NAGORNY-KARABAKH (Région autonome

  • Армения: Армянский солдат погиб в пограничном столкновении с Азербайджаном

    Imprimer

    Во вторник (6 сентября 2022 года) Армения объявила о гибели одного из своих солдат в перестрелке с азербайджанскими военнослужащими на границе, что свидетельствует о напряженности, сохраняющейся спустя два года после войны между двумя кавказскими соседями.

    "В понедельник вечером в результате вражеского обстрела в восточном секторе армяно-азербайджанской границы был смертельно ранен армянский военнослужащий", - говорится в заявлении министерства обороны Армении.

    Министерство обороны Азербайджана, в свою очередь, обвинило армянскую армию в инициации стрельбы, обвинив "военно-политическое руководство" Еревана в "ответственности" за "эту последнюю эскалацию".

    Инцидент произошел на фоне угрозы вспышки насилия в Нагорном Карабахе, горном регионе, оспариваемом между двумя странами, несмотря на присутствие российских военных для наблюдения за действующим перемирием. В начале августа Азербайджан заявил, что взял под контроль несколько позиций и уничтожил армянские объекты в Нагорном Карабахе, в результате эскалации, в результате которой погибли по меньшей мере три человека и вновь возникли опасения войны.

    Соседние кавказские страны Армения и Азербайджан в 2020 году вели войну за контроль над регионом, который Ереван поддержал, когда отделился от Азербайджана три десятилетия назад. В конфликте, в результате которого погибло 6 500 человек, победу одержал Баку, отвоевавший значительную территорию, однако напряженность продолжает вызывать опасения возобновления военных действий. До конфликта 2020 года, в результате первой войны в 1990-х годах в Нагорном Карабахе погибло более 30 000 человек.

    Премьер-министр Армении Никол Пашинян и президент Азербайджана Ильхам Алиев встретились в конце августа, после переговоров в Брюсселе в апреле и мае при посредничестве председателя Европейского совета Шарля Мишеля.

  • Arménie : Un soldat arménien tué dans un affrontement frontalier avec l'Azerbaïdjan

    Imprimer

    (Source OLJ)

    L'Arménie a annoncé, mardi 6 septembre 2022, la mort d'un de ses soldats dans une fusillade frontalière la veille avec des militaires de l'Azerbaïdjan, signe des tensions qui persistent deux ans après une guerre entre ces deux pays voisins du Caucase.

    "Lundi soir, un militaire arménien a été blessé mortellement à la suite d'un tir ennemi dans le secteur Est de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan", a dit le ministère arménien de la Défense dans un communiqué.

    Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a, de son côté, accusé l'armée arménienne d'avoir initié une fusillade, accusant les "dirigeants politico-militaires" d'Erevan d'être "responsables" de "cette dernière escalade".

    Cet incident intervient alors que des violences ont menacé ces dernières semaines de mettre le feu aux poudres dans le Nagorny Karabakh, une région montagneuse disputée entre les deux pays, malgré la présence de militaires russes pour superviser le cessez-le-feu en vigueur. Début août, l'Azerbaïdjan avait ainsi déclaré avoir pris le contrôle de plusieurs positions et détruit des cibles arméniennes au Nagorny Karabakh, lors d'une escalade qui a fait au moins trois morts et ravivé les craintes de guerre.

    L'Arménie et l'Azerbaïdjan, deux pays du Caucase voisins, se sont affrontés lors d'une guerre en 2020 pour le contrôle de cette région qui, soutenue par Erevan, a fait sécession de l'Azerbaïdjan il y a trois décennies. Le conflit, qui a fait 6.500 morts, a été remporté par Bakou, qui a repris d'importants territoires, mais des tensions continuent de faire craindre une reprise des hostilités. Avant le conflit de 2020, une première guerre dans les années 1990 avait fait plus de 30.000 morts au Nagorny Karabakh.

    Le Premier ministre de l'Arménie Nikol Pachinian et le président de l'Azerbaïdjan Ilham Aliev se sont vus fin août, après avoir échangé en avril et en mai à Bruxelles, sous la médiation du président du Conseil européen, Charles Michel.

  • Нагорный Карабах: Обострение в Нагорном Карабахе. С обеих сторон есть погибшие и раненые

    Imprimer

    В Нагорном Карабахе произошла перестрелка между армянскими и азербайджанскими военными, в результате которой есть погибшие и раненые с обеих сторон. О столкновении сообщили в Минобороны Азербайджана. Свое заявление о конфликте опубликовало и так минобороны Нагорно-Карабахской Республики, сообщает Радио Свобода.

    В азербайджанском ведомстве сообщили, что утром позиции азербайджанской армии в направлении Лачинского района подверглись интенсивному обстрелу. В результате погиб военнослужащий срочной службы.

    "Подразделениями азербайджанской армии были приняты соответствующие меры", — говорится в сообщении Минобороны Азербайджана.

    Азербайджанские силы взяли под "контроль несколько важных высот", включая холмы, говорится в заявлении министерства обороны Азербайджана, добавив, что его силы укрепляют эти позиции. 

    В результате обстрела со стороны Азербайджана были убиты по меньшей мере два армянских солдата и еще 14 ранены.

    В Нагорном Карабахе заявили, что азербайджанские военные открыли огонь в направлении их позиций с применением гранатометов и БПЛА. В результате семь карабахских военных получили ранения.

    "Армия обороны" Нагорного Карабаха также сообщает, что вместе с российской военной группировкой "принимаются меры по стабилизации ситуации".

    Министерство иностранных дел Азербайджана обвинило Ереван в нарушении положений трехстороннего заявления, подчеркнув, что "вся ответственность за инцидент, который произошел на территории Азербайджана, лежит на политическом и военном руководстве Армении, которое до сих пор не вывело незаконные вооруженные формирования с территорий соседнего государства".

    Согласно указу самопровозглашенного карабахского лидера Араика Арутюняна, с сегодняшнего дня в Нагорном Карабахе объявлена частичная мобилизация, пишет Радио Свобода.
    2022:08:03.jpeg

  • Nagorny-Karabakh : L'Azerbaïdjan dit avoir pris le contrôle de plusieurs positions

    Imprimer

    Des combats ont éclaté au Nagorny-Karabakh entre les militaires arméniens et azerbaïdjanais. Les affrontements ont fait des morts et des blessés des deux côtés. Les combats ont été rapportés par le ministère de la Défense de l'Azerbaïdjan. Le ministère de la Défense de la République du Haut-Karabakh a également publié sa déclaration sur le conflit, rapporte Radio Liberty.

    Le département azerbaïdjanais a signalé que dans la matinée, les positions de l'armée azerbaïdjanaise dans le secteur de Lachin avaient été soumises à des bombardements intensifs, provoquant la mort d'un militaire est décédé.

    "Les unités de l'armée azerbaïdjanaise ont pris les mesures appropriées", a déclaré le ministère azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué.

    Les forces azerbaïdjanaises ont pris "le contrôle de plusieurs hauteurs importantes", dont des collines, a déclaré le ministère azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué, ajoutant que ses forces étaient en train de fortifier ces positions. 

    Au moins deux soldats arméniens ont été tués par les tirs azerbaïdjanais et 14 autres blessés.

    Les autorités du Nagorny-Karabakh ont accusé l'armée azerbaïdjanaise d'avoir ouvert le feu en direction de leurs positions à l'aide de lance-grenades et de drones Bayraktar. 

    L'Armée de défense du Haut-Karabakh rapporte également qu'en collaboration avec le groupe militaire russe, "des mesures sont prises pour stabiliser la situation".

    Le ministère azerbaïdjanais des affaires étrangères a accusé Erevan d'avoir violé les dispositions de la déclaration tripartite, soulignant que "toute la responsabilité de l'incident survenu sur le territoire de l'Azerbaïdjan incombe aux dirigeants politiques et militaires de l'Arménie, qui n'ont pas encore retiré les armes illégales des territoires de l'État voisin.

    Selon le décret du dirigeant autoproclamé du Karabakh Arayik Harutyunyan, une mobilisation partielle a été annoncée au Haut-Karabakh à partir d'aujourd'hui, écrit Radio Liberty.

    Le 15 juillet, le président azerbaïdjanais  Ilham Aliyev  a déclaré que des représentants du ministère russe de la Défense avaient promis d'assurer le retrait de l'armée arménienne du Karabakh d'ici juin, mais  cet accord n'a pas encore été respecté . 
    Le 19 juillet, le secrétaire du Conseil de sécurité arménien Armen Grigoryan a annoncé que les unités de l'armée régulière d'Arménie se retireraient du Haut-Karabakh en septembre.

    2022:08:03.jpeg

  • Arménie : Reprise des affrontements au Haut-Karabakh

    Imprimer

    Lundi 1er août, l'Arménie a signalé le mouvement d'unités militaires azerbaïdjanaises sur la ligne de contact au Haut-Karabakh et le bombardement de positions arméniennes.

    Le Ministère de la défense de l'Artsakh (Haut-Karabakh) a signalé que les forces armées azerbaïdjanaises avaient tiré simultanément sur plusieurs villages de la république.

    Le 1er août, à partir de 9 heures du matin, des unités azerbaïdjanaises ont eu recours à des provocations sur un certain nombre de sections des frontières nord et nord-ouest de la République d'Artsakh, tentant de franchir la ligne de contact, a indiqué le ministère dans un communiqué.

    Aucune perte du côté arménien n'a été signalée.

    Le 31 juillet , l'Azerbaïdjan avait accusé l'Arménie d'avoir attaqué ses positions militaires dans la région contestée du Haut-Karabakh.

    Dans un communiqué, le ministère azerbaïdjanais de la Défense a déclaré que les forces arméniennes avaient ouvert le feu sur ses positions à Gadabay, Kalbajar et Khojavend. Le ministère n'a pas signalé de victimes ou de pertes matérielles à la suite de la prétendue attaque arménienne.

    Des troupes azerbaïdjanaises ont été repérées se dirigeant vers la zone de conflit. 

    Casques-bleus russes
    Des centaines de casques bleus russes sont actuellement déployés dans le Haut-Karabakh pour faire respecter un accord de cessez-le-feu qui a été conclu après l'offensive azerbaïdjanaise à grande échelle contre les forces arméniennes dans la région en 2020. Au cours de l'offensive, qui a coûté la vie à quelque 7 000 soldats et civils de des deux côtés, une grande partie de la région est passée sous le contrôle de l'Azerbaïdjan.

    La situation au Haut-Karabakh était stable depuis mars, après qu'une série de frappes azerbaïdjanaises  avait coûté la vie à trois soldats arméniens.

    Des entretiens avaient pourtant eu lieu entre le secrétaire d'État américain et les dirigeants des parties au conflit peu de temps auparavant
    Le 25 juillet, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken avait discuté de la situation au Haut-Karabakh avec le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan et le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev. Les pourparlers avaient eu lieu séparément. Blinken aurait exhorté les deux parties à rechercher la paix et à poursuivre leur dialogue. 

    Le secrétaire d'État américain a souligné le rôle important de l'UE dans la résolution du conflit et a déclaré que les États-Unis étaient prêts à soutenir la paix à long terme.

    Le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Ceyhun Bayramov et la sous-secrétaire d'État américaine aux Affaires européennes et eurasiennes Karen Donfried ont également eu des entretiens le 1er août. Ils ont échangé leurs points de vue sur la situation actuelle concernant la normalisation post-conflit des relations entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie.

    Bayramov a affirmé que l'Azerbaïdjan était prête à assurer la paix et le progrès dans la région, ajoutant que les parties devaient remplir pleinement leurs obligations. À cet égard, il a affirmé que contrairement aux engagements stipulés dans la déclaration trilatérale du 10 novembre 2020, les forces armées arméniennes ne se sont pas entièrement retirées du territoire de l'Azerbaïdjan.

    Une reprise des affrontements qui pose question
    Bakou pourrait vouloir déstabiliser la situation dans le Haut-Karabakh sécurisée par les forces de maintien de la paix russes à la mi-août, à un moment où on s'attend à ce que l'armée russe soit confrontée à la grande offensive attendue des forces armées ukrainiennes dans les régions de l'est de l'Ukraine. En accusant l'Arménie de violer le cessez-le-feu au Haut-Karabakh, l'Azerbaïdjan, qui bénéficie du soutien et des encouragements d'Ankara, essaie visiblement de profiter du fait que l'armée russe est embourbée dans son "opération spéciale" en Ukraine pour reprendre ses opérations militaires et prendre le contrôle de la totalité du Haut-Karabakh.

    On ne peut s'empêcher de rapprocher ce qui se passe dans le Haut-Karabakh avec la brusque tentative de déstabilisation dans le Kosovo où Moscou soutient Belgrade, son principal allié en Europe de l'Est.
    FZHkOk6WYAYXK6S.png

  • В Нагорном Карабахе введено военное положение

    Imprimer

    Глава самопровозглашенного Нагорного Карабаха Араик Арутюнян подписал указ о введении в регионе военного положения.

    Ранее в минобороны России заявили, что в зону ответственности российских миротворцев вошла азербайджанская армия.

    Власти Нагорного Карабаха попросили Россию увеличить в регионе численность миротворцев.

    При этом министерство обороны Азербайджана заявляет, что армянские военные попытались совершить диверсию против азербайджанской армии.

  • Nagorny-Karabakh : Introduction de la loi martiale

    Imprimer

    Le chef du Nagorny-Karabakh autoproclamé Arayik Harutyunyan a signé un décret sur l'introduction de la loi martiale dans la région.

    Auparavant, le ministère russe de la Défense avait déclaré que l'armée azerbaïdjanaise était entrée dans la zone de responsabilité des casques bleus russes.

    Les autorités du Nagorny-Karabakh ont demandé à la Russie d'augmenter le nombre de casques bleus dans la région.

    Dans le même temps, le ministère de la Défense de l'Azerbaïdjan déclare que l'armée arménienne a tenté de commettre un sabotage contre l'armée azerbaïdjanaise.