Politique migratoire

  • Le Royaume-Uni va interdire l'accès à ceux qui ont été condamnés dans l'Union européenne

    Imprimer

    Le Royaume-Uni veut interdire l'entrée sur son territoire aux ressortissants européens qui ont été condamnés à plus d'un an de prison. Cette interdiction prendra effet le 1er janvier, date à laquelle la règle de la libre circulation des personnes aura cessé avec le départ définitif du Royaume-Uni de l'Union européenne.

    Le gouvernement britannique a déclaré jeudi que la nouvelle règle faisait partie de son engagement en faveur d'un système de migration "plus ferme et plus juste" avec le Brexit, les citoyens européens relevant du même régime que les migrants non européens.

    "Actuellement, en vertu de la législation européenne, le Royaume-Uni a autorisé les délinquants européens à entrer dans le pays, alors qu'ils auraient autrement été arrêtés et expulsés", a déclaré le gouvernement britannique dans un communiqué. La nouvelle législation sera soumise à la Chambre des lords jeudi.

    "Pendant trop longtemps, les règles européennes nous ont obligés à laisser entrer dans les rues de dangereux criminels étrangers, qui abusent de nos valeurs et menacent notre mode de vie", a déclaré le ministre de l'Intérieur Priti Patel dans un communiqué. «Le Royaume-Uni sera plus sûr grâce à des contrôles aux frontières plus stricts et plus équitables, les délinquants étrangers étant soumis aux mêmes sanctions quelle que soit leur nationalité», a-t-elle ajouté. 

    Dans certains cas, les personnes condamnées à moins d'un an d'emprisonnement ou les contrevenants qui n'ont pas été condamnés à une peine d'emprisonnement peuvent également être renvoyés en vertu du projet de loi qui ne couvre pas les ressortissants européens déjà installés au Royaume-Uni s'ils y ont un permis de séjour. ont obtenu. 

    Problème de l'accès à la base de données après le Brexit
    L'annonce soulève des questions sur la manière dont le Royaume-Uni pourrait vérifier le passé criminel des migrants européens s'il perd l'accès aux bases de données européennes en l'absence d'accord avec l'UE en raison de la période de transition post-Brexit, qui prendra fin à la fin de 2020. "Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires européens", a déclaré jeudi à Sky News le secrétaire à la sécurité publique Kit Malthouse, soulignant que le Royaume-Uni restait membre d'Interpol.