Nishtun

  • Yémen: Les militants tribaux empêchent les forces saoudiennes d'atteindre un point de passage avec Oman

    Imprimer

    Des hommes armés tribaux dans le gouvernorat d'Al-Mahra, à l'est du Yémen, ont empêché, samedi soir, les forces saoudiennes d'atteindre un poste frontière avec le Sultanat d'Oman, selon des sources locales.

    Les sources ont souligné que les forces saoudiennes faisaient mouvement de l'aéroport international d'Al-Ghaydah dans le gouvernorat d'Al-Mahra, en direction de la frontière du «port de Shehn» avec le Sultanat d'Oman.

    Les sources ont indiqué que des militants tribaux opposés à la présence militaire saoudienne à Al-Mahra, ont intercepté les forces saoudiennes avant leur arrivée au port, et les ont forcées à regagner leur camp dans le district de Hat du même gouvernorat.

    Elleq ont ajouté que les forces saoudiennes s'étaient dirigées vers le "port d'expédition" sous prétexte de livrer un dispositif d'inspection thermique qui serait installé au port, dans le cadre des mesures anti-contrebande.

    Un porte-parole du "Comité de sit-in pacifique dans le gouvernorat d'Al-Mahrah", Salem Balhaf, qui dirige les manifestations pacifiques contre la présence saoudienne dans le gouvernorat, a déclaré que ces initiatives saoudiennes à Al-Mahrah s'inscrivaient dans le cadre de ce qu'il considérait comme l'effort du Royaume pour «occuper» les ports et «contrôler» le Yémen.

    Balhaf a estimé que "la question de la contrebande que l'Arabie saoudite utilise comme excuse pour sa présence à Al-Mahra n'a pas convaincu la communauté locale ou internationale".

    Il a ajouté que le comité de sit-in n'a, en principe, aucun problème avec les intérêts saoudiens pour l'État yéménite, mais que cela doit passer par les voies officielles, avec le consentement du peuple d'Al-Mahrah, et ne pas entraîner la province dans des conflits régionaux.

    Il a déclaré que le comité de sit-in a suspendu ses activités publiques contre la présence saoudienne dans le gouvernorat en raison de la pandémie de Corona, mais il a l'intention de la reprendre dans les prochains jours, jusqu'au départ du dernier soldat saoudien.

    Depuis fin 2017, l'Arabie saoudite a poussé ses forces, ainsi que ses organes militaires et de sécurité, dans le gouvernorat de Mahra, dans le cadre de ce qu'elle dit renforcer la sécurité, contrôler et combattre les opérations de contrebande, selon les déclarations de la coalition arabe dirigée par le Royaume au Yémen.

    En conséquence, un mouvement s'est formé se faisant appeler le Comité de protestation pacifique des fils de Mahra, qui organise de temps à autre des manifestations contre la présence des forces saoudiennes dans le gouvernorat bordant le Sultanat d'Oman, la décrivant comme «forces d'occupation».

    Province d'Al-Mahra
    Al-Mahra possède le plus long littoral du Yémen, estimé à 560 km, surplombant la mer d'Oman. L'aéroport international d'Al-Ghaydah est situé dans le gouvernorat, et deux ports terrestres avec le Sultanat d'Oman sont «Sarfit» et «Shehn», en plus du port maritime de Nishtun.

    La complication du conflit yéménite est encore accrue par le fait qu'il a des implications régionales. Depuis 2015, une coalition arabe dirigée par le voisin saoudien a mené des opérations militaires au Yémen pour soutenir les forces gouvernementales, face aux rebells chiites Houthis, soutenus par l'Iran, et qui contrôlent plusieurs provinces, y compris la capitale Sanaa.