Oicha (Beni)

  • République Démocratique du Congo : La situation à Beni en “détérioration continue" (ONU)

    Imprimer

    Les Nations Unies ont déploré, lundi soir 23 août 2021, une "détérioration continue" de la situation à Beni, dans le Nord-Kivu, province de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) en proie à des attaques de groupes armés depuis plusieurs décennies.

    Dans un bulletin d’informations, le bureau de coordination des affaires de l’ONU (OCHA) estime que "la protection des civils dans le territoire de Beni, notamment dans la zone d'Oicha, ne cesse de se détériorer à cause des attaques armées".

    Durant la première quinzaine d'août, détaille OCHA, "au moins 27 civils ont été tués dans cette zone", la majorité étant morts dans la localité de Mamove, à l'ouest d'Oicha, "où 37 autres civils avaient déjà été tués en juillet 2021".

    Ces exactions provoquent également d'importants déplacements de populations parce qu’à ce jour, “plus de 710 000 personnes sont déplacées dans le territoire de Beni", affirme OCHA.

    Le Nord-Kivu et l'Ituri, voisine, sont depuis début mai en état de siège. Cette mesure exceptionnelle, forme aggravée de l’état de siège, avait été décrétée par le président Felix Tshisekedi pour tenter de mettre fin à la violence des groupes armés.

    Le Premier ministre Jean - Michel Sama Lukonde en déplacement, lundi, à Beni après avoir passé un week-end en Ituri a appelé à “soutenir l'état de siège pour ramener la paix et la sécurité”.

    Il a insisté : "Soutenons les policiers et les Forces armées", a-t-il déclaré adressant un message aux jeunes à se détourner des groupes armés qui cherchent à les enrôler.

    L’armée a récemment affirmé que les rangs du groupe armé le plus sanglant dans la région depuis 2014, Forces démocratiques alliés (ADF), sont à 90 % composés des Congolais.

    Les Forces démocratiques alliées (ADF) sont présentées par l’organisation terroriste Daech comme sa branche en Afrique centrale.

    L’armée américaine a dépêché une mission des forces spéciales pour évaluer les capacités de l’armée congolaise et lui apporter un appui.