Naplouse

  • Cisjordanie : Un Palestinien tué lors d'incidents avec l'armée israélienne près de Bethléem

    Imprimer

    Zayd Ghnaïm.jpegSelon les médias palestiniens, dont Maan, Zayd Ghnaïm (photo), un palestinien de 15 ans, a été tué dans le village d'Al-Khader à la suite d'opérations de Tsahal près de Bethléem.

    Selon des données préliminaires, un groupe de Palestiniens a lancé des bouteilles de cocktails Molotov contre des soldats israéliens avant de prendre la fuite.

    Au cours de la poursuite, les militaires sont entrés dans le village d'El-Khader, où des pierres et des cocktails Molotov leur ont à nouveau été lancés. Les forces de Tsahal ont riposté et tiré sur l'adolescent. Il a reçu une balle dans le dos et une balle dans la nuque.

    "Ghanim" (15 ans), est le deuxième adolescent tué après Ghaith Rafiq Yamin (16 ans) tué à l'aube mercredi 25 mai d'une balle dans la tête dans la zone du tombeau de Joseph à Naplouse.

    Lien permanent Catégories : Bethléem, CISJORDANIE, Naplouse 0 commentaire
  • Cisjordanie : Émeutes près de Naplouse ; Les médias palestiniens font état de dizaines de blessés

    Imprimer

    Les médias palestiniens, dont l'agence du Centre d'information palestinien (CIP), rapportent des affrontements entre des militants palestiniens et les forces de défense israéliennes ont eu lieu, vendredi 20 mai, lors de manifestations "anti-implantation" (israélienne) dans plusieurs localités au sud et à l'est de Naplouse : en particulier, à Jabal Salih, de la localité Beita, et Beit Dajan. 

    Les villages de Beita et Beit Dajan sont régulièrement le théâtre d'activités populaires contre la confiscation de leurs terres à des fins d'implantation israélienne.

    De nombreux manifestants brandissaient des photographies de la journaliste décédée d'Al Jazeera, Shirin Abu Akla.

    Selon le Croissant-Rouge, 65 Palestiniens ont été blessés au cours des affrontements. 18 ont été atteints par des tirs à balles en caoutchouc et 3 par balles réelles. Une manifestante a été renversée par un véhicule militaire israélien et a subi diverses contusions.

    Tous les blessés ont été transférés à l'hôpital Istishari de Ramallah pour y être soignés. Leur état est stable, à l'exception d'un blessé par balles réelles, dont l'état est grave.

    Les affrontements ont éclaté avec l'armée lorsqu'elle a pris d'assaut le village d'Al-Mazra'a Al-Gharbiyye au nord de Ramallah (centre ) en route vers l'un des avant-postes établis sur des terres palestiniennes.

    Dans la ville de Kufr Qaddoum, à l'est de la ville de Qalqilya (nord), 4 Palestiniens ont été blessés par des tirs de balles en caoutchouc et des dizaines d'autres asphyxiés par les gaz lacrymogènes, lorsque l'armée israélienne a réprimé la marche hebdomadaire. Depuis 17 ans, les habitants de Kufr Qaddoum organisent des marches hebdomadaires pour s'opposer au maintien de la fermeture de l'entrée principale du village par l'armée.

    A l'est de la ville de Yatta, au sud d'Hébron (sud), l'armée israélienne a dispersé des dizaines de manifestants refusant de déplacer plusieurs villages palestiniens à Masafer Yatta. Le 4 mai, la Cour suprême israélienne a rejeté une requête déposée par les habitants de 13 communautés pastorales de la région de Masafer Yatta contre la décision de l'armée israélienne d'utiliser 30 dounams de leur terre comme "zone de tir", qui menace de déplacer environ 1 200 Palestiniens, selon les Nations Unies.

  • Cisjordanie : Encore trois Palestiniens tués au cours d'opérations israéliennes

    Imprimer

    Les autorités palestiniennes ont annoncé jeudi la mort de trois Palestiniens tués par des forces israéliennes en Cisjordanie, où l'Etat hébreu dit mener depuis près d'une semaine des "opérations de contreterrorisme", après des attaques meurtrières en plein coeur de la métropole Tel-Aviv.

    "Deux jeunes ont succombé à leurs blessures dues à une attaque israélienne jeudi dans le district de Jénine", bastion des mouvements armés palestiniens dans le nord de la Cisjordanie, a annoncé le ministère palestinien de la Santé dans un communiqué.

    Un troisième Palestinien est mort jeudi après avoir été "grièvement blessé par des balles israéliennes" la veille lors de heurts dans le village de Beita près de Naplouse, également dans le nord du territoire palestinien, a indiqué la même source. 

    L'armée israélienne a lancé samedi une vaste opération en Cisjordanie pour traquer des suspects liés selon elle à de récentes attaques anti-israéliennes meurtrières.

    Depuis le 22 mars, Israël a été frappé par quatre attaques, les deux premières menées par des Arabes israéliens liés à l'Etat islamique et les deux dernières par des Palestiniens originaires du secteur de Jénine. Ces attaques ont fait au total 14 morts, tandis que 21 Palestiniens, incluant des assaillants étaient tués dans des violences depuis cette date, selon un décompte de l'AFP.

    Nombreuses arrestations
    L'armée israélienne a dit effectuer des "opérations de contre-terrorisme" en Cisjordanie, sans se prononcer dans l'immédiat sur les victimes rapportées par les autorités palestiniennes.

    "Au cours de l'opération, des dizaines de Palestiniens ont violemment attaqué les soldats, tiré sur les forces (israéliennes) et lancé des engins explosifs sur eux, mettant leur sécurité en danger", a déclaré l'armée à l'AFP, ajoutant que ses "soldats avaient riposté avec des balles réelles".

    Selon des sources locales, les trois Palestiniens tués ont été identifiés comme étant Fawaz Hamayel, 45 ans, père de six enfants, ainsi que deux jeunes hommes, Moustafa Abou Al-Rab et Shaas Kamamji. Ce dernier est le frère d'Ayham Kamamji, un membre du Jihad islamique qui s'était évadé d'une prison de haute sécurité en Israël en septembre avec cinq autres détenus avant d'être capturé.

    Selon le Club des prisonniers palestiniens, organisation civile de défense des détenus palestiniens écroués en Israël, l'Etat hébreu a arrêté plus de 200 Palestiniens depuis le début du mois d'avril, dont environ la moitié au cours des six derniers jours.

    "L'unique voeu de mon fils était de devenir un martyr", déclare un père palestinien
    Faisant référence aux opérations des forces israéliennes à Jénine, le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Omer Bar-Lev, a promis mercredi que leur "intensité ne fera qu'augmenter".

    Mercredi 13 avril, Mohammad Assaf, un avocat palestinien des droits humains âgé de 34 ans et deux jeunes palestiniens, Qousaï Hamara, 16 ans et Amer Elyan, 18 ans, avaient été tués par l'armée israélienne qui menait des opérations dans différents secteurs de Cisjordanie où les violences ont fait des dizaines de blessés selon le Croissant-Rouge palestinien.

    Le Jihad islamique, principal mouvement islamiste armé après le Hamas, a salué dans un communiqué le "martyre héroïque" des deux jeunes palestiniens.

    Amer Elyan, dont le corps porté par la foule était enveloppé d'un drapeau palestinien, a été enterré jeudi soir à Silwad, au nord de Ramallah (centre). "L'unique voeu de mon fils était de devenir un martyr, comme toute sa génération, car ils ne voient ni futur ni horizon politique pour eux", a déclaré son père Mohammad à l'AFP.

    Lundi, deux Israéliens ont été blessés par balles après être rentrés à Naplouse, l'un d'eux affirmant à la chaîne israélienne Kan avoir voulu visiter la tombe de Joseph, lieu de pèlerinage.

    Tsahal annonce le blocus durant Pâques des territoires palestiniens
    Le service de presse des Forces de défense israéliennes a annoncé que le vendredi 15 avril à 16h00, un blocus complet de la Judée et de la Samarie sera instauré et les points de contrôle à la frontière avec la bande de Gaza seront fermés.

    Il est prévu que le régime de blocus soit en vigueur jusqu'à 00h00 le samedi 16 avril. Cependant, une réunion des représentants des services de sécurité aura lieu samedi soir, au cours de laquelle, selon la situation, le blocus pourra être prolongé jusqu'à la fin de la semaine de vacances.

    Le général de division Rasan Alian, coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires, a déclaré que le ministre de la Défense Benny Gantz avait décidé d'ouvrir les points de contrôle de Jalameh et Rihan à partir du 16 avril pour le passage des Arabes israéliens vers le territoire de Jénine. Cette décision peut être annulée si la situation en matière de sécurité change.

    En outre, les hommes d'affaires et commerçants palestiniens seront autorisés à entrer en Israël par les points de contrôle de Jalameh et Rihan.

    Pendant la fête de Pessah, le passage des résidents de l'Autorité palestinienne vers Israël ne sera autorisé que pour des raisons humanitaires.

    A noter que Tsahal ne bloque pas chaque année le territoire de l'Autorité Palestinienne pendant la fête de Pessah. La décision est prise sur la base d'informations opérationnelles, elle est coordonnée avec les dirigeants politiques du pays et le Service général de sécurité (SHABAK). Pendant la période du blocus, l'entrée des territoires palestiniens en Israël n'est généralement autorisée qu'en cas d'urgence humanitaire, médicale et autre, et uniquement avec l'approbation du coordinateur des activités du gouvernement israélien dans les territoires.

    Dans le passé, des terroristes palestiniens ont perpétré à plusieurs reprises des attentats pendant la fête juive de Pessah.

  • Cisjordanie : Trois combattants Palestiniens tués par des tirs des forces israéliennes

    Imprimer

    Le ministère palestinien de la Santé a rapporté mardi 8 février 2022 que trois combattants Palestiniens avaient été tués par des tirs des forces israéliennes dans le nord de la Cisjordanie occupée, une opération contre une "cellule terroriste", selon l'Etat hébreu.

    "Trois citoyens" ont été tués par les forces israéliennes qui leur ont "tiré dessus" à Naplouse, a indiqué le ministère palestinien dans un court communiqué, sans détailler les circonstances des faits. La police israélienne aux frontières a affirmé qu'une "cellule terroriste" avait été "neutralisée" à Naplouse (nord) lors d'une opération conjointe de plusieurs unités de la police et de l'armée.

    Le Service général de sécurité d'Israël (SHABAK) a précisé que l'opération avait été planifiée et menée par le Shin Bet, les forces spéciales de Tsahal et des soldats des forces spéciales de la police des frontières YAMAM. Rappelons qu'en janvier 2022, les forces spéciales de la police des frontières YAMAM avaient été déclarées "unité opérationnelle entièrement israélienne" pour combattre le terrorisme.

    Trois personnes "armées" à bord d'un véhicule, qui ont d'abord tenté d'ouvrir le feu en direction des forces israéliennes, ont été tuées lors de cette opération. Deux armes ont été saisies, a ajouté la police aux frontières. "Cette cellule était responsable d'une série d'attaques à main armée dans le secteur contre l'armée et contre des civils israéliens ces dernières semaines", a affirmé la police dans un communiqué. Aucun membre des forces israéliennes n'a été blessé, selon cette source.

    Le service de presse de la police des frontières (MAGAV) a publié une photo de deux fusils automatiques M-16 retrouvés dans la voiture des militants tués.
    2014660.jpeg

    "Nos forces ont une nouvelle fois prouvé aujourd'hui que les terroristes n'ont pas d'impunité. Quiconque nous attaque, sera attaqué", a réagi sur Twitter le Premier ministre israélien Naftali Bennett. Son ministre de la Défense, Benny Gantz, a lui aussi salué l'opération, affirmant dans un communiqué avoir "récemment" "ordonné l'augmentation des activités de contre-terrorisme au regard des attaques à main armée" en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël.

    L'Autorité palestinienne a dénoncé un "crime brutal et odieux", "reflétant la brutalité et le racisme" de l'Etat hébreu. D'après des sources au sein du parti palestinien Fatah, les trois hommes étaient membres de sa branche armée, les brigades des martyrs d'Al-Aqsa.

    Après avoir été amenées à l'hôpital Rafidia de Naplouse, leurs dépouilles ont été transportées à l'extérieur de l'établissement où elles ont été portées par une foule endeuillée, ont constaté des journalistes de l'AFP. Le pare-brise du véhicule dans lequel se trouvait les trois hommes a été criblé de dizaines de balles, ont-ils également constaté. Selon le Centre d'Information Palestinien (CIP), les forces israéliennes ont tiré plus de 80 balles sur le véhicule. Des sources de sécurité de l'Autorité palestinienne affirment que les forces spéciales israéliennes sont entrées à Naplouse dans deux véhicules (l'un qui ressemblait à un minibus taxi, l'autre à une camionnette privée). Elles ont bloqué la voiture dans la zone d'Al-Mahfiyah et ont ouvert le feu. 

    Le ministère des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne a qualifié les actions des forces spéciales israéliennes à Naplouse d'"exécution" et a exigé une enquête internationale sur le "crime des soldats d'occupation".

    L' agence de presse palestinienne Maan a publié les noms des personnes tuées : Ashraf Mubaslat (Ibrahim al-Nabulsi), Adham Mabrok ("Tchétchène") et Muhammad ad-Dakhil. L'agence a qualifié les personnes tuées de "civils" alors que le Fatah a reconnu qu'il s'agissait de membres des Brigades des Martyrs d'al-Aqsa. 
    FLFXrskWQAYcwbQ.jpeg

    Des affrontements avec l'armée israélienne éclatent régulièrement en Cisjordanie, en marge de manifestations contre la colonisation israélienne ou d'arrestations dans des localités palestiniennes par les forces de sécurité israéliennes.

    Plus de 2,8 millions de Palestiniens habitent en Cisjordanie. Environ 475.000 Israéliens vivent aussi sur ce territoire palestinien, dans des colonies jugées illégales par le droit international.


  • Cisjordanie : 3 Palestiniens blessés près de Naplouse par des extrémistes israéliens

    Imprimer

    Trois Palestiniens ont été blessés par des pierres jetées par des extrémistes juifs près de la ville de Naplouse en Cisjordanie, a indiqué le Times of Israel citant des responsables palestiniens et des groupes israéliens de défense des droits de l'homme.

    Des Juifs extrémistes se sont rendus dans la ville cisjordanienne de Hawara pour célébrer la libération d'un Israélien emprisonné depuis l'année dernière pour avoir jeté des pierres sur des Palestiniens.

    "Les frictions ont commencé lorsqu'un certain nombre de voitures circulant sur la route 60 à Hawara ont jeté des pierres sur des magasins et des voitures garées, causant dess dégâts", a déclaré l'armée israélienne dans un communiqué.

    L'organisation de défense des droits de l'homme de gauche Yesh Din (Il y a une loi) a déclaré qu'au moins 20 voitures palestiniennes avaient été endommagées ainsi que les devantures des magasins du village. Un porte-parole de la police israélienne a déclaré que des policiers enquêtaient sur l'incident.

    D'autre part, un responsable de l'Autorité palestinienne, Ghassan Daghlas, a déclaré qu'un Palestinien de 15 ans de Hawara avait été transporté d'urgence dans un hôpital de Naplouse après avoir été touché à la tête par une pierre lancée par un juif.

    Selon le maire de Hawara, Muin al-Dumaidi, deux autres Palestiniens, âgés respectivement de 12 et 17 ans, ont été légèrement blessés par des pierres lancées par les extrémistes.

    Al-Dumaidi a ajouté que lorsque les Palestiniens ont lancé des pierres sur leurs agresseurs, les soldats israéliens ont tiré des gaz lacrymogènes et des bombes assourdissantes pour les disperser.

    Al-Dumaidi a dénoncé: "Ils ont brisé les vitrines des magasins, crié et insulté les villageois, tout cela alors que l'armée était présente."

    Tsahal a refusé de commenter les accusations d'Al-Dumaidi.

    Les affrontements entre Palestiniens et civils israéliens sont fréquents, car environ 475 000 israéliens vivent en Cisjordanie, qui comprend plus de 2,8 millions de Palestiniens.    

    Des armes saisies à Hebron
    Par ailleurs, Plusieurs armes à feu et des munitions ont été saisies lors de raids nocturnes dans la région d'Hébron, selon la police. Trois suspects palestiniens ont été arrêtés.  
    FJ8s3ITXwAADNwP.jpeg

    Enfin, les forces de sécurité israéliennes ont intercepté 3 véhicules dans la Vallée du Jourdain. Les véhicules transportaient 53 armes : 39 armes de poing, 10 fusils d'assaut Kalachnikov et 4 fusils d'assaut M16.

    Les suspects ont été appréhendés et les armes ont été remises à la police.
    FJ9FqmwXsAcXVtG.jpeg

     

     

  • Cisjordanie : Emeutes palestiniennes près du village de Burqa

    Imprimer

    Samedi soir 25 décembre 2021, des émeutes ont éclaté près du village de Burqa, au nord-ouest de Naplouse. Plus de 150 Palestiniens ont incendié des pneus et jeté des pierres et autres objets lourds vers les soldats de Tsahal. Les soldats ont utilisé des moyens anti-émeutes. Un soldat a été légèrement blessé. Les médias palestiniens ont fait état de 68 émeutiers blessés.

    Selon des sources de l'armée, des soldats ont tiré sur l'un des émeutiers qui tentaient de lancer une bouteille de mélange inflammable. Le manifestant a été blessé. Selon des sources palestiniennes, quatre Palestiniens ont été blessés par balles. Deux des blessés ont été atteint au pied, une troisième à la main et une quatrième au dos. Ils ont été transférés à l'hôpital An-Najah de Naplouse. Toujours selon des sources palestiniennes, 10 manifestants ont été blessés par des tirs de balles en caoutchouc et 55 autres ont été soignés pour intoxication au gaz lacrymogène. Une femme enceinte a du être évacuée en raison de la présence de gaz lacrymogène dans son logement.

    La manifestation palestinienne répondait aux appels de groupes de civils israéliens à une "marche du retour", samedi soir, vers la colonie  de Homesh (évacuée en 2005), installée sur les terres palestiniennes du village de Burqa. La marche avait été annulée par les autorités israéliennes.

    Environ 666 000 colons israéliens sont répartis dans 145 grandes colonies et 140 avant-postes aléatoires (non autorisés par le gouvernement israélien) en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, selon les données du mouvement israélien des droits humains "Peace Now".

    Une position de Tsahal soumise à des tirs près de Naplouse
    À 22 h 42, une tentative d'attaqua à l'arme à feu a été rapportée près de Naplouse.

    Selon les informations publiées, un ou plusieurs éléments armés ont tiré sur la position de Tsahal depuis une voiture en mouvement. Personne n'a été blessé dans l'incident. Les tireurs ont pris la fuite.

    Les militaires de Tsahal ont trouvé des dizaines de douilles sur place et sont à la recherche des tireurs.
    1992685.jpeg

  • Cisjordanie : 127 Palestiniens blessés lors d'une attaque menée par des centaines de manifestants israéliens contre le village de Burqa près de Naplouse

    Imprimer

    Des dizaines de Palestiniens ont été blessés, jeudi 23 décembre 2021, lors d'attaques menées par des centaines de civils israéliens qui ont pris d'assaut des terres appartenant à des Palestiniens entre les villes de Silat Al-Daher et Burqa, au nord de Naplouse en Cisjordanie.

    Les incursions des civils israéliens ont eu lieu lors d'une manifestation pour exiger la restitution des logements dans la colonie évacuée de "Homesh", et une semaine après une fusillade dans la colonie qui a tué un Israélien.

    Les médias israéliens ont estimé le nombre de manifestants israéliens entre 5 000 et 10 000.

    À la suite d'affrontements avec les Israéliens, puis les soldats israéliens, 127 Palestiniens ont été blessés dans le village de Burqa.

    La colonie de Homesh a été évacuée unilatéralement en 2005 dans le cadre du plan de « désengagement » initié par le Premier ministre israélien de l'époque Ariel Sharon et approuvé par la Knesset sous forme de loi.

    Plus tôt jeudi, l'armée israélienne avait fermé les trois routes reliant le village de Burqa et la route entre les villes de Jénine et Naplouse avec des monticules de terre, et renforcé leurs mesures militaires. La route entre les villes de Silat Al Dhaher et Deir Sharaf a été déclarée zone militaire et fermée.

    Le maire de Sebastia, Muhammad Azem, a déclaré à "Wafa" que des groupes d'Israéliens avaient pris d'assaut le site de la colonie évacuée de "Homesh", partant de la colonie de "Shafel Shomron" établie sur les terres palestiniennes au nord-ouest de Naplouse. Il a ajouté que des groupes nombreux étaient toujours en face de la colonie.نابلس.jpeg

    Devant Burqa même, jeudi soir, des colons ont attaqué une maison et un lave-auto à l'entrée du village. Le responsable du dossier des colonies dans le nord de la Cisjordanie, Ghassan Daghlas, a déclaré à "Wafa" qu'un groupe d'Israéliens avait attaqué la maison de Jamal Seif, et un lave-auto à l'entrée du village, provoquant des affrontements avec les habitants palestiniens.

    Vendredi dernier déjà, des dizaines de civils israéliens avaient attaqué des maisons dans la zone ouest de la localité de Burqa. Il a ajouté que les colons avaient tiré à balles réelles sur les habitants de Burqa, et avaient brûlé une école communale (braksa).

    L'armée israélienne s'est déployée en masse dans la rue principale adjacente à la colonie évacuée de Homesh, l'interdisant aux véhicules palestiniens, tandis que les Israéliens scandaient des slogans anti-arabes. .

    Vendredi, des civils israéliens ont également détruit plusieurs véhicules palestiniens près de l'entrée de la ville de Sebastia, au nord de Naplouse.

    Le maire, Muhammad Azim, a déclaré que les colons avaient attaqué un garage de réparation de véhicules et détruit des voitures garées à proximité.

    Il a ajouté que les soldats israéliens avaient fait une descente dans plusieurs maisons à l'entrée de la ville, qui est proche de la colonie de "Shafel Shomron" construite sur des terres palestiniennes.