Oslo

  • Norvège : Une fusillade dans le centre d'Oslo classée comme attaque terroriste menée sur la base de l'extrémisme islamique

    Imprimer

    La police norvégienne a déclaré que la fusillade dans le centre d'Oslo serait classée comme une attaque terroriste motivée par l'extrémisme islamique. Le tireur, Zaniar Matapour, est un Norvégien d'origine iranienne de 42 ans. Il a été arrêté.

    On suppose que l'agresseur a agi seul. L'homme était dans le radar des services de renseignement depuis 2015 par crainte de radicalisation et parce qu'il appartenait peut-être à un réseau de contacts islamistes extrémistes. Il a une longue histoire de violence et de menaces, a déclaré le chef du renseignement Roger Berg lors d'une conférence de presse. Il avait déjà été détenu à de nombreuses reprises pour des délits tels que possession de couteaux et de stupéfiants. En mai 2022, les services de renseignement norvégiens (PST) avaient parlé avec l'auteur, mais ensuite, selon Berg, il avait été conclu qu'il n'avait aucune intention de commettre des actes de violence.

    Dans la nuit du 25 juin, deux personnes ont été tuées et 21 autres blessées, dont trois grièvement, à la suite de tirs dans trois établissements du centre d'Oslo : un bar discothèque LGBT, le "London Pub", un club de jazz, Norvège, le Herr Nilsen Jazz club et sur le lieu de l'arrestation du tireur, près d'un restaurant .

    Des témoins disent que le tireur est venu avec un sac, en a sorti une arme et a ouvert le feu pour tuer. L'agresseur a été arrêté par la police cinq minutes après avoir commencé à tirer.

    L'incident s'est produit à la veille de la Gay Pride Parade, qui devait avoir lieu samedi  25 juin dans la capitale norvégienne, mais les organisateurs l'ont annulée sur recommandation de la police.

  • Norvège : La police norvégienne utilise des gaz lacrymogènes après les tensions lors d'un rassemblement anti-islam

    Imprimer

    Les autorités norvégiennes ont déployé un grand nombre de policiers, samedi 29 août, dans la capitale, Oslo, lors d'un rassemblement anti-islam près du bâtiment du parlement.

    Un contre-groupe de manifestants s'est également rassemblé, battant des tambours, chantant et scandant le slogan «Non au racisme dans nos rues» lors d'un rassemblement de l'organisation «Stop à l'islamisation de la Norvège» (Cyan).

    Les tensions entre plusieurs centaines membres des deux groupes se sont intensifiées lorsqu'une femme de l'organisation "Cyan" a déchiré des pages du Coran et a craché dessus, a rapporté NTB.

    "Regardez maintenant, je vais souiller le Coran", a déclaré la femme nommée Fanny Bratten à l'agence.

    L'agence a ajouté que Bratten avait déjà été inculpée et acquittée de diffusion de discours de haine.

    Un contre-manifestant qui avait réussi à franchir la barrière de sécurité et le cordon de police lui ait donné un coup de pied à la jambe sans la blesser, selon le journal d'Oslo "VG".

    La police a déclaré avoir tiré des gaz lacrymogènes et du gaz poivré dans le cadre de ses efforts pour séparer les groupes rivaux.

    Craignant une recrudescence de la violence, la police a mis fin à la marche "Cyan" plus tôt que prévu et a escorté les partisans de "Cyan" hors des lieux.

    Quatre personnes ont été arrêtées qui tentaient de perturber la manifestation «Cyan» et des informations ont également fait état de jets de pierres et d'autres projectiles sur la police.

    Le Conseil musulman norvégien, ainsi qu'Obaid Raja, ministre de la Culture, avaient auparavant exhorté les gens à rester à l'écart de la manifestation de Cyan samedi et à ne pas participer à des contre-manifestations pour éviter une escalade de la violence.