Politique turque en Libye

  • Libye : Le président égyptien promet de débarrasser la Libye des terroristes

    Imprimer

    Le président égyptien Abd al-Fattah al-Sissi (photo) a déclaré que l'Égypte s'était engagée à aider les Libyens à se débarrasser des militants armés et des groupes terroristes. Il a appelé à la fin de «l'ingérence étrangère dans les affaires des États de la région».

    Il a fait cette déclaration lors de la session de l'Assemblée générale des Nations Unies, qui s'est tenue en mode vidéoconférence. Le chef de l'Etat a appelé la communauté internationale à mettre fin aux conflits armés.

    "Il est regrettable que le monde n'empêche pas les États qui soutiennent le terrorisme - en fournissant aux terroristes un financement, un abri, une arène pour la propagande politique", a-t-il dit, rappelant que pour l'Égypte la ligne Syrte-Jufra est une ligne rouge.

    L'Égypte, comme l'Arabie saoudite et la Russie, soutient le maréchal Khalifa Haftar, qui contrôle la partie orientale de la Libye. Le gouvernement d'accord national (GNA) bénéficie du soutien du principal adversaire régional des Égyptiens, la Turquie.

     

  • Libye : Le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj démissionnera fin octobre

    Imprimer

    Le Premier ministre et chef du conseil présidentiel de Tripoli, Fayez al-Sarraj , a annoncé dans la soirée du 16 septembre qu'il remettrait son mandat à une "nouvelle autorité" d'ici la fin octobre.

    Dans un discours adressé à la population libyenne, à l'occasion de l'anniversaire de la mort d'Omar al-Mukhtar, un "héros national" qui a dirigé la résistance anticoloniale contre les Italiens dans les années 1920, le premier ministre du gouvernement de Tripoli, également connu sous le nom de gouvernement de National Accord (GNA) a révélé son intention de démissionner du poste de premier ministre. La démission sera vraisemblablement présentée à la fin des pourparlers qui conduiront à la formation d'un nouvel exécutif et à la nomination d'un nouveau Premier ministre. Cependant, al-Sarraj a également déclaré qu'il craignait la phase suivante, dans laquelle une nouvelle «autorité exécutive» devra être désignée pour conduire le gouvernement libyen vers la transition. À cet égard, le Premier ministre du GNA a exhorté le "comité de dialogue", organe qui, sous l'égide des Nations Unies, il sera chargé de former le nouveau gouvernement, d'accélérer les procédures et d'honorer ses engagements et sa «responsabilité historique», afin d'assurer une transition «pacifique et sans heurts». Dans le même temps, al-Sarraj s'est félicité des consultations et des réunions entre les délégués des deux parties en guerre, promu par l'ONU, cil vise à unifier les institutions avant la tenue d'élections législatives et présidentielles,

    Al-Sarraj a ensuite déclaré que, depuis la signature des accords de Skhirat le 17 décembre 2015, il s'était engagé à obtenir le plus grand consensus possible des différentes composantes libyennes. "Nous nous sommes uniquement préoccupés de travailler à l'unification des institutions de l'État afin qu'elles puissent fournir leurs services de manière appropriée aux citoyens", a déclaré le Premier ministre. Ce dernier a ensuite souligné que le «climat politique et social» est toujours caractérisé par des divergences et des «polarisations», ce qui rend difficile la recherche d'une solution politique qui préserve le tissu social, de plus en plus en «risque de rupture». À cet égard, le Premier ministre a accusé les partis libyens «obstinés» d’exacerber davantage ces phénomènes de «déploiement» et d’avoir opté pour la guerre. «Le gouvernement a fait tout son possible pour éviter le spectre de la guerre, mais en vain », a déclaré al-Sarraj, ajoutant que, lorsque la capitale Tripoli a été attaquée, il est devenu nécessaire de se battre. Par conséquent, le conflit a été soutenu «de l'extérieur» avec fermeté, comme déterminé à gagner.

    Avec l'aide de la Turquie, le Gouvernement d'Accord National a réussi à assurer le contrôle plusieurs régions de l'ouest de la Libye, à faire face à l'offensive contre la capitale Tripoli, lancée le 4 avril 2019 par l'Armée nationale libyenne (ANL). , dirigée par le général Khalifa Haftar. Cependant, ces derniers mois, la capitale a connu des affrontements internes et externes et, en particulier, des divergences politiques et des manifestations contre la corruption et la médiocrité des services. Par conséquent, comme l'ont révélé des responsables tripolitains, en annonçant sa démission, al-Sarraj viserait à alléger la pression exercée contre lui, jusqu'à ce qu'il quitte complètement la scène une fois les pourparlers de Genève terminés. En plus des nouvelles élections, on s'attend à ce que les parties belligérantes soient appelées à s'entendre sur une nouvelle structure du Conseil présidentiel, unissant les membres des deux groupes, le Gouvernement d'Accord National et la Chambre des députés (HoR), réfugiée en Cyrénaïque (gouvernement de Tobrouk). Cette décision devrait être bien accueillie par les soutiens régionaux de Haftar, notamment l'Égypte et les Émirats arabes unis.

    La situation de grave instabilité en Libye a commencé le 15 février 2011, date qui a marqué le début de la révolution et de la guerre civile. En octobre de cette même année, le pays d'Afrique du Nord a également assisté à la chute du régime du dictateur Mouammar Kadhafi, mais depuis lors, il n'a jamais pu faire une transition vers la démocratie.Il y a deux côtés opposés. D'une part, le gouvernement de Tripoli, né avec les accords de Skhirat du 17 décembre 2015, dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par l'ONU. De l'autre, le gouvernement de Tobrouk, avec le général Khalifa Haftar. Le gouvernement de Tobrouk reçoit le soutien de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l'Égypte, de la Russie et de la France. En particulier, le Caire, Riyad et Abu Dhabi soutiennent militairement et économiquement les forces de l'armée de Haftar. Le Qatar, l'Italie et la Turquie soutiennent en revanche le gouvernement internationalement reconnu. La Turquie a envoyé un contingent militaire et de nombreux mercenaires syriens pour défendre les positions du GNA contre les offensives de l'Armée Nationale Libyenne.

  • Libye: les pourparlers au Maroc et en Suisse sont terminés - Quels sont les résultats ?

    Imprimer

    Les pourparlers entre les membres du Gouvernement d'Accord National (GNA) de Tripoli et les représentants de la Chambre des députés (HoR) réfugiés à Tobrouk, sont terminés. Les participants ont annoncé qu'ils étaient parvenus à un accord sur les critères et les mécanismes d'attribution de postes à des «positions souveraines». Parallèlement, la ville suisse de Montreux a également hébergé une réunion sur la crise libyenne.

    Le cycle des réunions au Maroc a commencé le 6 septembre dans la ville marocaine de Bouznika. Il avait pour but de "stabiliser le cessez-le-feu et d'ouvrir des négociations pour résoudre les différends entre les factions libyennes". Les participants sont des membres du Haut Conseil d'État du gouvernement de Tripoli (G, et des membres de la Chambre des Députés (HoR) installée à Tobrouk et liée à l'Armée nationale libyenne (ANL) et à son chef Khalifa Haftar.

    En marge de la dernière journée de pourparlers, le 10 septembre, une déclaration officielle commune a été publiée , dans laquelle les participants ont indiqué qu'ils étaient parvenus à un accord sur l'attribution des postes souverains, conformément à l'article 15 de l'accord de Skhirat, et a confirmé son soutien aux résultats obtenus lors de la conférence de Berlin du 19 janvier 2020 et, en particulier, à une solution politique à la crise libyenne, selon les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies. En outre, il a été déclaré que les entretiens de Bouznika étaient caractérisés par une atmosphère "fraternelle et amicale", ainsi que par le consentement et la compréhension mutuels. «Ce cycle sera le début du processus vers une solution politique qui doit mettre fin au statut actuel et garantir une vie meilleure aux générations futures », a déclaré un membre du parlement de Tobrouk.

    Enfin, les membres des deux délégations ont appelé l’ONU et la communauté internationale à soutenir les efforts du Royaume du Maroc visant à créer les conditions nécessaires pour parvenir à une solution politique en Libye. Rabat a été félicité pour le soutien offert au peuple libyen dans la réalisation de ses aspirations et la construction d'un État démocratique civilisé, bénéficiant de la paix, de la sécurité et de la stabilité. À cet égard, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a félicité les parties libyennes pour leurs efforts au cours des pourparlers, soulignant comment les deux institutions participantes, considérées comme la base de toute autre forme de consensus, ont obtenu des résultats tangibles.

    Le point central des pourparlers de Bouznika était représenté par l'article 15 de l'Accord de Skhirat et la nomination de nouvelles personnalités à des «positions souveraines». Parmi ceux-ci, le gouverneur de la Banque centrale de Libye, le président de la Cour des comptes, le chef de l'Autorité de contrôle administratif, le chef de l'Autorité anti-corruption, les présidents et membres de la Haute Commission électorale, le président de la Cour suprême et le procureur général. Selon les dispositions de l'article 15, la Chambre des Députés (HoR) devrait consulter le Haut Conseil d'État pendant 30 jours, afin de parvenir à un consensus sur la nomination des postes susmentionnés, ce qui nécessite l'approbation des deux tiers des membres du Parlement.

    Parallèlement à la réunion au Maroc, la ville suisse de Montreux a accueilli, du 7 au 9 septembre, une réunion, en présence de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL). La réunion se tenait sous l'égide du Centre pour le dialogue humanitaire. La réunion s'est conclue par un accord sur une feuille de route à suivre pour parvenir à une solution politique en Libye.

    Selon les rapports de la chef par intérim de la Mission de la MANUL, Stephanie Williams , les participants ont convenu de tenir des élections présidentielles et parlementaires dans une période ne dépassant pas 18 mois, de modifier le Conseil présidentiel et d'établir un gouvernement représentatif, capable de fournir des services aux citoyens et de mettre en œuvre des décisions, comme la loi d'amnistie générale adoptée par le Parlement de Tobrouk en 2015. Williams a ensuite accueilli favorablement la proposition des participants de déplacer le siège de l'Autorité exécutive et de la Chambre des députés (HoR) de Tobrouk à Syrte , après avoir pris les mesures de sécurité nécessaires. Selon ce qui a été déclaré par les participants à la réunion, les propositions susmentionnées constituent la phase préliminaire d'une solution à la crise libyenne. Pour sa part, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye a salué les << bonnes intentions et le dévouement >> des participants libyens, qui en ont profité pour mettre de côté leurs divergences, dans le but de préparer les bases. pour une solution intra-libyenne, et accélérer la reprise du dialogue politique libyen dirigé par l'ONU.

    La situation de grave instabilité en Libye a commencé le 15 février 2011, date qui a marqué le début de la révolution et de la guerre civile. Il y a deux côtés opposés. D'une part, le gouvernement de Tripoli, né des accords de Skhirat du 17 décembre 2015, dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par l'ONU. De l'autre, la Chambre des Députés (HoR) siégeant à Tobrouk, et soutenue par le général Khalifa Haftar. Le gouvernement de Tobrouk reçoit le soutien de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l'Égypte, de la Russie et de la France. Le Caire, Riyad et Abu Dhabi soutiennent militairement et économiquement les forces de l'Armée Nationale Libyenne de Haftar. Le Qatar, l'Italie et la Turquie soutiennent en revanche le gouvernement de Tripoli.

  • Libye : Les deux parties en conflit ont reçu environ 100 avions et 12 navires de fournitures militaires, selon l'ONU

    Imprimer

    La Représentante spéciale par intérim du Secrétaire général des Nations Unies en Libye, Stephanie Williams, a déclaré lors d'une session du Conseil de sécurité des Nations Unies que depuis le 8 juillet, les forces du maréchal Khalifa Haftar ont reçu environ 70 vols de ravitaillement en matériel militaire qui sont arrivés dans les aéroports de l'est, tandis que 30 vols de ravitaillement ont été envoyés aux aéroports de La Libye occidentale pour soutenir les forces du gouvernement de Tripoli (GNA). En plus de l'arrivée de neuf cargos à l'appui du gouvernement d'accord national (GNA) et de trois cargos pour soutenir Haftar. Ces livraisons sont considérées comme une continuation de la violation de l'embargo international sur les armes imposé à la Libye depuis 2011.

    La Représentante spéciale par intérim du Secrétaire général des Nations Unies en Libye, Stephanie Williams, a exprimé mercredi lors d'une session du Conseil de sécurité des Nations Unies ses regrets face aux violations continues de l'interdiction de l'ONU imposée depuis 2011 sur l'envoi d'armes dans ce pays.

    S'adressant aux membres du conseil, Williams a déclaré que «depuis le dernier exposé du Secrétaire général le 8 juillet, environ 70 vols de ravitaillement ont atterri dans les aéroports de l'est en soutien aux forces du maréchal Khalifa Haftar, tandis que 30 vols de ravitaillement ont été envoyés vers les aéroports de l'ouest de la Libye en soutien au gouvernement d'accord national."

    "De même, environ neuf cargos ont accosté dans les ports occidentaux en appui au Gouvernement d'accord national, alors qu'il a été signalé que trois cargos étaient arrivés en appui aux forces" dirigées par Haftar, a-t-elle ajouté lors d'une séance consacrée au Conseil de sécurité pour discuter de la situation en Libye.

    L'envoyé de l'ONU a souligné que "les sponsors étrangers renforcent leurs actifs dans les principales bases aériennes libyennes à l'Est et à l'Ouest", déplorant que toutes ces activités "constituent une violation grave de la souveraineté de la Libye et une violation flagrante de l'embargo sur les armes imposé par les Nations Unies" à ce pays en 2011.

    Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye a connu des conflits successifs qui ont épuisé la population du pays qui possède les plus grandes réserves de pétrole en Afrique.

    Williams a expliqué que la Mission d'appui des Nations Unies en Libye, dont le mandat est censé être renouvelé à la mi-septembre, "reçoit toujours des informations faisant état de la présence de mercenaires et d'agents étrangers à grande échelle, ce qui augmente la complexité des dynamiques locales et les chances de parvenir à un règlement à l'avenir".

    La Turquie soutient le gouvernement d'accord national reconnu par les Nations Unies, tandis que les Émirats arabes unis, l'Égypte et la Russie soutiennent le camp de Haftar.

    Au cours de la session, l'ambassadeur de Russie aux Nations Unies, Vasily Nebenzia, a rejeté les accusations répétées portées contre la Russie d'ingérence militaire en Libye, soulignant qu '"il n'y a même pas une armée russe en Libye".

    En revanche, l'ambassadeur américain Kelly Craft a critiqué la présence de mercenaires russes en Libye, liés au gouvernement russe.

    "Il n'y a pas de place en Libye pour les mercenaires étrangers, y compris le groupe Wagner du ministère russe de la Défense, qui combat aux côtés et en soutien des forces fidèles à Haftar", a-t-elle déclaré.

    L'ambassadeur de France, Nicolas de Rivière, a appelé de son côté au renforcement de la mission des Nations Unies en Libye afin qu'elle puisse superviser un éventuel cessez-le-feu et mieux faire respecter l'embargo sur les armes.

    Au cours de la session, plusieurs membres du Conseil ont appelé à la nomination dans les meilleurs délais d'un véritable envoyé de l'ONU en Libye.

    En raison des désaccords actuels entre les États-Unis et leurs partenaires sur les tâches spécifiques de l'envoyé de l'ONU en Libye, le successeur de Ghassan Salameh, qui a démissionné en mars 2020 pour des raisons de santé, n'a pas encore été nommé.

    Depuis 2015, deux puissances au pouvoir sont en conflit: le gouvernement d'accord national (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli (ouest), et un gouvernement parallèle (HoR) soutenu par le maréchal Khalifa Haftar dans l'est du pays.

  • Libye/Turquie : La Turquie est en colère contre Sarraj, président du Gouvernement de Tripoli

    Imprimer

    Des sources médiatiques libyennes ont rapporté qu'Ankara était en colère contre le président du Gouvernement d'Accord National (GNA), Fayez Al-Sarraj, dans le contexte de la déclaration qu'il a publiée concernant le cessez-le-feu en conjonction avec le Président du Parlement (HoR), Aguila Saleh, un accord applaudi par les Nations Unies, dla Mission d'appui des Nations Unies en Libye, la communauté internationale et les pays soutenant toute résolution de la crise libyenne.

    À un moment où la Turquie n'a pas encore officiellement commenté la déclaration de déclarer un cessez-le-feu, mais les sources ont confirmé que l'accord de cessez-le-feu avait été conclu entre Sarraj et Saleh après une forte pression allemande sur Al-Sarraj.

    Les sources ont révélé que le responsable du renseignements- turc, Hakan Fidan et le ministre turc de la Défense avaient eu des contacts séparés avec le président du Conseil suprême d'État, Khaled al-Mishri, et le ministre de l'Intérieur du gouvernement d'accord national, Fathi Bashagha suite à la déclaration publiée par Al-Sarraj.

    Les sources ont confirmé qu'Al-Mashri et Bashagha étaient ceux qui avaient pris l'initiative du contact avec les deux responsables turcs, affirmant leur position inébranlable concernant l'importance de l'alliance stratégique avec le gouvernement turc, exprimant leur manque absolu de confiance envers le maréchal Khalifa Haftar et ses partisans, y compris le président du Parlement, Aqila Saleh. Les sources ont révélé que la situation sur le terrain serait évaluée. À la lumière de l'annonce de "Al-Sarraj" lors de la session de sécurité nationale au milieu de cette semaine.

  • Libye : L'annonce de cessez-le-feu est un "coup médiatique", selon le porte-parole du maréchal Haftar

    Imprimer

    mesmari.jpgLe porte-parole du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, a critiqué l'annonce d'un cessez-le-feu dans le pays, le qualifiant de simple "coup médiatique" de la part du gouvernement d'Accord National (GNA), accusé de préparer une nouvelle offensive armée.

    Vendredi, un cessez-le-feu avait été annoncé dans deux communiqués séparés, l'un signé par le chef du GNA Fayez al-Sarraj, et le second par Aguila Saleh, président du Parlement libyen élu et membre du camp du maréchal Haftar. Les deux textes ont également évoqué l'organisation prochaine d'élections dans ce pays en proie au chaos à la suite de la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, et déchiré entre deux autorités rivales, l'une à l'Ouest incarnée par le GNA, reconnu par l'ONU, et l'autre à l'Est par Khalifa Haftar.

    "C'est du marketing médiatique. (...) La vérité, c'est ce qui se passe sur le terrain", a toutefois commenté dans la nuit de dimanche à lundi Ahmad al-Mesmari (photo), dans une première réaction de ce porte-parole du maréchal Haftar. Montrant une carte de la région autour de Syrte, où le front est stabilisé depuis plusieurs semaines, M. Mesmari a affirmé: "les forces pro-GNA ont l'intention d'attaquer nos unités à Syrte et à Joufra puis avanceront vers la zone du Croissant pétrolier", plus à l'est et où se situent les principaux terminaux pétroliers du pays, selon lui. "Au cours des 24 dernières heures, nous avons observé des navires et des frégates turcs avancer vers Syrte (...). Nous riposterons à tout acte hostile", a-t-il clamé. Intervenant ensuite sur la chaîne de télévision saoudienne Al-Arabiya Al-Hadath, ce porte-parole a tempéré son propos en affirmant que le camp Haftar ne rejetait "pas" le cessez-le-feu... tout en estimant que le texte de vendredi du GNA avait été "rédigé par Ankara". Il n'a fait aucune mention de celui de Aguila Saleh.

    Cette annonce d'un cessez-le-feu a été saluée par l'ONU ou encore par l'Union européenne comme une possible avancée dans ce conflit où interviennent un grand nombre de puissances étrangères. D'un côté, la Turquie et le Qatar appuient le GNA, de l'autre, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Egypte soutiennent les forces pro-Haftar. Ces dernières, après l'échec de leur offensive lancée sur Tripoli en avril 2019, se sont retirées vers la ville côtière de Syrte (450 km à l'est de Tripoli), verrou stratégique vers les principaux sites pétroliers et la base aérienne d'al-Joufra, au sud.

  • Libye : la présence d'Ankara et de Moscou se poursuit, l'ANL appelle Washington

    Imprimer

    Alors que le gouvernement de Tripoli, également connu sous le nom de Gouvernement d'accord national (GNA), a observé l'arrivée de 5 avions russes, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que 10 000 islamistes radicaux auraient été envoyés de Turquie en Libye. Pendant ce temps, l'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar, a envoyé un message à Washington pour demander une intervention "internationale".
    Selon les rapports du GNA, gouvernement dirigé par le Premier ministre Fayez al-Sarraj, les 5 avions russes sont arrivés le 1er août à la ville côtière de Syrte et à la base de Jufra et, selon le porte-parole de la salle de commandement en charge du front, le brigadier Abdul Hadi Dara, les avions transportaient des mercenaires, des armes et des munitions pour les forces du général Haftar. En outre, a-t-il ajouté, deux avions en provenance de Syrie ont atterri à l'aéroport de Benghazi le 1er août et le 31 juillet, deux vols russes sont arrivés à l'aéroport d'Al-Abraq, dans le district de Derna.
    Déjà en avril dernier, des sources avaient rapporté que Moscou avait envoyé environ 300 combattants de Quneitra, dans le sud de la Syrie, sur les fronts de bataille libyens après un entraînement dans un camp près de Homs. Un rapport du ministère américain de la défense du 16 juillet parle cependant de 800 à 2 500 hommes. Selon les rapports, le régime syrien de Damas et la Russie ont décidé d'envoyer entre 300 et 400 anciens rebelles du gouvernorat syrien de Quneitra, en leur accordant une somme mensuelle de 1 000 dollars. Dans le même temps, la participation russe au conflit libyen est également attestée par la présence de mercenaires appartenant à une société privée, la société Wagner, bien que le Kremlin ait souligné à plusieurs reprises qu'il n'était pas directement responsable.
    Pour sa part, Ankara a également formé des combattants dans ses propres camps en Syrie, avant de les envoyer sur les fronts de bataille libyens pour combattre aux côtés des forces de Tripoli. Ce sont des militants issus des brigades Sultan Murad, un groupe rebelle armé actif dans la guerre civile syrienne, soutenu par la Turquie et aligné sur l'opposition syrienne, Suleyman Shah et al-Mutassim, une faction affiliée à l'Armée syrienne libre, une force rebelle qui vise à renverser le président syrien, Bachar al-Assad. Ankara, selon l'OSDH, garantit à ces mercenaires des passeports turcs, des incitations et un salaire mensuel d'environ 2 000 dollars. Selon les derniers chiffres de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le nombre de ces militants aurait atteint 17 000.
    Le journal al-Arabiya du 2 août ajoute, sur la base des derniers chiffres fournis par l'OSDH, qu'environ 10 000 "extrémistes", dont 2 500 citoyens tunisiens, sont arrivés en Libye. La question des islamistes radicaux, envoyés par la Turquie, a également été soulevée dans le rapport publié par le ministère américain de la défense. La crainte actuelle, explique al-Arabiya, est qu'en plus du conflit qui perdure, la Libye pourrait devenir un bastion des groupes terroristes vaincus ces dernières années en Syrie et en Irak. De là, les militants extrémistes auraient alors la possibilité de mettre en œuvre leurs plans dans la région du Sahel, dans le Sahara, ainsi qu'en Afrique de l'Ouest et en Europe.
    Pendant ce temps, le GNA et l'ANL, assistés par leurs alliés respectifs, continuent d'alimenter un climat de tension en Libye. Comme l'ont également signalé les Nations unies, le danger est que la crise conduise à un "conflit régional".
    Selon des sources d'al-Arabiya, l'armée de Haftar a envoyé un message à Washington, appelant à une action internationale et, en particulier, au contrôle des voies de communication terrestres et maritimes, pour s'assurer que les forces de Tripoli ne reçoivent pas d'armes et de combattants supplémentaires de l'allié turc. En parallèle, l'ANL a souligné son opposition à toute négociation avec Ankara. Cette décision a été prise après que le général Khalifa Haftar, le général en chef de l'Armée de libération nationale (ALN), ait souligné, dans la soirée du 1er août, la détermination de ses forces à contrer "l'invasion turque".