Palais présidentiel

  • Somalie : Arrestation du commandant de la garde présidentielle alors que la crise politique s'aggrave

    Imprimer

    Les médias ont rapporté mardi l'arrestation du commandant de la Garde présidentielle somalienne, Hassan Aden Diess, pour implication dans une "tentative de coup d'Etat", au moment où le différend entre le président et le Premier ministre s'intensifie, faisant craindre une explosion de violence.

    Le journal "Somali Guardian" a révélé que Diess avait été arrêté après avoir envoyé des troupes au bureau du Premier ministre Mohamed Hussein Rooble (à droite sur la photo) dans le but de s'en emparer, ce que des responsables gouvernementaux ont qualifié de "tentative de coup d'Etat" orchestré par le chef de l'Etat, Mohamed Abdallah Farmajo (à gauche sur la photo).

    Le chef de l'armée, Oduwa Yusuf Raggi, avait démis de ses fonctions Diess avant d'ordonner son arrestation. Diess avait été chargé par le président Farmajo de prendre le contrôle militaire du bureau de Rooble. 

    Selon le journal, le colonel Ahmed Gil a été choisi comme nouveau commandant de la garde présidentielle.

    Lundi 27 décembre 2021, le ministre somalien de la Défense, Abdelkader Mohamed Nour, a demandé aux forces armées de poursuivre les organisateurs du "coup d'État manqué" et les a exhortés à ne recevoir d'ordres que du bureau du Premier ministre, et non du président Farmajo.

    Les relations entre les deux hommes ont toujours été tendues, mais les récents développements ont suscité des inquiétudes quant à la stabilité de la Somalie alors que le pays lutte pour organiser des élections tant attendues et combat l'insurrection djihadiste des Chebabs.

    Rooble montre sa force
    Mardi, les forces fidèles à Rooble ont organisé des rassemblements de rue, suscitant la peur parmi les habitants de Mogadiscio, fatigués des affrontements armés.

  • Somalie : Explosion d'une voiture piégée à Mogadiscio - des victimes

    Imprimer

    Samedi 13 février, un attentat suicide a visé un poste de contrôle de sécurité au carrefour de Sayidka sur la route principale menant au Parlement et au palais présidentiel, dans la capitale somalienne, Mogadiscio. Les forces de l'ordre ont tiré sur le véhicule du kamikaze alors que celui-ci forçait le poste de contrôle. C'est alors que le forcené s'est fait sauter sans parvenir à atteindre son but qui était sans doute le palais présidentiel. Grâce à l'action des soldats, les dégâts ont été minimum. 2 personnes ont été tuées et 10 autres blessées.

    Les médias somaliens locaux ont publié des photos et des vidéos de la scène de l'explosion,.

    مقديشو.jpeg

    EuF-w0hWQAA2FZy.jpeg

  • Somalie : tirs de mortier sur l'enceinte du palais présidentiel

    Imprimer

    Un officier de police somalien a déclaré que plusieurs obus de mortiers avaient atterri dans et autour du complexe du palais présidentiel lourdement fortifié à Mogadiscio.

    Au total, neuf attaques au mortier ont eu lieu en différents endroits de Mogadiscio. Des attaques ont également eu lieu dans le district de Hamarweyne, Hamar Jajab.

    Il semble que les jihadistes Shabaab profitent de la crise politique qui règne actuellement dans le pays pour multiplier leurs attaques. Un éventuel effondrement de la sécurité en Somalie pourrait avoir de graves répercussions au Kenya voisin.