Nasariya

  • Irak : toujours des menaces contre la coalition anti-Etat islamique

    Imprimer

    Un convoi de la coalition internationale anti-Etat islamique dirigée par les États-Unis a été touché par un engin explosif dans la nuit du 16 au 17 août alors qu'il circulait dans le gouvernorat de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak. Il s'agit du deuxième épisode de ce type en moins de 24 heures.

    La nouvelle a été rapportée mardi 17 août par le quotidien al-Araby al-Jadeed , sur la base d'informations fournies par des sources locales. Ce dernier a rapporté que le convoi de la coalition, destiné à fournir un soutien logistique, a été attaqué alors qu'il passait sur l'autoroute internationale près de la ville de Nassiriya, au centre du gouvernorat de Dhi Qar. Selon ce qui a été précisé, la bombe a touché un véhicule du convoi, sans faire de victimes. Le 16 août, un autre convoi avait été pris pour cible alors qu'il se rendait dans la ville d'Abou Ghraib, à l'ouest de la capitale Bagdad. Encore une fois, aucune victime n'a été enregistrée.

    Le  16 août, le quotidien al Araby al-Jadeed, des sites d'information et des plateformes affiliés à des groupes armés irakiens ont diffusé une vidéo documentant l'attaque d'un convoi de la coalition internationale à l'ouest de Bagdad par un groupe militant chiite irakien, connu sous le nom d'Ashab Ahl al- Kahf. C'est ce dernier qui a précisé que la cible touchée était un "convoi militaire américain". La veille, le 15 août, le même groupe avait publié une déclaration menaçant de cibler des cibles américaines en Irak, déclarant : « Nous allons frapper les convois, y mettre le feu et les détruire.

    Depuis le début de 2021, environ 43 attaques ont eu lieu contre des cibles américaines en territoire irakien. La plupart des raids sont effectués via des bombes frappant des convois logistiques, tandis que d'autres attaques ont été menées à  l'aide de missiles. Certaines de ces attaques ont été revendiquées par des factions pro-iraniennes.  Depuis octobre 2019, les bases et structures américaines en Irak font l'objet d'attaques, qui ont conduit Washington à menacer de représailles les milices irakiennes pro-iraniennes que les Etats-Unis rendent responsables. Sont notamment dans le collimateur des Etats-Unis, les Brigades du Hezbollah, soupçonnées d'être responsables de plusieurs attaques. .  Une autre zone irakienne ciblée à plusieurs reprises est la  zone verte, une zone fortifiée située dans la capitale Bagdad, qui abrite des institutions gouvernementales et des ambassades, dont celle des États-Unis. 

    Les tensions entre Washington et Téhéran sur le sol irakien ont souvent fait craindre que l'Irak ne devienne un champ de bataille entre les deux rivaux. Au cours de l'année écoulée, les États-Unis ont amorcé une réduction progressive de leurs troupes en Irak, actuellement au nombre de 2.500. Dans ce contexte, le 26 juillet, le président des États-Unis, Joe Biden, et le Premier ministre irakien, Mustafa al-Kazimi, ont signé un accord visant à clôturer formellement la mission de combat américaine en Irak d'ici fin 2021. Biden a en fait parlé de "changement" de la mission. En particulier, Washington s'est dit prêt à continuer à "former, assister et aider" les forces irakiennes à faire face à la menace terroriste, posée avant tout par l'Etat islamique. Cependant, comme l'a précisé le chef de la Maison Blanche, d'ici la fin de l'année, les troupes américaines ne seront plus engagées dans une "mission de combat", mais elles apporteront une assistance dans le domaine du conseil militaire, de la formation, de la logistique et soutien au renseignement. 

    L'annonce est intervenue en marge du dernier cycle du "dialogue stratégique", initié par le Premier ministre irakien à la suite de sa nomination, le 7 mai 2020, dans le but de définir le rôle des Etats-Unis en Irak et discuter de l'avenir des relations économiques, politiques et sécuritaires entre les deux pays. Le but ultime est de créer une sorte de stabilité dans l'axe Washington-Bagdad et de renforcer les liens entre les deux pays sur la base d'intérêts mutuels.

    Les soldats américains stationnés dans des bases irakiennes sont engagés dans la lutte contre le terrorisme au sein de la coalition internationale anti-Etat islamique dirigée par les États-Unis depuis 2014. Outre les campagnes militaires menées en Irak et en Syrie, la coalition vise également à saper l'infrastructure financière et économique de l'Etat islamique, à freiner le flux de combattants étrangers à travers les frontières et à rétablir la stabilité et les services publics essentiels dans les zones libérées de l'emprise du groupe islamiste radical.

    Selon les " Country Reports on Terrorism 2019 ", l'Irak représente un membre clé de la coalition internationale anti-Etat islamique et participe à tous les différents groupes de travail qui s'y rapportent, y compris les combattants terroristes étrangers, le groupe financier de lutte contre Daech, la stabilisation et les communications. . Malgré, l'État islamique continue de représenter une menace sérieuse.

    Vidéo 1
    Vidéo 2

  • Irak: déploiement de l'armée à Nasariya pour contenir les manifestations

    Imprimer

    Les forces de l'armée irakienne ont commencé, dimanche 28 février 2021, leur déploiement à Nasariya, dans le centre de la province de Dhi Qar (sud), dans le but de contenir les manifestations qui secouent la ville depuis plusieurs jours.

    La décision a été prise par le nouveau gouverneur, Abdul Ghani Al-Asadi, accédant ainsi aux demandes des manifestants d'éloigner la police anti-émeute, qu'ils accusent d'avoir tué et blessé leurs concitoyens.

    Le nouveau gouverneur a donné l'ordre à toutes les forces de sécurité de la province de ne pas utiliser de balles réelles contre les manifestants ».

    La ville Nasariya a été le théâtre de manifestations au cours des six derniers jours, marquées d'actes de violence, qui ont fait 5 morts parmi les manifestants et 287 blessés, dont 147 parmi les membres des forces de l'ordre.

    Malgré la démission du gouverneur Nazem Al-Waeli -que les manifestants accusent de « corruption et de mauvaise gestion »- et la nomination d'Al-Asadi à sa place, vendredi, les manifestations se sont tout de même poursuivies.

    L'Irak est le théâtre de manifestations intermittentes depuis octobre 2019, en raison des mauvaises conditions économiques et de la corruption financière et politique chronique, et ce, malgré les promesses du gouvernement d'améliorer les conditions.

  • Irak : Trois manifestants tués dans des heurts avec les forces de sécurité à Nasariya

    Imprimer

    Trois manifestants ont été tués vendredi 26 février 2021dans des heurts avec les forces de sécurité à Nasarya, dans le sud de l'Irak, ont indiqué des médecins de cette ville, théâtre d'un mouvement de protestation ant-ipouvoir depuis plusieurs jours.

    Voir la vidéo

    Ce décès porte à cinq le nombre de manifestants tués depuis une semaine dans cette ville. Des dizaines de personnes ont également été blessées dans ces violences.

    Les manifestants bravent depuis plusieurs jours les mesures de confinement liées à une seconde vague de l'épidémie de Covid-19 dans le pays pour continuer à faire vivre leur mouvement de contestation, tandis qu'à l'échelle nationale, les manifestations sont devenues beaucoup plus rares ces derniers mois.

    Les protestataires se sont rassemblés à plusieurs reprises cette semaine devant le bâtiment du gouvernorat à Nasariya pour exiger le renvoi du gouverneur, Nazem al-Waeli, dans un contexte de dégradation des services publics.

    Vendredi, trois manifestants ont été tués par balle par les forces de sécurité devant le bâtiment, ont indiqué des médecins à l'AFP, l'un d'entre eux précisant que "47 personnes avaient été blessées mais que les hôpitaux étaient surchargés avec des patients atteints du Covid-19". "Nous peinons à trouver un endroit pour les soigner", a-t-il ajouté.

    Deux manifestants avaient déjà été tués lundi et jeudi lors de rassemblements similaires. Des décennies de conflits, de corruption et de faibles investissements ont laissé l'Irak avec des services publics déficients et des pénuries récurrentes d'électricité et d'eau.

    Fin 2019, la colère de la population face à la corruption et le chômage endémique avait débouché sur un soulèvement populaire inédit marqué par des violences ayant fait 600 morts et 30.000 blessés à travers le pays.

    Les manifestations s'étaient quasiment toutes éteintes en 2020 mais elles reprennent à Nasariya. Les nouvelles violences interviennent moins de deux semaines avant la venue du pape François dans cette province du Sud, première visite d'un souverain pontife en Irak.

    Remplacement de Nazem al-Waeli, le gouverneur contesté
    Dans la soirée du vendredi 26 février, on apprenait que le premier ministre irakien, Mustafa al-Kazimi avait nommé le chef de l'Agence nationale de sécurité,,Badalghani al-Assadi, gouverneur de la province de Dhi Qar en remplacement de Nazem Al-Waeli

  • Irak : un manifestant tué et 14 blessés lors de manifestations à Nasariya, dans le sud

    Imprimer

    Un manifestant a été tué, jeudi 25 février 2021, à Nasariya, dans la province de Dhi Qar (sud), selon une source médicale.

    Il s'agit du deuxième manifestant tué lors des manifestations qui se poursuivent pour la quatrième journée consécutive, exigeant la destitution du gouverneur Nazem Al-Waeli au motif de sa mauvaise gestion.

    L'hôpital universitaire Al-Hussein a confirmé avoir reçu un manifestant décédé des suites d'une balle, sans préciser d'où venait le tir.

    La même source, qui a requis l'anonymat, a ajouté que "le nombre total de blessés dans les affrontements entre manifestants et agents de sécurité a atteint aujourd'hui 14 personnes, dont 6 agents de sécurité et 8 manifestants".

    Les protestataires accusent les forces de sécurité d'avoir tué le manifestant, en tirant à balles réelles pour les disperser alors qu'ils se trouvaient au pont Al-Nasr dans le centre-ville.

    Haythem Mohamed, membre de l'organe de coordination de la "Mobilisation populaire" à Dhi Qar a, dans un entretien téléphonique avec l'Agence Anadolu, souligné que le ministre de l'Intérieur et le chef du service de la sécurité nationale ont quitté la province sans parvenir à un accord avec les manifestants.

    "La délégation gouvernementale a affirmé aux protestataires ainsi que les tribus de la province qu'elle soutenait leurs revendications, et qu'elle avait besoin d'une trêve de quelques jours pour démettre le gouverneur de ses fonctions", a-t-il déclaré, soulignant que «le mouvement populaire a rejeté la demande du gouvernement, s'agissant selon eux, d'une manoeuvre pour gagner du temps».

    Dans des déclarations précédentes, le gouverneur de Dhi Qar, qui a refusé de démissionner, a déclaré qu'il "se tenait aux côtés des manifestants et rejetait le recours à la violence à leur encontre", critiquant le blocage des routes et la perturbation de la vie publique.

    La province de Dhi Qar est un "fief actif" de protestations populaires, outre sa dense population de plus de deux millions d'habitants. Ces derniers protestent depuis des années contre la mauvaise gestion, la dégradation des services publics de base et le chômage.

    L'Irak est le théâtre d'une vague de manifestations qui continue depuis octobre 2019, en raison des mauvaises conditions économiques et de la corruption financière et politique qui gangrène le pays.

    Lien permanent Catégories : IRAK, Nasariya, Province de Dhi Qar 0 commentaire
  • Irak : Cinq Irakiens condamnés pour "terrorisme" exécutés

    Imprimer

    Cinq Irakiens condamnés à mort pour "terrorisme" ont été exécutés mardi 9 février dans la prison de Nassiriya (sud), ont indiqué des sources sécuritaires à l'AFP, une nouvelle série de peines capitales mises en œuvre dans l'un des pays qui exécute le plus au monde.

    Pour ces cinq condamnés, la justice avait reçu un ordre d'exécution ratifié par la présidence. Cette signature est indispensable et a déjà été apposée sur plus de 340 condamnations pour "des faits criminels ou terroristes", selon des sources au sein de la présidence irakienne. Ces documents ont été signés depuis 2014, soit en quasi-totalité sous la présidence de Fouad Massoum, au pire de la percée du groupe jihadiste Etat islamique (Daech) en Irak. Mais les ratifications ont continué sous le mandat entamé en 2018 de Barham Saleh, connu pour être à titre personnel contre la peine de mort.

    Si l'Irak a procédé en 2019 à plus d'une exécution sur sept dans le monde - soit 100 condamnés pendus en un an -, de récentes attaques meurtrières de l'Etat islamique contre des civils ou des militaires ont suscité une vague d'indignation parmi les Irakiens.

    "Vengeance" 
    Des dizaines d'entre eux ont déjà manifesté à Nassiriya pour réclamer davantage d'exécutions et la "vengeance" pour les familles des "martyrs" tués par des jihadistes.

    Un attentat revendiqué par l'Etat islamique avait fait 32 morts fin janvier sur un marché très fréquenté de Bagdad, provoquant un choc au sein d'une population habituée à une relative tranquillité depuis la défaite militaire du groupe jihadiste dans le pays fin 2017. Peu après, des attaques ont fait plus d'une dizaine de morts dans les rangs de l'armée au nord de Bagdad, exacerbant les émotions dans le pays.

  • Irak : Premières exécutions à Bagdad, des centaines en attente

    Imprimer

    Trois hommes condamnés pour "terrorisme" ont été pendus lundi en Irak. Dimanche, 24 janvier, un responsable de la présidence avait affirmé à l'AFP que "plus de 340 ordres d'exécution pour des faits criminels ou de terrorisme" avaient été ratifiés.

    Le lendemain, une source au sein des services de sécurité a indiqué à l'AFP que trois Irakiens reconnus coupables de "terrorisme", avaient été pendus dans la prison de Nassiriya (sud) où sont envoyés tous les condamnés à mort du pays.

    Pour procéder à une exécution, l'administration pénitentiaire doit obtenir un ordre ratifié par la présidence. Les plus de 340 documents signés l'ont été depuis 2014, soit en quasi-totalité sous la présidence de Fouad Massoum, au pire de la percée de l'Etat islamique, selon un autre responsable à la présidence. Les ratifications ont "continué" sous le mandat entamé en 2018 de Barham Saleh, connu pour être contre la peine de mort, a indiqué le premier responsable cité.

    Si l'Irak a procédé en 2019 à plus d'une exécution sur sept dans le monde --soit 100 condamnés pendus en un an--, il est coutumier que les exécutions aient lieu dans la foulée d'un attentat ayant choqué l'opinion. L'ex-Premier ministre Haider al-Abadi avait frappé fort en juin 2018 en faisant exécuter treize jihadistes et en publiant pour la première fois les photos des pendaisons, pour calmer les critiques contre son manque de fermeté après l'assassinat de huit civils par l'Etat islamique.

    "Outil politique"
    Un attentat revendiqué par l'Etat islamique a fait jeudi 32 morts sur un marché très fréquenté de Bagdad, provoquant un choc chez une population habituée à une relative tranquillité depuis la défaite militaire de Daech fin 2017 en Irak. 
    Depuis ce dernier attentat M. Saleh est accusé sur les réseaux sociaux de ne "pas appliquer les sentences" à l'encontre des prisonniers jihadistes. Une manifestation a été en outre annoncée pour mardi à Nassiriya, en vue de réclamer "la mort des jihadistes et la vengeance après les attentats".

    En 2020, l'AFP a eu connaissance d'une trentaine d'exécutions. L'Irak est le quatrième pays qui exécute le plus au monde derrière la Chine, l'Iran et l'Arabie saoudite, selon Amnesty International. Depuis plusieurs années, les tribunaux irakiens ont ordonné des centaines de peines capitales et de condamnations à perpétuité car le Code pénal prévoit une sentence jusqu'à la mort pour quiconque a rejoint "un groupe terroriste", que l'accusé ait combattu ou non dans ses rangs. Jusqu'ici, aucun des étrangers de l'Etat islamique condamnés à mort en Irak n'a été pendu mais onze Français et un Belge attendent actuellement leur exécution.

  • Irak : Deux convois de ravitaillement des forces américaines attaqués 

    Imprimer

    Mercredi 20 janvier, vers midi, deux convois de ravitaillement de la coalition dirigée par les États-Unis ont été attaqués dans la périphérie de la capitale irakienne, Bagdad.
     
    Le premier convoi a été frappé par un engin explosif improvisé (IED) alors qu'il passait sur la route de Yusufiya, au sud de Bagdad. Le deuxième convoi a été pris pour cible par un engin piégé près de la ville d'Abou Ghraib, à l'ouest de Bagdad. Les attaques n'ont fait que des dégâts matériels..
     
    Selon le Saberin News, une chaîne Telegram liée aux groupes armés chiites en Irak, une nouvelle faction se faisant appeler «Saraya Qassim al-Jabbarin» a revendiqué la responsabilité des deux attaques.
     
    Les groupes pro-iraniens ont mené des dizaines d'attaques contre les forces américaines et la mission diplomatique en Irak depuis l'assassinat du commandant de la force iranienne al-Qods, le général Qassem Souleimani, et Abu Mahdi al-Muhandis, commandant adjoint des unités de mobilisation populaire (Hashed al-Chaabi)  il y a plus d'un an.
     
    Il y a deux jours, trois convois transportant des fournitures et du matériel pour la coalition dirigée par les États-Unis avaient déjà été visés par des engins piégés dans les villes de Samawah, Nasiriyah et al-Diwaniyah.
     
    Ces attaques pourraient conduire à une escalade militaire entre la coalition dirigée par les États-Unis et les groupes armés soutenus par l'Iran en Irak. Washington s'est engagé à répondre à toute attaque qui entraînerait des pertes parmi ses troupes.