Poso (ville de Sulawesi)

  • Indonésie : 15 ans de prison pour un terroriste lié à Al-Qaïda

    Imprimer

    Le chef militaire du groupe indonésien Jemaah Islamiah (JI), lié à Al-Qaïda, Aris Sumarsono, connu sous le nom de Zulkarnaen, a été condamné à 15 ans de prison le 18 janvier après qu'un tribunal indonésien l'ait reconnu coupable d'avoir caché aux autorités des informations qu'il possédait concernant l'attentat de Bali et fourni un abri à des suspects. L'homme était déjà considéré comme l'un des suspects responsables de l'attaque terroriste qui en 2002 a tué plus de 200 personnes sur l'île de Bali.

    Les procureurs avaient requis la prison à vie pour Zulkarnaen, 58 ans, pour son rôle dans les attentats de Bali. Cependant, un jury de trois juges du tribunal de district de l'est de Jakarta a déclaré avoir ignoré la première accusation des procureurs car la durée des poursuites avait expiré. Zulkarnaen a été condamné à 15 ans de prison pour avoir hébergé d'autres suspects, dont le fabricant de bombes Upik Lawanga  et pour avoir caché des informations aux autorités sur des attentats islamistes. Les procureurs ont déclaré qu'ils feraient appel devant une juridiction supérieure, tandis que Zulkarnaen a déclaré qu'il acceptait la décision, ajoutant qu'il ne ferait pas appel.

    Zulkarnaen a déclaré que bien qu'il soit un chef de file de l'aile militaire du réseau, il n'était pas impliqué dans les attentats de Bali, car il se concentrait sur l'organisation de son équipe à Ambon et Poso et dans le sud des Philippines. Lors de son procès, qui a débuté en septembre 2021, d'autres militants reconnus coupables des attentats de Bali en 2002, dont Umar Patek et Ali Imron, respectivement condamnés à 20 ans et à la prison à vie, ont confirmé la version de Zulkarnaen, affirmant qu'il était au courant du complot mais qu'il n'avait pas joué un rôle dans son exécution.

    Le Code pénal indonésien prévoit que la prescription des actes criminels est de 18 ans. Zulkarnaen a été capturé le 10 décembre à la suite d'un mandat d'arrêt émis en 2005. Depuis mai de cette année-là, Zulkarnaen a été placé sur une liste de sanctions contre Al-Qaïda par le Conseil de sécurité des Nations Unies pour être associé à Oussama ben Laden ou aux talibans. Les juges ont décidé que le temps déjà purgé sera déduit de sa peine.

    La police et les procureurs disent que Zulkarnaen est l'ancien commandant militaire de Jemaah Islamiyah. Zulkarnaen a été l'un des premiers militants indonésiens à être formé en Afghanistan. L'homme est soupçonné d'avoir été responsable de la fabrication des bombes utilisées lors de l'attentat de Bali en 2002 mais aussi de l'attentat contre l'hôtel JW Marriott de la capitale indonésienne Jakarta en 2003, au cours duquel 12 personnes avaient été tuées. En outre, les autorités pensent qu'il a fourni un abri à Lawanga, qui a été condamné à la prison à vie. Le mandat d'arrêt contre lui a été émis en 2005, à la suite d'une attaque contre un marché à Poso, sur l'île de Sulawesi, au cours de laquelle 20 personnes ont été tuées. Selon la police, Zulkarnaen a également formé une équipe de djihadistes connue sous le nom de Laskar Khos,

    L'Indonésie est le plus grand pays à majorité musulmane du monde et lutte depuis longtemps contre l'émergence de groupes militants et d'attaques terroristes. Dans  le Global Terrorism Index 2020  , le pays a été placé en 37e position parmi les 163 pays dans lesquels l'impact du terrorisme a été mesuré, avec un indice égal à 4 629.  En 2007, suite à des affrontements avec la police, le JI a failli disparaître après l'arrestation de plus de 40 de ses militants et, à l'heure actuelle, ce serait l'organisation liée à l'État islamique  Jamaah Ansharut Daulah (JAD), l'organisation la plus active en termes d'attaques terroristes dans le pays.

  • Indonésie : L'islamiste le plus recherché d'Indonésie, Ali Kalora, tué dans une fusillade dans la jungle

    Imprimer

    Kalora était le chef du « MIT » - le réseau des moudjahidines de l'est de l'Indonésie qui avait prêté allégeance à l'État islamique
    Un autre extrémiste présumé, Jaka Ramadan, a également été abattu lors du raid qui faisait partie d'une vaste campagne antiterroriste.

    L'islamiste le plus recherché d'Indonésie ayant des liens avec l'État islamique  a été tué au cours d'une fusillade avec les forces de sécurité, a annoncé dimanche la police indonésienne. La police mène actuellement une vaste campagne antiterroriste contre les islamistes dans les jungles reculées des montagnes.

    Une opération conjointe menée par des militaires et des policiers a tué samedi après-midi 18 septembre 2021 Ali Kalora, chef du groupe militant des Moudjahidines d'Indonésie de l'Est (MIT), dans un village de l'île de Sulawesi, selon un communiqué de la police.

    Le raid a eu lieu dans le village d'Astina, Parigi Moutong, dans le district montagneux de Parigi Moutong, a déclaré le chef militaire régional de Sulawesi central, le général de brigade Farid Makruf. Il borde le district de Poso, considéré comme un foyer extrémiste dans la province.

    Avec la mort du leader du MIT Ali Kalora et la capture d'Abu Rusydan (entre autres), les autorités indonésiennes ont enregistré une série de succès dans la lutte contre le terrorisme islamique.
    30_antara_teroris_sigi__2_.jpg

    seama.png

  • Indonésie : Elimination de deux militants liés à l'Etat islamique

    Imprimer

    Les forces de sécurité indonésiennes ont tué, le  dimanche 11 juillet 2021, deux militants liés à l'État islamique et qui seraient les auteurs d'une attaque contre une communauté chrétienne dans la province indonésienne du Sulawesi central, en mai 2021.

    Le chef de la mission conjointe de la police et de l'armée, le général de division Richard Tampubolon, a annoncé que les 2 hommes ont été identifiés comme étant Rukli et Muhammad Busra, encore appelé Qatar, le deuxième membre le plus haut placé du groupe islamiste. Les membres du TNI du Commandement des opérations conjointes spéciales (Koopsgabsus) Tricakti les ont éliminés lors d'un raid aux premières heures du 11 juin dans le secteur de Parigi Moutong, dans les montagnes de Tokasa, dans la province de Sulawesi central, qui jouxte le district de Poso, où se concentrent les groupes extrémistes de la province.  Les montagnes de Tokasa sont une région de vallées escarpées recouvertes d'une végétation dense, très difficiles d'accès.

    Tampubolon a déclaré que les forces de sécurité avaient identifié le camp des militants islamistes depuis le 7 juillet dans le village de Tanah Lanto. Lorsque les militaires ont réussi à se rapprocher, le 11 juillet, cinq militants étaient présents sur place, dont trois ont réussi à s'échapper.

    Tel que rapporté par l'agence Associated Press, les opérations de sécurité dans le centre de Sulawesi se sont intensifiées ces derniers mois pour tenter de capturer des membres de l'organisation des moudjahidines de l'Indonésie orientale, également connue sous le nom de Mujahidin Indonesia Timur (MIT). Les opérations visent avant tout à capturer le leader du groupe, Ali Kalora, qui est l'islamiste le plus recherché d'Indonésie.

    Les combattants du MIT ont été le premier groupe indonésien à prêter allégeance à l'Etat islamique en 2014 et auraient noué des contacts avec l'Etat islamique de Syrie et d'Irak. Les extrémistes ont revendiqué plusieurs attentats qui ont coûté la vie à des des membres des forces de sécurité et des chrétiens. Parmi les derniers incidents, en mai dernier, dans le village de Kalemago, dans le Sulawesi central, le groupe a revendiqué l'assassinat de 4 chrétiens, dont l'un a été décapité.

    Les activités opérationnelles du MIT partiraient du centre de Sulawesi et, en particulier, des jungles et des montagnes de la région de Poso, le lieu d'origine de l'actuel chef de l'organisation, où il serait soutenu par les habitants. Pour lutter contre le groupe, le gouvernement de Jakarta a mis en place l'opération Tinombala en 2016, qui a ensuite été prolongée à plusieurs reprises en raison des attaques perpétrées par le MIT. Le 18 juillet 2016, l'armée a tué le leader de l'époque Santoso, également connu sous le nom d'Abu Wardah.

    Bien que le MIT reste encore un groupe relativement restreint limité à la province de Sulawesi central, il est particulièrement actif, notamment sur le web, et entretient également des liens avec l'organisation Jamaah Ansharut Daulah (JAD), liée à l'Etat islamique. Le JAS a, selon certaines sources,  fourni des fonds au MIT. Sous la houlette d'Ali Kalora, le groupe aurait pu recevoir d'autres financements, y compris de l'étranger, et aurait cherché à augmenter ses capacités en explosifs.

    En mai 2021, la police avait déclaré que le MIT s'était divisé en deux groupes pour tenter d'échapper aux autorités, l'un dirigé par Ali Kalora actif dans la régence de Sigi tandis que l'autre était dirigé par Qatar, qui vient d'être éliminé. Ce dernier opérait à Poso. 

    L'Indonésie est le plus grand pays à majorité musulmane du monde et lutte depuis longtemps contre l'émergence de groupes militants auteurs d'attentats terroristes. Dans le  Global Terrorism Index 2020,   le pays a été placé en 37ème position parmi les 163 pays dans lesquels l'impact du terrorisme est mesuré, avec un indice égal à 4 629. 

     

  • Indonésie : La police à la poursuite du groupe islamiste responsable de l'assassinat d'une famille d'évangélistes sur l'île de Sulawesi

    Imprimer

    grafi_ali_kalora.jpegLe groupe des Moudjahidines de l'Est de l'Indonésie (MIT, dont le chef est Ali Kalora, est soupçonné d'être lresponsable d'une série d'actions terroristes dont l'assassinat d'une famille d'évangélistes sur l'île de Sulawesi.

    Le quartier général de la police nationale a formellement identifié Ali Kalora comme étant le chef du groupe et successeur d'Abu Wardah Asy Ayarqi alias Santoso, l'émir du MIT abattu en 2016.

    Ali Kalora, alias Ali Ambon, alias Ali Muhammad, est né dans le village de Kalora, district de Poso Pesisir Utara, ville de Poso, dans le centre de Sulawesi. Le nom «Kalora» vient du nom du village où il est né. Après ll'élimination de Santoso, le MIT a été dirigé par Basri, l'un de ses bras droits. Mais pas pour longtemps car Basri a également été arrêté.

    Le MIT opère à Poso ainsi que dans les montagnes Parigi Moutong, dans le centre de Sulawesi.

    Sous la direction d'Ali Kalora, plusieurs actions terroristes ont été commis par le MIT.

    Le commandant du TNI, le maréchal Hadi Tjahjanto , a envoyé des forces spéciales à Poso, dans le centre de Sulawesi. L’envoi de ces troupes vise à aider l’Équipe spéciale de Tinombala à éradiquer le groupe des Moudjahidines de l’Est d’Indonésie.