Nawa

  • Afghanistan: Poursuite des combats dans la province de Helmand

    Imprimer

    Alors que les "négociations de paix" au Qatar sont au point mort dans leur phase préliminaire, la situation sur le terrain en Afghanistan est extrêmement critique , en particulier dans la province de Helmand, où l'on craint qu'une milice locale ait rejoint les talibans.

    Entre le 12 et le 14 octobre, de multiples attaques se sont produites dans au moins 4 provinces d'Afghanistan, dont Kaboul, Herat et Baghlan. La situation la plus critique est celle de la province méridionale de Helmand, où les affrontements entre les forces gouvernementales et les talibans sont entrés dans leur cinquième jour. Les combats se poursuivent dans plusieurs parties de Lashkargah, la capitale provinciale de Helmand, et dans le district de Nadi Ali. En outre, le 14 octobre, au moins 9 Afghans sont morts lorsque deux hélicoptères MI-17 de l'Armée nationale afghane (ANA) "se sont écrasés en raison de problèmes techniques" dans le district de Nawa, également dans la province d'Helmand.

    Des 'affrontements avaient déjà eu lieu le 8 octobre. Et entre les 10 et 11 octobre, les islamistes ont lancé une nouvelle offensive dans la périphérie de Lashkargah. Dans la nuit du 12 octobre, des commandos de l'armée afghane ont lancé une contre-offensive dans le même secteur avec l'appui d'un soutien aérien américain. Le 13 octobre, les combats avaient lieu le long de la route 601, dans le district de Nad Ali et dans le secteur de Babaji. Au moins 23 talibans auraient été tués lors des derniers combats tandis que les forces de sécurité afghanes installaient cinq nouveaux postes de contrôle dans le district de Nad Ali.

    On ignore encore le nombre de victimes civiles. On sait seulement qu'environ 4 000 civils Afghans ont dû abandonner leurs maisons en raison des affrontements.

    Lors de leur offensive, les talibans ont réussi à s'emparer de plusieurs postes de contrôle dans la zone de Lashkargah connue sous le nom de PD4 et dans certaines zones de Nawa et Nad-e-Ali. «Les jeunes du Helmand se battent aux côtés des forces de sécurité pour écraser les ennemis de la patrie. Ce sont les garçons du Helmand et du pays », a déclaré le général Nazar, commandant de l'armée nationale afghane (ANA).

    Groupe Sangorian
    Des soupçons pèsent sur les membres du "groupe Sangorian", une force locale qui avait soutenu le gouvernement de Kaboul contre les Taliban dans le passé, et était chargée de la sécurité le long de l'autoroute Helmand-Kandahar et de la ceinture de sécurité de Lashkargah. Selon des sources locales, le groupe "a évacué les postes de contrôle sans opposer aucune résistance aux talibans",

    Le groupe Sangorian tire son nom d'un programme télévisé turc d'agents infiltrés. Les membres de la milice sont des musulmans sunnites et ressemblent à des militants talibans: ils ont de longues barbes, portent des turbans noirs de style taliban et sont équipés d'armes légères et lourdes. Le groupe a été créé avec le soutien de la Direction de la sécurité nationale (NDS) du gouvernement de Kaboul en janvier 2016, et a combattu des militants islamistes à Lashkargah, la capitale de la province de Helmand, ainsi que dans les districts de Nad-e. -Ali, Gereshk et Nawa. La milice n'est opérationnelle que dans le Helmand et comprend environ 2 000 combattants.