Peuls du Nigéria

  • Nigeria : Affrontements entre islamistes radicaux et des bandits non religieux dans le nord-ouest du Nigéria

    Imprimer

    Les violences et l'anarchie qui ravagent certaines régions du nord-ouest du Nigéria ont pris une nouvelle dimension avec la tension croissante entre les groupes terroristes religieux et non religieux. 

    Le groupe islamiste Jama'atu Ansaril Muslimina fi Biladis Sudan, communément appelée Ansaru, est aux prises avec des groupes terroristes liés aux Peuls connus localement sous le nom de "bandits". 

    Au cours d'u moins un incident, Ansaru a tué le parent d'un chef d'un groupe armé dans le Nord-Ouest. Le chef se mobilisait pour lancer une grande offensive contre Ansaru avant cet incident. 

    Ansaru est une faction séparée de Boko Haram dirigée par Abubakar Shekau. Elle est apparue officiellement en 2012 après une scission. Quelques mois plus tard, elle a été déclarée organisation terroriste étrangère par le département d'État des États-Unis aux côtés de Boko Haram.

    Le groupe est resté discret pendant des années jusqu'en 2019, lorsqu'une chaîne de propagande d'Al-Qaïda a publié une photo des combattants d'Ansaru. 

    En janvier 2020, Ansaru a revendiqué la responsabilité d'une attaque contre un convoi de l'armée nigériane à Kaduna. Des informations sur l'incident ont montré plus tard que le convoi empruntant la route Kaduna-Zaria était celui de l'émir de Potiskum, une ville du nord-est du Nigéria. 

    Les forces de sécurité nigérianes ont intensifié leurs opérations en réponse à la ré-émergence d'Ansaru en 2020. En février 2020, des unités tactiques de la police nigériane ont pris d'assaut l' un des camps d'Ansaru dans la forêt de Kuduru, dans la région de Birnin Gwari à Kaduna.  

    Le 13 août, l'armée de l'air nigériane (NAF) a dépêché un groupe d'hélicoptères  et d'avions de combat pour cibler les positions d'Ansaru dans la forêt de Kuduru et, en novembre 2020, l'armée a déclaré que des avions de combat avaient effectué des frappes aériennes visant le camp d'Ansaru dans la forêt de Dunya, État de Katsina.

    Lors d'une récente conversation avec The Guardian, un religieux basé à Kaduna, Sheikh Abubakar Gumi, a déclaré que des groupes armés étaient en guerre avec Ansaru et qu'ils avaient également donné 10 jours à Al-Qaïda pour quitter leur territoire.

    Gumi a révélé qu'il y avait eu une infiltration de groupes armés dans le nord-ouest par des terroristes religieux. Ils ont affirmé que les militaires tuaient leurs enfants et leurs femmes et qu'ils devaient accepter l'aide des Peuls de l'extérieur. Mais au fur et à mesure qu'ils sont arrivés, des terroristes islamiques les ont rejoints. 

    Gumi a également déclaré au journal qu'Ansaru avait contacté le chef de gang et qu'une rencontre avait eu lieu dans l'État du Niger dans le centre-nord du pays. 

    Ansaru a dit au chef de gang de ne pas faire confiance à au Sheikh Abubakar Gumi et à son entourage; qu'ils étaient  des érudits démocratiques et qu'ils n'étaient pas les bienvenus. C'est pourquoi Gumi exhorte le gouvernement à intervenir rapidement.

    Selon le religieux, le chef de gang a répondu à Ansaru que son groupe connaissait mieux l'islam et qu'il continuerait à avoir des relations avec Gumi.

    Ansaru a alors tendu une embuscade à l'oncle de l'homme et l'a tué. Le chef de gang a donné 10 jours aux terroristes d'Ansaru pour quitter la brousse, dit Gumi. 

    On ne sait pas si Sheikh Gumi faisait référence à Dogo Gide, un chef terroriste qu'il avait rencontré en février lors d'une session de dialogue de paix tenue dans la forêt de Dutsen Magaji au Niger. Le média nigérian HumAngle avait précédemment signalé qu'il existait des liens entre Gide et Ansaru.

    En juin, l'armée a mené des frappes aériennes sur un camp connu sous le nom de Kango situé dans un village abandonné par la population et situé au nord de la forêt de Kuyanbana dans l'État de Zamfara.

    Les frappes aériennes ont entraîné la destruction du camp, tuant et blessant des dizaines de combattants. Dogo Gide aurait également été blessé lors des frappes aériennes.

    Selon un rapport de l'International Crisis Group rapport publié en mai 2020, le conflit entre agriculteurs Haoussa et bergers peuls a tué au moins 8000 personnes depuis 2011 et déplacé plus de 200 000 autres, dont certains se sont déplacés vers la République voisine du Niger.