Organisation Iranienne de l'Energie Atomique

  • L'Iran a produit 120 kg d'uranium enrichi à 20% (officiel)

    Imprimer

    Téhéran a franchi un nouveau seuil en augmentant à plus de 120 kg son stock d'uranium enrichi à 20%, a annoncé samedi soir 9 octobre 2021 le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique.

    "Nous avons dépassé les 120 kg. Nous avons plus que ce chiffre. Notre peuple sait bien qu'ils (les Occidentaux) étaient censés nous donner le combustible enrichi à 20% pour utiliser dans le réacteur de Téhéran, mais ils ne l'ont pas fait",a déclaré Mohammad Eslami à la télévision d'Etat. "Si nos collègues ne le produisaient pas, nous aurions naturellement des problèmes avec le manque de combustible pour le réacteur de Téhéran", a-t-il ajouté.

    Selon les estimations de fin août, Téhéran avait porté à 84,3 kg son stock d'uranium enrichi à 20%, un niveau qui lui permet en théorie de produire des isotopes médicaux, utilisés notamment dans le diagnostic de certains cancers. Puis en avril, la République islamique a franchi le seuil inédit de 60% et en a produit depuis 10 kg, se rapprochant des 90% nécessaires à la confection d'une bombe.

    Conclu en 2015 entre l'Iran d'une part, et les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Chine, la Russie, la France et l'Allemagne d'autre part, l'accord offrait à Téhéran la levée d'une partie des sanctions internationales en échange d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous le strict contrôle de l'ONU. Mais après le retrait unilatéral des Américains de l'accord en 2018 sous la présidence de Donald Trump, Téhéran a progressivement abandonné ses engagements. Les États-Unis ont en retour imposé des sanctions.

  • Iran : Découverte et élimination d'une équipe "terroriste" soutenue par l'étranger

    Imprimer

    Mercredi 15 septembre 2021, le ministère iranien du Renseignement a annoncé qu'une équipe terroriste soutenue par les services de renseignement de « pays adversaires » avait été « identifiée » et « ciblée ».

    Dans un communiqué, le ministère a déclaré que l'équipe "terroriste" prévoyait d'attaquer et de commettre des actes de terrorisme contre certains des centres les plus sensibles et vitaux du pays avant d'être démantelée par les services de renseignement iraniens.

    Le ministère a déclaré qu'il fournirait plus tard de plus amples détails sur l'opération de sécurité qui a conduit à la neutralisation de l'équipe terroriste.

    Une série d'attaques de sabotage présumées ont visé le programme nucléaire iranien cette année. Les renseignements israéliens ont été blâmés à plusieurs reprises.

    Le 11 avril, un  acte de sabotage qui  aurait été préparé par les services secrets israéliens a visé l'usine iranienne d'enrichissement de combustible de Natanz. Plus tard le 20 juin, un  « arrêt d'urgence temporaire » a  été signalé à la centrale nucléaire iranienne de Bushehr.

    Les forces de renseignement et de sécurité iraniennes ont réagi en renforçant les mesures de sécurité dans toutes les installations sensibles et vitales. À la suite de ces efforts, un complot visant à attaquer un bâtiment de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran (AEOI) dans la ville de Karaj, à 40 km à l'ouest de la capitale Téhéran, a été déjoué le 23 juin.

  • Iran : La centrale nucléaire de Bouchehr reprend ses activités

    Imprimer

    La seule centrale nucléaire de l'Iran, à Bouchehr (sud), a été remise en service, a annoncé lundi 5 juillet 2021 son directeur, deux semaines après sa mise à l'arrêt en raison d'une opération de maintenance, selon les autorités locales. "Le défaut technique (de la centrale) a été résolu" et la production d'électricité a repris depuis dimanche, a déclaré à l'agence iranienne Isna, Mahmoud Jafari, également adjoint de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA).

    Bouchehr est un port du Golfe, plus proche des capitales de plusieurs monarchies de la péninsule arabique que de Téhéran, raison pour laquelle la centrale, construite dans une zone sujette à des fréquents tremblements de terre, inquiète ces Etats. Dans la nuit du 20 juin, l'OIEA avait annoncé la mise à l'arrêt temporaire de la centrale et sa déconnexion du réseau électrique national en invoquant une "défaillance technique", sans préciser la nature du problème. L'organisation avait fait part deux jours après, d'un "problème technique", selon elle, "observé dans le générateur" électrique de l'unité, promettant de le résoudre "dans les plus brefs délais".

    En avril, la région avait été secouée par un tremblement de terre de magnitude 5,8, selon l'institut géologique américain USGS. Le séisme avait fait cinq blessés, selon les médias officiels iraniens. "Toutes les installations, les équipements et les bâtiments de la centrale nucléaire de Bouchehr sont en parfait état et ses activités n'ont pas été interrompues" par le séisme, avait alors indiqué le service des relations publiques de la centrale, dans un communiqué repris par l'agence officielle.

    La centrale de Bouchehr, doté d'un réacteur de 1.000 MW, a été construite par la Russie et a officiellement été livrée en septembre 2013, après des années de retard. Important producteur de pétrole et de gaz, la République islamique souhaite bâtir 20 centrales nucléaires à terme, afin de diversifier ses ressources énergétiques pour être moins dépendante des énergies fossiles pour sa consommation intérieure.

  • Israël : Un navire israélien attaqué dans le nord de l'océan Indien, selon Al-Mayadeen, un organe de presse proche de l'Iran

    Imprimer

    La chaîne de télévision par satellite panarabe .Al Mayadin, proche de l'Iran, a rapporté samedi 3 juillet 2021 qu'un navire israélien avait été attaqué et qu'un incendie se serait déclaré à bord. Le navire se rendait de Djeddah aux Émirats arabes unis. Il s'agirait, selon nos premières informations du CSAV TYNDALL, battant pavillon libérien de la Zodiac Maritime Cy. Il n'y avait pas de personnel israélien à bord et l'attaque n'aurait fait aucune victime.
    E5Y798XWYAQvf4f.jpeg

    Selon un rapport d'Al-Mayadin, citant ses « sources fiables », le navire a été endommagé par « des armes inconnues. Cependant, jusqu'à présent, personne n'a revendiqué la responsabilité de l'incident.

    Un responsable israélien a confirmé que le navire qui a été attaqué dans l'océan Indien appartient à un homme d'affaires israélien.

    Les responsables israéliens de la défense vérifient actuellement si le cargo appartenant à des Israéliens a été attaqué par les forces iraniennes alors qu'il se rendait de Djeddah aux Émirats arabes unis, rapporte la télévision israélienne N12.

    Al-Mayadin a lié l'attaque à une tentative de sabotage qui a visé un bâtiment de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran (AEOI) dans la ville de Karaj, à 40 km à l'ouest de la capitale Téhéran, le 23 juin. La tentative a été déjouée par la sécurité iranienne. L'Iran accuse les renseignements israéliens d'être derrière l'incident.

  • Iran : Un suspect identifié dans le sabotage du site nucléaire de Natanz

    Imprimer

    Karimi Reza.pngSamedi 17 avril 2021, les autorités iraniennes ont révélé avoir identifié le suspect dans le sabotage de l'installation nucléaire de Natanz, qui a eu lieu la semaine dernière. 

    Il s'agit de Reza Karimi (photo), 43 ans, qui a fui à l'étranger quelques jours avant le sabotage. La télévision d'Etat iranienne a diffusé le passeport et la photographie de l'homme; il serait originaire de la ville de Kashan. La manière dont Karimi pouvait accéder à l'un des sites les plus classifiés de la République islamique n'est pas précisée.

    Les autorités ont déclaré que toutes les mesures nécessaires étaient prises pour renvoyer Reza Karimi en Iran. En particulier, il est souligné que Karimi est recherché par Interpol, qui a publié une «notice rouge» spéciale - une demande de fouille et de détention provisoire de la personne désignée en vue de son extradition.

    Dans un reportage télévisé à ce sujet, un certain document a été montré (vraisemblablement une "notice rouge"), qui contenait l'histoire des mouvements de Karimi: Espagne, Émirats arabes unis, Kenya, Éthiopie, Qatar, Turquie, Ouganda, Roumanie et un autre pays, dont la lecture du nom sur l'écran était impossible.

    Vendredi 16 avril, le chef de l'Autorité iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, avait annoncé  que des preuves de sabotage avaient été trouvées sur le site de "Natanz" et qu'il ne s'agissait pas d'un accident. Il a ajouté que les opérations d'enrichissement d'uranium se poursuivaient.

    Lundi 12 avril, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait accusé Israël d'être derrière le ciblage du système énergétique interne, qui fournit les centrifugeuses de l'installation nucléaire de "Natanz". 

    L'accident est survenu quelques heures après que l'Iran ait annoncé le début de l'exploitation de nouvelles centrifugeuses avancées à "Natanz", qui doivent permettre d'enrichir l'uranium plus rapidement.

    Ce n'est pas la première fois que le réacteur nucléaire iranien "Natanz" subit des "accidents" qualifiés de "sabotage". En juillet 2020, 'une mystérieuse explosion s'était produite sur le site. Ls autorités iraniennes n'avaient pas révélé  les détails.

     

  • Iran : "Accident" dans l'installation nucléaire de Natanz, un jour après le lancement de nouvelles cascades de centrifugeuses

    Imprimer

    Un "accident" s'est produit dimanche matin dans l'usine souterraine d'enrichissement d'uranium de Natanz, dans le centre de l'Iran, mais n'a fait ni victimes ni pollution, selon l'agence Fars, qui cite le porte-parole de l'organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA).
    etiVQU1X.jpegLe site souterrain de Natanz est la pièce maîtresse du programme d'enrichissement d'uranium de l'Iran et est surveillé par des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique.
    Fmkl7NuW.jpegIl y a eu "un accident dans une partie du réseau électrique de l'installation d'enrichissement de Chahid-Ahmadi-Rochan", le complexe nucléaire de Natanz, où les autorités iraniennes avaient lancé la veille une quatrième cascade de centrifugeuses avancées de classe IR-2m interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015. Il n'y a "aucun blessé ni aucune pollution" à déplorer, a déclaré à Fars le porte-parole de l'OIEA, Behrouz Kamalvandi. "Les causes de l'accident font l'objet d'une enquête et de plus amples informations seront communiquées ultérieurement", a ajouté Fars en citant M. Kamalvandi.

    Chef d'état major.jpegDe son côté, le journal koweïtien al-Qabas affirme qu'une explosion s'est produite dans l'installation nucléaire de Natanz le matin du 11 avril. La publication ajoute qu'il y aurait des indices qu'Israël pourrait être impliqué dans l'incident. Et comme pour faire écho à l'article du journal koweïtien, le chef d'état-major de Tsahal, en. référence à l'incident de Natanz et au torpillage du navire iranien Saviz, affrété par le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI), le chef d'état-major de Tsahal a déclaré que "les actions de Tsahal à travers le Moyen-Orient ne sont pas cachées aux yeux de nos ennemis. Ils nous observent, voient nos capacités et réfléchissent attentivement à leurs prochaines étapes."

    Téhéran reconnaît un acte "terroriste"
    L'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, dans le centre de l'Iran, où les autorités ont annoncé dimanche une "panne de courant" d'origine suspecte, a été visée par un acte de "terrorisme antinucléaire", selon un communiqué officiel diffusé par la télévision d'Etat.

    "La République islamique d'Iran, tout en condamnant cette action futile, souligne la nécessité pour la communauté internationale et l'Agence internationale de l'énergie atomique de faire face à ce terrorisme antinucléaire", affirme ce communiqué du chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali-Akbar Saléhi.

    Le communiqué n'accuse nommément aucun groupe ou Etat pour cette attaque et ne donne aucune indication sur l'état des installations visées.

    "Cette action reflète (...) l'échec des opposants aux négociations (...) pour lever les sanctions cruelles" des Etats-Unis à l'encontre de l'Iran, ajoute M. Saléhi en référence aux négociations en cours à Vienne pour tenter de faire revenir les Etats-Unis dans l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien et lever les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis 2018. Elle montre aussi "la défaite des opposants au progrès industriel et politique du pays dans le but d'empêcher un développement éclatant de l'industrie nucléaire", juge le chef de l'OIEA.

    M. Saléhi promet que son pays "continuera également de poursuivre sérieusement l'expansion de la technologie nucléaire d'une part et ses efforts pour lever les sanctions cruelles d'autre part, afin de contrecarrer les objectifs des commanditaires de cet acte terroriste". Plus tôt dimanche, le porte-parole de l'OIEA, Behrouz Kamalvandi avait annoncé qu'une "panne de courant" s'était produite dans la matinée dans l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, l'un des principaux centres du programme nucléaire de la République islamique, où avaient été lancées la veille de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.

    Début juillet 2020, une usine d'assemblage de centrifugeuses perfectionnées avait été gravement endommagée par une mystérieuse explosion. Les autorités avaient conclu à un "sabotage" d'origine "terroriste" mais n'ont pas encore fait connaître les résultats de leur enquête. Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali Akhbar Salahi, avait annoncé la construction d'une installation souterraine à Natanz en août 2020 pour remplacer l'atelier de centrifugeuses endommagé lors de l'explosion, nécessaire à l'enrichissement de l'uranium. En octobre, l'AIEA a confirmé que la construction avait commencé, mais il a ensuite été dit que, selon les experts, cela prendrait beaucoup de temps.

    Plus d'informations à propos de l'explosion du 2 juillet 2020
    Le 2 juillet 2020, une explosion avait retenti sur l'installation nucléaire de Natanz. A l'époque, les autorités iraniennes avaient affirmé qu'il n'y avait pas eu de victimes. Quelques jours plus tard, l'édition américaine du New York Times publiait un article intitulé "L'Iran admet de graves dommages à l'installation nucléaire de Natanz". Le sous-titre de l'article ajoutait: "Un officier du renseignement du Moyen-Orient a déclaré qu'Israël avait posé une bombe dans un bâtiment où des centrifugeuses avancées étaient en cours de développement." Les auteurs de la publication étaient le journaliste américain d'origine iranienne Farnaz Fassihi, considéré comme l'un des plus grands experts du Moyen-Orient, le journaliste américain d'origine cubaine Richard Perez-Peña, et l'Israélien Ronen Bergman, un grand expert du renseignement israélien, auteur de plusieurs livres et de nombreux articles sur ce sujet. Selon l'article, l'explosion et l'incendie de la principale installation d'enrichissement du combustible nucléaire iranien avaient non seulement causé des dommages importants, mais aussi ralenti le programme nucléaire iranien pendant plusieurs mois. Un porte-parole bien informé des structures de renseignement de l'un des pays du Moyen-Orient avait déclaré au New York Times que la responsabilité de ce sabotage incombait à Israël. Il avait également affirmé qu'une puissante bombe avait été posée sur l'enceinte de Natanz. Comme l'a écrit le NYT, la version de l'explosion d'une bombe a également été confirmée par l'un des représentants du Corps des gardiens de la révolution islamique, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat. À son tour, l'édition koweïtienne de "Al-Jarida" a affirmé que l'explosion à Natanz était le résultat du travail de pirates israéliens, et le service persan de la chaîne de télévision BBC a parlé de la responsabilité de cette attaque par un certain groupe clandestin "Cheetahs de la patrie ". Cependant, le CGRI a rejeté la version de la cyberattaque. Plus tard, la principale version officielle était le sabotage, pour lequel des employés de l'usine auraient été impliqués.

    Le président Rohani avait inauguré, le 10 avril 2021 le nouvel atelier de centrifugeuses avancées au mépris des négociations pour relancer l'accord international sur le nucléaire iranien
    Le président Hassan Rohani avait inauguré à distance samedi 10 avril 2021 la nouvelle usine d'assemblage de centrifugeuses de Natanz en même temps qu'il donnait l'ordre de mettre en service ou de tester trois nouvelles cascades de centrifugeuses. Ces nouvelles centrifugeuses offrent à l'Iran la possibilité d'enrichir plus vite et en plus grande quantité de l'uranium, dans des volumes et à un degré de raffinement interdits par l'accord conclu en 2015 à Vienne entre la République islamique et la communauté internationale.

    Les Etats-Unis avaient dénoncé cet accord unilatéralement en 2018, rétablissant dans la foulée les sanctions américaines qui avaient été levées en vertu de ce pacte. En riposte, l'Iran s'est affranchi, depuis 2019, de la plupart des engagements clés qu'il avait pris à Vienne pour restreindre ses activités nucléaires. Mais des discussions sont en cours à Vienne entre la République islamique et les autres Etats parties à l'accord de 2015 (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) sur la façon de réintégrer les Etats-Unis au sein de ce pacte conclu dans la capitale autrichienne.

  • L'Iran dit avancer dans sa recherche sur la production d'uranium métal

    Imprimer

    L'Iran a indiqué mercredi 13 janvier 2021 à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avancer dans sa production d'uranium métal pour servir de carburant à un réacteur, ce qui marquerait une nouvelle violation de ses engagements de l'accord international de 2015.
     
    "L'Iran a informé l'Agence dans une lettre le 13 janvier que +la modification et l'installation de l'équipement adéquat pour les activités mentionnées de Recherche et Développement a déjà commencé+", a indiqué l'AIEA dans un communiqué, se référant au projet de l'Iran de mener des recherches sur la production d'uranium métal dans une usine d'Ispahan (centre). Selon Téhéran, cette recherche a pour objectif de fournir du combustible avancé pour un réacteur de recherche à Téhéran.
    "L'uranium naturel sera utilisé pour produire de l'uranium métal dans un premier temps", a indiqué dans un tweet l'ambassadeur iranien auprès de l'AIEA Kazem Gharib Abadi.
     
    Le sujet est sensible car l'uranium métal peut être utilisé comme composant pour des armes nucléaires, et l'accord de 2015 comporte une interdiction de 15 ans sur "la production ou l'acquisition de métaux de plutonium ou d'uranium ou leurs alliages". Il prévoit que l'Iran puisse être autorisé à commencer sa recherche sur la production de combustible à base d'uranium "en petites quantités agréées" au bout de dix ans, mais seulement avec l'autorisation des autres signataires de l'accord.
     
    En 2015, la République islamique et le Groupe des Six (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) ont conclu à Vienne un Plan d'action global commun (PAGC) censé régler la question nucléaire iranienne après douze années de tensions. Mais le président américain Donald Trump en a retiré son pays en 2018 avant de rétablir et d'intensifier des sanctions économiques punitives. En riposte, Téhéran s'est affranchi progressivement depuis 2019 de la plupart de ses engagements pris à Vienne. La tension a encore augmenté d'un cran après l'assassinat fin novembre d'un physicien nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh. Suite à cet assassinat, une loi a été votée en décembre, qui enjoint le gouvernement à reprendre immédiatement ses activités de production d'uranium enrichi à 20%, que l'Iran avait accepté de suspendre lors de la conclusion de l'accord de Vienne. La loi demandait également à l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) de "faire fonctionner une usine de production d'uranium métal" dans les cinq mois.
     
    Téhéran affirme que ses mesures de désengagement sont réversibles immédiatement en cas de levée des sanctions américaines. Le président américain élu Joe Biden, dont l'investiture est le 20 janvier, a dit sa volonté de faire revenir les Etats-Unis à l'accord de Vienne.