premier vice-président afghan, Amrullah Saleh, a rapporté que la police PD12 de Kaboul avait arrêté deux suspects qui détenaient des armes illégales. Saleh a ajouté qu'Allah Gul Mujahid, un parlementaire de Kaboul, avait tenté d'intimider le commandant de la police dans la région après les arrestations. «Quelle est la puissance de ce premier vice-président? Je représente le peuple de Kaboul, je ne me soucie de personne. Il y a environ 100 000 personnes sous mon commandement », a déclaré Mujahid lors de la session parlementaire du 11 novembre, en réaction aux remarques du premier vice-président. Kaboul a connu une augmentation spectaculaire de la violence ces dernières semaines.

    Les critiques accusent les services de renseignement et le manque d'engagement des institutions compétentes pour résoudre la situation fragile dans la capitale. Saleh a déclaré que les résultats de la Direction de la sécurité nationale (NDS) montrent que les membres des institutions sont eux-mêmes la cible des talibans. De son côté, le groupe militant islamiste n'a pas commenté la déclaration de Saleh. Les équipes de négociation représentant la République islamique d'Afghanistan et les Taliban ont tenu plus de 10 réunions en petites formations, appelées "groupes de contact", pour discuter des règles de procédure pour les futurs pourparlers directs. Des sources proches des négociations ont déclaré que le pays hôte, le Qatar, et d'autres États soutenant le processus de paix afghan ont intensifié leurs efforts pour tenter d'entamer des négociations directes entre les deux parties.

    Cependant, la violence dans le pays n'a jamais cessé, à la suite de l'accord entre les États-Unis et les talibans du 29 février, grâce auquel les pourparlers préliminaires intra-afghans ont commencé. En outre, les analystes de terrain soulignent que les auteurs de nombreuses attaques meurtrières n'ont pas été identifiés ces derniers mois, ce qui a soulevé des questions. Les talibans ont nié leur implication dans les violences à plusieurs reprises, mais sont souvent accusés par le gouvernement afghan. Un haut responsable de l'ONU a qualifié les récentes attaques en Afghanistan de "complexes" et a déclaré que toute attaque qui porte atteinte au gouvernement de Kaboul est en faveur des talibans.

    À ce jour, l'Afghanistan souffre grandement des divisions résultant de son histoire troublée. Après la fin du règne de l'Union soviétique en Afghanistan, qui a duré de 1979 à 1989, le pays a connu de nombreux bouleversements. En 1996, les talibans avaient pris le contrôle d'une grande partie du pays, obtenu à la suite d'une guerre civile sanglante menée contre diverses factions locales. En 2001, à la suite des attentats du 11 septembre, les États-Unis ont envahi l'Afghanistan, accusé d'être la base logistique à partir de laquelle Al-Qaïda avait planifié les attaques contre les États-Unis et où le chef de l'organisation islamiste radicale, Oussama ben Laden, s'était longtemps caché et bénéficiait de la protection des talibans.

  • Afghanistan : les forces américaines tuent 5 talibans qui attaquent les troupes de sécurité afghanes

    Imprimer

    Une frappe ciblée des forces américaines en Afghanistan dimanche soir a tué cinq talibans qui attaquaient les forces de sécurité afghanes, a annoncé un porte-parole des forces américaines en Afghanistan via un tweet lundi matin.

    Cette attaque survient moins d'une semaine après que le général Austin "Scott" Miller, le plus haut gradé américain en Afghanistan, ait déclaré que les forces américaines en Afghanistan font de leur mieux pour respecter un accord visant à réduire la violence, y compris en choisissant de ne pas passer à l'offensive dans certains cas.

    "Nous avons fait preuve de beaucoup de retenue parce que nous essayons de faire fonctionner ce processus de paix", a déclaré Miller à la BBC dans un segment diffusé le 21 octobre. "En même temps, nous allons défendre nos forces."

    Techniquement, les États-Unis et les Talibans ont convenu au début de l'année de ne plus se cibler spécifiquement l'un l'autre, et aucune troupe américaine n'a été tuée dans des attaques de Talibans depuis février.

    Ce qui se passe entre les talibans et les forces de sécurité afghanes est une autre affaire, et les critiques ont souligné qu'alors que les États-Unis réduisent leur présence militaire dans le pays - et que le président proclame que tout le monde pourrait être rentré chez lui d'ici Noël - l'Afghanistan reste aussi instable que jamais.

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  • Afghanistan : Les négociations intra-afghanes de Doha sont au point mort et les violences se poursuivent

    Imprimer

    Alors que les affrontements entre le gouvernement et les talibans se poursuivent en Afghanistan, les équipes de négociation engagées dans les pourparlers préliminaires, nécessaires pour entamer les négociations de paix intra-afghanes, ne parviennent pas à s'entendre sur deux points fondamentaux.

    Abdul Zahir, chef de la police du district de Kohistan dans la province de Badakhshan, au nord de l'Afghanistan, a été tué lors d'une attaque des talibans le 30 septembre, selon la police locale. Sanaullah, un porte-parole de la police du Badakhshan, a rapporté que les talibans avaient attaqué le quartier et que l'affrontement avait duré de 9 heures à midi, heure locale, et que le chef de la police du district et 2 autres policiers étaient morts. 4 Taliban ont également été tués, 5 ont été blessés et le groupe militant a été contraint de se retirer, ont indiqué les autorités. Trois autres policiers ont été blessés lors de l'affrontement, selon Sanaullah. Les talibans n'ont pas encore commenté l'attaque.

    Pendant ce temps, l'envoyé des États-Unis pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, est en route pour Doha, au Qatar, où les équipes de négociation des talibans et du gouvernement de Kaboul se réunissent depuis le 12 septembre pour définir les règles de base pour entamer une série de discussions et définir une voie vers la paix dans le pays. Khalilzad a déclaré que la communauté internationale et le peuple afghan regardaient les réunions et s'attendaient à ce que les équipes progressent. "Le peuple afghan et la communauté internationale surveillent de près et s'attendent à ce que les négociations progressent vers la production d'une feuille de route pour l'avenir politique de l'Afghanistan et d'un cessez-le-feu mondial permanent", a écrit Khalilzad sur Twitter. .

    Cependant, certains critiques ont suggéré qu'un médiateur pourrait être nécessaire dans les négociations, car les groupes de contact des deux côtés semblent incapables de parvenir à un accord. Les règles de procédure pour les négociations sont composées de plus de 20 articles et les parties se sont entendues sur 18 d'entre eux, mais elles sont bloquées sur deux règles spécifiques: la jurisprudence religieuse sous-tendant les pourparlers et la reconnaissance de l'accord américano-taliban en tant que point de départ des négociations de paix. La dernière fois que les groupes de contact des deux parties se sont rencontrés, c'était le soir du 29 septembre. La réunion a duré quelques heures mais il n'a pas été possible de parvenir à un accord.

    Les négociations de Doha ont été rendues possibles par un accord de paix entre les États-Unis et les Taliban, signé au Qatar le 29 février. Sur la base de cet accord, la Maison Blanche s'est engagée à réduire ses troupes en Afghanistan et à achever le retrait total dans les 14 mois suivant la signature de l'accord. De plus, à la même occasion, les États-Unis ont également négocié avec les talibans la libération de 5 000 prisonniers affiliés à eux des prisons afghanes, comme condition préalable à la participation du groupe aux pourparlers de paix avec le gouvernement de Kaboul. Si ces derniers s'avéraient efficaces, ils représenteraient une conquête diplomatique décisive de l'administration du président américain Donald Trump, notamment en vue des élections présidentielles américaines du 3 novembre.

    Jusque-là, les talibans n'avaient pas accepté de participer à des pourparlers directs avec l'exécutif de Kaboul, soutenu par les pays occidentaux, car ils ne le considèrent pas comme un gouvernement légitime. Cependant, le pays souffre encore des graves divisions résultant de son histoire troublée. Après la fin du règne de l'Union soviétique en Afghanistan, qui a duré de 1979 à 1989, le pays a connu de grandes divisions. En 1996, les talibans avaient le contrôle d'une grande partie du pays, obtenu à la suite d'une guerre civile sanglante menée contre les différentes factions locales. En 2001, à la suite des attentats du 11 septembre, les États-Unis ont envahi l'Afghanistan, car c'est de là qu'Al-Qaïda avait planifié les attaques contre les États-Unis et c'est là que se cachait le chef de l'organisation. Oussama ben Laden, sous la protection des talibans.

  • Afghanistan : Un kamikaze taliban à bord d'un camion piégé tue huit soldats afghans

    Imprimer

    Un kamikaze a fait exploser un camion rempli d'explosifs près d'un convoi militaire afghan lundi, tuant huit soldats, selon le ministère de la défense. L'attaque a été revendiquée par les talibans.
    L'attaque, qui a eu lieu dans le district de Sayed Abad, dans la province de Wardak, près de la capitale Kaboul, a également blessé neuf soldats, a déclaré le ministère dans un communiqué.
    Les talibans ont revendiqué l'explosion, affirmant que l'assaillant avait visé un convoi de commandos afghans.
    Au cours des derniers mois, les talibans ont mené des attaques quasi quotidiennes contre les forces afghanes bien qu'ils aient accepté de discuter avec Kaboul pour mettre fin à ce conflit qui dure depuis deux décennies.
    La semaine dernière, les talibans ont revendiqué un attentat suicide contre un bureau local de l'agence d'espionnage afghane, tuant 11 membres du personnel de sécurité et blessant des dizaines de personnes.
    Le 13 juillet, un poseur de bombe a fait exploser un engin à l'intérieur d'une voiture près du bureau de la Direction nationale de la sécurité (NDS) dans la ville d'Aybak, au nord du pays.
    Des hommes armés ont ensuite pris d'assaut le bâtiment et se sont heurtés aux forces de sécurité pendant des heures avant d'être abattus.
    Les talibans et le gouvernement afghan sont actuellement impliqués dans un échange de prisonniers, après quoi des pourparlers de paix devraient commencer.
    Washington a fait pression en faveur de ces négociations après avoir conclu un accord historique avec les talibans en février, qui ouvre la voie au retrait de toutes les forces étrangères d'Afghanistan d'ici le mois de mai de 2021.

  • Frontlive-Chrono du vendredi 21 février 2019

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

    Les articles de Frontlive-Chrono sont accessibles aux seuls abonnés
    – Se connecter en utilisant le mot de passe et cliquer sur « rester connecté ».
    – Pour les lecteurs qui ne seraient pas encore abonnés,  cliquer sur « s’abonner » dans la barre d’outils, choisir le type d’abonnement en cliquant sur une des durées proposées et suivre les instructions.
    – Trois types d’abonnements: 12€/mois – 60€ pour six mois ou 100€ pour un an.
    Les abonnés bénéficient d’un accès à tous les articles protégés listés dans « catégories ».


    Afghanistan : Les États-Unis et les talibans s’accordent sur une semaine de « réduction de la violence » dans tout le pays

    Une semaine de « réduction de la violence » entre les talibans, les Etats-Unis et les forces de sécurité afghanes va bientôt commencer, a déclaré un fonctionnaire vendredi, avant la signature éventuelle d’un accord entre les Etats-Unis et les insurgés. Si la trêve partielle se poursuit, elle marquera une étape historique dans plus de 18 ans de…CONTINUER LA LECTURE


    Algérie: Très forte mobilisation pour le 1er anniversaire de la contestation

    Les Algériens ont manifesté très massivement vendredi, entretenant, à la veille de son premier anniversaire, la flamme d’une contestation inédite qui a chassé le président Abdelaziz Bouteflika mais n’a pas réussi à abattre le « système » au pouvoir depuis l’indépendance. A Alger, la manifestation n’a cessé de grossir au fil de l’après-midi, au point d’emplir plusieurs…CONTINUER LA LECTURE


    L’Arabie saoudite intercepte des missiles balistiques houthis visant des villes saoudiennes

    La défense antiaérienne d’Arabie saoudite a intercepté des missiles lancés par les rebelles houthis visant une ville saoudienne, a affirmé la coalition militaire sous commandement saoudien engagée dans la guerre au Yémen. L’attaque houthi présumée aurait pris pour cible la ville portuaire saoudienne de Yanbu, située à 900 km de la frontière yéménite. Le port…CONTINUER LA LECTURE


    Mali: Une cinquantaine de jihadistes « neutralisés » dans le centre du pays, selon l’état-major français

    La force française Barkhane a mis « hors de combat » ces derniers jours une cinquantaine de jihadistes dans le centre du Mali, a annoncé l’état-major français, alors qu’un groupe a récemment prêté allégeance à l’organisation Etat islamique (EI) dans cette zone. « Entre le 9 et le 17 février, Barkhane a mené plusieurs opérations dans le centre…CONTINUER LA LECTURE

  • Afghanistan : un bus saute sur une bombe, au moins 34 morts

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)

     

    Carte.jpg

    Au moins 34 personnes, « essentiellement des femmes et des enfants », sont mortes mercredi matin (bien: mercredi) dans l’ouest de l’Afghanistan lorsque leur autobus a sauté sur une bombe placée en bord de route « par les talibans », ont indiqué les autorités.
    « Ce matin vers 06h00 (01h30 GMT), un bus circulant entre Kandahar et Herat a sauté sur une bombe placée en bord de route par les talibans. Pour l’instant il y a au moins 28 morts (34, selon un dernier bilan) et 17 blessés », a assuré le porte-parole de la police dans la province de Farah (ouest), Mohebullah Moheb . Selon lui, la bombe était destinée à frapper les forces de sécurité.
    Les services du gouverneur de Farah ont confirmé le bilan mais averti qu’il pourrait augmenter.
    Les talibans n’ont fait aucun commentaire dans l’immédiat.
    Ces décès surviennent au lendemain de la publication d’un rapport des Nations Unies regrettant que les civils continuent de mourir et d’être blessés à un rythme « inacceptable » en dépit des discussions visant à mettre fin à des décennies de guerre. Malgré une baisse de 27% du nombre de victimes au premier semestre 2019 par rapport aux six premiers mois de 2018, 1.366 civils ont été tués et 2.446 blessés, a indiqué la Mission de l’ONU en Afghanistan (Manua) dans un rapport semestriel. Un tiers de ces victimes sont des enfants (327 morts et 880 blessés). La Manua a souligné que davantage de civils ont été tués par les forces pro-gouvernementales que par les groupes insurgés (717 morts contre 531), en grande partie du fait des frappes aériennes afghanes et américaines.
    Les Etats-Unis ont engagé depuis l’année dernière un dialogue direct inédit avec les talibans dans l’espoir de trouver un accord de paix. Washington semble déterminé à accélérer ces pourparlers de paix, à l’approche de l’élection présidentielle afghane prévue fin septembre et de la course à la Maison Blanche en 2020.
    Le négociateur américain Zalmay Khalilzad se trouve actuellement à Kaboul et se rendra dans les prochains jours à Doha, au Qatar, pour de nouvelles discussions avec les insurgés.
    Si les deux parties parviennent à un accord, un dialogue « inter-afghan » entre talibans et une délégation afghane, devrait ensuite s’ouvrir à Oslo, en Norvège.

    Lire la suite