Ogero (société de communication)

  • Liban : Avertissement d'une interruption imminente des communications et d'Internet

    Imprimer

    Johny al-Qarm.jpegDimanche 19 décembre 2021, le ministre libanais des Communications a tiré la sonnette d'alarme, mettant en garde contre l'interruption des communications et d'Internet dans le pays en raison de la crise financière et de la pénurie de carburant.

    Johnny Al-Qarm (photo) dans un communiqué, a évoqué "la suspension de certaines stations de communication dans le pays en raison de l'épuisement du carburant diesel (utilisé pour la production d'électricité) ."

    "Nous mettons en garde contre le danger d'une interruption progressive de la communication et d'Internet dans les heures et les jours à venir sur tous les territoires libanais", a-t-il déclaré.

    Il a appelé le gouvernement à fournir les fonds nécessaires à l'autorité (gouvernementale) "Ogero" qui gère le secteur des télécommunications dans le pays.

    Par la suite, le directeur général d'Ogero, Imad Kreidieh, a publié un tweet dans lequel il a déclaré : « En sympathie avec l'appel du ministre des Communications, j'ai été informé par le directeur général de la présidence de la République, Antoine Choucair, que le président (Michel) Aoun avait signé la loi augmentant les crédits alloués à Ogero et que la loi serait promulguée demain, lundi."

    En réponse à l'appel de Son Excellence le Ministre de la Communication @JohnnyCorm, j'ai été informé par M. Antoine Choucair, Directeur Général de la Présidence de la République, que Son Excellence le Président avait signé une loi augmentant les crédits alloués à Ogero et que la loi sera promulguée demain lundi. @LBpresidency @MOT_LB @OgeroTelecom
    (Imad Kreidieh (@ikreidieh) 19 décembre 2021)

    Ogero est affilié au ministère des Communications, mais la société jouit d'une indépendance administrative et constitue l'infrastructure de base de tous les réseaux de télécommunications, y compris les services de téléphonie mobile et Internet.

    Depuis plus de deux ans, le Liban connaît une grave crise économique et financière, qui a provoqué une forte détérioration de la valeur de la monnaie nationale par rapport au dollar, et une pénurie de devises nécessaires à l'importation de carburant pour la production d'électricité.