OPEP

  • Bin Salman et Bin Zayed refusent de recevoir un appel téléphonique de Biden

    Imprimer

    Mercredi 9 mars 2022, un journal américain a révélé que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et le prince héritier d'Abou Dhabi Mohammed bin Zayed ont refusé de recevoir un appel téléphonique du président américain Joe Biden, qui voulait les persuader d'augmenter la production de pétrole de leur pays.

    Le «Wall Street Journal» a déclaré que les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite refusent d'augmenter la production de pétrole et confirment leur engagement envers un plan approuvé par «l'OPEP» et un groupe de producteurs dirigé par la Russie.

    Le journal américain a indiqué que ben Zayed et ben Salmane se sont entretenus la semaine dernière avec le président russe Vladimir Poutine et le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

    Le Wall Street Journal a déclaré que le refus de Bin Salman et Bin Zayed de recevoir l'appel de Biden exprime leur mécontentement quant à l'étendue du soutien de Washington à la guerre au Yémen, ainsi que leur mécontentement quant aux négociations de Vienne.

    détérioration des relations
    Le journal a souligné que les relations des Saoudiens avec Washington se sont détériorées sous l'administration Biden, car ils veulent plus de soutien pour leur intervention dans la guerre au Yémen et une assistance dans leur programme nucléaire face aux progrès de l'Iran.

    Il a ajouté que, selon des responsables saoudiens, Mohammed bin Salman souhaite également l'immunité légale aux États-Unis, où le prince héritier fait face à plusieurs poursuites, dont l'affaire du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018.

    Arabie saoudite et Émirats arabes unis
    Le journal a déclaré que la Maison Blanche a travaillé pour réparer les relations avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, car elle en a besoin à ses côtés à un moment où les prix du pétrole ont atteint plus de 130 dollars le baril pour la première fois en près de 14 ans.

    Il poursuit : "L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont les seuls grands producteurs de pétrole capables de pomper des millions de barils de pétrole supplémentaires, une capacité qui, si elle est utilisée, pourrait aider à calmer le marché du pétrole brut, à un moment où les prix de l'essence aux États-Unis sont à niveaux élevés."

    Dans le même contexte, le site américain "Axios" a révélé que les conseillers du président américain Joe Biden envisageaient de lui organiser une visite en Arabie saoudite ce printemps pour aider à rétablir les relations et persuader le royaume de pomper plus de pétrole.

    Le site Web a déclaré que ce voyage montre la gravité de la crise énergétique mondiale causée par l'opération militaire russe en Ukraine.

    Le prince héritier saoudien, Mohammed bin Salman, a déclaré au magazine américain "Atlantic", que "les États-Unis sont conscients de ce qui doit être fait pour développer leurs intérêts politiques et économiques avec nous".

    Et ben Salmane de souligner : "Tout comme nous avons l'opportunité de faire avancer nos intérêts avec Washington, nous avons l'opportunité de les réduire".

  • Irak : Tirs contre une compagnie pétrolière chinoise dans le sud

    Imprimer

    Un tir de roquette et des coups de feu ont visé, mardi 28 décembre 2021 à l'aube, les locaux d'une compagnie de services pétroliers chinoise dans le sud de l'Irak, sans faire de victimes ni de dégâts, ont indiqué des responsables.

    Six personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête, selon une source de sécurité dans la province pauvre de Dhi Qar, où la prolifération des armes fait des ravages, comme dans le reste de l'Irak.

    "Le siège de la compagnie chinoise ZPEC, active sur le champ Al-Gharraf au nord de Nasariya, a été visé par une attaque à la roquette (RPG-7) et des tirs à balles réelles", a annoncé dans un communiqué le responsable média de la compagnie étatique pétrolière de la province de Dhi Qar, Karim al-Jandil. "Il n'y a pas de dégâts, à part des impacts de balles sur une caravane à l'extérieur. Une roquette qui n'a pas explosé a été retrouvée", a indiqué à l'AFP une deuxième source de sécurité.

    La compagnie chinoise est en charge de creuser des puits sur le champ pétrolier Al-Gharraf. L'attaque serait motivée par "un chantage" pour faire pression sur l'entreprise et garantir des emplois aux habitants du secteur, a estimé un responsable de la compagnie étatique pétrolière.

    Nasariya et sa province ont été un bastion de la contestation anti-pouvoir déclenchée à l'automne 2019 et réprimée dans le sang. Les manifestants fustigeaient pêle-mêle des infrastructures en déliquescence, le chômage des jeunes et la corruption endémique. 

    L'Irak dispose d'immenses réserves d'hydrocarbures. C'est le deuxième pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et l'or noir représente plus de 90% de ses revenus. En novembre, le pays a exporté plus de 98 millions de barils --soit plus de 7,6 milliards de dollars de revenus, selon le ministère du Pétrole.

  • https://www.frontlive-chrono.com du 1er au 3 décembre 2018

    Imprimer

    Dimanche 2 décembre

     


    Lundi 3 décembre

    • Afghanistan: mort d’un quatrième soldat américain

     

     

    • Gaza : six hommes condamnés à mort pour collaboration avec Israël

     

    • Le Qatar quitte l’OPEP le 1er janvier 2019

     

    • Syrie : un dirigeant de Daech tué par un tir de drone américain

     

     

    • Syrie: Plus de 270 combattants de Daech tués dans la nuit du 2 au 3 décembre par l’armée syrienne

       
       
      Tous les articles paraissent en anglais et un certain nombre d'entre eux sont également disponibles en allemand, arabe, chinois, espagnol, indonésien, italien, japonais, néerlandais et suédois. 

    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois