Pétrole libyen

  • Libye : Reprise des exportations de pétrole

    Imprimer

    La National Oil Corporation (NOC), la compagnie pétrolière nationale libyenne, a annoncé la reprise des activités d'exportation des champs libyens suite à la fin d'un blocus qui a duré environ neuf mois. Entre-temps, le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté les parties impliquées dans la crise libyenne à mettre en œuvre l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre.

    La société NOC a déclaré qu'un pétrolier s'est amarré au port de Sidra, l'un des plus grands ports pétroliers du pays et est prêt à charger la première cargaison de pétrole. Le 25 octobre, un autre pétrolier est arrivé à al-Zawiya, un port pétrolier situé à l'ouest de la capitale Tripoli, suite à la révocation de l'état de force majeure du champ d'al-Sharara, qui alimente al-Zawiya. Dans le même temps, a rapporté NOC, les activités de production ont repris dans les champs d'Al-Ghani, Abu-Attifel et Amal, situés dans le centre et l'ouest du pays.

    Depuis le 18 janvier dernier, des groupes alliés à l'Armée Nationale Libyenne (ANL) commandée par le général, Khalifa Haftar, avaient bloqué les activités d'exportation à la fois à al-Sharara et dans d'autres champs, y compris al-Fil, dans le cadre d'un « mouvement de colère du Fezzan», dirigé avant tout contre l'ingérence continue de la Turquie. Cela a fait chuter la production pétrolière libyenne de 1,2 million de barils par jour à seulement 72000 b/j, tout en entraînant des pertes de plus de 8 milliards de dollars en 208 jours, selon les dernières données fournies par la compagnie pétrolière d'État libyenne le 15. Août.

    Malgré une libération partielle le 10 juillet, le lendemain 11 juillet, les forces de Haftar avaient à nouveau ordonné l'arrêt des exportations en raison d'un manque d'accord sur la répartition des revenus pétroliers. Puis, le 18 septembre, Haftar a ordonné la réouverture des champs pétrolifères et des ports et la reprise des activités de production et d'exportation, à la suite d'un accord conclu avec Ahmed Maitiq, chef adjoint du Conseil présidentiel de Tripoli, parmi les protagonistes. Parmi les points convenus figurent la création d'une commission technique pour la gestion et la répartition équitable des revenus du secteur, l'unification du taux de change du dinar libyen, la reprise de plus d'activités bancaires dans l'Est de la Libye,

    Selon Bloomberg , la réouverture des ports et des champs est une réalisation importante pour la Libye, permettant au pays de passer de moins de 100 000 barils produits quotidiennement à environ 700 000, comme l'a révélé à l'agence américaine une source sous couvert d'anonymat. Le champ d'al-Sharara, le plus grand de Libye et d'une capacité d'environ 300 000 barils par jour, a rouvert le 11 octobre. On s'attend à ce qu'en novembre, ce pays d'Afrique du Nord soit en mesure d'exporter au moins 168 000 barils par jour, pour un total de 5,04 millions de barils de pétrole brut. En parallèle, huit pétroliers transporteront environ 630 000 barils en novembre depuis le port de Zawiya, tandis qu'al-Fil, qui a rouvert le 26 octobre, a repris la production de 75 000 barils par jour.

    La reprise des activités d'exportation intervient après que, le 23 octobre, les délégations des deux groupes rivaux, le gouvernement de Tobrouk et le gouvernement de Tripoli, également connu sous le nom de Gouvernement d'accord national (GNA), ont signé un accord de cessez-le-feu, sous l'égide des Nations Unies, dans le cadre du Comité militaire mixte 5 + 5. Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est également félicité du résultat obtenu et a exhorté les acteurs libyens à respecter la trêve et à faire preuve de la même détermination également dans le futur dialogue politique qui se tiendra à Tunis à partir du 9 novembre, dont l'objectif sera parvenir à une solution politique à la crise libyenne.

    Après la réouverture des champs et des voies de communication internes, l'envoyée spéciale intérimaire de l'ONU, Stephanie Williams , s'est dite optimiste quant au forum prévu à Tunis, dans lequel on espère que les parties pourront se mettre d'accord sur une date des élections qui doivent se tenir dans les plus brefs délais, quelle que soit l '«autorité exécutive» qui sera désignée. L'objectif ultime sera de mettre un terme à la situation d'instabilité qui caractérise la Libye depuis le 15 février 2011.

  • Libye: les pourparlers se poursuivent à Genève

    Imprimer

    Les pourparlers du Comité militaire 5 + 5, qui ont débuté le 19 octobre sous l’égide des Nations Unies, se poursuivent toujours à Genève. Parmi les derniers points abordés, il y a aussi la question des gardes placés aux commandes des champs pétrolifères.

    Parallèlement, le mercredi 21 octobre, le Premier ministre du gouvernement d'accord national (GNA), Fayez al-Sarraj, et d'autres représentants de l'exécutif de Tripoli sont attendus à Rome.

    Le Comité militaire mixte est composé de cinq représentants de l'Armée nationale libyenne (ANL) et de cinq membres du gouvernement de Tripoli. C'est l'un des résultats de la conférence de Berlin du 19 janvier au cours de laquelle divers acteurs internationaux ont discuté des moyens possibles de résoudre le conflit et la crise en Libye. L'objectif principal est de parvenir à un cessez-le-feu permanent et de retirer tous les combattants non libyens de Libye. Celui en cours à Genève est le quatrième tour. Le dernier a eu lieu les 28 et 29 septembre en Egypte.

    Les Nations Unies ont proposé d'ajouter un point supplémentaire à l'ordre du jour des discussions, à savoir la "restructuration" des gardes placés aux commandes des champs pétrolifères libyens. Cet organisme est lié au ministère de la Défense et sa mission est de sauvegarder les puits, les champs, les stations de pompage, les structures, les entrepôts, les usines et tout ce qui touche au secteur pétrolier. Les discussions sur la "garde pétrolière" interviennent après la réouverture des principaux champs pétrolifères du pays, dont les activités avaient été bloquées, depuis le 18 janvier, par des groupes locaux fidèles au général de l'ANL, Khalifa Haftar, et après la demande de mettre en place un comité visant à gérer les activités de production et d'exportation, ainsi qu'à partager équitablement les revenus pétroliers.

    La réalisation d'un cessez-le-feu permanent et la possibilité de faire de la ville côtière de Syrte et de la base d'al-Jufra deux zones démilitarisées seront évaluées, entre autres questions au centre des discussions. L'envoyée spéciale intérimaire de l'ONU en Libye, Stephanie Williams, qui participe aux pourparlers en tant que superviseur, a demandé aux délégués des deux parties en guerre d'ouvrir les points de passage frontaliers et de libérer les détenus. Williams a ensuite déclaré à l'ouverture de la troisième journée de pourparlers le mercredi 21 octobre, que les délégations participantes sont déjà parvenues à un accord sur certaines questions pertinentes, notamment l'ouverture de routes maritimes et terrestres et la nécessité d'encourager la désescalade militaire. En outre, après la formation d'un «gouvernement unifié», les parties ont convenu que les milices étrangères devront quitter les territoires libyens dans les 90 jours. Selon le correspondant, l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Libye est devenue inacceptable. L'atmosphère des pourparlers, a-t-on enfin souligné, continue d'être marquée par l'optimisme et la positivité, et les parties pourraient bientôt parvenir à un cessez-le-feu permanent.

    Les réunions du Comité 5 + 5 constituent l'une des trois voies à suivre pour ramener la paix et la stabilité en Libye, qui concernent les aspects politiques, économiques et militaires. Selon Williams, les pourparlers en cours à Genève pourraient avoir un impact positif significatif sur les "voies" politiques et économiques restantes. En outre, le cycle entrepris le 19 octobre sera suivi d'un forum politique qui se tiendra vraisemblablement en Tunisie en novembre. Son objectif sera de trouver un accord sur un cadre politique mondial, puis de conduire à des élections nationales.

    DERNIERE MINUTE : L'envoyée spéciale intérimaire de l'ONU en Libye, Stephanie Williams, a annoncé à la mi-journée du 21 octobre que les deux parties du dialogue 5 + 5 étaient parvenues à un accord sur la réouverture des routes terrestres et des vols intérieurs et sur la formation de la Garde des installations pétrolières.

    Depuis le 21 août, date à laquelle le Premier Ministre al-Sarraj et le Président du Parlement de Tobrouk, Aguila Saleh, ont annoncé un cessez-le-feu sur les fronts de combat libyens, la crise libyenne est au centre d'une large mobilisation diplomatique qui implique des acteurs nationaux, régionaux et internationaux. Les discussions déjà conclues ou en cours ont des objectifs spécifiques. En plus des réunions du Comité 5 + 5, Genève sera également le lieu choisi pour des discussions relatives à la voie «exécutive», visant à définir un nouveau gouvernement et de nouveaux organes exécutifs. Les dernières réunions à Bouznika, au Maroc, avaient pour objectif la nomination des soi-disant «positions souveraines», et enfin, lors des réunions du Caire, l'accent était et sera sur la voie constitutionnelle. La tâche des Nations Unies sera de combiner les résultats des différentes séances de dialogue et de formuler une seule déclaration finale.

    Parallèlement, le Premier ministre al-Sarraj, le ministre des Affaires étrangères du GNA, Mohamed Siala, et le ministre de l'Intérieur, Fathi Bashagha, sont attendus à Rome pour une visite qui durera vraisemblablement deux jours. et au cours de laquelle les représentants libyens rencontreront diverses personnalités de la scène politique italienne, dont le Premier ministre Giuseppe Conte et la ministre de l'Intérieur Luciana Lamorgese. Les parties devraient discuter de la gestion des flux migratoires, de la coopération économique bilatérale et des derniers développements de la crise libyenne.

     

  • Libye : Un commandant militaire libyen rejette l'accord "pétrolier" entre Haftar et Mitiq

    Imprimer

    Samedi 19 septembre, un commandant de l'Armée Nationale Libyenne (Haftar) a rejeté l' accord sur la reprise des exportations de pétrole annoncée par le maréchal Khalifa Haftar et Ahmed Mitiq, vice-président du conseil de présidence du gouvernement de Tripoli.

    Le général de division Usama Jawili, commandant de la région militaire occidentale de l'Armée Nationale Libyenne, a exprimé son refus à la chaîne satellite privée local e«Libya Al-Ahrar».

    Jawili a déclaré qu'il rejetait l'accord pétrolier conclu entre Haftar et Mitik.

    Il a ajouté: "Nous déclarons clairement, en interne et en externe, que ces farces ne passeront pas et que tout accord inopiné sera voué à l'échec".

    "Quiconque tient à l'unité de la Libye s'abstienne de faire des concessions et de ses intérêts personnels dans les dialogues internationaux à venir", a déclaré Jawili.

    Il a indiqué qu'il attendait une position des membres du Conseil de la Présidence et de la Chambre des Représentants de Tobrouk (HoR) concernant le "prétendu accord".

    Vendredi, le porte-parole des forces du maréchal Haftar, Ahmed Al-Mesmari, a révélé l'existence d'un accord conclu avec Mitiq, peu de temps après que Khalifa Haftar, le chef de l'Armée Nationale Libyenne, ait annoncé la reprise de la production et des exportations de pétrole libyen.

    Les médias locaux ont rapporté que l'accord sur la fin de l'embargo sur le pétrole entre Haftar et Mitiq a été conclu, séparément, à Moscou, selon la chaîne Libya Al-Ahrar.

    Selon un communiqué publié par Mitiq sur son compte Twitter, il a été convenu «d'obliger la Banque centrale de Tripoli à couvrir sans délai les paiements mensuels ou trimestriels approuvés dans le budget, dès que le comité technique le demande».

    L'accord comprend également "la formation d'un comité technique conjoint entre les deux parties ayant participé aux négociations, pour superviser les revenus pétroliers et la répartition équitable de ces revenus, selon les principes d'une répartition équitable des revenus pétroliers entre les trois régions (Cyrénaïque, Tripoli et Fezzan)".

    Il n'y a eu aucun commentaire officiel du gouvernement libyen sur l'accord avant 07h00 GMT.

    Avant l'annonce de l'accord, la Société nationale libyenne du pétrole (NOC) avait annoncé son objection à "la politisation du secteur pétrolier et à son utilisation comme monnaie d'échange pour des gains politiques".

    Selon les derniers chiffres de la National Oil Corporation, les pertes totales de la fermeture des ports et des champs pétroliers se sont élevées à environ 10 milliards de dollars. Les forces du maréchal Khalifa Haftar ont bloqué l'exploitation pétrolière pendant 242 jours.