Namar (province de Deraa)

  • Syrie : 4 agents des services de renseignement et d'anciens rebelles tués dans diverses attaques dans la province de Deraa (Sud) 

    Imprimer

    Trois attaques ont visé des agents des services de renseignement syriens et d'anciens rebelles dans le gouvernorat de Deraa, au sud du pays.

    La première attaque a visé Yasin Juma'a al-Aboud. Des hommes armés non identifiés ont abattu  l'ancien rebelle, connu sous le nom d '«al-Nisr» [l'aigle], sur une route reliant les villes d'Om Elmiathin et d'Elnaymah, dans l'est de Deraa, le 16 avril. Al-Aboud, ancien combattant de l'Armée Syrienne Libre (ASL), avait rallié le processus de réconciliation en 2018. Depuis, il dirigeait une unité de la 4 e division de l'armée syrienne .

    La deuxième attaque a visé deux officiers de la Direction du renseignement militaire (photos ci-dessous). Les officiers, identifiés comme Wassim Mahmood Na'im de Masyaf et Sakhr Fou'a Suliman de Jableh, ont été abattus par des hommes armés non identifiés près de la ville de Nawa dans l'ouest de la province de Deraa le 16 avril.
    111-768x394-2.jpeg

    Une troisième attaque a pris pour cible l'ancien rebelle Amir al-Nasar. Un kamikaze a attaqué l'homme dans la ville de Namar, dans le nord de Deraa. Al-Nasar, qui a été blessé dans l'attaque, avait rejoint la réconciliation en 2018 et travaille maintenant pour la Direction générale des renseignements.

    Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité d'aucune des attaques. Les trois attaques n'étaient probablement pas liées ou menées par le même camp. L'Etat islamique reste l'un des principaux suspects, en particulier pour ce qui concerne l'attentat suicide contre al-Nasar à Namar.

    La situation à Daraa est devenue incontrôlable depuis plus d'un an maintenant. Les forces gouvernementales et les combattants locaux ont fait d'immenses efforts pour sécuriser la région. Néanmoins, on ne constate aucune amélioration à ce jour.