Plateforme des mouvements du 14 juin 2014 d'Alger

  • Mali : 22 personnes tuées par l'Etat islamique à Izingaz

    Imprimer

    Au moins vingt-deux personnes dont des personnes déplacées ont été exécutées, le 12 juin, par des hommes armés affiliés à l'Etat islamique dans un campement à proximité d'Izingaz dans la commune d'Ihinita cercle de Tidermene (région de Ménaka) a annoncé, mercredi 15 juin 2022, la Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d'Alger (un mouvement armé pro-gouvernemental).

    « La Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d'Alger porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que des hommes armés ont fait irruption le 12 juin 2022 dans un campement non loin de la localité d'Izingaz (commune d'Ihinita, cercle de Tidermene, région de Menaka) et ont procédé à l’exécution sommaire de vingt-deux personnes parmi lesquelles des déplacés venus chercher refuge dans cette zone » a expliqué la plateforme dans un communiqué.

    La même source souligne que « ces graves atteintes aux droits humains et à la vie tout court ont été perpétrées par des terroristes affiliés à l'Etat islamique et opérant sur des motos ». La Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d'Alger tout en condamnant ces crimes d’une horreur inexplicable, appelle la division des droits de l’homme de la MINUSMA (Mission onusienne au Mali), les organisations des droits de l’homme ainsi que toutes les autorités compétentes à diligenter une enquête pour traduire les auteurs de ces crimes devant les juridictions compétentes.

    Elle a en outre, réitéré « son appel au Gouvernement du Mali ainsi qu'à toutes les personnes physiques et morales concernées et particulièrement aux mouvements signataires à tout mettre en œuvre pour endiguer cette vague de crimes de masse » avant d'assurer « qu'elle fera tout ce qui est possible pour que ces crimes ne restent pas impunis ».

    Depuis le mois de mars dernier, de violents affrontements opposent la Coalition du Mouvement pour le Salut de l'Azawad (MSA) – Groupe d'Autodéfense Touareg Imghad et Alliés (GATIA) et un groupe terroriste affilié à l'Etat islamique dans la région de Ménaka au nord du Mali. Récemment les forces armées maliennes sont venus en renfort aux Mouvements armés pour déloger les djihadistes de l'Etat islamique dans la localité d'Anderamboukane près de la frontière avec le Niger.

  • Mali : Les mouvements armés du nord créent le "Cadre stratégique permanent"

    Imprimer

    Les principaux mouvements armés du nord du Mali, signataires de l'Accord d'Alger pour la paix et réconciliation, ont annoncé, jeudi, la création d'une structure commune dénommée"Cadre stratégique permanent" (CSP).

    La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) et la Plateforme des mouvements du 14 juin 2014 d'Alger ont fait cette annonce dans une déclaration publiée à l'issue d'une série de rencontres de deux jours tenues à Rome (Italie) sous l'égide de l'Organisation non gouvernementale italienne "ARAPACIS".

    Constatant "la détérioration de la situation sécuritaire au Sahel en général et au Mali en particulier, singulièrement dans les régions du Nord/Azawad du Mali", la nouvelle coalition des mouvements armés s'est fixé un certain nombre d'objectifs. Il s'agit, entre autres, de "concrétiser la mise en synergie des efforts en faveur de la mise en œuvre diligente de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d'Alger" et "d'opérationnaliser les mécanismes conjoints de lutte contre l'insécurité sous toutes ses formes afin de garantir la libre circulation des personnes et de leurs biens". Il s'agit également de "réaliser une meilleure cohérence dans la prise en compte des aspirations des populations". Appelant "toutes les communautés" à soutenir ses initiatives et "tous les mouvements favorables à la paix et à la cohésion sociale" à le rejoindre, le CSP a lancé un appel au gouvernement malien et à la médiation internationale à l'accompagner "dans sa mission salutaire au profit des populations tant éprouvées".

    Une rencontre de mise en place des "organes définitifs" du CSP est prévue dans deux mois.

    En 2012, plusieurs mouvements armés, revendiquant une meilleure intégration politique et économique des régions du nord du Mali, ont engagé des offensives contre le pouvoir central, allant jusqu'à occuper certaines régions et villes principales du Nord. Grâce à la médiation engagée par certains pays et organisions internationales, avec l'Algérie comme chef de file, un Accord pour la paix et la réconciliation a été signé entre les principaux mouvements armés et le gouvernement malien en juin 2014 à Alger.