Nahariya

  • Israël : Des hackers iraniens affirment avoir attaqué les chemins de fer israéliens - "Le pire reste à venir", menacent ils

    Imprimer

    Un groupe de hackers iraniens, se faisant appeler "Cyber ​​Avengers", a publié sur la chaîne Telegram associée au Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI), une revendication de responsabilité pour les attaques contre le système ferroviaire en Israël, a rapporté Anadolu .
    La déclaration des pirates iraniens a été publiée le vendredi 31 juillet et a été programmée pour coïncider avec la fête musulmane de l'Aïd al-Adha (Fête du Sacrifice, Eid al-Adha),
    Un porte-parole de "Cyber ​​Avengers" a déclaré que le groupe avait attaqué des serveurs gérant 28 gares en Israël du 14 au 24 juillet, y compris Jérusalem, l'université de Tel Aviv et l'aéroport Ben Gourion.
    Le 19 juillet, une perturbation dans la circulation de trains avait effectivement été signalée sur la ligne côtière, sur le tronçon entre Tel Aviv et Nahariya; il n'y a pas eu d'autres messages similaires pendant cette période.
    On note surtout que l'attaque a été lancée le 14 juillet à 1h20 du matin, car c'est à cette même heure que dans la nuit du 3 janvier 2020 le chef de la Force iranienne al-Qods, le général Qasem Soleimani, avait été tué par un drone américain à la sortie de l'aéroport de Bagdad.
    Les pirates iraniens affirment que le 31 juillet, les gares israéliennes ont connu des perturbation en raison des dommages qu'ils avaient provoqués. Les autorités israéliennes ont démenti. Le trafic ferroviaire en Israël fonctionne tout à fait normalement, conformément aux horaires établis pour la période de quarantaine liée à l'épidémie de coronavirus. Le trafic ferroviaire est actuellement réduit en raison des mesures sanitaires. Quant au trafic ferroviaire à destination de la gare de l'aéroport de Ben Gourion, celui-ci a été réduit en raison de la faible fréquentation de passagers dans l'aéroport, toujours pour les mêmes raisons.
    Le groupe Cyber ​​Avengers souligne que bien que l'attaque des pirates informatiques du 24 juillet contre les infrastructures de transport israéliennes ait été suspendue, "le pire (pour les Israéliens) reste à venir". Les pirates iraniens menacent de planifier de nouvelles attaques qui pourraient conduire à "des collisions impliquant des dizaines de trains".