Politique des Etats-Unis en Libye

  • Libye : Le ministère de l'Intérieur tire la sonnette d'alarme sur des risques d'attentats terroristes contre des personnes et des structures

    Imprimer

    Une source du ministère libyen de l'Intérieur a mis en garde, le vendredi 21 janvier 2022,  contre de possibles attaques terroristes contre des rassemblements de personnes, des structures publiques et privées et des bureaux de sécurité.

    Le général de division Khaled Mazen a ordonné de porter une attention particulière et d'élever le niveau de sécurité et de surveillance dans le quartier général de la sécurité et les installations de l'État, ainsi que de surveiller l'afflux de communautés étrangères dans le pays.

    Selon le Global Medical and Security Specialists International  (SOS), qui a récemment publié son "Travel Risk Map" annuel, la Libye est l'une des  destinations les plus dangereuses au monde en 2022 , avec la Syrie, le Yémen, la Somalie, l'Irak, le Mali et Afghanistan. Le classement contenu dans le document comprend cinq catégories, allant des pays à faible risque aux pays à haut risque, et est basé sur des informations et des données sur le terrorisme, les soulèvements et les troubles politiques, ainsi que des informations relatives aux infrastructures de transport, à l'industrie, à la sécurité et aux situations d'urgence. les services et les ressources naturelles.

    Concernant l'état du terrorisme en Libye, selon le dernier  rapport national sur le terrorisme  du département d'État américain, en 2020, les responsables de l'ancien gouvernement de Tripoli - le gouvernement d'accord national (GNA) dirigé par Fayez Sarraj - ont continué à travailler avec leurs homologues américains pour lutter contre le terrorisme, bien que les conflits civils et les institutions de sécurité profondément fragmentées aient limité les capacités de coopération. Selon le rapport, bien que l'Etat islamique ne contrôle aucun territoire en Libye, et bien qu'il soit considérablement affaibli en termes de nombre et de capacité, il reste une menace.

    Le 19 janvier, deux réunions ont eu lieu visant à améliorer la sécurité des frontières de la Libye avec la Tunisie et le Niger. Concrètement, Tripoli et Tunis se sont mis d'accord pour former une commission mixte chargée de superviser en commun les frontières terrestres et maritimes, comme l'a annoncé le ministère libyen des Affaires étrangères. L'accord a été conclu lors d'une rencontre avec l'ambassadeur de Tunisie, Al-Assaad Al-Ajili, en présence du directeur du département des affaires arabes, du président du comité des frontières terrestres et maritimes, du directeur du bureau des affaires militaires du ministère des Affaires étrangères et des représentants de la National Oil Corporation (NOC), de l'état-major général et des gardes-frontières. 

    Lors d'une rencontre avec l'ambassadeur du Niger en Libye, Isid Kato, à Tripoli, Moussa Al-Koni, l'un des vice-présidents du Conseil présidentiel, a souligné la nécessité d' achever la route reliant la Libye et le Niger, affirmant que cela renforcerait davantage la sécurité et commerce entre les deux pays. Pour sa part, l'ambassadeur Kato a souligné l'importance du maintien de la stabilité en Libye, indiquant qu'il s'agit d'un point fondamental pour la sécurité et la stabilité de la région et du continent africain en général. 

    Le 20 janvier, le Gouvernement d'Accord National (GNA) a discuté du mécanisme de coopération pour réguler la circulation des personnes et des biens entre la Libye et l'Égypte , examinant également les accords conclus entre les deux pays à cet égard, et les modalités d'activation. Au cours de la réunion, il a été convenu d'autoriser l'entrée de marchandises d'origine étrangère et de former un comité conjoint libyen-égyptien pour préparer un plan d'organisation des mouvements à travers les postes frontières terrestres communs. La réunion s'est déroulée en présence du directeur général de l'Autorité douanière libyenne, le brigadier Suleiman Ali, du chef de l'Autorité douanière égyptienne El Shahat Abdel Bar, du président de la Chambre économique mixte libyenne-égyptienne, Ibrahim Al-Jarari, et de membres du autorités douanières des deux pays.

    Entre-temps, la Commission chargée de suivre la feuille de route pour les élections, formée par la Chambre des représentants (HoR), s'est réunie avec la Commission suprême du Conseil d'État, composée des chefs des commissions, pour discuter de la proposition de former une commission supplémentaire qui traitera du consensus constitutionnel , des mécanismes et de la durée des travaux. Le porte-parole de la Chambre des représentants, Abdullah Blehaq, a déclaré que la réunion, qui s'est tenue au siège de la branche parlementaire à Tripoli, s'inscrivait dans le cadre de l'achèvement des consultations sur la piste constitutionnelle.

  • Libye : Les Etats-Unis demandent le retrait immédiat des forces russes et turques de Libye

    Imprimer

    Les Etats-Unis "demandent à la Turquie et à la Russie de commencer immédiatement le retrait de leurs forces" de Libye, incluant militaires et mercenaires, a affirmé jeudi 28 janvier à l'ONU l'ambassadeur américain par intérim, Richard Mills.

    "Nous demandons à toutes les parties extérieures, incluant la Russie, la Turquie et les Emirats Arabes Unis, de respecter la souveraineté libyenne et de cesser immédiatement toutes les interventions militaires en Libye", a-t-il insisté lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur ce pays.

    Cette prise de position claire et ferme de la nouvelle administration américaine de Joe Biden tranche avec le flou qui a entouré ces dernières années la politique américaine de Donald Trump à l'égard de la Libye. Ce dernier avait ainsi semblé à un moment soutenir l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, aux dépens du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et basé à Tripoli.

    "Conformément à l'accord de cessez-le-feu d'octobre, nous demandons à la Turquie et à la Russie d'entamer immédiatement le retrait de leurs forces du pays et le retrait des mercenaires étrangers et des substituts militaires, qu'ils ont recrutés, financés, déployés et soutenus en Libye", a souligné Richard Mills.

    En décembre, l'ONU avait estimé à environ 20.000 le nombre de mercenaires et militaires étrangers déployés auprès des deux camps rivaux. L'ONU avait aussi recensé 10 bases militaires totalement ou partiellement occupées par des forces étrangères dans le pays. En vertu d'un accord de cessez-le-feu conclu entre les belligérants le 23 octobre, les troupes étrangères et mercenaires devaient avoir quitté la Libye dans les trois mois. L'échéance, le 23 janvier, est passée sans aucun signe de retrait des mercenaires de Libye.

    Le maréchal Haftar est soutenu par les Emirats Arabes Unis, l'Egypte et la Russie, notamment via des mercenaires issus du groupe privé Wagner réputé proche du pouvoir russe, alors que le GNA est appuyé militairement par la Turquie et des rebelles syriens ayant été transférés de Syrie en Libye. Lors de la visioconférence du Conseil de sécurité, une très grande majorité de ses membres, dont l'Inde, le Royaume-Uni ou la Chine a aussi demandé le retrait des troupes étrangères et mercenaires de Libye et le respect de l'embargo sur les armes imposé au pays depuis 2011.