Pétrole syrien

  • Syrie : Double explosion et incendie à bord d'un pétrolier au large de la raffinerie de Banyas

    Imprimer

    Un petit incendie s'est déclaré dimanche 9 mai 2021 à bord d'un pétrolier au large de la raffinerie de Banyas  en raison d'une "panne technique", ont rapporté les médias d'Etat.

    "Une panne technique dans l'un des moteurs d'un pétrolier stationné au large des côtes de la ville de Banyas a provoqué un petit incendie et l'apparition d'une trainée de fumée noire", a indiqué dimanche l'agence officielle Sana. L'incendie a "été immédiatement maitrisé" par l'équipage du pétrolier et n'a pas causé de dommages, selon la même source.

    L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, a, lui, fait état d'une "explosion à bord du pétrolier vide alors qu'il était en cours de réparation". Selon le directeur de l'OSDH, il s'agit du même "pétrolier iranien" ayant pris feu le 24 avril lors d'une attaque non revendiquée ayant fait trois morts, dont deux membres de l'équipage. Le ministère syrien du Pétrole avait imputé l'incendie à une possible attaque de drone.

    Le site "Tanker Trackers" a identifié le navire sur lequel s'est déclenché l'incendie, indiquant qu'il s'agit du bateau Wisdom battant pavillon panaméen - le même ayant été ciblé par l'attaque présumée le mois dernier. 

    La raffinerie pétrolière de Banyas est située dans la province côtière de Tartous, contrôlée par le régime de Damas, allié de l'Iran.

    Un incendie a également été signalé dans une raffinerie de pétrole située dans la ville de Homs. Il n'y a pas eu de blessés, mais le complexe a subi des dommages. Une fuite d'huile d'une station de pompage a été désignée comme la cause de l'incendie. Le feu est éteint.

    Ces derniers mois, la Syrie a été témoin de plusieurs incendies et explosions mystérieux dans des installations pétrolières, y compris des pétroliers. Des sources étrangères parlent de l'implication d'Israël, mais il ne peut être exclu que la raison en soit le non-respect des règles de sécurité et la détérioration des équipements.

    Plusieurs infrastructures d'hydrocarbures ont été la cible d'attaques en Syrie ces dernières années. En février 2020, quatre sites pétroliers et gaziers dans la province centrale de Homs avaient été attaqués par des drones armés, provoquant des incendies et des dégâts matériels.

    La guerre en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie, a coûté des dizaines de milliards de dollars au secteur des hydrocarbures. Les sanctions contre la Syrie ainsi que les mesures punitives américaines contre l'Iran, pays pétrolier, ont rendu d'autant plus compliquées les importations. Avant le conflit, la production de pétrole brut syrien atteignait près de 400.000 barils par jour. En 2020, celle-ci s'élevait à seulement 89.000 b/j selon le ministre du Pétrole, dont jusqu'à 80.000 en provenance des zones kurdes échappant au contrôle du pouvoir.

     

    Lien permanent Catégories : Banyas, Pétrole syrien, SYRIE 0 commentaire
  • Syrie : L'armée syrienne pilonne des sites pétroliers utilisés par les groupes rebelles

    Imprimer

    Dans la soirée du dimanche 15 mars 2021, des missiles lancés par l'Armée Arabe Syrienne ont une nouvelle fois visé des sites pétroliers à Al-Himran et près du village de Tarkhin. Des missiles "Tochka" et vraisemblablement des Lance Roquettes Multiples  "Smerch" ont été utilisés. Al-Himran est située à 15km de la frontière turque.

    Les frappes de missiles font partie des tentatives du gouvernement syrien pour empêcher le vol organisé de pétrole syrien par les FDS et les rebelles soutenus par la Turquie.

    Les cibles étaient :
    - Le parking de camions citernes pétroliers au passage d'Al-Himran, qui est situé près de la ville de Jarabulus à la frontière avec la Turquie. Le passage est utilisé pour faire passer du pétrole produit illégalement par la coalition majoritairement kurde des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) des champs du nord-est de la Syrie vers les zones occupées par la Turquie. Un grand marché de carburant illégal se trouve à al-Himran.

    - Le village de Tarhin au nord de la ville d'al-Bab. Un réseau de raffineries de pétrole artisanales et de réservoirs de stockage ainsi qu'une flotte de camions citernes pour le transport du pétrole y sont positionnés.
    EwdoKUGWEAAqMLE.jpegTirs de riposte de l'armée turque contre une base de l'armée syrienne 
    Après l'attaque, des sources de l'opposition syrienne ont fait état d'intenses frappes d'artillerie turque sur la base aérienne de Koueiress, où les forces gouvernementales syriennes sont déployées. Aucune perte n'a été rapportée.




    Attaque d'un camion citerne des forces armées turques dans la région d'Edleb
    Par ailleurs, on a rapporté qu'un camion citerne appartenant aux forces armées turques avait été attaqué à Edleb. Il n'y a pas encore d'informations claires.
    EwhSwzZWEAISiii.jpeg

  • Syrie : Quatre morts dans des tirs de missiles sur des raffineries dans le Nord

    Imprimer

    Des tirs de missiles sur des raffineries de pétrole dans le nord de la Syrie ont fait au moins quatre morts et 24 blessés, provoquant le plus important incendie touchant de telles installations, a rapporté samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Selon l'SDH, une série de tirs de missiles par des navires de guerre russes et des forces alliées du régime syrien ont frappé des installations de raffinage de fortune dans la province d'Alep dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 mars, provoquant un important incendie dans cette zone contrôlée par les forces turques et leurs supplétifs syriens. L'OSDH a fait état de quatre morts et de 42 blessés à différents degrés près de la ville de Jarablous. Au moins un rebelle syrien pro-turc a été tué, a affirmé le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane. Les secours ont mis plusieurs heures à maîtriser l'incendie qui a touché environ 180 réservoirs, selon l'OSDH. L'incendie est "le plus important jamais provoqué par un missile ciblant des installations de raffinage de fortune" en Syrie, d'après la même source.
    Evyn3tBXcAA160e.jpegLes installations pétrolières dans les parties de la province d'Alep contrôlées par la Turquie ont fait l'objet d'attaques répétées ces derniers mois, bien que Moscou et le gouvernement syrien ne les aient pas revendiquées. La guerre meurtrière qui dévaste la Syrie depuis 2011 a coûté des dizaines de milliards de dollars au secteur des hydrocarbures. Les combats ont parfois ravagé les infrastructures, cibles de convoitises des différents belligérants. Avant le conflit, la production de pétrole brut syrien atteignait près de 400.000 barils par jour. Aujourd'hui, elle s'est effondrée.

    Les trafiquants de pétrole du nord d'Alep vendent du pétrole produit illégalement par les Forces démocratiques syriennes (FDS) à partir de plusieurs champs dans la région du nord-est. Ce commerce illégal contribue à financer des militants soutenus par la Turquie ainsi que les FDS.

    La frappe sur Tarhin et al-Himran a été clairement menée par l'armée arabe syrienne et les forces russes. Des missiles balistiques tactiques OTR-21 Tochka ont été utilisés dans l'attaque. Selon un certain nombre de sources, des missiles balistiques tactiques Iskander et des roquettes lourdes BM-30 Smerch ont également été utilisés.

    Les opérations de trafic de pétrole dans le nord et le nord-est de la Syrie vont probablement ralentir pendant des semaines, voire des mois, à la suite de la grève réussie.