NIGER

  • Niger : manifestations contre la présence militaire française à Niamey et à Dosso

    Imprimer

    Des Nigériens ont manifesté, dimanche 18 septembre 2022, dans la capitale Niamey et à Dosso, une ville située au sud-ouest, afin de protester contre la présence militaire française au Niger et la cherté de la vie.

    À Niamey, les manifestants ont marché sur près de trois kilomètres, de la "Place Toumo" située à la périphérie Est de la capitale à la "Place de la concertation" située devant l'Assemblée nationale.

    Ils scandaient des slogans et portaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "Non à la présence militaire", "La France, dégage", etc.

    "Nous exigeons le départ de la force française Barkhane du territoire nigérien pour l'atteinte à la souveraineté et son mépris envers le peuple nigérien illustré par des tueries multiples des populations civiles, ainsi que ses velléités de déstabilisation du Sahel et l'obstacle que constitue sa présence à l'indispensable collaboration entre le Niger et le Mali dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré Abdoulaye Seydou, un des organisateurs de la manifestation dans un discours applaudi par les manifestants.

    Il a exprimé leur "solidarité" au peuple malien dans sa lutte pour la souveraineté face à la France. Certains manifestants brandissaient aussi des drapeaux russes. Les manifestants ont aussi dénoncé la cherté de la vie, faisant allusion à la récente augmentation du prix du litre du gasoil à la pompe.

    A Dosso, les manifestants se sont rassemblés pour scander les mêmes slogans.

    Les manifestations de Niamey et Dosso ont été organisées à l'appel d'un regroupement de la société civile nigérienne dénommé "M62".

    Lancé le 3 août dernier à l'occasion de la célébration du 63ème anniversaire de l'indépendance du Niger, ce mouvement a appelé à "une union sacrée" pour la sauvegarde de la souveraineté et la dignité du peuple nigérien.

    "Considérant les multiples assassinats de nos populations civiles par la force Barkhane, chassée du Mali et illégalement présente sur notre territoire qu'elle estime conquis pour matérialiser son dessein funèbre de déstabilisation du Sahel, réitérons notre opposition à la présence militaire française dans notre pays et exigeons son départ immédiat", avait annoncé le M62.

  • Niger : huit "terroristes" neutralisés et une vingtaine de leurs "complices" arrêtés

    Imprimer

    L'armée nigérienne a annoncé avoir neutralisé huit terroristes et arrêté une vingtaine de leurs "complices' lors des opérations menées depuis le début de la semaine en cours dans l'ouest et l'est du Niger. L'annonce a été faite dans un communiqué publié jeudi soir 15 septembre 2022 par la direction de la communication des Forces armées nigériennes (FAN).

    "À l'ouest, dans la zone de l'opération NIYA, une unité des FAN s'est accrochée avec des terroristes à hauteur du village de MANDA en début de semaine. Trois terroristes ont été neutralisés au cours de cet échange de tirs et cinq autres lors du ratissage", a rapporté le communiqué.

    "En milieu de semaine, dans le cadre de la poursuite des opérations dans le secteur sud de Téra, cinq motos ont été détruites et un complice des terroristes a été arrêté et remis aux services compétents", a ajouté la même source.

    "À l'est du pays, la situation sécuritaire au niveau du secteur 4 de la Force multidimensionnelle mixte a été marquée par l'arrestation à Toumour de six complices de Boko Haram et de sept suspects terroristes lors d'une reconnaissance offensive au sud de Gueskerou en milieu de semaine", a précisé l'armée, ajoutant que "dans la même période, l'intervention d'une unité des FAN dans un quartier de Nougmi a mis en échec une tentative nocturne d'enlèvement de personnes" et l'arrestation de six complices des assaillants.

    Le Niger est confronté depuis 2015 à des attaques terroristes dans ses parties ouest et est. Les attaques touchant les régions de l'ouest (Tillaberi et Tahoua) sont attribuées aux groupes terroristes opérant dans le nord du Mali, tandis que celles touchant la région de Diffa (sud-est) sont attribuées à Boko Haram.

  • Niger : des organisations de la société civile créent une coalition contre la présence militaire française

    Imprimer

    Une quinzaine d'organisations de la société civile nigérienne ont lancé, mercredi 3 août 2022, un mouvement dénommé "M62: Union sacrée pour la sauvegarde de la souveraineté et de la dignité du peuple", en vue de s'opposer à la présence militaire française au Niger.

    "Considérant les multiples assassinats de nos populations civiles par la force Barkhane chassée du Mali et illégalement présente sur notre territoire qu'elle estime conquis pour matérialiser son dessein funèbre de déstabilisation du Sahel, réitérons notre opposition à la présence militaire française dans notre pays et exigeons son départ immédiat", ont écrit les organisations de la société civile, parmi lesquelles des associations de défense des droits de l'homme et des syndicats.

    "Lançons la semaine de la dignité à compter de ce jour mercredi 3 août marquant le 62ème anniversaire de la date de proclamation de l'indépendance du Niger et engagerons à cet effet toutes les citoyennes et tous les citoyens à se constituer en comité citoyen pour la dignité dans les quartiers, les villages et les communes, en organisant des initiatives de sensibilisation", ont ajouté les organisations de la société civile. Elles ont, en outre, lancé un appel "à tous les syndicats, les organisations de la société civile, les universitaires, les hommes des médias, les transporteurs, les agriculteurs, les éleveurs et les leaders religieux" à se joindre à elles "pour la défense et la sauvegarde de la souveraineté et de la dignité du peuple dangereusement menacées".

    Elles ont aussi appelé à "une journée de protestation à travers l'organisation d'une marche pacifique suivie de meetings le mercredi 17 août 2022 à partir de 9h sur l'ensemble du territoire national notamment dans tous les chefs-lieux de communes, de départements et de régions".

    La création du M62 intervient dans un contexte de redéploiement de Barkhane au Niger, après la décision des forces françaises et européennes de quitter le Mali suite au désaccord avec les autorités de transition maliennes.

    Depuis plusieurs semaines des convois de Barkhane arrivent au Niger. Ces derniers jours, des véhicules et camions de ces convois ont été impliqués dans des accidents de la route qui ont fait au moins quatre morts et plusieurs blessés.

    Mardi, le nouveau commandant de Barkhane Général Bruno Baratz a été reçu en audience par le président Mohamed Bazoum. Dans un entretien à la presse, il a indiqué que 6000 conteneurs de Barkhane attendent encore d'être acheminés du Mali vers le Niger.

  • Niger : l'état d'urgence prorogé à Diffa et dans quinze départements de Tahoua et Tillaberi

    Imprimer

    Le gouvernement nigérien a prorogé, jeudi 28 juillet 2022, l'état d'urgence dans la région de Diffa (sud-est) et dans quinze (15) départements des régions de Tahoua (nord-ouest) et de Tillaberi (ouest), en raison de la persistance des attaques armées.

    La décision a été prise à l'issue de la réunion hebdomadaire du conseil des ministres.

    "Le conseil des ministres a adopté le projet d'ordonnance portant prorogation de l'état d'urgence dans la région de Diffa et dans certains départements des régions de Tahoua (départements de Tassara et de Tillia) et de Tillaberi (départements de Ouallam, d'Ayerou, de Bankilaré, d'Abala, de Banibangou, de Say, de Torodi, de Téra, de Tillaberi et de Gothèye", a indiqué le communiqué publié à l'issue du conseil.

    À travers un deuxième projet d'ordonnance, le gouvernement a instauré l'état d'urgence dans trois autres départements de Tillaberi, à savoir Kollo, Flingué et Balieyera.

    Selon le communiqué, la région de Diffa et les départements concernés de Tahoua et Tillaberi "font l'objet d'attaques organisées par des groupes terroristes, mettant en péril l'ordre public et la sécurité des populations".

    Selon le communiqué, l'état d'urgence est prorogé pour une période de trois mois à partir du 03 août prochain.

    Confrontée aux attaques de groupes terroristes armés, la région de Diffa est sous état d'urgence depuis 2015, suite aux premières attaques enregistrées.

    Frontaliers du Mali et du Burkina Faso, les départements des régions de Tahoua et Tillaberi ont été placés sous l'état d'urgence depuis 2017, suite à des attaques attribuées aux groupes terroristes opérant dans le nord du Mali.

    Lien permanent Catégories : Diffa, NIGER, Tahoua, Tillaberi 0 commentaire
  • Niger et Bénin signent un accord de coopération militaire contre le terrorisme

    Imprimer

    Le ministre nigérien de la Défense nationale Alkassoum Indatou et son homologue béninois Nouatin Fortuney Alain ont signé un accord de coopération militaire entre leurs deux pays à l'occasion d'une visite de travail effectuée par le ministre béninois à Niamey.

    "Le Bénin et le Niger vont désormais mener une lutte commune contre le terrorisme", a rapporté la page Facebook officielle du ministère de la Défense nationale.

    "L'accord de coopération militaire entre les deux pays a été signé le 11 juillet 2022 à Niamey par les deux ministres de la Défense nationale Alkassoum Indatou et Dr Nouatin Fortuney Alain", a ajouté la même source, précisant que l'accord découle des travaux de la première réunion sur le renforcement de la coopération militaire.

    "Ça fait 10 ans que le Niger fait face à ce terrorisme, ça fait donc 10 ans que le Niger, progressivement, s'est relevé et a dominé la situation", a indiqué le ministre Nouatin Fortuney Alain, précisant que l'accord de coopération militaire permettra à son pays de "tirer beaucoup d'expériences du Niger" en matière de lutte contre le terrorisme.

    "Si aujourd'hui nos frères du Bénin montrent leur besoin de coopérer avec nous, c'est qu'ils besoin de coopérer avec nous, c'est qu'ils ont besoin de notre aide, de notre expérience,

    c'est en effet un devoir pour nous de le faire", a indiqué le ministre nigérien de la Défense nationale. Le Niger et le Bénin partagent plus de 200 kilomètres de frontières et sont tous deux membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (Cédéao). Le Niger est confronté depuis 2015 aux attaques terroristes, tandis que le Bénin a enregistré ses premières attaques en décembre 2021 dans sa partie nord.

  • Niger : 8 militaires tués et une cinquantaine de "terroristes" neutralisés dans le sud-ouest

    Imprimer

    Huit militaires nigériens ont été tués et trente-trois autres blessés, dont six graves, mardi 14 juin 2022, dans une attaque au sud-ouest du pays, ont annoncé les autorités nigériennes. L'annonce a été faite dans un communiqué publié mardi soir par le ministère de la Défense nationale.

    "Ce jour, mardi 14 juin 2022, aux environs de 05h30, le détachement de la Gendarmerie nationale de Waraou, en mission de sécurisation des villages environnants, a fait l'objet d'une attaque par des groupes armés terroristes aux guidons de plusieurs dizaines de motos et de véhicules", a indiqué le communiqué.

    Du coté des assaillants, le bilan fait état d'une cinquantaine de morts et de plusieurs blessés "emportés par l'ennemi dans son repli". 

    "La réaction énergique des éléments du détachement avec le renfort terrestre et aérien tant national que celui des partenaires, a permis de mettre en déroute l'ennemi", a ajouté la même source.

    La localité de Waraou où a lieu l'attaque est située dans le département de Téra et la zone dite des trois frontières, près du Burkina Faso.
    Carte.jpeg

    Le 9 juin 2022, le Président nigérien, Mohamed Bazoum, s'était rendu dans la ville de Téra et quelques villages du département où il a rencontré des populations ayant fui leurs villages et hameaux à cause des attaques de groupes armés. "Nous sommes en train de combattre le phénomène du terrorisme. Nous le combattons sans relâche. La pression exercée par les groupes terroristes sur la population ne dissuadera pas l’armée de les combattre sans répit. Notre armée va occuper l’espace", a-t-il indiqué dans une déclaration.

  • Niger : Plus de 800 combattants de Boko Haram neutralisés dans le Lac Tchad

    Imprimer

    La Force multinationale mixte (FMM) a annoncé avoir neutralisé plus de 800 djihadistes de Boko Haram lors d'une opération menée dans le Lac Tchad, du 28 mars au 4 juin 2022. L'annonce a été faite dans un communiqué publié mardi 7 juin 2022 par l'état-major du secteur 4 de la Force multinationale mixte, basé à Diffa au Niger.

    "Dans le but de créer un environnement sûr et sécurisé dans la région du bassin du Lac Tchad et contribuer à stabiliser la situation dans les zones touchées par les activités terroristes, la Force multinationale mixte (FMM) a conduit du 28 mars au 4 juin 2022, une opération conjointe dans les îles du Lac Tchad et les localités voisines", a indiqué le communiqué.

    "Il s'agissait de neutraliser par air, terre et sur les eaux du Lac Tchad, les terroristes de Boko Haram et de l'État islamique en Afrique de l'ouest (BH/ISWAP)", a ajouté la même source, précisant que près de trois mille (3000) soldats ont été engagés dans l'opération.

    "Sur l'ensemble de l'opération, plus de 805 terroristes ont été neutralisés", a noté le communiqué, ajoutant que "la Force déplore malheureusement la perte de sept 7soldats tombés au champ d'honneur et 41 blessés".

    La Force multinationale mixte est composée d'éléments des forces armées du Bénin, du Cameroun, du Nigeria, du Niger et du Tchad. Depuis 2015 elle participe à la lutte contre le groupe islamique Boko Haram  et l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) dans ces pays.