Nguetchewe

  • Cameroun : Deux civils tués et huit femmes enlevées par le groupe jihadiste Boko Haram dans l'Extrême-Nord

    Imprimer

    Deux civils ont été tués et huit femmes enlevées, lundi, par des présumés terroristes de Boko Haram dans l'Extrême-Nord du Cameroun, a-t-on appris mardi de sources sécuritaires.
    « Lundi vers 13h (heure locale), des éléments de Boko Haram ont attaqué des cultivateurs qui effectuaient des travaux champêtres à Guichiri, localité située à 2 kilomètres de de la frontière avec le Nigeria », a indiqué le commandant du secteur 1 de la Force Mixte Multinationale, le Général Bouba Dobekréo.
    La même source a précisé que deux personnes ont été retrouvées égorgées après cette attaque et « huit femmes kidnappées dans leur champs ».
    « Des recherches ont été engagées pour retrouver les huit otages », a-t-il encore précisé.
    Le groupe terroriste nigérian a récemment multiplié les attaques dans l'Extrême-Nord du Cameroun, certaines zones étant devenues inaccessibles à cause des fortes pluies qui s’abattent dans la région.
    Le 2 août dernier, au moins 19 personnes ont été tuées et 16 autres blessées au cours d’un assaut de Boko Haram contre un camp de déplacés dans la localité de Nguetchewe, un village frontalier avec le Nigeria dans l’Extrême-Nord du Cameroun.
    Boko Haram, dont l’insurrection a débuté en 2009 au Nord-est du Nigeria, a étendu ses attaques au Niger, au Tchad et au Cameroun. Bien qu’affaibli, il reste très actif dans l’Extrême-Nord du Cameroun, où vivent quatre millions de personnes.

  • Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 18 morts parmi la population civile

    Imprimer

    (photo en titre : la population de Nguetchewe enterre ses morts)

    Au moins 18 civils ont été tués au Cameroun dans une attaque attribuée au groupe Boko Haram, ont rapporté les médias locaux dimanche 2 août.
    L'attaque qui a eu lieu, samedi soir, dans le village de Nguetchewe a également fait 11 blessés graves dans la région, selon le journal local L'Oeil du Sahel.
    Boko Haram a lancé une insurrection sanglante dans le nord-est du Nigeria en 2009, mais a ensuite étendu ses atrocités aux pays voisins, le Niger, le Tchad et le Cameroun, ce qui a entraîné une réponse militaire.
    Plus de 30 000 personnes ont été tuées et près de 3 millions ont été déplacées au cours des dix années d'activités terroristes de Boko Haram au Nigeria, selon le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies.