OTAN (NATO)

  • Afghanistan : Derniers développements

    Imprimer

    Les talibans annoncent une "amnistie générale" pour tous les fonctionnaires d'Etat
    Les talibans ont annoncé, mardi 17 août 2021, une amnistie générale pour tous les fonctionnaires d'État, les appelant à retourner au travail, deux jours après avoir pris le pouvoir en Afghanistan, grâce à une offensive éclair.

    "Une amnistie générale a été déclarée pour tous (...), donc vous devriez reprendre vos habitudes de vie en pleine confiance", ont indiqué les talibans dans un communiqué.

    Biden ne regrette rien
    Joe Biden a défendu, lundi 16 août, sa décision de retirer les troupes américaines d'Afghanistan, malgré les scènes de détresse à l'aéroport de Kaboul, où des milliers de personnes tentaient de fuir le pays désormais contrôlé par les talibans.

    "Je suis profondément attristé par la situation, mais je ne regrette pas" la décision de retirer les forces américaines d'Afghanistan, où elles étaient entrées 20 ans plus tôt pour chasser les talibans du pouvoir, a déclaré M. Biden dans une adresse à la nation très attendue. Il était resté muet tout au long d'un weekend qui a vu le mouvement islamiste radical entrer à Kaboul, après une fulgurante offensive qui en à peine dix jours lui a permis de prendre le contrôle de quasiment tout le pays et investir le palais présidentiel, déserté par le président Ashraf Ghani, en fuite à l'étranger. Cible de vives critiques, aux États-Unis comme à l'étranger, Biden a répété que la mission de Washington n'avait jamais été de bâtir une nation démocratique dans un pays instable, mais "d'empêcher une attaque terroriste sur le sol américain".

    Les États-Unis étaient intervenus en Afghanistan en 2001 en raison du refus des talibans de livrer le chef d'al-Qaïda, Oussama Ben Laden, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001. "Les forces américaines ne peuvent pas, et ne devraient pas, mener une guerre et mourir d'une guerre que les forces afghanes n'ont pas la volonté de combattre pour eux-mêmes", a continué M. Biden, concédant toutefois que l'effondrement du gouvernement afghan avait été plus rapide "que nous ne l'avions prévu."

    Réactions plus mitigées du côté des alliés
    Le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, a dénoncé un "échec de la communauté internationale", et la chancelière allemande, Angela Merkel, a conclu que tout "n'a pas été réalisé comme nous l'avions prévu".

    Le président français, a estimé que l'Afghanistan ne devait "pas redevenir le sanctuaire du terrorisme qu'il a été". Il a ajouté que l'action de la France "visera d'abord à continuer de lutter activement contre le terrorisme islamiste sous toutes ces formes". "Des groupes terroristes sont présents en Afghanistan et chercheront à tirer profit de la déstabilisation", a mis en garde le président français, en appelant à "une réponse (internationale) responsable et unie", et "une action politique et diplomatique". "C'est un enjeu pour la paix et la stabilité internationale, contre un ennemi commun, le terrorisme et ceux qui le soutiennent ; à cet égard, nous ferons tout pour que la Russie, les Etats-Unis et l'Europe puissent efficacement coopérer, car nos intérêts sont les mêmes", a-t-il ajouté.

    Une conséquence qui devrait être logique pour tous les pays européens : la fin de l'OTAN et une défense européenne digne de ce nom, n'en déplaise aux Allemands
    Enfin, ajoutons que les alliés de l'OTAN se sentent mal à l'aise et appellent maintenant à repenser l'alliance après la sortie "unilatérale" de l'Afghanistan de Biden. Espérons que les désillusions engendreront une refonte de la politique de défense européenne !

    Talibans et al-Qaïda intimement liés
    Un avertissement du président français un peu hors sol car il est clair qu'al-Qaïda et les talibans sont intimement liés. "Ce qui se passe en Afghanistan est une victoire claire et retentissante pour al-Qaïda", a affirmé Colin Clarke, directeur de recherche du Soufan Center, pour qui al-Qaïda va en profiter pour attirer des recrues et créer une nouvelle dynamique.
    Un rapport des Nations unies de l'été 2020 souligne qu'Ayman al-Zawahiri, chef d'al_Qaida, a personnellement négocié auprès des dirigeants taliban des assurances que ceux-ci continueraient de protéger al_Qaida, en cas d'accord avec les Etats-Unis.

    600 soldats de l'armée afghane participent à la protection de l'aéroport de Kaboul
    Nous avons appris aujourd'hui que pas moins de 600 soldats afghans aident les États-Unis à maintenir la sécurité à l'aéroport de Kaboul. Que leur arrive-t-il lorsque la mission se terminera le 31 août ? Le Pentagone dit qu'ils pourront demander des visas.

    Kaboul est calme hormis la zone de l'aéroport
    La vie a repris mardi à Kaboul sous le nouveau régime taliban qui appelait à retourner au travail, même si les habitants apeurés restaient sur leurs gardes.

    Les talibans ont multiplié les gestes d'apaisement à l'égard de la population depuis qu'ils sont entrés à Kaboul. Ils ont appelé chacun à reprendre ses "habitudes de vie en pleine confiance". Des magasins ont rouvert, le trafic automobile a repris et des policiers faisaient la circulation, les talibans tenant des postes de contrôle. Un responsable taliban a accordé une interview à une journaliste d'une chaîne d'informations, tandis qu'une école de filles a rouvert à Hérat (ouest).

    Des signes montraient que la vie ne serait plus celle d'hier. Les hommes ont troqué leurs vêtements occidentaux pour le shalwar kameez, l'ample habit traditionnel afghan, et la télévision d'État diffuse désormais essentiellement des programmes islamiques.
    Les écoles et universités de la capitale restent fermées, et peu de femmes osaient se risquer dehors, même si quelques-unes se sont brièvement rassemblées devant l'entrée de la "zone verte" pour demander le droit de retourner y travailler. Des talibans ont tenté en vain de les disperser avant qu'elles se laissent convaincre par des civils de partir.

    Pour nombre d'Afghans, la confiance sera dure à gagner. Du temps où ils étaient au pouvoir (1996-2001), les talibans avaient imposé une version ultra-rigoriste de la loi islamique. Les femmes ne pouvaient ni travailler ni étudier, et voleurs et meurtriers encouraient de terribles châtiments.

    "Les gens ont peur de l'inconnu", confie un commerçant de Kaboul. "Les talibans patrouillent la ville en petits convois. Ils n'importunent personne, mais bien sûr les gens ont peur". Malgré les assurances des talibans, certaines informations semblaient suggérer qu'ils continuaient à rechercher des responsables gouvernementaux, un témoin racontant que des islamistes étaient entrés dans la maison d'un de ces officiels pour l'emmener de force.

    Premières instructions pour les femmes : Voile obligatoire mais pas la burqa, annonce un porte-parole des talibans
    Le port de la burqa, un voile intégral, ne sera pas obligatoire pour les femmes car "'il existe différents types de voile", a annoncé mardi un porte-parole des talibans qui ont pris le pouvoir en Afghanistan.

    Lorsque les talibans dirigeaient ce pays, entre 1996 et 2001, les écoles de filles étaient fermées, les femmes ne pouvaient ni voyager ni travailler, et étaient obligées de porter en public une burqa, un voile qui recouvre tout le corps et le visage, avec une grille en tissu au niveau des yeux.

    "La burqa n'est pas le seul hijab (voile) qui peut être porté. Il  existe différents types de hijab qui ne se limitent pas à la burqa", a déclaré Suhail Shaheen, porte-parole du bureau politique du groupe à Doha, à la chaîne britannique Sky News. Il n'a toutefois pas précisé quels sont les autres types de hijab qui seraient jugés acceptables par les talibans.

    Suhail Shaheen a également donné les premiers éléments de la politique des talibans concernant l'éducation des filles.
    "Elles peuvent recevoir une éducation du primaire à l'université. Nous avons annoncé cette politique lors de conférences internationales, à la conférence de Moscou et ici à la conférence de Doha (sur l'Afghanistan)", a expliqué M. Shaheen. "Des milliers d'écoles dans les zones contrôlées par les talibans sont toujours ouvertes", a-t-il précisé.

    Sous le précédent règne de ce mouvement radical, les femmes ne pouvaient quitter leur domicile qu'accompagnées d'un "mahram", un chaperon masculin de leur famille. Les flagellations et les exécutions, y compris les lapidations pour adultère, étaient pratiquées sur les places des villes et dans les stades.

    "Ne croyez pas les talibans !", avertit une jeune Afghane 
    « Ne croyez pas les mensonges des talibans. J'ai 23 ans. Les talibans marient de force des femmes comme moi à leurs combattants. Le porte-parole des talibans a un compte sur Twitter. Pour quelle raison? Pour répandre leurs mensonges dans le monde. Vidéo.

    Mauvais signe : Les talibans entravent le départ des Afghans à l'aéroport de Kaboul, accuse Berlin
    Les talibans de retour au pouvoir entravent l'accès à l'aéroport de Kaboul aux candidats afghans au départ, a déploré mardi le gouvernement allemand.

    "Autour de l'aéroport de Kaboul, des postes de sécurité ont été mis en place par les talibans pour en contrôler l'accès", indique le ministère allemand de la Défense dans un rapport dont l'AFP a obtenu copie. "En bouclant l'aéroport, les talibans permettent aux forces internationales d'établir un trafic aérien ordonné pour évacuer leurs ressortissants. Dans le même temps cependant, la fermeture de l'aéroport rend difficile l'évacuation des ressortissants afghans", précise le ministère de la Défense.

    "Nous collaborons avec les Etats-Unis en particulier, mais aussi avec d'autres états partenaires, pour faire en sorte que les forces locales puissent également se rendre à l'aéroport", a de son côté déclaré le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas. "Pour elles, la situation est beaucoup plus dangereuse, car il n'y a aucune garantie qu'elles seront autorisées à passer aux points de contrôle talibans", a-t-il prévenu lors d'une conférence de presse. "Certains parviennent tout de même à se rendre à l'aéroport, mais nous voulons nous assurer que l'itinéraire des forces locales entre la ville et l'aéroport est aussi sûr que possible", a précisé le ministre. Plus tôt dans la journée, Angela Merkel avait fait valoir que la question des prochains jours serait "surtout de savoir combien de personnes pourraient atteindre l'aéroport de Kaboul".

    Berlin estime à environ 2.500 les employés locaux, avec leurs familles, qui ont travaillé avec les troupes allemandes ou à l'ambassade, et qui doivent être évacués du pays. A ce nombre s'ajoutent selon Berlin environ 2.000 militants des droits de l'homme ou membres d'organisations non gouvernementales eux aussi candidats au départ. Avec leurs familles, le nombre atteindrait 10.000 personnes. Mais les opérations d'évacuation restent chaotiques à ce stade. Un avion militaire allemand a ainsi quitté Kaboul avec seulement sept ressortissants afghans à son bord. Un second avion allemand pu décoller mardi de Kaboul avec cette fois 125 personnes, dont des Afghans, selon M. Maas. "La Bundeswehr (armée allemande) sécurise l'accès pour nous et nous travaillons dur pour faire en sorte que davantage de personnes de Kaboul puissent être mises en sécurité dans le courant de la journée", a-t-il promis.

    22 avions et 24 hélicoptères de l'armée de l'air afghane ont fui vers l'Ouzbékistan
    Les 14 et 15 août, 22 avions militaires et 24 hélicoptères militaires de l'armée de l'air afghane sont entrés dans l'espace aérien de l'Ouzbékistan. 585 soldats afghans ont également franchi la frontière en deux jours.

    Les chiffres ont été rapportés par le bureau du procureur général sur Telegram, mais le message a ensuite été supprimé, selon les médias.

    Le 15 août, trois avions militaires afghans Embraer 314 ont demandé à atterrir sur l'aéroport de Khanabad en Ouzbékistan. Par ailleurs, un avion afghan et un MiG-29 de l'armée de l'air ouzbèke sont entrés en collision et se sont écrasés dans le district de Sherabad de la région de Surkhandarya, selon le même message dans Telegram. L'accident s'est produit alors que le MiG-29 interceptait l'avion miltaire afghan. Les pilotes de ces avions se seraient éjectés et atterris en parachute.

    Aucune vidéo n'a encore été publiée pour prouver les informations.

    Un autre incident a eu lieu au-dessus de l'Ouzbékistan dans la même soirée. Un avion de l'Afghan Air Force s'est écrasé après être entré dans l'espace aérien du pays à la frontière avec l'Afghanistan. Le ministère de la Défense de l'Ouzbékistan a rapporté que l'avion avait été intercepté par les forces de défense aérienne qui ont stoppé une tentative de l'avion de violer la frontière. Cela s'est passé dans le même district de Sherabad. À la suite de l'incident, deux membres de l'équipage afghan se sont éjectés et ont été transportés à l'hôpital, l'un d'eux est dans un état grave. 

    Plus tard, le 16 août, une vidéo d'un atterrissage d'urgence d'un hélicoptère afghan UH-60 a été diffusée sur les réseaux sociaux. L'hélicoptère avec à son bord une dizaine de soldats afghans a atterri dans un champ de coton en Ouzbékistan. .

    158 autres citoyens afghans, des militaires et des civils, ont récemment traversé le fleuve Amou-Daria dans le district frontalier de Termez.

    De nombreux équipements militaires ont été abandonnés au poste frontière. Une vidéo montre le pont du fleuve Amou-Daria encombré de véhicules militaires de l'armée afghane.

    L'Ouzbékistan n'est pas la seule destination des réfugiés afghans. Ces derniers mois, tous les pays voisins ont été confrontés à une augmentation du nombre d'Afghans qui franchissaient les frontières, légalement et illégalement.

    Deux avions avec du personnel militaire afghan ont récemment atterri au Tadjikistan. Les avions ont été autorisés à atterrir à l'aéroport de la ville de Bokhtar après avoir envoyé des signaux SOS. Selon les rapports, plus de 100 soldats afghans étaient à bord.

     

  • Syrie : Trois soldats turcs tués près d'al-Bab - Ankara accuse Damas - Blog du 25 novembre 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 25 novembre  2016
    Extrait de la 514ème newsletter publiée le 24 novembre sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • La guerre en Syrie s'internationalise chaque jour un peu plus - 24 août 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 24 août  2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 23 août sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • Les Russes avaient prévenu le pouvoir turc de l'imminence du putsch - 22 juillet 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 22 juillet  2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 21 juillet sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • Turquie : Tentative avortée de coup d'Etat en Turquie - 16 juillet 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 16 juillet  2016
    Extrait de la newsletter publiée le 16 juillet par Jean René Belliard hier  sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • Syrie : Suite de la bataille de Raqqa, la place-forte de Daech - 4 juin 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 4 juin   2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le vendredi 3 juin sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • Divergences entre pays européens sur la politique à suivre en Libye - 25 mai 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 26 mai   2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le mercredi 25 mai sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite