NAGORNY-KARABAKH (Région autonome

  • Нагорный Карабах: Обострение в Нагорном Карабахе. С обеих сторон есть погибшие и раненые

    Imprimer

    В Нагорном Карабахе произошла перестрелка между армянскими и азербайджанскими военными, в результате которой есть погибшие и раненые с обеих сторон. О столкновении сообщили в Минобороны Азербайджана. Свое заявление о конфликте опубликовало и так минобороны Нагорно-Карабахской Республики, сообщает Радио Свобода.

    В азербайджанском ведомстве сообщили, что утром позиции азербайджанской армии в направлении Лачинского района подверглись интенсивному обстрелу. В результате погиб военнослужащий срочной службы.

    "Подразделениями азербайджанской армии были приняты соответствующие меры", — говорится в сообщении Минобороны Азербайджана.

    Азербайджанские силы взяли под "контроль несколько важных высот", включая холмы, говорится в заявлении министерства обороны Азербайджана, добавив, что его силы укрепляют эти позиции. 

    В результате обстрела со стороны Азербайджана были убиты по меньшей мере два армянских солдата и еще 14 ранены.

    В Нагорном Карабахе заявили, что азербайджанские военные открыли огонь в направлении их позиций с применением гранатометов и БПЛА. В результате семь карабахских военных получили ранения.

    "Армия обороны" Нагорного Карабаха также сообщает, что вместе с российской военной группировкой "принимаются меры по стабилизации ситуации".

    Министерство иностранных дел Азербайджана обвинило Ереван в нарушении положений трехстороннего заявления, подчеркнув, что "вся ответственность за инцидент, который произошел на территории Азербайджана, лежит на политическом и военном руководстве Армении, которое до сих пор не вывело незаконные вооруженные формирования с территорий соседнего государства".

    Согласно указу самопровозглашенного карабахского лидера Араика Арутюняна, с сегодняшнего дня в Нагорном Карабахе объявлена частичная мобилизация, пишет Радио Свобода.
    2022:08:03.jpeg

  • Nagorny-Karabakh : L'Azerbaïdjan dit avoir pris le contrôle de plusieurs positions

    Imprimer

    Des combats ont éclaté au Nagorny-Karabakh entre les militaires arméniens et azerbaïdjanais. Les affrontements ont fait des morts et des blessés des deux côtés. Les combats ont été rapportés par le ministère de la Défense de l'Azerbaïdjan. Le ministère de la Défense de la République du Haut-Karabakh a également publié sa déclaration sur le conflit, rapporte Radio Liberty.

    Le département azerbaïdjanais a signalé que dans la matinée, les positions de l'armée azerbaïdjanaise dans le secteur de Lachin avaient été soumises à des bombardements intensifs, provoquant la mort d'un militaire est décédé.

    "Les unités de l'armée azerbaïdjanaise ont pris les mesures appropriées", a déclaré le ministère azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué.

    Les forces azerbaïdjanaises ont pris "le contrôle de plusieurs hauteurs importantes", dont des collines, a déclaré le ministère azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué, ajoutant que ses forces étaient en train de fortifier ces positions. 

    Au moins deux soldats arméniens ont été tués par les tirs azerbaïdjanais et 14 autres blessés.

    Les autorités du Nagorny-Karabakh ont accusé l'armée azerbaïdjanaise d'avoir ouvert le feu en direction de leurs positions à l'aide de lance-grenades et de drones Bayraktar. 

    L'Armée de défense du Haut-Karabakh rapporte également qu'en collaboration avec le groupe militaire russe, "des mesures sont prises pour stabiliser la situation".

    Le ministère azerbaïdjanais des affaires étrangères a accusé Erevan d'avoir violé les dispositions de la déclaration tripartite, soulignant que "toute la responsabilité de l'incident survenu sur le territoire de l'Azerbaïdjan incombe aux dirigeants politiques et militaires de l'Arménie, qui n'ont pas encore retiré les armes illégales des territoires de l'État voisin.

    Selon le décret du dirigeant autoproclamé du Karabakh Arayik Harutyunyan, une mobilisation partielle a été annoncée au Haut-Karabakh à partir d'aujourd'hui, écrit Radio Liberty.

    Le 15 juillet, le président azerbaïdjanais  Ilham Aliyev  a déclaré que des représentants du ministère russe de la Défense avaient promis d'assurer le retrait de l'armée arménienne du Karabakh d'ici juin, mais  cet accord n'a pas encore été respecté . 
    Le 19 juillet, le secrétaire du Conseil de sécurité arménien Armen Grigoryan a annoncé que les unités de l'armée régulière d'Arménie se retireraient du Haut-Karabakh en septembre.

    2022:08:03.jpeg

  • Arménie : Reprise des affrontements au Haut-Karabakh

    Imprimer

    Lundi 1er août, l'Arménie a signalé le mouvement d'unités militaires azerbaïdjanaises sur la ligne de contact au Haut-Karabakh et le bombardement de positions arméniennes.

    Le Ministère de la défense de l'Artsakh (Haut-Karabakh) a signalé que les forces armées azerbaïdjanaises avaient tiré simultanément sur plusieurs villages de la république.

    Le 1er août, à partir de 9 heures du matin, des unités azerbaïdjanaises ont eu recours à des provocations sur un certain nombre de sections des frontières nord et nord-ouest de la République d'Artsakh, tentant de franchir la ligne de contact, a indiqué le ministère dans un communiqué.

    Aucune perte du côté arménien n'a été signalée.

    Le 31 juillet , l'Azerbaïdjan avait accusé l'Arménie d'avoir attaqué ses positions militaires dans la région contestée du Haut-Karabakh.

    Dans un communiqué, le ministère azerbaïdjanais de la Défense a déclaré que les forces arméniennes avaient ouvert le feu sur ses positions à Gadabay, Kalbajar et Khojavend. Le ministère n'a pas signalé de victimes ou de pertes matérielles à la suite de la prétendue attaque arménienne.

    Des troupes azerbaïdjanaises ont été repérées se dirigeant vers la zone de conflit. 

    Casques-bleus russes
    Des centaines de casques bleus russes sont actuellement déployés dans le Haut-Karabakh pour faire respecter un accord de cessez-le-feu qui a été conclu après l'offensive azerbaïdjanaise à grande échelle contre les forces arméniennes dans la région en 2020. Au cours de l'offensive, qui a coûté la vie à quelque 7 000 soldats et civils de des deux côtés, une grande partie de la région est passée sous le contrôle de l'Azerbaïdjan.

    La situation au Haut-Karabakh était stable depuis mars, après qu'une série de frappes azerbaïdjanaises  avait coûté la vie à trois soldats arméniens.

    Des entretiens avaient pourtant eu lieu entre le secrétaire d'État américain et les dirigeants des parties au conflit peu de temps auparavant
    Le 25 juillet, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken avait discuté de la situation au Haut-Karabakh avec le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan et le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev. Les pourparlers avaient eu lieu séparément. Blinken aurait exhorté les deux parties à rechercher la paix et à poursuivre leur dialogue. 

    Le secrétaire d'État américain a souligné le rôle important de l'UE dans la résolution du conflit et a déclaré que les États-Unis étaient prêts à soutenir la paix à long terme.

    Le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères Ceyhun Bayramov et la sous-secrétaire d'État américaine aux Affaires européennes et eurasiennes Karen Donfried ont également eu des entretiens le 1er août. Ils ont échangé leurs points de vue sur la situation actuelle concernant la normalisation post-conflit des relations entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie.

    Bayramov a affirmé que l'Azerbaïdjan était prête à assurer la paix et le progrès dans la région, ajoutant que les parties devaient remplir pleinement leurs obligations. À cet égard, il a affirmé que contrairement aux engagements stipulés dans la déclaration trilatérale du 10 novembre 2020, les forces armées arméniennes ne se sont pas entièrement retirées du territoire de l'Azerbaïdjan.

    Une reprise des affrontements qui pose question
    Bakou pourrait vouloir déstabiliser la situation dans le Haut-Karabakh sécurisée par les forces de maintien de la paix russes à la mi-août, à un moment où on s'attend à ce que l'armée russe soit confrontée à la grande offensive attendue des forces armées ukrainiennes dans les régions de l'est de l'Ukraine. En accusant l'Arménie de violer le cessez-le-feu au Haut-Karabakh, l'Azerbaïdjan, qui bénéficie du soutien et des encouragements d'Ankara, essaie visiblement de profiter du fait que l'armée russe est embourbée dans son "opération spéciale" en Ukraine pour reprendre ses opérations militaires et prendre le contrôle de la totalité du Haut-Karabakh.

    On ne peut s'empêcher de rapprocher ce qui se passe dans le Haut-Karabakh avec la brusque tentative de déstabilisation dans le Kosovo où Moscou soutient Belgrade, son principal allié en Europe de l'Est.
    FZHkOk6WYAYXK6S.png

  • В Нагорном Карабахе введено военное положение

    Imprimer

    Глава самопровозглашенного Нагорного Карабаха Араик Арутюнян подписал указ о введении в регионе военного положения.

    Ранее в минобороны России заявили, что в зону ответственности российских миротворцев вошла азербайджанская армия.

    Власти Нагорного Карабаха попросили Россию увеличить в регионе численность миротворцев.

    При этом министерство обороны Азербайджана заявляет, что армянские военные попытались совершить диверсию против азербайджанской армии.

  • Nagorny-Karabakh : Introduction de la loi martiale

    Imprimer

    Le chef du Nagorny-Karabakh autoproclamé Arayik Harutyunyan a signé un décret sur l'introduction de la loi martiale dans la région.

    Auparavant, le ministère russe de la Défense avait déclaré que l'armée azerbaïdjanaise était entrée dans la zone de responsabilité des casques bleus russes.

    Les autorités du Nagorny-Karabakh ont demandé à la Russie d'augmenter le nombre de casques bleus dans la région.

    Dans le même temps, le ministère de la Défense de l'Azerbaïdjan déclare que l'armée arménienne a tenté de commettre un sabotage contre l'armée azerbaïdjanaise.

  • Нагорный Карабах: Россия обвиняет Азербайджан в нарушении соглашения о прекращении огня

    Imprimer

    В субботу (26 марта) Москва обвинила Азербайджан в нарушении режима прекращения огня с Арменией, подписанного после нагорно-карабахской войны в 2020 году, разместив войска на территории, находящейся под контролем российских миротворцев.

    Инциденты между вооруженными силами Армении и Азербайджана происходят часто, но это первый случай с момента окончания конфликта в ноябре 2020 года, когда Москва обвинила одну из сторон в нарушении перемирия, гарантом которого является Владимир Путин. Возобновление напряженности происходит в то время, когда Россия начала масштабное наступление на Украину.

    "В период с 24 по 25 марта вооруженные силы Азербайджана нарушили трехстороннее соглашение лидеров России, Азербайджана и Армении (...), войдя в зону ответственности российского миротворческого контингента в Нагорном Карабахе", - говорится в заявлении министерства обороны России.

    Согласно ему, азербайджанские силы установили наблюдательный пост и нанесли "четыре удара беспилотниками типа "Байрактар" по карабахским силам в районе города Фарух.

    "Российское командование миротворческого контингента предпринимает шаги по урегулированию ситуации... Азербайджанской стороне направлен призыв о выводе войск", - добавил он.

    Министерство обороны в своем заявлении не упомянуло о каких-либо вооруженных инцидентах в субботу, в то время как российская дипломатия выразила "глубокую озабоченность".

    Соглашение от 9 ноября 2020 года, подписанное Владимиром Путиным и лидерами Армении Николом Пашиняном и Азербайджана Ильхамом Алиевым, положило конец жестокому шестинедельному конфликту между Арменией и Азербайджаном за контроль над Нагорным Карабахом, проармянской территорией с самопровозглашенной независимостью. Азербайджанские войска добились значительных территориальных успехов. В пятницу власти Карабаха сообщили, что два солдата были убиты азербайджанскими войсками.

    Гуманитарная катастрофа
    Министерство иностранных дел Армении в субботу осудило "вторжение", произошедшее 24 марта, которое было отмечено "постоянным артиллерийским обстрелом". Он также обвинил своего соседа в том, что тот лишил Карабах газа, не позволяя населению отапливаться, и осудил ситуацию "на грани гуманитарной катастрофы". "Мы ожидаем, что российский миротворческий контингент в Нагорном Карабахе предпримет четкие шаги для урегулирования ситуации и предотвращения дальнейших жертв", - добавили в армянской дипломатии.

    В субботу Кремль сообщил, что Пашинян и Путин встречались дважды, накануне и днем ранее, чтобы обсудить ситуацию в Карабахе.

    Поддерживаемый Ереваном горный регион Нагорного Карабаха, населенный в основном армянами, отделился от Азербайджана, когда распался СССР, что привело к первой войне в 1990-х годах, в которой погибло 30 000 человек и сотни тысяч стали беженцами. Осенью 2020 года разразился новый конфликт, в результате которого за шесть недель погибло 6500 человек. Это привело к сокрушительному поражению Армении, которая была вынуждена уступить Азербайджану три района, образующие ледник вокруг Нагорного Карабаха.

  • Nagorny-Karabakh : La Russie accuse l'Azerbaïdjan de violer l'accord de cessez-le-feu

    Imprimer

    Moscou a accusé, samedi 26 mars, l'Azerbaïdjan d'avoir violé ces derniers jours le cessez-le-feu avec l'Arménie signé après la guerre du Nagorny-Karabakh de 2020, en déployant des troupes dans la zone sous contrôle des forces russes de maintien de la paix.

    Les incidents entre forces armées arméniennes et azerbaïdjanaises sont fréquents, mais c'est la première fois depuis la fin du conflit en novembre 2020 que Moscou accuse l'une des parties de violer la trêve dont Vladimir Poutine est le garant. Ce regain de tension intervient aussi au moment où la Russie a lancé une offensive de grande ampleur contre l'Ukraine.

    "Entre le 24 et 25 mars, les forces armées de l'Azerbaïdjan ont violé l'accord trilatéral des dirigeants de la Russie, de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie (...), entrant dans la zone sous responsabilité du contingent russe de maintien de la paix au Nagorny-Karabakh", a dénoncé le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

    Selon lui, les forces azerbaïdjanaises ont installé un poste d'observation et ont effectué "quatre frappes avec des drones de type Bayraktar" sur les forces du Karabakh près de la localité de Farukh.

    "Le commandement russe du contingent de maintien de la paix prend les mesures en vue du règlement de la situation (...) un appel à un retrait des troupes a été envoyé à la partie azerbaïdjanaise", a-t-il ajouté.

    Le ministère de la Défense n'a pas fait état dans son communiqué d'incidents armés samedi.La diplomatie russe a exprimé sa "profonde inquiétude".

    L'accord du 9 novembre 2020 signé par Vladimir Poutine et les dirigeants arménien, Nikol Pachinian, et azerbaïdjanais, Ilham Aliev, avait mis fin à un violent conflit de six semaines entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan pour le contrôle du Nagorny-Karabakh, un territoire pro-arménien à l'indépendance autoproclamée. Les forces azerbaïdjanaises avaient alors fait d'importants gains territoriaux. Vendredi, les autorités du Karabakh avaient fait état de deux soldats tués par les forces azerbaïdjanaises.

    Catastrophe humanitaire
    Le ministère arménien des Affaires étrangères a dénoncé, samedi, une "invasion" qui a eu lieu le 24 mars, et qui a été marquée par des "tirs d'artillerie constants". Il a accusé aussi son voisin d'avoir privé le Karabakh de gaz, empêchant la population de se chauffer, et dénoncé une situation "au bord d'une catastrophe humanitaire". "Nous attendons du contingent russe de maintien de la paix au Nagorny-Karabakh qu'il prenne des mesures claires pour régler la situation et d'empêcher de nouvelles victimes de combats", a ajouté la diplomatie arménienne.

    Le Kremlin a pour sa part indiqué samedi que MM. Pachinian et Poutine s'étaient entretenu à deux reprises, la veille et l'avant-veille, de la situation au Karabakh.

    Peuplée majoritairement d'Arméniens, la région montagneuse du Nagorny-Karabakh, soutenue par Erevan, a fait sécession de l'Azerbaïdjan à la chute de l'URSS, entraînant une première guerre dans les années 1990 qui a causé la mort de 30.000 personnes et fait des centaines de milliers de réfugiés. Un nouveau conflit a éclaté à l'automne 2020, faisant 6.500 morts en six semaines. Il s'est soldé par une écrasante défaite de l'Arménie, contrainte de céder à l'Azerbaïdjan trois régions formant un glacis autour du Nagorny-Karabakh.