Ouenkoro

  • Mali : 61 ''terroristes'' neutralisés dans les secteurs de Ouenkoro et Mondoro, affirme l'armée

    Imprimer

    61 terroristes ont été neutralisés, dans des opération menées par les forces armées maliennes dans la forêt de Sama-Sosso dans la zone de Ouenkoro, suite à l'attaque terroriste contre les populations de Diallassagou ainsi que dans la zone de Mondoro (centre du pays) a annoncé, vendredi soir, l'état-major général des armées du Mali dans un communiqué.

    « Sur le théâtre centre de l'Opération Maliko, les opérations ont été orientées sur la stabilisation du secteur de Diallassagou, suite à l'attaque terroriste contre les populations dans la nuit du 18 au juin 2022 », a déclaré le colonel Souleymane Dembelé, Directeur de l'Information et des relations publiques des armées (Dirpa).

    La même source affirme que « le bilan des opérations menées dans la forêt de Sama-Sosso dans la zone de Ouenkoro a fait état de : 59 terroristes neutralisés dont des responsables : Djibril Sangaré du village de Ouenkoro, Hamidou Barry du village de Mondori, Abou Youssouf dit Bodédjo, Imame Hassane Dicko et Moctar Dicko de nationalité étrangères. 7 véhicules détruits ».

    Et d'ajouter que « 2 terroristes guetteurs ont été neutralisés et leurs matériels récupérés dans la zone de Mondoro » affirmant que « parallèlement, une base terroriste a été ciblée dans le secteur de Hombori, le 20 juin 2022, le bilan est en cours d'exploitation ».
    FVteziUVIAEARUO.jpeg

    132 civils avaient été tués ''par des combattants de la Katiba du Macina'' dans la nuit du 18 au 19 juin 2022 dans plusieurs villages du cercle de Bankass dans la région de Bandiagara au centre du pays avait annoncé, lundi, le gouvernement dans un communiqué.

    Les forces vives du cercle de Bankass composées des élus, des leaders communautaires et de la société civile avaient entamée le 21 juin courant une désobéissance civile, pour réclamer la sécurisation des personnes et de leurs biens dans la région, suite à l'attaque contre les villages de Diallassagou, Dianweli, Deguessagou et environs qui a fait 132 morts.

    Elles ont ensuite décidé le 23 juin de suspendre la désobéissance civile, vu les actions notoires en cours sur le terrain, dans le cadre de la sécurisation des personnes et de leurs biens.