Organisation Al Maktoum

  • L'Éthiopie suspend le travail de trois organisations humanitaires, dont l'émirati "Al Maktoum

    Imprimer

    Les autorités éthiopiennes ont décidé de suspendre le travail de trois organisations humanitaires , dont la Fondation Mohammed bin Rashid Al Maktoum pour les œuvres caritatives et humanitaires, après l'avoir accusée d'avoir violé les lois du pays et de mener des activités en dehors de sa juridiction.

    L'agence de presse éthiopienne a cité un comité d'enquête disant que "le travail de 3 organisations, qui sont des institutions étrangères qui ont reçu des licences pour travailler en Éthiopie par l'Agence éthiopienne pour les organisations de la société civile, a été suspendu".

    Les organisations concernées, selon le comité, sont « Médecins sans frontières Pays-Bas, le Conseil norvégien pour les réfugiés et l'Organisation Al Maktoum », en référence à la Fondation Mohammed bin Rashid Al Maktoum pour les œuvres caritatives et humanitaires.

    Le comité a noté qu' "au cours du travail de ces organisations dans diverses opérations humanitaires, et à travers le suivi de ces activités par l'agence éthiopienne, de nombreuses violations des lois ont été révélées".

    Elle a ajouté : « Médecins sans frontières Pays-Bas et le Conseil norvégien pour les réfugiés ont été impliqués dans la diffusion de désinformation via les médias sociaux et d'autres plateformes, en dehors de leur mandat et de l'objectif pour lequel ils ont reçu l'autorisation d'opérer en Éthiopie.

    Et elle a poursuivi: "Les trois organisations ont employé des ressortissants étrangers sans obtenir de permis de travail du gouvernement éthiopien pendant plus de 6 mois."

    Le comité a expliqué : « Médecins sans frontières a importé et utilisé des appareils de communication radio et satellite sans obtenir l'autorisation des autorités compétentes, car les membres de l'organisation ont été arrêtés par les forces de sécurité pour avoir utilisé des appareils à des fins illégales ».

    Elle a souligné qu' "en conséquence, malgré des discussions répétées avec les responsables administratifs des trois organisations, ils n'ont pas pu résoudre la situation".