Palmyre

  • Syrie : Au moins un soldat tué lors d'une attaque aérienne israélienne sur des positions pro-Assad près de Palmyre

    Imprimer

    FBpEKofX0AIY0VO.jpegL'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte qu'une frappe aérienne israélienne près de la base aérienne militaire T-4, dans la partie orientale de la province de Homs, a tué quatre soldats ou miliciens.

    Auparavant, l'agence d'État syrienne SANA avait rapporté que tard dans la soirée du 13 octobre, des avions israéliens avaient attaqué une cible près de Palmyre (à l'est de la province de Homs) depuis la région d'At-Tanf. 

    Selon le rapport de SANA, la tour de communication et plusieurs autres cibles à proximité ont été attaquées. Un soldat syrien (photo ci-contre) a été tué au cours de l'attaque et trois autres blessés. Des dégâts matériels ont été occasionnés.

    L'OSDH a rapporté que plusieurs explosions ont été entendues. L'attaque a été menée depuis l'espace aérien à la jonction des frontières de la Syrie, de l'Irak et de la Jordanie, où se trouve la base américaine d'At-Tanf.

    Selon l'OSDH, la cible de l'attaque était un centre de formation pour les miliciens pro-iraniens et une tour de communication. Les défenses aériennes syriennes auraient réussi à intercepter quelques missiles israéliens.

    Notez qu'il s'agit de la deuxième frappe aérienne contre des cibles dans la zone spécifiée en une semaine.

    Dans la soirée du 8 octobre, une attaque de l'armée de l'air israélienne a été menée depuis le côté d'At-Tanf contre des miliciens pro-iraniens dans la zone de l'aérodrome T-4. L'attaque a provoqué d'importants dégâts à la base sur laquelle s'entraînaient à l'utilisation de véhicules aériens sans pilote les miliciens pro-iraniens. Les plates-formes de lancement de drones ont été détruites. Selon le commandement de l'armée syrienne et le représentant du commandement russe, la défense aérienne syrienne avait alors  intercepté 8 des 12 missiles tirés par des avions israéliens. L'OSDH a rapporté la mort de plusieurs milices pro-iraniennes.
    1027880_20180410143753.jpg

    Lien permanent Catégories : Base aérienne T-4, Palmyre, SYRIE 0 commentaire
  • Syrie : L'armée de l'air russe a tué au moins 55 membres de Daech en une semaine

    Imprimer

    Les avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué plus de 200 frappes aériennes contre des positions de l'Etat islamique dans la région centrale de la Syrie au cours de la première semaine d'octobre, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le 8 octobre.

    Selon l'OSDH, les frappes aériennes russes ont visé des positions de Daech à la périphérie d'Ithriyah, Resafa et d'autres zones du triangle Hama-Alep-Raqqa, la périphérie de Soukhnah et Palmyre dans la partie orientale de la province de Homs. et plusieurs zones à l'ouest de Deir Ezzor.

    « En l'espace d'une semaine, ces frappes aériennes ont coûté la vie à 17 combattants de l'organisation [EI] et en ont blessé pas moins de 27 autres », a déclaré le groupe dans son rapport.

    Les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ont récemment intensifié leurs attaques. Les terroristes ont tué un officier de l'armée syrienne et plusieurs combattants pro-gouvernementaux au cours de la semaine dernière.

    Les avions de combat russes opèrent 24 heures sur 24 au-dessus du centre de la Syrie afin de soutenir les opérations de ratissage menées par les forces gouvernementales dans la région.

    Malgré de lourdes pertes au cours de la dernière année à la suite de frappes aériennes et d'opérations au sol, les cellules de l'Etat islamique continuent d'être actives dans la région centrale. 

  • Syrie : Des frappes russes détruisent un poste de commandement souterrain de Daech dans le centre de la Syrie

    Imprimer

    Les Forces aérospatiales russes (VKS) ont détruit un important poste de commandement souterrain de l' Etat islamique dans le centre de la Syrie, a rapporté RusVesna.SU le 15 mai.

    Selon le média, les avions de combat Su-24M et Su-34 de l'armée de l'air russe (VKS) ont effectué une série de frappes ponctuelles sur le poste dans l'est de la province de Homs. Les frappes aériennes ont provoqué l'explosion d'environ dix tonnes d'explosifs TNT, qui étaient stockés dans le poste.

    Au moins 20 terroristes, dont un certain nombre de commandants de terrain de l'Etat islamique, ont été tués à l'intérieur du poste souterrain, qui a été complètement détruit.

    Le VKS a intensifié ses opérations de combat contre les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie au cours des derniers mois afin de soutenir les forces gouvernementales, qui font face à des attaques répétées des terroristes.

    Le 13 mai, plus de 40 frappes aériennes russes contre des repaires de l'Etat islamique ont été menées dans plusieurs parties de la région centrale. Deux terroristes ont été tués.

    Le même jour, des terroristes de l'Etat islamique ont tué 12 combattants pro-gouvernementaux et en ont blessé 12 autres lors de deux attaques distinctes contre la brigade palestinienne al-Quds à côté de l'ancienne ville de Palmyre et de la ville de Sukhnah dans l'est de Homs.

    Le soutien du VKS a été essentiel au succès de toutes les récentes opérations antit-jihadistes dans la région centrale de la Syrie. Néanmoins, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour neutraliser complètement les cellules de Daech dans la région.

  • Syrie : 24 membres de la brigade palestinienne al-Qods,  pro-régime, tués ou blessés dans une attaque de l'Etat islamique au centre de la Syrie

    Imprimer

    Jeudi 13 mai, au moins 24 combattants de la brigade palestinienne al-Qods ont été tués ou blessés lors de deux attaques distinctes menées par des membres de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie.

    La première attaque a visé deux postes de la brigade sur une route menant au camp militaire d'al-Talila à l'est de l'ancienne ville de Palmyre dans l'est de la province de Homs. Les postes ont été attaqués par un groupe important de jihadistes se déplaçant à bord de sept pick-ups, dont certains étaient armés de mitrailleuses lourdes.

    «L'attaque de l'Etat islamique n'a pas duré plus d'une heure. Au cours de l'attaque les jihadistes ont pu détruire deux véhicules, dont un blindé, et s'emparer d'un pick-up équipé d'une mitrailleuse de 23 mm avec des armes et des munitions».

    Sept combattants de la brigade al-Qods ont été tués et au moins dix autres ont été blessés lors de l'attaque. Trois des blessés sont dans un état critique.

    La deuxième attaque a eu lieu à peu après la première. Des combattants de l'Etat islamique ont tendu une embuscade à un convoi de la brigade al-Qods près de la ville de Sukhnah, dans l'est de la province de Homs. Les Palestiniens se dirigeaient vers la chaîne de montagnes baptisée "Amour Range" lorsque deux de leurs véhicules ont été touchés par des grenades propulsées par roquettes (RPG).

    Cinq combattants de la brigade al-Qods ont été tués et deux autres ont été blessés lors de cette embuscade. Les jihadistes ont pu s'échapper.

    Les attaques ont eu lieu au milieu d'une intense campagne de bombardements sur le centre de la Syrie par les forces aérospatiales russes. Le 13 mai, huit avions de combat russes ont effectué plus de 40 frappes aériennes sur des caches de l'Etat islamique dans les zones suivantes.
    - La périphérie de Palmyre et d'al-Sukhnah dans l'est de Homs;
    - La périphérie de Shulah, Ghabagheb et Jebel Bishri dans l'ouest et le nord-ouest de Deir Ezzor;
    - La périphérie de Resafa et Sufyan dans le sud de Raqqa.
    L'une des frappes aériennes russes qui visait la périphérie de Sukhnah a détruit un véhicule de l'Etat islamique et tué au moins deux jihadistes.

    Les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ont récemment intensifié leurs attaques. Néanmoins, les islamistes sont toujours confinés loin des principaux centres urbains et des routes vitales de la région.

     

     

     

  • Syrie : Un drone du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran a attaqué mercredi des cibles dans la région de Palmyre

    Imprimer

    Mercredi 17 mars, le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran a lancé deux drones d'attaque depuis la base aérienne T-4, qui ont attaqué des cibles au sol dans la région de Palmyre (Tadmor) dans l'est de la province de Homs, ont rapporté les médias syriens et israéliens.

    Les objectifs discutés n'ont pas été révélés. Le CGRI en Syrie travaille contre tous les opposants au régime de Bachar al-Assad.

    Des sources notent qu'il y a quelques semaines, un drone de reconnaissance du CGRI lancé depuis la base aérienne T-4 s'était écrasé entre Mkhin et Al-Qaryatayn, à environ 50 kilomètres au sud-ouest du site de lancement. La raison de la perte du drone était vraisemblablement un échec technique.

  • Syrie : l'armée russe quitte l'aérodrome T4, qui reste sous le contrôle des forces pro-iraniennes

    Imprimer

    Les médias syriens de l'opposition ont rapporté que l'armée russe avait commencé le 16 février à redéployer une partie importante de ses forces depuis l'aérodrome T4, près de Palmyre,  dans le gouvernorat de Homs.

    11 camions avec des dizaines de militaires russes et beaucoup de matériel logistique ont quitté la base T4.

    Le redéploiement devrait être achevé le matin du 18 février.

    Après le départ des "Russes", l'aérodrome T4 restera sous le contrôle total des forces pro-iraniennes.

    Il est possible que T4 devienne bientôt la cible d'attaques de l'armée de l'air israélienne.

    Auparavant, comme l'ont rapporté les médias syriens, des avions israéliens ont déjà attaqué à plusieurs reprises des cibles militaires sur l'aérodrome T4.

  • Syrie : Les hélicoptères russes pourchassent les jihadistes de Daech dans le désert de Deir ezZor et Raqqa 

    Imprimer

    Une source sur le terrain a révélé que des hélicoptères russes avaient mené une vaste opération de recherche dans la Badia au cours des dernières heures, à la recherche de cellules de l'Etat islamique dans la région.
     
    La source a ajouté que l'opération de ratissage comprenait les zones de "Kajab et Shulah" dans le désert de Deir Ezzor, et les zones désertiques dans le sud de la province de Raqqa, à la recherche de poches et de grottes où les terroristes de l'Etat islamique se cacheraient , d'où ils lancent des attaques nocturnes contre des de  l'armée et les convois militaires et civils sur les routes principales passant par ces zones.
     
    La source sur le terrain a indiqué que l'armée syrienne y avait déployé des renforts militaires au cours des dernières heures et avait commencé à se préparer à une opération militaire " limitée" visant à passer au peigne fin des zones géographiques spécifiques en coopération avec les forces russes, à la recherche des caches des jihadistes dans les zones désertiques au nord de la région "Al-Tanf " où l'armée maintient des bases.
     
    Il est prévu que l'armée syrienne commencera les opérations de ratissage dans quelques jours après avoir achevé les préparatifs logistiques nécessaires pour ces missions à caractère spécial sur le terrain, qui sont considérées parmi les missions les plus difficiles en raison de la vaste extension géographique de cette zone et de la présence des groupes terroristes armés près des routes.
     
    Il est à noter que la Badia de Homs et Hama et les régions de l'ouest et du sud-ouest du gouvernorat de Deir Ezzor, en plus des régions du sud-est du gouvernorat de Raqqa dans l'est de la Syrie, sont géographiquement reliées au no man's land de 55 km qui va du désert du centre de la Syrie à  la région d'Al-Tanf à la frontière (syro-jordanienne où se trouve une base de l'armée américaine. C'est précisément ce no man's land entre les forces du régime et l'armée américaine que met à profit Daech pour rester très actif dans la région. 
     
    Ces derniers jours ont été témoins d'attaques lancées par des combattants de l'Etat islamique sur les axes des provinces de Deir Ezzor, Palmyre et Hama, visant les bus et les camions-citernes qui s'aventurent sur les routes de la région, faisant des morts et des blessés parmi les civils et l'armée syrienne.