Myard Jacques

  • Война в Украине На пути к конфронтации между США и Россией: риски сползания и эскалации? (Жак Миар)

    Imprimer
    Жак МИАРД
    Почетный член парламента
    Мэр города Мезон-Лаффит
    Президент Серкль "Нация и республика
    Президент Академии голлизма

    Война в Украине заметно движется в сторону прямого противостояния между Россией и США. Очевидно, что Вашингтон годами вооружал украинскую армию, обучал ее солдат, предоставлял все разведданные, собранные ЦРУ и особенно АНБ (Агентством национальной безопасности).

    Разведывательные данные, предоставленные американцами, сыграли решающую роль в противодействии наступлению русских, чья армия оказалась неспособной к адаптации из-за военных концепций другой эпохи.

    Американцы теперь понимают, что Украина больше не находится в ситуации сопротивления, она может выиграть не всю войну, а держать Россию на расстоянии в военном отношении, заставить ее отступить!

    Уничтожение российского флагмана "Москва" в Черном море 15 апреля благодаря наведению двух ракет "Нептун" американскими службами стало шагом, возможно, символическим, но вполне реальным в российско-американских разборках!
     
    Но именно 28 апреля Вашингтон четко объявил о своих намерениях и определил свои цели. Президент Байден попросил Конгресс проголосовать за помощь Украине в размере $33 млрд, включая $20 млрд на вооружение.

    Ранее, 26 апреля в Германии, на американской базе в Рамштайне, настоящий босс НАТО, американский министр обороны Ллойд Остин, председательствовал на конференции, в которой приняли участие представители 40 государств, включая Францию, которая направила нашего посла в Берлин.
     
    Тот факт, что эта конференция проходила на американской базе - символизм очень сильный - не оставляет сомнений в желании Вашингтона твердо возглавить коалицию по противодействию агрессии России. Ллойд Остин не скрывает: "Мы хотим видеть Россию настолько плохой, чтобы она не смогла сделать то, что сделала, вторгшись в Украину.
     
    Соответственно, ускоряются поставки тяжелого вооружения - зенитных ракет и гаубиц. Очевидно, что американцы, после провала в Афганистане, после Сайгона, пытаются восстановить свой политический и военный авторитет, который им крайне необходим в Южно-Китайском море, чтобы гарантировать независимость Тайваня.

    Россия может быть агрессором, но сегодня, из-за американского участия в делах Украины, Москва явно чувствует, что противостоит Соединенным Штатам.

    Это привело к радикальным изменениям в войне и, прежде всего, к сильной неопределенности геостратегических последствий для двух ведущих ядерных держав мира.

    
Нам, к счастью, напоминают, как говорил французский генерал Галлуа, что "Атом делает вас мудрыми!". Да, но нельзя исключать промахов...
     
    Какой должна быть политика Франции? Франция поддерживает Украину в ее противостоянии путинской России, но в интересах ли Франции стоять по стойке смирно и щелкать каблуками по указке американцев, цель которых двояка: с одной стороны, надолго ослабить Россию, а с другой - обеспечить политический и военный контроль над всеми европейскими странами?

    В этих условиях Франция должна проводить независимую политику с единственной целью: добиться прекращения огня путем поиска политического урегулирования, чтобы восстановить Украину и заложить основы безопасности в Европе.

    Европа, частью которой являются Россия и Украина. В этих условиях отправка украинцам французских 155-мм орудий "Цезарь", обладающих высокой точностью, только усиливает продолжение войны, войны, которую Запад, похоже, хочет вести до тех пор, пока не будет убит последний украинский солдат...

    Франция вернет себе авторитет и способность действовать только путем проведения абсолютно независимой внешней политики!

    Поэтому существует реальный риск соскользнуть, закрутиться, открыв ящик Пандоры для приключений. Тогда это будет явный провал для всех!

    Клемансо справедливо рассудил, что "легче сделать войну, чем мир". И добавил: "Посредственная договоренность или неубедительный Мир лучше войны.

    Давайте не будем забывать мудрость Аристотеля: "Цель всякой войны - мир".

  • Guerre d'Ukraine Vers un affrontement  États-Unis Russie : risques de dérapage et d’ engrenage  ? par Jacques Myard

    Imprimer
    Jacques MYARD
    Membre Honoraire du Parlement
    Maire de Maisons-Laffitte
    Président du Cercle Nation et République
    Président de l'Académie du Gaullisme

    La guerre en Ukraine évolue visiblement vers un affrontement direct entre la Russie et les États-Unis. Il est évident que Washington a armé depuis des années l’armée ukrainienne, formé leurs soldats, fourni tous les renseignements recueillis par la CIA et surtout par les écoutes effectuées par la NSA (national security agency).

    Les renseignements fournis par les Américains ont été décisifs pour contrer l’avancée russe dont l’armée s’est révélée incapable de s’adapter, en raison de concepts militaires d’un autre âge.

    Les Américains se rendent désormais compte que l’Ukraine n’est plus dans une situation de résistance, elle peut gagner non la guerre dans sa totalité mais tenir militairement à distance la Russie, la faire reculer !

    La destruction le 15 avril  du navire amiral russe Moskva en mer Noire effectuée grâce au guidage par les services américains de deux missiles Neptune, a été une étape, peut être symbolique, mais bien réelle dans l’épreuve de forces russo-américaine !
     
    Mais c’est le 28 avril que Washington a annoncé clairement ses intentions et fixé ses objectifs. Le Président Biden demande au Congrès de voter une aide à l’Ukraine de 33 milliards de dollars dont 20 d’armement.

    Auparavant, le 26 avril en Allemagne, sur la base américaine de Ramstein, le vrai patron de l’OTAN, le secrétaire américain à la défense Lloyd Austin, préside une conférence à laquelle participent les représentants de 40 États dont la France qui y dépêcha notre ambassadrice à Berlin.
     
    La tenue de cette conférence sur une base américaine – la symbolique est très forte - ne laisse aucun doute sur la volonté de Washington de prendre fermement la direction de la coalition pour contrecarrer la Russie coupable d’une guerre d’agression. Lloyd Austin ne mâche pas ses mots : « Nous voulons voir la Russie à tel point qu’elle ne puisse plus faire ce qu’elle a fait en envahissant l’Ukraine. »
     
    En conséquence la livraison d’armes lourdes s’accélère avec des missiles antiaériens, des obusiers Howitzer. A l’évidence les Américains après leur échec en Afghanistan, après Saigon, cherchent à rebâtir leur crédibilité politique et militaire dont ils ont un  impérieux besoin en mer de Chine méridionale pour garantir l’indépendance de Taïwan.

    La Russie est certes l’agresseur, mais aujourd’hui, en raison de l’engagement auprès de l’Ukraine des Américains, Moscou a clairement le sentiment d’être opposé aux États-Unis.

    D’où un changement radical de la guerre et surtout des incertitudes fortes sur les conséquences géostratégiques des deux premières puissances nucléaires mondiales.

    
On se rappelle heureusement, comme le disait le général français Gallois, que « L’atome rend sage ! » Oui, mais un dérapage ne peut être exclu...
     
    Quelle doit être la politique de la France ? La France soutient l’Ukraine dans sa résistance contre la Russie de Poutine, mais a-t-elle intérêt à se mettre au garde à vous et à claquer les talons aux ordres des Américains dont l’objectif est double : affaiblir durablement la Russie d’une part et assurer la mainmise politique et militaire sur l’ensemble des pays européens d’autre part ?

    Dans ces conditions la France doit conduire une politique indépendante, avec un seul objectif : obtenir un cessez le feu en recherchant un règlement politique pour reconstruire l’Ukraine et asseoir les fondements de la sécurité en Europe.

    L’Europe, dont la Russie et l’Ukraine font partie. Dans ces conditions, l’envoi aux Ukrainiens des canons français César de 155, d’une très grande précision, ne fait que qu’accroître la continuation de la guerre, une guerre que les Occidentaux semblent vouloir conduire jusqu’au dernier soldat ukrainien...

    La France ne retrouvera sa crédibilité et sa capacité d’agir qu’en affirmant une politique étrangère totalement indépendante !

    Il existe bien, dès lors, un réel risque de dérapage, d’engrenage qui ouvre la boite de Pandore de l’aventure. Ce sera alors un échec patent pour tous !

    Clemenceau jugeait à juste titre qu’il est « plus facile de faire la guerre que la Paix ». Et il ajoutait : « Un arrangement médiocre ou une Paix boiteuse valent mieux que la guerre. »

    N'oublions pas la sagesse d’Aristote : « L’objet de toute guerre, c’est la Paix. »

  • Emmanuel Macron  : Une diplomatie incendiaire !

    Imprimer

    Par Jacques Myard
    Président du Cercle Nation et République
    Président de l'Académie du Gaullisme

    C'est avec une certaine stupéfaction que nous avons pris connaissance des propos du Président de la République sur l'Algérie et ceux en réaction au discours du Premier Ministre malien à la tribune de l'ONU.
     
    ALGERIE : Le 30 Septembre dernier, devant des "petits-enfants" de la guerre d'Algérie réunis à l'Elysée, E. Macron dénonce le discours des autorités algériennes qui "repose sur la haine de la France" , il accuse une propagande portée par les Turcs qui réécrit l'histoire et surtout il s'interroge sur la nation algérienne : " est-ce qu'il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? " Il poursuit en pointant la Turquie qui fait oublier le rôle de colonisateur qu'elle a joué en Algérie.
     
    Quant au système algérien, il le juge "fatigué".
    On pourrait croire que ces propos bien peu diplomatiques, pour ne pas dire « cash » et brutaux, n'étaient pas destinés à être divulgués, eh bien non !
     
    On apprend par un article de presse fort bien renseigné, aux meilleures sources, que les déclarations du Président avaient été mises au point avec précision afin qu'elles soient divulguées, bref qu'elles aient l'impact maximal.
     
    La cible a été atteinte, le gouvernement algérien est furieux et prend des mesures de rétorsion.
     
    MALI : A peine le Premier Ministre malien est-il descendu de la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU que E. Macron fustige ses déclarations et le voue sans appel et publiquement aux gémonies anti-démocratiques.
     
    Mais les initiatives iconoclastes ne se limitent pas à des commentaires persifleurs, il vient de réinventer le traditionnel sommet France-Afrique sans inviter les chefs d'Etats africains ; et il le fait savoir, conseillé par un nouveau gourou, contempteur de la Françafrique.
    Il propose de remplacer le sommet de chefs d'Etats par des tables rondes de la société civile française et africaine qui pourront ainsi réinventer tout à loisir l'Afrique, en dénonçant les affreux colonialistes et surtout, en mettant en porte-à-faux les chefs d’Etat africains qui vont remercier la France : beau gâchis en perspective !
     
    Il se propose enfin de remplacer les sommets France-Afrique par des sommets Europe-Afrique, ainsi nos intérêts seront-ils mieux défendus par Bruxelles et l’Allemagne ...
     
    La question est très simple :
    Est-ce le rôle du Président de la République de se lancer dans des interrogations historiques sur l'existence réelle de la nation algérienne avant la colonisation ou de traiter publiquement le régime algérien de "régime fatigué" ?
     
    Est-ce le rôle du Président de la République de répondre par un "smash" au Premier Ministre malien ?
     
    En d'autres termes, es- ce le rôle du Président de jeter de l'huile sur le feu ?
     
    Sur le fond, E. Macron n'a pas tort dans les reproches qu'il adresse à l'Algérie, il a même raison; il en va de même pour ses commentaires sur le Premier Ministre malien.
     
    Mais dans l'ordre international, E.Macron agit en amateur et même en incendiaire ; loin de calmer le jeu, il l'aggrave au détriment de nos intérêts, sans possibilité de trouver de solution à brève échéance en raison du paroxysme des tensions qu'il provoque.
     
    Dans l'ordre international, les chefs d'Etats constituent le sommet des relations internationales, il n'y a rien au-dessus d'eux pour rattraper, corriger leurs fautes et éviter l'affrontement .
     
    Evincer les chefs d'Etats des réunions diplomatiques pour les organiser autour de palabres estudiantins est-il un grand pas en avant sur la compréhension du monde, bel amateurisme !
     
    Les bouches de canons du Roi de France portaient une devise célèbre et fort instructive :
     
    " Ultima ratio regum "
    La force est le dernier argument des Rois.
     
    E. Macron devrait la méditer car c'est toujours dans cet adage que s'inscrit la géostratégie mondiale, loin très loin de ses utopies et de ses commentaires oiseux qui nous brouillent avec l'Afrique !

    Lien permanent Catégories : ALGÉRIE, FRANCE, Macron, MALI, Myard Jacques 0 commentaire
  • Quelle politique étrangère dans un monde à la dérive ?

    Imprimer

    Myard Jacques.jpegPar Jacques Myard
    (publié par la Revue Politique et Parlementaire)

    La politique étrangère n’a jamais passionné les Français, ils ont toujours estimé que cela était une affaire de spécialistes, de diplomates avant tout et de gouvernements. Néanmoins, ils ont toujours eu conscience que l’Histoire n’était pas un long fleuve tranquille, elle pouvait même être terrible pour les faibles et les naïfs.

    Le général de Gaulle rappelait sans cesse que « les États n’ont pas d’amis » et  que «  la France devait tenir son rang »  en Europe et dans le monde, d’où l’impérieuse nécessité de  s’en donner les moyens : une armée puissante soutenant une diplomatie agissant dans la cohérence pour défendre nos intérêts !  

    Ces principes demeurent le fondement même de notre politique étrangère. Toutefois le monde d’aujourd’hui nécessite une analyse complémentaire pour faire face et faire échec aux multiples forces hostiles qui agissent et déstabilisent l’ordre international.

    • Les États ont perdu le monopole des relations internationales et leurs actions sont fortement concurrencées par de nouveaux acteurs qui disposent de moyens considérables : les multinationales, les GAFAM sont des forces mondiales qui agissent sans entraves ou presque dans un monde sans frontières.
    • L’ordre international né après la seconde guerre mondiale est fortement remis en cause, notamment par les États qui en étaient les inventeurs, au premier chef les États-Unis avec leurs actions unilatérales et les guerres préventives pour punir les pays voyous.
    • Mais cette remise en cause n’est pas limitée aux États-Unis ; la Chine consciente de sa puissance retrouvée, visiblement frappée d’hubris, bouscule les règles diplomatiques et le droit international de la mer. 
    • Une confrontation avec les États-Unis ne peut être exclue. C’est au demeurant l’un des scénarios (le No 2) de l’étude des Services de renseignement américains «Global trends 2040 » (Tendances mondiales 2040 un monde  plus contesté.) 
    • La démographie mondiale se ralentit, ce qui va provoquer des tensions intérieures dans de nombreux pays dont la Chine, mais l’Afrique échappe à ce ralentissement et constitue toujours une bombe démographique pour la France et l’Europe. 
    • La démocratie est en crise et régresse comme mode de gouvernement dans le monde. De plus en plus  de pays sont gouvernés par des régimes autoritaires.
    • Les religions représentent des forces grandissantes, l’intégrisme islamique est toujours prosélyte et source de conflits internes dans de nombreux pays.
    • Le concept de laïcité est quasiment une spécificité française, incomprise de nos partenaires et alliés, au rang desquels les Américains.
    • La technologie et plus précisément l’Intelligence artificielle vont devenir prégnantes et conférer des avantages aux États ou autres entités qui les maîtrisent. Les cyberattaques sont de plus en plus fréquentes, illustrant la complète fragilité des économies développées.
    • La prochaine confrontation sera certainement et d’abord une attaque cyber. Le roman de P.W. Singer et August Colle « La Flotte Fantôme, le 3eme conflit mondial est là », tout en étant un roman de fiction, illustre les possibilités prévisibles de la technologie que des États ou autres  pourraient utiliser pour s’imposer à leurs adversaires. Les attaques cyber d’aujourd’hui démontrent déjà notre fragilité et ce n’est pas de la fiction !
    • N’oublions pas que le dérèglement climatique, les conflits de toute nature, religieux, ethniques ou sociaux, les répressions politiques provoquent des migrations de population : en 2020, 270 millions de personnes vivaient dans un pays dans lequel elles ont migré, soit 100 millions de plus qu’en 2000.
    • Les pandémies, selon nombre d’experts, feront toujours partie de notre monde ; nous avons oublié la grippe espagnole de 1918-1919, tout comme la peste du Moyen Âge. 

    Tous ces éléments peuvent s’additionner, s’amalgamer, s’opposer et risquent d’engendrer un monde à la dérive auquel la France devra faire face.

    Notre politique étrangère doit d’abord se fonder, en s’appuyant sur une situation intérieure maîtrisée. Cela suppose que l’autorité de l’État soit fermement rétablie : tolérance zéro pour les délinquants, contrôle de nos frontières, expulsion des immigrés illégaux et des individus qui professent l’islam intégriste, réforme de Schengen, déchéance de la nationalité pour toute personne qui s’est mise au service d’un État étranger ou d’une organisation militaire, conformément aux codes civil et pénal actuels, rétablissement de la supériorité de la  loi française sur tout accord international ou texte dérivé.

    En un mot, rétablir notre souveraineté tout en participant activement à la coopération européenne et internationale.

    En matière économique, il est impératif de mettre en place des politiques industrielles et de l’aménagement du territoire, tout en simplifiant radicalement le dix-millefeuilles territorial pour réaliser des économies substantielles.

    La France doit maintenir son indépendance énergétique grâce au maintien d’EDF et du nucléaire et refuser fermement toute ingérence de la Commission à ce titre. Elle doit, de même, mettre son veto à toutes les velléités de la Cour de l’UE de réglementer le temps de travail des militaires et des sapeurs-pompiers. Ce n’est pas de sa compétence, elle viole les traités !

    La situation intérieure  étant assainie et en ordre, la France doit conduire sa politique étrangère en toute indépendance avec le soutien de forces armées qui investissent fortement dans l’intelligence artificielle et le cyber, en maîtrisant la fabrication en France de tous les composants informatiques ; ce n’est pas le cas aujourd’hui.

    A cet égard, nous devons poursuivre le renforcement de nos services de renseignement, tant sur le plan des équipements électroniques que celui des moyens humains. Sur ce point précis, il est heureux que le gouvernement poursuive le plan de développement lancé sous Nicolas Sarkozy.   

    Notre politique doit se concentrer sur quatre zones prioritaires

    -La Méditerranée

    -Le Proche et le Moyen-Orient

    -L’Afrique

    -L’Europe   

    Dans les trois premières zones, la France doit recouvrer la plénitude de sa politique par des actions bilatérales, en reprenant les aides affectées dans les organisations multilatérales dans lesquelles son aide est anonyme.

    En Europe, nous devons retrouver notre totale liberté d’action et sortir du carcan des sanctions contre la Russie ; d’une manière générale, la politique des sanctions multilatérales est un piège, leur efficacité est inopérante sur la Russie, et sur l’Iran elles ont renforcé le camp des ultras conservateurs.

    La Francophonie doit redevenir au centre de notre politique d’influence.

    La défense de notre langue est un atout incontournable. Tout fonctionnaire, diplomate, qui utilise le « globish »   pour se faire valoir auprès de ses adversaires doit être sanctionné, question de cohérence ! Les politiques qui se targuent d’utiliser le globish doivent être publiquement dénoncés et fustigés !

    Nos alliances ne doivent pas masquer la réalité : nos alliés ont des intérêts fort différents des nôtres, voire poursuivent des objectifs directement contraires aux nôtres – les lois extraterritoriales des États-Unis le prouvent.  

    La conduite de la politique étrangère exige de la cohérence, de la discipline et surtout du recul, y compris pour le chef de l’État qui agit trop souvent comme s’il réglait une question intérieure, en voulant intervenir sans délai sous la pression médiatique.

    Ce défaut de la diplomatie en direct pour un chef d’Etat est dangereuse ; elle a ridiculisé Valéry Giscard d’Estaing, qualifié de petit télégraphiste de Varsovie, qui a cru benoîtement Brejnev :« Nous allons sortir rapidement d’Afghanistan »… sans commentaire !

    Quant aux déclarations tonitruantes et moralisatrices d’Emmanuel Macron au Liban, pour ne citer que cette action, elles sont le paroxysme de l’amateurisme !

    Le monde qui se trame sous nos yeux est un monde d’incertitudes, de dérives potentielles, il sera tout aussi implacable que celui que nos pères ont connu depuis des temps multiséculaires.

    C’est grâce à notre capacité d’analyse autonome, la mobilisation de nos moyens diplomatiques et militaires que nous pourrons faire face et maintenir notre indépendance, notre liberté.

    Soyons déterminés :

    « Le caractère restera toujours la vertu des temps difficiles. » – Charles de Gaulle

    Jacques Myard
    Maire de Maisons-Laffitte
    Membre honoraire du Parlement
    Président du CNR et de l’Académie du gaullisme

    Lien permanent Catégories : Myard Jacques 0 commentaire
  • #Rwanda : Précision de Jacques Myard sur le "génocide" du Rwanda et la responsabilité de la France

    Imprimer

    COMMUNIQUE DE PRESSE de Jacques MYARD
    Membre Honoraire du Parlement
    Maire de Maisons-Laffitte
    Président du Cercle Nation et République
    Président de l'Académie du Gaullisme

    Vous trouverez ci-dessous la lettre que j'ai adressée à Emmanuelle Daviet, médiatrice de France- Info sur le génocide rwandais, à la suite d'une émission, diffusée le 28 Mai dernier, qui m'est apparue loin très loin de la réalité historique...

    Jacques Myard

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : FRANCE, Myard Jacques, RWANDA 0 commentaire
  • France : Interdire aux Pakistanais l'entrée sur le territoire français

    Imprimer

    "Les manifestations anti-françaises au Pakistan et les déclarations de haine anti-française de son 1er Ministre Imam Khan exigent notre vigilance absolue. Aucun “réfugié”pakistanais ou prétendu tel ne doit arriver en France car le risque d’attentat avec ces fanatiques est réel. Le gouvernement doit expulser les cas douteux", déclare l'homme politique français Jacques Myard.

  • Entretien sur le Monde arabe donné à Jean-Baptiste Noé par Jacques Myard.

    Imprimer

    Jacques Myard, maire de Maisons-Laffitte, ancien député et rapporteur de la mission parlementaire sur les printemps arabes est l’invité de Jean-Baptiste Noé dans l’émission fenêtre sur le monde :

            

    Lien permanent Catégories : FRANCE, Myard Jacques 0 commentaire