Niamey

  • Mali : Les autorités maliennes refusent le survol d'un avion militaire allemand

    Imprimer

    Le Mali a refusé, dans la soirée du mercredi 19 janvier 2022, le survol d'un avion de transport de la Bundeswehr avec 75 soldats à destination de Niamey. Le contingent allemand devait ensuite rejoindre la base de Gao. 

    L'avion A400M (reg.54+12) en provenance d'Istres a dû faire demi-tour et être détourné vers Grande Canarie. A noter que, selon des rapports initiaux, le vol avait été approuvé à l'avance par les autorités locales. 

    Comme le note le journaliste Wassim Nasr, les pourparlers avec la MINSUMA n'ayant pas abouti, tous les vols onusiens sont cloués au sol depuis vendredi. Hors transferts médicaux.

    Comme le note Sethim, l'avion militaire allemand pouvait bien survoler le territoire malien et atterrir au Mali. Seulement il n’avait pas le droit de traverser la frontière aérienne/terrestre Mali-Niger à cause de l’embargo imposé au Mali par la CEDEAO et Soutenue par l’Union Européenne donc l’Allemagne.

    Par ailleurs,  le meilleur itinéraire pour cet avion se rendant au Niger était de passer par l’Algerie. L’Algérie a-t-elle refusé elle aussi le survol de l'avion militaire allemand ? Dans la négative, le fait de vouloir survoler le Mali pourrait être considéré comme de la provocation vis-à-vis du Mali.

    On sait que l'Allemagne, la Suède et l'Union Européenne s'interrogent sur la poursuite de leur engagement militaire au Mali, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamique.

    Cela fera bientôt neuf ans que l'Allemagne est engagée sur le terrain malien. Le 27 juin 2013, c'est-à-dire au début de la MINUSMA, le Bundestag avait approuvé la participation de l'armée allemande. . Les députés allemands ont renouvelé le mandat de leur armée chaque année. Le mandat actuel s’achève le 31 mai 2022. 

    Les Allemands n'envisagent pas encore un retrait total mais plutôt un déploiement moins important. Le contingent de 1 100 soldats allemands, pour la plupart basés à Gao au Mali, pourrait être revu à la baisse. Sa mission essentielle de formation des militaires maliens fait encore sens, selon Paris, qui veut essayer de convaincre son partenaire allemand qu’il est encore pertinent de rester.

    De son côté, le gouvernement suédois a annoncé le 14 janvier 2022 sa volonté de mettre fin à sa participation à la force antiterroriste Takuba en action au Mali.  La Suède a envoyé en février 2020 une force de 150 hommes, avec des hélicoptères. Une centaine de militaires danois viennent d’arriver au Mali, pour les remplacer.

    La Suède avait la possibilité d’envoyer 100 hommes supplémentaires, option qui n’a pas été utilisée. Et surtout, elle a décidé de ne pas renouveler ce mandat. C’est un coup dur car Stockholm était de loin le plus grand contributeur de la force Takuba derrière la France.

    Pourquoi ce départ suédois ? La Suède renonce à soutenir la junte militaire au pouvoir à Bamako, qui repousse sans cesse les élections. Mais dans la presse suédoise on a surtout l’impression que c’est la présence des mercenaires russes du groupe Wagner qui a emportée la décision. La Suède est en ce moment dans une phase de tension avec la Russie, qui ne veut pas que le royaume nordique rejoigne l’Otan. Alors un accrochage entre Russes et Suédois, au Mali, ce serait le scénario-catastrophe pour Stockholm. D’ailleurs le désengagement suédois pourrait ne pas s’arrêter là. Le pays s’interroge aussi sur sa participation à la MINUSMA, où il compte 220 autres soldats.

  • Niger : les autorités ferment trois sites touristiques près de Niamey pour des "raisons sécuritaires"

    Imprimer

    Les autorités nigériennes ont annoncé la fermeture de trois sites touristiques dans les environs de Niamey, la capitale du pays, pour des "raisons sécuritaires".

    L'annonce a été faite dans un communiqué du gouverneur de Niamey, Oudou Ambouka.

    Il s'agit des sites "La Pilule" situé sur la route de Say, "le Kanazi" situé sur la route de Tillabéri et "les Dunes de Elleket" sur la route de Namaro, a précisé le communiqué rendu public mardi 5 octobre 2021.

    "Cette mesure qui prend effet immédiatement restera en vigueur jusqu'à nouvel ordre", a ajouté la même source, sans donner plus de détails sur les menaces sécuritaires identifiées.

    Les trois sites sont des lieux touristiques et de loisirs qui accueillent aussi bien des clients nigériens que des expatriés. Ils sont tous situés autour de la capitale Niamey.

    En août 2020, six humanitaires français et deux nigériens qui les accompagnaient, ont été tués dans une attaque dans la réserve touristique de Kouré située à une cinquantaine de kilomètres de Niamey.

    L'attaque avait été revendiquée par un groupe affilié à l'Etat islamique.