Natanz

  • L'Iran développe des armes nucléaires, affirment les agences de renseignement allemandes

    Imprimer

    Le Service fédéral pour la protection de la Constitution de l'Allemagne a présenté un rapport dont les conclusions indiquent que la République islamique d'Iran intensifie ses efforts pour créer des armes nucléaires et leurs vecteurs, et est également engagée dans l'exportation de la technologie des missiles .

    Le rapport de 378 pages indique que le programme de missiles de l'Iran est l'un des plus importants de la région. Le service rapporte qu'en 2021 seulement, au moins 59 cas de possibles violations par l'Iran de l'accord sur le sort du programme nucléaire ont été enregistrés.

    Des tentatives d'accès aux technologies et aux équipements utilisés dans le développement nucléaire ont également été signalées. Un citoyen allemand d'origine iranienne a été arrêté alors qu'il tentait d'acheter du matériel pour le laboratoire.

    Il convient de noter que le 8 juin, le Conseil des gouverneurs de l'AIEA a approuvé une résolution contenant des critiques à l'encontre de l'Iran pour une coopération insuffisante et des tentatives de dissimulation d'informations sur son programme nucléaire. La discussion a été initiée par l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis.

    Le Conseil des gouverneurs de l'AIEA adopte une résolution condamnant l'Iran
    Mercredi 8 juin, le Conseil des gouverneurs de l'AIEA a approuvé une résolution critiquant l'Iran pour son manque de coopération et ses tentatives de dissimulation d'informations sur son programme nucléaire.

    La discussion a été initiée par l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis.

    Sur les 35 pays membres du Conseil, 30 ont appuyé la résolution. L'Inde, la Libye et le Pakistan se sont abstenus. La Russie et la Chine ont voté contre

    La résolution appelle l'Iran à coopérer avec l'AIEA et exprime sa profonde inquiétude quant au fait que les autorités de la République islamique n'ont pas fourni d'explications satisfaisantes pour les traces d'uranium trouvées sur trois sites non déclarés.

    Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a salué la décision du Conseil des gouverneurs de l'AIEA. "C'est une décision importante qui révèle le vrai visage de l'Iran. De nombreux pays qui ont voté pour la résolution ont agi ensemble pour bloquer et empêcher l'Iran d'obtenir des armes nucléaires. Le vote d'aujourd'hui à l'AIEA est un signal d'avertissement clair pour l'Iran. Si Téhéran poursuit son activité, les principales puissances devraient ramener la question iranienne au Conseil de sécurité », a déclaré Bennett.

    L'Iran a commencé l'installation de centrifugeuses supplémentaires à l'usine de Natanz
    L'Iran a commencé à installer des centrifugeuses Ir-6 dans l'un des clusters de l'installation nucléaire souterraine de Natanz, conformément à un plan publié précédemment, mais les autorités de la République islamique ont maintenant l'intention d'ajouter deux autres clusters ou cascades de ce type. Cela a été rapporté par Reuters en référence à l'AIEA.

    Une source de l'AIEA a déclaré à l'agence que l'installation de clusters supplémentaires n'avait pas encore commencé.

    Plus tôt, les médias iraniens, rendant compte du développement de la nouvelle génération de centrifugeuses IR-9, avaient rapporté que les performances de l'IR-6 sont 10 fois supérieures à celles des centrifugeuses IR-1 de première génération, et que les performances de l'IR-9 sont plus 50 fois supérieur à celui de l'IR-1.

     

  • Iran: 1 000 agents du Mossad ont mené trois opérations majeures à l'intérieur de l'Iran, affirme un journal américain

    Imprimer

    Le New York Post affirme qu'un millier d'espions du Mossad israélien ont mené 3 opérations majeures contre des sites nucléaires iraniens au cours des 18 derniers mois.

    Le journal américain a déclaré que des avions sans pilote, un quadricoptère et des armes de haute technologie ont été utilisés pour mener ces attaques visant des sites nucléaires, avec l'aide de systèmes espions implantés dans le « programme nucléaire ».

    Alors que les négociateurs nucléaires américains tentent d'éviter un échec à Vienne, Israël a pris les choses au sérieux. La stratégie est basée sur les vastes capacités que le Mossad a mis en place en Iran ces dernières années. »

    Le journal américain affirme qu'"en février, le journal "Jewish Chronicle of London" avait révélé comment des espions israéliens avaient tué le scientifique nucléaire Mohsen Fakhrizadeh à l'aide d'une mitrailleuse télécommandée. Il ajoute que l'effort de sabotage tripartite du 2 juillet 2020, avait commencé par une mystérieuse explosion au centre iranien de Natanz qui abrite des centrifugeuses avancées (ICAC). Natanz est l'un des sites nucléaires ultra-sécurisés disséminés dans tout l'Iran. 

    Le journal poursuit : « Au début, les Iraniens étaient confus et il leur semblait que le bâtiment avait explosé de l'intérieur, mais comment ? La réponse, disent-ils, les a choqués. Lorsque le régime iranien avait rénové l'installation en 2019, des agents israéliens, prétendant être des spécialistes de travaux publics, leur avaient vendu des matériaux de construction. » Mais ces matériaux de construction étaient bourrés d'explosifs, et un an plus tard, Israël a déclenché l'explosion».  

    Le journal écrit encore que « la deuxième étape et la plus dangereuse a été le recrutement d'espions iraniens composés de 10 scientifiques nucléaires. Le Mossad avait réussi à les convaincre qu'ils travaillaient pour des dissidents internationaux, pas pour au bénéfice d'Israël. Les scientifiques avaient eu accès aux salles souterraines et, incroyablement, ils ont accepté de faire sauter l'installation hautement gardée ."

    Une source israélienne a déclaré au journal : « Leurs motivations étaient diverses. Le Mossad a découvert ce qu'ils voulaient désespérément dans leur vie et le leur a donné. Il y avait un cercle restreint de scientifiques qui en savaient plus sur l'opération, et un cercle extérieur qui les a aidés. Ce dernier cercle avait moins d'informations."

    Le journal a souligné que "le mystère de l'introduction des explosifs dans l'enceinte fortifiée a été un véritable challenge pour le Mossad israélien, et cela a été réalisé de deux manières. La première était qu'un drone a volé dans l'espace aérien de la centrale et a livré les bombes à un endroit convenu avec les scientifiques iraniens pour qu'ils puissent les récupérer. » Une source a déclaré au journal : « Supposons que vous vouliez introduire des explosifs dans l'installation de Natanz, comment allez vous faire ? Vous pouvez, par exemple, penser que les personnes qui travaillent sur place ont besoin de manger, qu'elles ont besoin de nourriture. Vous pouvez donc mettre les explosifs dans le camion qui livre la nourriture à l'installation, et les scientifiques peuvent les récupérer dès qu'ils arrivent, oui, vous pouvez le faire".

    Le New York Post a indiqué que le plan a réussi, car les scientifiques ont collecté et installé les bombes en avril, après que l'Iran ait annoncé qu'il avait commencé à utiliser des centrifugeuses avancées IR-5 et IR-6 dans le hall souterrain au mépris de ses engagements nucléaires. Les explosifs ont explosé, détruisant le système d'alimentation électrique, provoquant des pannes de courant et détruisant quatre-vingt-dix pour cent des centrifugeuses, ce qui a conduit l'installation à cesser de fonctionner pendant neuf mois, tandis que les scientifiques ont immédiatement disparu, et aujourd'hui ils sont tous vivants et en bonne santé " .

    Le journal a révélé qu'"au cours des mois précédents, une équipe d'espions israéliens et leurs agents iraniens ont introduit en contrebande un quadricoptère armé dans le pays, morceau par morceau. Le 23 juin, l'équipe l'a remonté et le groupe l'a transporté vers un site à 10 miles de l'usine TESA de Karaj où se trouve l'entreprise. Iranienne  Centrifuge Technology (TESA). Les agents ont lancé le quadricoptère, l'a dirigé vers l'usine et a libéré la charge utile, provoquant une énorme explosion. L'avion est ensuite retourné au site de lancement, où il a été caché pour une utilisation ultérieure."

    Le Washington Post a souligné que ces opérations ont eu lieu alors que les négociations se poursuivaient à Vienne, ajoutant que les opérations du Mossad ont été menées sans coopération internationale. Le journal conclut que « tandis que l'équipe de Biden cherchait naïvement un accord à Vienne, les Iraniens développaient leur armement nucléaire. C'est pourquoi le Mossad a essayé de les arrêter.

     

  • Iran : Nouvelle d'une explosion mystérieuse dans la centrale nucléaire de Natanz

    Imprimer

    Une explosion ou deux explosions qui soulèvent des points d'interrogation. L'importante explosion a recouvert le ciel de la centrale nucléaire de Natanz et une épaisse fumée a été observée à cet endroit.. Nour News a expliqué qu'il s'agissait d'un test. Des responsables de la sécurité iranienne ont déclaré à Nour News que l'explosion était un test de la réaction rapide du système de défense antimissile du pays. Ils ont précisé que l'explosion était le résultat de l'explosion contrôlée d'un missile tiré par le système de défense aérienne dans le ciel de la zone de Badrud près de l'installation de Natanz.

    Une autre version, donnée par l'agence de presse iranienne Daneshjo, est que deux drones survolaient la centrale nucléaire de Natanz et que  les défenses aériennes ont ouvert le feu sur ces objets non identifiés qui survolaient l'installation nucléaire de Natanz. Elle a expliqué que les deux drones se trouvaient à environ 20 kilomètres de l'installation nucléaire de Natanz, ajoutant qu'un drone a été abattu après que les défenses aériennes iraniennes stationnées à proximité de l'installation aient été mises en action.

    Mais le gouverneur de Natanz a déclaré que la cause était inconnue et qu'il y aura une enquête, ce qui semble contredire l'affirmation qu'il s'agissait d'un test.

    L'installation de Natanz a subi plusieurs attaques et est l'une des installations nucléaires les plus importantes, dans laquelle l'uranium est enrichi à 60 %. La dernière attaque contre cette installation nucléaire a eu lieu en avril dernier, et l'Iran a accusé Israël d'être derrière l'attaque.

     

     

  • Iran : Découverte et élimination d'une équipe "terroriste" soutenue par l'étranger

    Imprimer

    Mercredi 15 septembre 2021, le ministère iranien du Renseignement a annoncé qu'une équipe terroriste soutenue par les services de renseignement de « pays adversaires » avait été « identifiée » et « ciblée ».

    Dans un communiqué, le ministère a déclaré que l'équipe "terroriste" prévoyait d'attaquer et de commettre des actes de terrorisme contre certains des centres les plus sensibles et vitaux du pays avant d'être démantelée par les services de renseignement iraniens.

    Le ministère a déclaré qu'il fournirait plus tard de plus amples détails sur l'opération de sécurité qui a conduit à la neutralisation de l'équipe terroriste.

    Une série d'attaques de sabotage présumées ont visé le programme nucléaire iranien cette année. Les renseignements israéliens ont été blâmés à plusieurs reprises.

    Le 11 avril, un  acte de sabotage qui  aurait été préparé par les services secrets israéliens a visé l'usine iranienne d'enrichissement de combustible de Natanz. Plus tard le 20 juin, un  « arrêt d'urgence temporaire » a  été signalé à la centrale nucléaire iranienne de Bushehr.

    Les forces de renseignement et de sécurité iraniennes ont réagi en renforçant les mesures de sécurité dans toutes les installations sensibles et vitales. À la suite de ces efforts, un complot visant à attaquer un bâtiment de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran (AEOI) dans la ville de Karaj, à 40 km à l'ouest de la capitale Téhéran, a été déjoué le 23 juin.

  • Israël : Un drone iranien a été abattu au-dessus du territoire israélien mardi 18 mai, dénonce Netanyahu

    Imprimer

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu'un avion sans pilote abattu dans la matinée du 18 mai dans la région d'Emek HaMayayot s'est avéré être iranien.

    Netanyahu a fait cette révélation lors d'une conversation avec le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas.

    "Il y a deux jours, l'Iran a envoyé un drone armé d'Irak ou de Syrie vers le territoire israélien - un drone armé que notre système de défense antimissile a intercepté à la frontière avec la Jordanie. Et cela en dit long. Le véritable patron du terrorisme au Moyen-Orient est l'Iran, "A déclaré Netanyahu.

    Le drone a été abattu par les forces de défense aérienne de Tsahal peu de temps après avoir traversé la frontière israélienne.

    Revendication iranienne
    De leur côté, le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran revendiquent avoir fait exploser une usine de missiles et la raffinerie de Haïfa à l'intérieur d'Israël
    Le commandant en chef du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran, le général de division Hossein Salami, a évoqué le bombardement d’une usine de fabrication de missiles et le bombardement de la raffinerie de Haïfa, à l’intérieur d’Israël.
    Hussein Salami, dans son discours au cours d'une manifestation de soutien au peuple palestinien à Téhéran, a affirmé que << l'entité sioniste, après son action de sabotage à Natanz, avait été témoin du bombardement d'une usine de fabrication de missiles et du bombardement de la raffinerie de Haïfa, ainsi qu'un incendie dans son plus grand complexe industriel militaire appelé "Raphaël," "et que sa sécurité est aujourd'hui confrontée à un échec sans fin".

    Salami a déclaré: "Israël pensait que ses opérations en Syrie, les assassinats en Iran, les opérations de sabotage contre nos installations nucléaires et le harcèlement de nos navires en mer resteraient sans réponse", révélant que "les navires israéliens ont récemment été soumis à des opérations et ils savent ce qui s’est passé. ".

    Le commandant des Gardiens de la révolution iranienne, le général de division Hossein Salami, a récemment décrit le système de sécurité israélien comme "une simple bulle et elle a éclaté".

    L'agence "Fars" a cité Hussein Salami en disant que "le premier coup porté à Israël ne sera pas le dernier. Le commandant des gardiens de la révolution a ajouté que "les systèmes de défense israéliens n'avaient pas pu arrêter le missile, malgré son passage sur une longue distance.

     

     

  • Iran : Un suspect identifié dans le sabotage du site nucléaire de Natanz

    Imprimer

    Karimi Reza.pngSamedi 17 avril 2021, les autorités iraniennes ont révélé avoir identifié le suspect dans le sabotage de l'installation nucléaire de Natanz, qui a eu lieu la semaine dernière. 

    Il s'agit de Reza Karimi (photo), 43 ans, qui a fui à l'étranger quelques jours avant le sabotage. La télévision d'Etat iranienne a diffusé le passeport et la photographie de l'homme; il serait originaire de la ville de Kashan. La manière dont Karimi pouvait accéder à l'un des sites les plus classifiés de la République islamique n'est pas précisée.

    Les autorités ont déclaré que toutes les mesures nécessaires étaient prises pour renvoyer Reza Karimi en Iran. En particulier, il est souligné que Karimi est recherché par Interpol, qui a publié une «notice rouge» spéciale - une demande de fouille et de détention provisoire de la personne désignée en vue de son extradition.

    Dans un reportage télévisé à ce sujet, un certain document a été montré (vraisemblablement une "notice rouge"), qui contenait l'histoire des mouvements de Karimi: Espagne, Émirats arabes unis, Kenya, Éthiopie, Qatar, Turquie, Ouganda, Roumanie et un autre pays, dont la lecture du nom sur l'écran était impossible.

    Vendredi 16 avril, le chef de l'Autorité iranienne de l'énergie atomique, Ali Akbar Salehi, avait annoncé  que des preuves de sabotage avaient été trouvées sur le site de "Natanz" et qu'il ne s'agissait pas d'un accident. Il a ajouté que les opérations d'enrichissement d'uranium se poursuivaient.

    Lundi 12 avril, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait accusé Israël d'être derrière le ciblage du système énergétique interne, qui fournit les centrifugeuses de l'installation nucléaire de "Natanz". 

    L'accident est survenu quelques heures après que l'Iran ait annoncé le début de l'exploitation de nouvelles centrifugeuses avancées à "Natanz", qui doivent permettre d'enrichir l'uranium plus rapidement.

    Ce n'est pas la première fois que le réacteur nucléaire iranien "Natanz" subit des "accidents" qualifiés de "sabotage". En juillet 2020, 'une mystérieuse explosion s'était produite sur le site. Ls autorités iraniennes n'avaient pas révélé  les détails.

     

  • Iran : La production d'uranium à 60% doit commencer "la semaine prochaine"

    Imprimer

    L'Iran prévoit de commencer à produire de l'uranium enrichi à 60% à compter de "la semaine prochaine", selon l'ambassadeur de la République islamique auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

    L'Iran a annoncé mardi qu'il allait "commencer à enrichir l'uranium à 60%" en isotope 235. Les travaux préparatoires pour mettre en œuvre cette décision ont commencé mardi soir "et nous prévoyons d'accumuler le produit [de deux cascades de centrifugeuses dédiées à l'uranium à 60%] la semaine prochaine", écrit Kazem Gharibabadi dans un tweet publié dans la nuit de mardi à mercredi.

    L'enrichissement à 60%, "réponse" de l'Iran au "terrorisme nucléaire" israélien , affirme Rohani
    La décision annoncée par l'Iran d'enrichir l'uranium à hauteur de 60% après une explosion dans son usine de Natanz est la "réponse" de la République islamique au "terrorisme nucléaire" d'Israël, a déclaré mercredi le président iranien.

    "C'est la réponse à votre malveillance", a déclaré Hassan Rohani en Conseil des ministres. "Ce que vous avez fait s'appelle du terrorisme nucléaire, ce que nous faisons est légal", a-t-il lancé dans une allusion à Israël, que Téhéran accuse d'avoir saboté dimanche son usine d'enrichissement de Natanz, dans le centre de l'Iran.