Mur des lamentations

  • Jérusalem : Émeutes sur le Mont du Temple (Esplanade des Mosquées) - Un cocktail Molotov a failli mettre le feu au tapis à l'entrée de la mosquée

    Imprimer

    Les Palestiniens ont lancé des pierres et des bouteilles contenant un mélange inflammable vers la police et les juifs venus sur le Mont du Temple (Esplanade des Mosquées-.

    Selon un porte-parole de Tsahal en arabe, l'une des bouteilles est tombée sur le tapis à l'entrée de la mosquée Al-Aqsa. Un incendie s'est déclaré sur place, qui a été immédiatement éteint. "Des bandits palestiniens utilisent des bouteilles explosives. Ayez honte", a déclaré le lieutenant-colonel Avichai Edrai.

    Les Palestiniens affirment de leur côté que l'incendie s'est déclaré lorsque les forces de sécurité ont utilisé des armes à feu.

    Le 20 avril, 1 538 pèlerins juifs sont montés sur le Mont du Temple. Depuis le début de la fête de Pâque, 3 813 Juifs ont visité le Mont du Temple, un nombre record. Trois juifs ont été arrêtés pour avoir accompli des actes rituels interdits en ce lieu.

    Mardi 19 avril, les dirigeants politiques israéliens ont décidé d'interdire temporairement aux Juifs de visiter le Mont du Temple. L'interdiction entrera en vigueur le 22 avril et restera en vigueur jusqu'à la fin du mois musulman du Ramadan (1er mai).

    Près du Mur des Lamentations, pour la prière du matin et la bénédiction des Kohanim, le nombre de personnes présentes était nettement plus élevé que la fois précédente. Plus de 20 000 personnes ont assisté aux deux cérémonies, les 18 et 20 avril, selon des représentants de la Western Wall Heritage Foundation. Aucun incident n'a été signalé.
    2054989.jpeg
    Des négociations sont en cours entre les dirigeants de l'organisation "Im Tirtzu" et des représentants de la police sur l'intention de militants juifs d'organiser une "Marche des drapeaux" depuis la place Safra le long des murs de la vieille ville dans la soirée du mercredi 20 avril. La police n'a pas approuvé l'itinéraire initialement voulu par les organisateurs de la marche. Selon la police, les organisateurs avaient accepté de tenir la Marche sur un itinéraire alternatif, mais sont par la suite revenus sur les accords conclus. Le membre de la Knesset Itamar Ben-Gvir ("Zionut Datit") a déclaré qu'il participerait à la marche. « Bennett a capitulé devant le Hamas en coupant l'accès des Juifs au Mont du Temple. Nous n'avons pas le droit de capituler à Jérusalem », a-t-il déclaré.

  • Jérusalem : Deuxième jour de tensions

    Imprimer

    Dans la matinée du dimanche 17 avril, des unités de police ont de nouveau pénétré sur le Mont du Temple (Esplanade des Mosquées). La police avait reçu des informations selon lesquelles des musulmans avaient l'intention de jeter des pierres sur les pèlerins juifs.

    Les forces de sécurité restent en état d'alerte maximale dans la vieille ville de Jérusalem, près de la "barrière de sécurité" et dans certaines parties de la Judée-Samarie, par crainte d'éventuelles attaques terroristes et d'émeutes.

    Actuellement, 130 des 470 Palestiniens détenus vendredi dernier lors des émeutes sur le Mont du Temple sont toujours en détention . La plupart des détenus devraient être libérés le 17 avril. Des dizaines d'émeutiers recevront une interdiction d'approcher l'esplanade des Mosquées pendant deux semaines, soit jusqu'à la fin du mois de Ramadan.

    Selon N12, Yediot Ahronot et certains autres médias israéliens, la libération des détenus est l'une des exigences que le Hamas et d'autres organisations palestiniennes ont remises aux médiateurs égyptiens comme condition pour maintenir le calme à la frontière de Gaza.

    Plus de 100 Juifs ont visité le Mont du Temple
    Plus d'une centaine de Juifs ont visité le Mont du Temple pendant les premières heures du matin, selon l'organisation "Retour au Mont".

    Les Palestiniens présents sur l'Esplanade des Mosquées  (Mont du Temple) avaient pourtant tenté de bloquer l'accès à l'aide de blocs de pierre. Les Palestiniens ont également jeté des pierres sur la police et les véhicules qui traversaient la Vieille Ville en direction du Mur Occidental. La police a poussé les émeutiers à l'intérieur de la mosquée Al-Aqsa et a arrêté au moins neuf personnes

    Le temps accordé aux Juifs pour rester sur le Mont du Temple s'est terminé à 10H30. Pendant le mois de Ramadan, l'accès au Mont du Temple est interdit aux Juifs en soirée.
    2053360.jpeg

    Attaque terroriste déjouée dans la localité israélienne de Beit El
    Les forces de sécurité ont empêché la tentative d'un Palestinien armé d'entrer sur le territoire de la localité juive de Beit El dans le district de Binyamin.

    Selon des informations publiées, le suspect, un habitant du village de Silouad, a été arrêté au moment où il tentait d'entrer sur le territoire de la localité par une brèche dans la clôture. Un couteau a été trouvé sur lui lors de son interpellation. Au cours de l'interrogatoire, le détenu a avoué que son intention était de commettre un acte terroriste, rapporte Kan.

    La direction du conseil local de Beit El a fait appel au commandement du district central et à l'administration civile avec une demande d'accélérer les travaux pour éliminer les trous dans la clôture entourant la localité.

    Des émeutiers palestiniens lancent des pierres sur des Juifs qui se rendaient au Mur des Lamentations
    Dans la vieille ville de Jérusalem, des Palestiniens ont lancé des pierres sur des bus se dirigeant vers le Mur Occidental. Selon la police, plusieurs personnes ont été légèrement blessées, un bus a subi des dégâts importants.

    L'incident s'est produit près de la Porte du Lion de la Vieille Ville.

    Les ambulanciers du Magen David Adom ont soigné cinq blessés légers. Les blessés ont été transportés à l'hôpital Shaare Zedek de la capitale.

    Des agents de la police des frontières (MAGAV) ont arrêté deux suspects impliqués dans cet incident.

    Beni Gants a tenu une réunion sur la sécurité
    Samedi 16 avril, le ministre de la Défense Benny Gantz a tenu une réunion téléphonique sur la situation en Cisjordanie. Ont participé à la réunion le chef d'état-major des FDI Aviv Kochavi, le chef du Service de sécurité générale (SHABAK) Ronen Bar, ainsi que le chef adjoint de l'état-major général, le chef adjoint du Shin Bet, le chef du service de renseignement militaire, le chef de le département des opérations de l'état-major général et quelques autres officiers de haut rang et officiers du renseignement.

    Au cours de la réunion, il a été décidé de ne pas imposer de blocus des régions palestiniennes de Cisjordanie pendant la semaine de Pâques. Cela signifie que le blocus imposé dans la nuit du 15 avril a été levé à minuit.

    Les participants à la réunion ont reçu une carte du déploiement des unités renforcées de Tsahal dans la zone de la "barrière de sécurité", ainsi que dans des zones séparées de Cisjordanie. Le ministre de la Défense a déclaré que les forces de sécurité continueront de résister au terrorisme et à toute tentative de perturber la routine des citoyens israéliens. Dans le même temps, Gantz a souligné l'importance de maintenir la liberté des cérémonies religieuses et des activités économiques.

     

  • Jérusalem : Le Mur des Lamentations évacué en raison d'affrontements et de risque de tirs de roquettes

    Imprimer

    Des centaines de fidèles juifs ont été évacués lundi soir du Mur des Lamentations à Jérusalem après des heurts plus tôt à l'Esplanade des Mosquées (Mont du Temple), située à proximité, et des salves de roquettes tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, a annoncé la police locale.

    "Une alarme vient d'être déclenchée à Jérusalem. Les forces de police ont commencé à évacuer vers des lieux plus sûrs des centaines de personnes" rassemblées au Mur des Lamentations, a indiqué la police dans un bref communiqué.

    Salves de roquettes depuis Gaza vers Israël
    Des salves de roquettes ont été tirées lundi 10 mai en début de soirée depuis la bande de Gaza vers Israël, alors que des sirènes d'alarme des autorités israéliennes retentissaient à Jérusalem.

    Le Hamas avait menacé plus tôt Israël d'une nouvelle escalade militaire si ses forces ne se retiraient pas à 18H00 (15H00 GMT) de l'Esplanade des Mosquées à Jérusalem, théâtre lundi matin de heurts entre policiers israéliens et manifestants palestiniens ayant fait plus de 300 blessés.

    Sur le coup de 18H00, plusieurs salves de roquettes ont été lancées depuis l'est et le nord de la bande de Gaza vers Israël où les sirènes d'alarme ont retenti dans de nombreux villages et villes d'Israël.

    Et, fait plutôt rare, des sirènes ont aussi été déclenchées à Jérusalem, située à plus de 80 km de la bande de Gaza. Ce qui a notamment forcé l'évacuation, selon les autorités, du Mur des Lamentations, site le plus sacré où les Juifs peuvent prier.

    L'armée israélienne a fait état de sept roquettes tirées depuis Gaza dont l'une a été interceptée par le bouclier antimissiles israélien "Dôme de fer".

    "Les Brigades Al-Qassam (branche armée du Hamas) lancent maintenant des roquettes contre l'ennemi à Jérusalem occupée en réponse à ses crimes et à son agression contre la Ville sainte et à ses abus contre notre peuple à Cheikh Jarrah et à la mosquée Al-Aqsa" située sur l'Esplanade des Mosquées, ont-elles indiqué dans un bref message.

    La possible éviction de familles palestiniennes du quartier de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, au profit de colons israéliens est l'un des éléments clés au coeur des tensions ces derniers jours à Jérusalem.

    Une audience à la Cour suprême israélienne était prévue lundi matin, mais elle a finalement été reportée sine die en raison du "contexte actuel" a indiqué dimanche soir la justice israélienne.

    Points visés par des attaques à la roquette à la frontière de Gaza.
    E1Cf2__XsAIW-Hg.jpeg