Pasdaran district

  • Al-Qaïda : Des agents du Mossad ont assassiné en Iran le N°2 d'Al-Qaïda à la demande des États-Unis

    Imprimer

    Le New York Times , citant des sources des services de renseignement américains, a écrit qu'il y a trois mois, Abu Muhammad al-Masri ( Abdullah Ahmad Abdullah ), le N°2 d'al-Qaïda à l'origine des attaques contre les ambassades américaines en Tanzanie, a été liquidée à Téhéran. et Kenya en 1998. Al-Masri, 58 ans, était l'un des fondateurs d'al-Qaïda. On ignore pourquoi le N°2 d'al-Qaïda se trouvait à Téhéran. Il est apparu qu'al-Masri vivait librement dans le quartier des Pasdaran, une banlieue chic de Téhéran, depuis 2015.

    6pH954KS.jpeg

    La publication a rapporté qu'Abu Muhammad al-Masri avait été abattu dans une rue de Téhéran le 7 août 2020, jour anniversaire de l'attaque contre les ambassades. Il a été abattu par deux motocyclistes. Sa fille Miriam a été tuée à ses côtés. Miriam était la veuve du 11ème fils d'Oussama Ben Laden, Hamza, qui était l'héritier de son père à la tête de l'organisation jihadiste. Hamza a été tué en septembre 2019.

    Selon des données obtenues par le New York Times auprès de quatre sources des services de renseignement américains, Abu Muhammad al-Masri a été tué par des agents israéliens à la demande des États-Unis.

    Dans le même temps, l'article note que des rumeurs circulaient sur la mort d'al-Masri depuis plusieurs mois, mais jusqu'à présent, cette information n'avait pas été officiellement confirmée. Al-Qaida n'a pas annoncé la mort de l'un de ses dirigeants.

    De son côté, le ministère des affaires étrangères iranien a nié le rapport du New York Times et affirmé dans une déclaration qu'il n'y avait pas de "terroristes" d'Al-Qaïda sur le sol iranien. Il a raillé les médias américains, les accusant  d'être tombés dans le piège des "scénarios de style hollywoodien" des responsables américains et israéliens.

    Immédiatement après la liquidation, l'agence officielle iranienne Fars avait affirmé qu'un professeur d'histoire libanais Habib Daoud et sa fille de 27 ans avaient été tués à Téhéran. Dans le même temps, la chaîne de télévision libanaise MTV, ainsi que les réseaux sociaux associés au Corps des gardiens de la révolution islamique, affirmaient que le professeur assassiné était membre du Hezbollah. Mais au Liban on n'a pas réussi à trouver la confirmation de l'existence d'un professeur nommé Habib Daoud. Habib Daoud était vraisemblablement un pseudonyme utilisé par al-Masri.

    Les responsables américains pensent que l'Iran héberge des terroristes tant qu'ils mènent des opérations contre les Etats-Unis, leur adversaire commun.

    Par ailleurs, on savait depuis des années que l'Iran maintient des membres d'Al-Qaïda en résidence surveillée plus ou moins sévèrement à l'intérieur du pays. L'Iran les maintiendrait en résidence surveillée comme monnaie d'échange pour le cas où Al-Qaïda prendrait des Iraniens en otage, comme moyen de dissuasion et d'échange.