Ngwom

  • Nigeria : L'Etat islamique déjoue une attaque des forces nigerianes - 30 soldats tués

    Imprimer

    L'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) affirme avoir repoussé une offensive à grande échelle des forces armées nigérianes contre leurs repaires dans l'État de Borno, dans le nord-est du pays.

    L'attaque, qui a eu lieu le 15 octobre, visait des caches dans le village de Duska, près de la ville de Brati. Les terroristes ont repoussé l'attaque à la suite de violents affrontements. Selon l'agence de presse Amaq, affilié à l'Etat islamique, les troupes gouvernementales ont été contraintes de battre en retraite.

    L'Etat islamique a affirmé qu'au moins 30 soldats nigérians avaient été tués et de nombreux autres blessés au cours des affrontements. Les jihadistes ont également capturé cinq camionnettes, deux véhicules blindés de transport de troupes et des chargements d'armes.

    L'Etat islamique, qui maintient une présence assez importante dans la région du lac Tchad, a récemment intensifié ses attaques contre les établissements civils.

    Le 12 octobre, l'Etat islamique a massacré 14 civils qui travaillaient sur leurs terres agricoles près de la ville de Ngwom. Le 15 octobre, une attaque similaire a visé la ville de Kuji. Au moins six habitants de la région ont été tués. Amaq a mis en ligne des photos de l'attaque.

    Le 16 octobre, les jihadistes avaient pris pour cible un véhicule militaire des forces gouvernementales près de la ville de Dambu, tuant et blessant un certain nombre de soldats.

    Les forces gouvernementales nigérianes ne parviennent pas à contrer la menace croissante de l'Etat islamique dans la province de Borno. La frontière floue près du lac Tchad permet aux terroristes d'agir.