Pharos (plateforme de signalements)

  • France : La police a arrêté 27 personnes suite à des contenus en ligne après la décapitation du professeur Samuel Paty

    Imprimer

    56 "visites à domicile" ont été effectuées et 27 personnes ont été arrêtées suite aux messages qu'ils ont mis en ligne en relation avec la décapitation du professeur Samuel Paty la semaine dernière, a annoncé le Premier ministre français Jean Castex à l'issue d'un conseil de défense à l'Elysée.

    "Il a été décidé d'effectuer 123 visites à domicile et 56 d'entre elles ont déjà été effectuées", a déclaré le Premier ministre lors d'un bref point de presse. "Sur la base de 1279 signalements à la plateforme Pharos - services spécialisés de collecte de contenus illégaux sur internet - 27 personnes ont pu être arrêtées", a déclaré le Premier ministre une semaine après la décapitation à Conflans-Sainte-Honorine, en région parisienne, du professeur d'histoire Samuel Paty.

    Castex a annoncé des sanctions contre les personnes «publiant en ligne des messages personnels mettant en danger la vie de quelqu'un». Le texte juridique sera présenté au Conseil des ministres le 9 décembre.

    La question des contenus terroristes devrait être abordée vendredi lors d'un rendez-vous entre Castex et la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, à Bruxelles.

    Samuel Paty, 47 ans, professeur d'histoire et de géographie, a été tué dix jours après avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet dans une leçon sur la liberté d'expression. Il avait été la cible d'attaques personnelles sur Internet après les cours.

    "La surveillance des réseaux sociaux et la lutte contre la haine en ligne seront intensifiées", a promis Castex. Il a assuré que Pharos "sera renforcé sans délai en termes d'effectifs". Un groupe spécialisé sera mis en place au sein du parquet de Paris "pour centraliser les poursuites et ainsi gagner en efficacité".