Police Fédérale

  • Irak : L'Etat islamique lance l'une de ses plus importantes attaques dans la région de Kirkouk - 14 policiers tués

    Imprimer

    Quatorze membres de la police fédérale irakienne ont été tués lors d'une attaque perpétrée par l'Etat islamique contre leur point de contrôle près de Kirkouk (nord), dans la nuit du samedi 4 au dimanche 5 septembre 2021.

    Dans cette région vallonnée et peu habitée, les jihadistes ont intensifié leurs attaques contre l'armée et la police irakiennes depuis le début de l'été.

    L'offensive a débuté peu avant minuit et a duré plusieurs heures. "Il y a 13 morts (14 selon un dernier bilan) et trois blessés" du côté des forces de sécurité, selon un officier supérieur de la police fédérale. Ce bilan a été confirmé à l'AFP par une source médicale de la ville de Kirkouk, à 65 km au nord d'Al Rashad, la zone où s'est déroulée l'attaque.

    L'attaque contre le 2e régiment de la police fédérale irakienne et la 19e brigade dans le village de Tal al-Steih, près de Rashad, était parfaitement coordonnée. Les routes étaient truffées d'engins piégés pour tendre une embuscade aux renforts envoyés en renfort.

    Il s'agit d'une des offensives les plus meurtrières contre les forces de sécurité depuis le début de l'année.  Selon l'officier supérieur de la police fédérale, "les cellules de l'organisation (jihadiste) sont actives dans la région autour de Kirkouk en raison de l'absence d'appui aérien et du manque de soutien militaire".

    Nouvelle attaque de l'Etat islamique dans la région de Makhmour, dimanche 5 septembre 2021
    Trois soldats irakiens de la 14e division de l'armée irakienne ont été tués dans une attaque de l'État islamique dans le district de Makhmour, au sud-ouest d'Erbil, dimanche 5 septembre. L'attaque a été repoussée par l'armée, mettant hors de combat plusieurs jihadistes.

    L'Etat islamique toujours une menace en Irak
    Fin 2017, l'Irak a déclaré sa "victoire" militaire sur l'Etat islamique après avoir repris toutes les grandes villes que les jihadistes tenaient depuis 2014, mais des cellules continuent d'opérer dans certaines zones reculées du nord de l'Irak et visent les forces de sécurité. Les jihadistes ont aussi revendiqué le dernier attentat d'envergure à avoir endeuillé Bagdad, une attaque qui a fait plus de 30 morts sur un marché du quartier chiite de Sadr City au mois de juillet 2021.

    Dimanche dernier, le président français Emmanuel Macron en visite au Kurdistan irakien s'était inquiété d'une "résurgence" de l'Etat islamique en Irak et en Syrie, expliquant que les soldats français déployés en Irak dans le cadre de la coalition internationale resteraient dans le pays "quels que soient les choix américains".

    Parmi les 3.500 soldats étrangers présents en Irak, 2.500 sont Américains, mais, à partir de l'an prochain, ils seront cantonnés à un rôle de "formateurs" et de "conseillers" de l'armée irakienne.

  • Irak : Trois soldats irakiens tués dans une explosion à Diyala

    Imprimer

    Une source de sécurité du gouvernorat de Diyala a déclaré, lundi 12 avril 2021, que trois soldats irakiens avaient été tués près du lac Hamrin.

    La source a déclaré qu'un engin explosif avait explosé près de la 9ème division de l'armée irakienne, tuant trois soldats irakiens et en blessant deux autres.

    Les forces de sécurité ont poursuivi les opérations de sécurité dans les environs et les périphéries du lac Hamrin à la poursuite des restes de l'Etat islamique avec la participation de la police, de l'armée et des Forces de Mobilisation Populaire (Hashd al-Chaabi, une coalition de milices chiites pro-iraniennes).

    Au deuxième jour de l'opération, les forces conjointes ont trouvé des abris où elles ont saisi des équipements, des munitions, des armes et des motos.

    Les forces ont également détruit des tunnels et démantelé des engins explosifs.

    Les forces conjointes, accompagnées du soutien aérien, poursuivront leurs opérations dans les zones accidentées à la poursuite des restes de Daech pour sécuriser le gouvernorat de Diyala.

     

  • Irak : Le déploiement de la police fédérale à Shingal (Sinjar) divise les forces locales

    Imprimer

    Le premier point de l'accord de Shingal (Sinjar) entre les gouvernements d'Irak et la région du Kurdistan a été mis en œuvre samedi 21 novembre.

    Près de 6 000 policiers fédéraux irakiens ont été déployés à l'ouest de Shingal, selon le commandant de la brigade 1 des forces fédérales.

    Trois brigades de la police fédérale irakienne - près de 6.000 hommes au total - ont été envoyées pour garder une section de 80 kilomètres de la frontière entre l'Irak et la Syrie.

    Selon le gouverneur de Ninive, l'accord devrait être pleinement mis en œuvre au début du mois prochain.

    "Ces forces sont venues pour garder la frontière, plus précisément à l'ouest de Shingal, Baaj, la frontière avec la Syrie", a déclaré le gouverneur de Ninive, Najm al-Jibouri.

    Certains des groupes armés de Shingal ne veulent pas partir.

    "Il n'est pas juste que quelqu'un vienne s'imposer à Shingal. Il n'est pas acceptable de demander à ceux qui sont devenus des martyrs, qui ont offert leur sang à cette terre et qui se battent depuis six ans, quittent Shingal aussi facilement", a déclaré Hussain Haji, membre du Parti Yazidi pour la liberté et la démocratie (PADE).

    Il est inacceptable que les forces de police irakiennes viennent nous remplacer et créent le chaos à Shingal". Personne de sensé n'acceptera cela.

    Mais des membres d'autres forces affirment que le déploiement des forces irakiennes à Shingal est une bonne chose.

    "La police fédérale irakienne est venue ici aujourd'hui. Leur but est de prévenir les problèmes à Shingal. Ils protègent également les zones frontalières entre l'Irak et la Syrie. Il y avait des problèmes dans les zones frontalières, donc je considère que c'est une bonne chose", a déclaré le commandant des forces de protection de Yezidkhan, Haider Shasho. "Ils doivent identifier leur territoire avant de commencer les négociations à Shingal."

    Le porte-parole du Commandement des opérations conjointes (JOC) irakien, Tahsin al-Khafaji, a déclaré samedi aux médias d'Etat irakiens que "les forces de police fédérales envoyées dans le district de Sinjar sont chargées de superviser le dossier de sécurité et de mettre en œuvre l'accord de Sinjar".

    "Le travail a commencé avec la mise en œuvre de l'accord de Sinjar, qui prévoit la présence de forces fédérales uniquement dans le district - aucune autre force, ni les Peshmerga ni personne d'autre, et seul le drapeau irakien sera hissé", a-t-il déclaré.

    "La sécurité à l'intérieur du district sera entre les mains des forces fédérales, qu'il s'agisse de la police ou des forces de sécurité nationales. Mais à l'extérieur du district, ce sera la responsabilité de l'armée".

  • Irak : Un kamikaze se fait exploser à Kirkouk, dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée irakienne a annoncé mardi que deux membres du personnel de sécurité avaient été blessés, après qu'un kamikaze se soit fait exploser dans le gouvernorat de Kirkouk, dans le nord du pays.

    Selon un communiqué de la "Cellule des médias de sécurité" de l'armée, "les forces de sécurité ont encerclé un kamikaze, ce qui l'a incité à se faire exploser à Wadi (Abu Shaha) dans le gouvernorat de Kirkouk (nord)".

    Le communiqué a souligné que "l'attentat suicide a blessé deux membres de la police fédérale", sans expliquer la gravité de leurs blessures.

    Et lundi, l'armée a annoncé dans un communiqué que les forces du Service antiterroriste avaient tué deux dirigeants de l'organisation terroriste «Daech» lors d'une opération militaire au sud du gouvernorat de Kirkouk, en plus d'arrêter 4 militants de l'organisation dans les gouvernorats de Kirkouk (nord) et d'Anbar (ouest).

    Depuis le début de cette année, les forces irakiennes ont intensifié leurs opérations de combats et de raids pour poursuivre les restes de l'Etat islamique, tandis que les attaques de jihadistes ne cessent de croître, en particulier dans la zone entre Kirkouk et Salaheddine (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort".

  • Irak: Daech n’a pas disparu. Il mène avec succès une guerre de guérilla contre l’État irakien

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARDLE 

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    Officiellement, le nord et l’ouest de l’Irak ont été libérés de l’État islamique en octobre 2017. Mais la campagne militaire a été menée dans la précipitation. Dans la plupart des cas, les jihadistes ont simplement abandonné le terrain aux forces irakiennes sans opposition, pour trouver refuge dans des zones isolées comme les déserts et les montagnes.
    Aujourd’hui, les jihadistes sont de retour. Les unités d’élite irakiennes qui avaient combattu Daech sur le champ de bataille ont quitté la région, et les forces qui les ont remplacées sont mal entraînées et mal réparties sur ces vastes régions désertiques et vallonnées, traversées de rivières et de canaux d’irrigation qui offrent aux insurgés de nombreux endroits pour se cacher.
    De nos jours, presque personne n’ose s’aventurer dehors après le crépuscule. Tout le monde sait que la nuit appartient aux jihadistes.
    Les militants viennent la nuit dans les villages pour obliger les habitants à leur donner de la nourriture et de l’eau et inspirer la peur. Ils ont pris l’habitude d’appeler les téléphones cellulaires des habitants pour demander où se trouvent les forces de sécurité gouvernementales.
    Les incidents se multiplient et deviennent quotidiens dans les régions reculées du nord de l’Irak, une région qui s’étend sur des milliers de kilomètres carrés dans les provinces de Kirkuk, Salahuddin, Diyala et Sulaimaniyah. Sept mois seulement après la victoire proclamée par le Premier ministre Haider al-Abadi sur Daech en Irak, les jihadistes se sont regroupés et intensifient leurs attaques de type guérilla.

    ISIS-Map-03-final-1537045744.jpg
    Aujourd’hui, la situation est telle que les jihadistes de Daech traversernt les villages en plein jour, entrant parfois dans des mosquées pour demander aux fidèles la zakat, une contribution caricative en vertu de la loi islamique.
    Les routes reliant les villes de Kirkouk et Hawija sont criblées de cratères et bordées de poteaux électriques abattus, résultat d’engins explosifs improvisés (IED) plantés la nuit pour entraver la circulation et l’approvisionnement en électricité. Les enlèvements contre rançon augmentent obligeant les parents à laisser leurs enfants à la maison. Les villageois racontent les meurtres effroyables de dirigeants locaux qui, avec les forces de sécurité locales, sont considérés comme les opposants les plus farouches du groupe islamiste.
    Lors d’un incident particulièrement horrible qui a déclenché l’indignation nationale en juin, les jihadistes de Daech ont enlevé huit personnes, dont des membres des forces de sécurité irakiennes, à un faux poste de contrôle installé le long de la route Kirkouk-Baghdad et les a toutes exécutées. En réponse, al-Abadi a ordonné l’exécution immédiate de 12 condamnés à mort de Daech et a lancé une nouvelle opération pour poursuivre les jihadistes dans les provinces de Salahuddin, Diyala et Kirkuk.
    La campagne, que le gouvernement a solennellement surnommée  » la vengeance des martyrs « , a duré deux semaines et a impliqué de nombreuses forces de sécurité, y compris la Division d’intervention d’urgence, ou ERD, une unité d’élite irakienne autrefois formée par les États-Unis et qui relève du ministère de l’intérieur, les Forces de mobilisation populaire (Hashd al-Chaabi), un groupe-cadre composé pour l’essentiel de miliciens chiites et la police fédérale. Mais ces unités ont employé des tactiques inefficaces basées sur des renseignements insuffisants ; la « Revanche des Martyrs » était plus, en fait, une tentative pour calmer la colère de la population qu’un véritable effort pour sécuriser la zone.
    Les forces de sécurité irakiennes ne sont pas préparées aux combats auquels elles sont actuellement confrontées. Bien que plus faible qu’à l’époque du califat, Daech est de aujourd’hui une formidable force insurrectionnelle qui se nourrit de la faiblesse persistante de l’État irakien, qui exaspère son peuple par la faiblesse de ses services et par les abus des forces de sécurité. Ces forces, quant à elles, n’ont pas la formation, les connaissances locales et la confiance des communautés pour l’emporter sur les jihadistes dont la brutalité à l’époque du Califat a terrifié les civils à un tel point qu’ils n’osent pas résister.
    Au cours de l’opération de nettoyage de juillet, deux brigades de la Division d’intervention d’urgence (ERD) ont quitté leur base dans la ville de Tuz Khurmatu. Des dizaines de Humvees et des pick-ups équipés de mitrailleuses ont traversé le paysage désolé. Par des températures de près de 50 degrés, les combattants du gouvernement ont pris position au sommet des collines surplombant l’Adhaim, un affluent du Tigre qui prend sa source dans les montagnes kurdes à l’est et traverse Salahuddin vers l’ouest.
    « Le général Thamer Mohammed, qui dirige l’ERD, a ordonné à ses troupes en position à l’un des avant-postes :  » Tout bateau que vous voyez, tout ce qui bouge, tirez dessus « .
    L’ERD a été formé par les forces américaines avant 2014, selon un porte-parole de l’ERD, et est devenue l’une des forces clés dans la récente guerre contre Daech. Mais en 2015, elle a été mise sur liste noire en vertu de la loi Leahy, qui interdit d’apporter un soutien militaire américain à des groupes armés étrangers impliqués dans des violations des droits de l’homme. Les États-Unis n’ont pluss entraîné ni équipé l’ERD pendant la guerre contre Daech. Is ont toutefois continué à fournir des conseils tactiques et un soutien aérien.
    Although American aid was invaluable in winning the more conventional war against Daech, the ERD’s experience on the battlefield did not prepare it to face an insurrection. In the case of the July operation, hundreds of government fighters were seen, followed by a column of Humvees, walking more than 5km in an area where intelligence officers expected to find between 60 and 120 militants. The scene was imposing, reminiscent of the great battles that Iraqi soldiers fought during the war. But in these arid lands, government forces were visible for miles around – and activists could not be found. After two days of searching, the ERD members, bored and exhausted by the scorching heat, had not stopped or killed a single insurgent.
    Despite the apparent ineffectiveness of the mission, the area has been declared cleared.
    The other problem is that there is no continuity in security operations. That same evening, Interior Minister Qasim Al Araji ordered the ERD to deploy immediately to southern Iraq, where violent anti-government demonstrations had broken out a few days earlier. The two ERD battalions withdrew from the areas around Tuz Khurmatu, once again abandoning the « cleared » area to the Daech jihadists.
    The July operation was in line with previous unsuccessful attempts to dislodge Daech’s jihadists, as government forces were unable to adapt to the new reality. « Daech’s] strategy is essentially to let the wave pass, to let the clean-up operation pass, and then resume its activities, » said Jennifer Cafarella, Director of Intelligence Planning at the Institute for the Study of War in Washington, DC.
    The Iraqi security forces, for their part, have not adapted to the new nature of the conflict. Despite the $5.6 billion allocated by the United States to train and equip them since 2015 – including an administrative budget request of $850 million for 2019 – analysts say that the skills acquired by Iraqi troops over the past four years will not be sufficient to defeat Daech in its current form.
    « The problem is that when we rebuilt the security forces from 2014 to 2018, we did it to get Daech out of the cities – you know, high-intensity fighting, urban cleaning operations, » said Michael Knights, a senior researcher at the Washington Institute for Near East Policy, who has been advising the Iraqi security forces since 2009. « What we have not equipped them with is a long and slow counterinsurgency. »
    Although Daech lost most of the 35,000 square kilometres of land it occupied at the height of its reign in Iraq, a recent US government report estimates that between 15,500 and 17,100 Daech fighters survived in Iraq alone. These combatants, considered by observers as having no leader since their defeat in Mosul, are now regrouping and gradually regaining a command and control structure.
    « The pattern of attacks is becoming more and more sophisticated, » said Cafarella. « We are witnessing the transformation of a small number of Daech cells into isolated pockets after the fall of Mosul into a campaign of attacks that confirms that the command and control structure has been restored. »

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono les samedi 15 et dimanche 16 septembre 

    • Burkina: au moins 8 personnes tuées par des islamistes dans une double attaque à l’Est – Log in
    • Cisjordanie: un Israélien poignardé à mort, son agresseur « neutralisé » – Log in
    • Egypte : les deux fils Moubarak arrêtés pour manipulation boursière – Log in
    • Irak : le candidat soutenu par la liste pro-Iran élu président du Parlement – Log in
    • Irak: Daech n’a pas disparu. Il mène avec succès une guerre de guérilla contre l’État irakien – Log in
    • Syrie: Des missiles israéliens ont ciblé l’aéroport de Damas – Log in
    • Yémen: Les houthis disent avoir tiré un missile balistique dans le Sud saoudien – Log in
    • Yémen: 32 rebelles tués, l’émissaire de l’ONU à Sanaa – Log in
  • Les forces irakiennes piétinent toujours dans plusieurs quartiers au nord de Mossoul

    Imprimer

    Les forces irakiennes piétinent toujours dans plusieurs quartiers au nord de Mossoul 

    Sept mois après le lancement d'une vaste offensive sur la deuxième ville d'Irak, dont l'EI s'était emparée en 2014, les forces irakiennes ont repris l'essentiel de Mossoul (nord), à l'exception notamment de la vieille ville, où se trouveraient encore 200.000 civils selon l'ONU.

    Lire la suite