Parti socialiste progressiste (PSP)

  • Liban : Des manifestants bloquent les entrées de Beyrouth

    Imprimer

    Des manifestants en colère ont fermé, lundi matin 29 novembre 2021, les entrées de la capitale, Beyrouth, et de plusieurs autres régions du Liban, avec des pneus en feu, pour protester contre la détérioration des conditions économiques et la hausse des prix.

    Les manifestants à Beyrouth ont coupé la route de la Corniche Al-Mazraa et Qasqas et la route de la Cité sportive en direction de Kula. Ils ont également coupé la route de Khayat Hill devant Liban TV, et la route de Barbir - hypodrome. Les manifestants ont également fermé la Place des Martyrs au centre de la capitale.

    Les manifestants ont coupé la route internationale au niveau de Beddaoui, au nord de Tripoli,  dans les deux sens, et la route côtière de Beddaoui a été coupée.

    Dans la Bekaa, les manifestants ont bloqué la route de Talbaya dans les deux sens et l'autoroute Jab Jenin-Qaza, pour protester contre la détérioration des conditions économiques.
    toroqat.jpeg

    Le sud du Liban a également vu la fermeture de la route menant du rond-point Qanayeh à la place Elia avec des pneus en feu, et le « Centre du contrôle routier » a signalé que la circulation avait été coupée au rond-point al-saoudiya en direction de l'étoile à Saida dans les deux sens.

    Joumblatt : le pays patauge
    De son côté, le chef du Parti socialiste Progressiste (PSP), Walid Joumblatt, a déclaré dans un tweet : « Le pays patauge sous le poids de la faim, des prix des médicaments, des factures d'hôpital, et il n'y a pas de mot sur la carte de rationnement et il n'y a aucune indication. sur la réforme de l'électricité (...) à la lumière d'un désaveu complet quant à la responsabilité de l'effondrement de la lire."

    Il a ajouté : "Au fait, où est le soutien à l'armée, votre souci est de détruire la justice pour enterrer l'enquête (liée à l'explosion du port de Beyrouth en août 2020)."

    Appels à manifester 
    Dimanche, des appels ont circulé sur les réseaux sociaux pour exhorter à bloquer les routes, sans que l'identité des personnes qui ont lancé cet appel ne soit claire.

    Ces appels indiquaient : « En raison des conditions actuelles dans le pays, de la hausse insensée du taux de change du dollar, de la situation économique difficile et médicale humiliante, et du fait qu'on ait atteint le fond de l'Enfer, demain (lundi) les routes seront coupées à la circulation."

    Le blocage des routes est une méthode de protestation régulière au Liban, et cela s'est répété à plusieurs reprises depuis que la crise économique du pays s'est aggravée en 2019.

    La valeur de la livre libanaise s'est effondrée de façon spectaculaire, et le taux de change du dollar a atteint 25 000 livres ces derniers jours, sachant qu'un dollar valait 1500 livres il y a deux ans.

    La livre ayant perdu plus de 90 % de sa valeur par rapport au dollar sur le marché noir en deux ans, le pouvoir d'achat des Libanais s'est détérioré et le salaire minimum est désormais inférieur au seuil de 30 dollars.

    TV Live

     

     

  • Liban : Les "Forces libanaises" démentent les propos de leur chef affirmant avoir 15 000 combattants pour affronter le Hezbollah

    Imprimer

    Les «Forces libanaises» dirigées par Samir Geagea (photo) ont démenti les propos attribués à son président sur «la possession de 15 000 combattants et se préparer à affronter le Hezbollah», qui ont été publiés par le journal libanais Al-Akhbar dans son numéro du mardi 13 octobre.

    Le département des médias du parti a déclaré: «Nous nions catégoriquement tout ce qui a été rapporté par le journal Al-Akhbar dans son numéro d’aujourd’hui sous le titre Geagea to Joumblatt: « J’ai 15 000 combattants et je suis prêt à affronter le Hezbollah », indiquant qu’il s'agit d'une tentative malveillante de diaboliser les forces libanaises et de les salir en répandant des rumeurs et en fabriquant De fausses nouvelles sur les armements, les combats, les affrontements et les guerres. "

    Le journal libanais Al-Akhbar a publié un article dans son numéro du mardi 13 octobre, dans lequel il affirme que «Geagea a dit au président du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt lors d'un banquet réuni au domicile de son représentant Nehme Tohme il y a quelques jours, qu'il poursuivra la confrontation contre le Hezbollah jusqu'à la fin, ajoutant: J'ai quinze mille combattants, et nous sommes capables d'affronter le parti (chiite), qui est devenu très faible, en raison de la situation au Liban et dans la région. "

    Le journal a ajouté que "lorsque Joumblatt a averti son interlocuteur de la gravité de ses propos, Geagea aurait répondu en disant: Nous sommes plus forts aujourd'hui que nous ne l'étions à l'époque de Bashir Gemayel (fondateur du Parti des Forces Libanaises et ancien président de la République), et le Hezbollah est plus faible qu'Abu Ammar (Yasser Arafa().

  • Iran: l’AIEA confirme le dépassement de la limite autorisée d’uranium enrichi

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    L’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA), chargée de vérifier l’application par Téhéran de l’accord nucléaire de 2015, a confirmé lundi que l’Iran avait dépassé la limite imposée à ses réserves d’uranium enrichi, selon un porte-parole de l’agence onusienne.
    « L’Agence a vérifié au 1er juillet que le stock total d’uranium enrichi a dépassé les 300 kilos » et le directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano, en a informé le conseil des gouverneurs, a indiqué ce porte-parole dans une déclaration écrite peu après que Téhéran a annoncé le dépassement du plafond autorisé d’uranium enrichi à 3,67%.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 1er juillet 2019

    • Afghanistan : Au moins 6 morts, une cinquantaine d’écoliers blessés à Kaboul dans un attentat taliban – Abonnés
    • Irak : Six combattants de Daech tués dans le nord du pays – Abonnés
    • Iran: l’AIEA confirme le dépassement de la limite autorisée d’uranium enrichi – Article libre
    • Liban: Suite des affrontements interdruzes : des partisans d’Arslane coupent des routes à Aley – Abonnés
    • Libye : les forces de Haftar vont « bombarder massivement » Tripoli, selon un de leurs commandants – Abonnés
    • Syrie : L’attaque de l’armée de l’air israélienne en Syrie a fait 16 morts, dont six civils – Abonnés
    • Syrie : la coalition internationale dit avoir frappé el-Qaëda dans le Nord-Ouest – Abonnés
  • Liban: Deux morts et deux blessés lors de tirs sur le convoi du ministre Gharib dans la caza d’Aley

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Deux personnes sont décédées et deux autres ont été blessées dimanche en fin de journée dans le caza d’Aley lors d’échanges de tirs visant le convoi du ministre libanais d’État pour les Affaires des réfugiés, Saleh Gharib. Les tirs étaient en fait dirigés contre le convoi du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, chef du Courant Patriotique Libre et beau-frère du président Aoun. Les partisans du Parti socialiste progressiste (PSP), de Walid Joumblatt, voulaient empêcher la visite de Gebran Bassil dans la région d’Aley, au Mont-Liban. Des manifestations des partisans druzes du PSP avaient été organisées dans plusieurs villes et villages de la région et de nombreuses routes menant à la ville de Kfarmatta, que Basil était sensé visiter, avaient été barrées et la circulation interrompue. Des échauffourées éclataient entre les habitants druzes du village de Kfarmatta et des militaires, les habitants refusant de laisser passer le convoi de M. Basil dans la localité.
    Lorsque le convoi de M. Gharib , qui appartient au parti démocrate libanais allié de Gebran Basil, a atteint la localité de Qabr Chamoun, « il y a eu des frictions suivies de tirs ». Le véhicule de M. Gharib s’est soudain retrouvé au centre d’une fusillade avec des partisans du PSP. Trois des gardes du corps du ministre, Karim Gharib, Rami Salmane et Samer Abi Faraj, ont été blessés et les deux derniers sont morts de leurs blessures à l’hôpital. Un membre du PSP, Samer Ghosn, a également été blessé par les tirs de riposte en provenance du convoi du ministre.
    Cet incident intervient alors que la tournée du chef du Courant patriotique libre (CPL), Gebran Bassil, dans le caza de Aley a été marquée par des échauffourées entre les habitants du village de Kfarmatta et des militaires, les habitants refusant de laisser passer le convoi de M. Bassil dans la localité.
    Selon des informations de la chaîne de télévision locale LBCI, M. Gharib avait rejoint Gebran Bassil dans la localité de Chemlane, où il a été décidé d’annuler la visite du chef du CPL à Kfarmatta, en raison des échauffourées avec les habitants. C’est à son départ de cette réunion avec M. Bassil que le convoi de Saleh Gharib a été pris pour cible par des tireurs.
    Selon un source du Parti Démocrate Libanais, du député Talal Arslane, rival du chef du PSP Walid Joumblatt, la fusillade était « un piège armé et une tentative d’assassinat de Gebran Bassil ». « Ceux qui ont ouvert le feu sont des partisans du PSP et et ils ne savaient pas que le convoi qu’ils ont visé était celui du ministre Gharib », a ajouté cette source à la chaîne de télévision locale LBC.
    Une source au sein du PSP a quant à elle affirmé que c’était les gardes du corps de Saleh Gharib qui avaient tiré en premier, alors que des jeunes essayaient de retirer des pneus enflammés placés sur la route.